Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264080554
Code sériel : 5807
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm
À Paraître
Ombres portées
Nathalie Peronny (traduit par)
Date de parution : 15/09/2022
Éditeurs :
10/18
En savoir plus
8.50 €
Date de parution: 15/09/2022
À Paraître

Ombres portées

Nathalie Peronny (traduit par)
Date de parution : 15/09/2022
Une enquête familiale bouleversante, rythmée comme un roman d'espionnage.
À Caracas, dans le vaste domaine familial, Ariana Neumann, huit ans, joue à l'espionne. En fouillant dans les affaires de son père, Hans, elle trouve une pièce d'identité. Elle reconnaît... À Caracas, dans le vaste domaine familial, Ariana Neumann, huit ans, joue à l'espionne. En fouillant dans les affaires de son père, Hans, elle trouve une pièce d'identité. Elle reconnaît son père jeune homme, mais il porte un autre nom. Effrayée, elle tait cette découverte et s'efforce de l'oublier. Des... À Caracas, dans le vaste domaine familial, Ariana Neumann, huit ans, joue à l'espionne. En fouillant dans les affaires de son père, Hans, elle trouve une pièce d'identité. Elle reconnaît son père jeune homme, mais il porte un autre nom. Effrayée, elle tait cette découverte et s'efforce de l'oublier. Des années plus tard, à la mort de son père, Ariana retrouve ce mystérieux document dans une boîte contenant des photos, des lettres et d'autres souvenirs de la jeunesse de celui-ci à Prague. Elle mettra près d'une décennie à trouver le courage de faire traduire cette correspondance. Ce qu'elle découvre la propulse dans une quête pour découvrir l'histoire de sa famille, la vérité sur son père et les raisons de son silence...

 « Dans ce récit parfaitement maîtrisé, la tragédie monstrueusement banale des Neumann se lit comme un thriller sans effet de manches. Un poignant témoignage d’amour filial, doublé d’un périple intime au cœur de l’Histoire. » Télérama
« Une histoire pudique et exemplaire de la Shoah. » Dernières Nouvelles d’Alsace

Traduit de l'anglais par Nathalie Peronny.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264080554
Code sériel : 5807
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 408
Format : 108 x 177 mm
10/18
En savoir plus
8.50 €
Date de parution: 15/09/2022

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Adl Posté le 7 Avril 2022
    Les témoins directs disparaissent mais ceux d’entre eux qui n’ont sont restés silencieux continuent à livrer leur témoignage au travers des générations qui les suivent: ce n’en est que plus bouleversant. Ce n’est qu’une fois adulte qu’Anna Neumann aura rassemblé le nombre de pièces, d’indices, de témoignages suffisant pour dresser la trajectoire suivie par son père, jeune juif tchèque à l’époque de la seconde guerre mondiale. Elle entame un véritable travail d’investigation, des décennies et un océan entre les faits et elle. Détective des souvenirs et dénicheuse de pièces à conviction, elle retrace sa quête façon polar, histoire de maintenir la curiosité du lecteur, rassasié par la qualité du travail documentaire. J’ai particulièrement été sensible à son choix d’intégrer photos et documents d’époque à son récit: c’est une biographie toute en finesse de l’histoire intime de sa famille. Ce document doit sans aucun doute être mis en avant et sous les yeux du plus grand nombre de personnes possibles.
  • dannso Posté le 24 Mars 2022
    Ariana, petite fille, rêvait d'être détective ou mieux encore espionne et avait créé le Club de la Botte Mystérieuse, par analogie avec le fameux Club des Cinq. A leur égal, elle voulait résoudre des énigmes. La première à laquelle elle fut confrontée, encore enfant, est celle de cette carte d'identité où figure la photo de son père, mais sous un autre nom. le timbre qui recouvre une partie de la photo représente Hitler. A cette époque elle ne comprend pas. Elle consacrera une grande partie de sa vie d'adulte à résoudre cette énigme et reconstituer la vie de la famille Neumann dans le Prague d'avant et de pendant la guerre. Son père ne lui aura jamais raconté. Grace à la découverte de nombreux documents, ceux laissés par son père, ceux envoyés par des membres de sa famille, elle va pouvoir retracer le parcours de son père et apprendre à connaitre sa famille paternelle, à faire revivre ces grands-parents, entre autres, dont elle ne connaissait qu'une photo apparemment banale, mais qui était le dernière prise avant la déportation de sa grand-mère. J'ai aimé suivre le parcours d'Ariana. Elle nous décrit avec beaucoup de détails ses recherches méticuleuses, comment peu à peu elle progresse et... Ariana, petite fille, rêvait d'être détective ou mieux encore espionne et avait créé le Club de la Botte Mystérieuse, par analogie avec le fameux Club des Cinq. A leur égal, elle voulait résoudre des énigmes. La première à laquelle elle fut confrontée, encore enfant, est celle de cette carte d'identité où figure la photo de son père, mais sous un autre nom. le timbre qui recouvre une partie de la photo représente Hitler. A cette époque elle ne comprend pas. Elle consacrera une grande partie de sa vie d'adulte à résoudre cette énigme et reconstituer la vie de la famille Neumann dans le Prague d'avant et de pendant la guerre. Son père ne lui aura jamais raconté. Grace à la découverte de nombreux documents, ceux laissés par son père, ceux envoyés par des membres de sa famille, elle va pouvoir retracer le parcours de son père et apprendre à connaitre sa famille paternelle, à faire revivre ces grands-parents, entre autres, dont elle ne connaissait qu'une photo apparemment banale, mais qui était le dernière prise avant la déportation de sa grand-mère. J'ai aimé suivre le parcours d'Ariana. Elle nous décrit avec beaucoup de détails ses recherches méticuleuses, comment peu à peu elle progresse et parvient à raconter ce que furent les drames vécus par sa famille. Elle raconte les lâchetés, mais aussi toutes ces personnes qui avec courage ont soutenu, aidé sa famille et permis à son père d'échapper à la déportation. Les brimades et exactions commises envers les juifs à cette époque sont les mêmes, qu'elles se soient passées en France (lire " La Carte postale ") ou en Tchécoslovaquie. On comprend comment petit à petit, sournoisement, le nazisme les a privés de leurs droits, les a isolés, stigmatisés par le port de l'étoile et enfin déportés. C'est un récit fort, très intéressant, mais qui ne m'a pas transmis l'émotion. A la lecture du résumé, je m'attendais à une forme plus romancée. C'est plus un témoignage, très bien documenté et passionnant à lire, qui montre aussi comment ces hommes et ces femmes ont eu du mal à vivre après, choisissant des solutions différentes pour faire avec. Il m'aurait fallu être plus émue pour rajouter la dernière étoile. D'autres lecteurs ont ressenti cette émotion, ce n'est donc pas le livre qui est en cause, mais un sentiment personnel. Merci aux éditions Les Escales pour le partage de ce témoignage #Ombresportées #NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeslecturesdeMaryline Posté le 7 Décembre 2021
    J'ai eu beaucoup de mal avec ce récit, je l'ai trouvé long et ennuyeux. Pourtant, l'auteure nous mène dans une histoire familiale douloureuse et très secrète qui, j'en suis certaine, plaira à de nombreux lecteurs. Ariana Neumann nous raconte, tristement, le passé de sa famille et plus particulièrement celui de son père. Ce dernier a caché bien des choses sur ce passé qu'il n'a pas souhaité évoquer depuis toutes ces années. Un passé trop lourd à porter pour lui, un passé qu'il n'accepte pas. Pourtant, à force de persuasion, Ariana a réussit à faire sortir cette vérité au grand jour. Elle nous raconte donc l'histoire des nazis, la Tchécoslovaquie et le Vénézuela. Grâce aux mémoires de son père qu'elle n'a jamais pu se résoudre à lire avant, elle nous met dans la confidences de toutes ces années de souffrance, de cette période si difficile à vivre et de ces douleurs que son père et sa famille ont vécues. Le chemin est long pour l'auteure et pour découvrir toute la vérité sur son histoire et celle de toute sa famille. Mais elle prend le temps de poser des questions, de se renseigner, d'évoquer le passé avec des proches. Elle veut absolument savoir ce qui... J'ai eu beaucoup de mal avec ce récit, je l'ai trouvé long et ennuyeux. Pourtant, l'auteure nous mène dans une histoire familiale douloureuse et très secrète qui, j'en suis certaine, plaira à de nombreux lecteurs. Ariana Neumann nous raconte, tristement, le passé de sa famille et plus particulièrement celui de son père. Ce dernier a caché bien des choses sur ce passé qu'il n'a pas souhaité évoquer depuis toutes ces années. Un passé trop lourd à porter pour lui, un passé qu'il n'accepte pas. Pourtant, à force de persuasion, Ariana a réussit à faire sortir cette vérité au grand jour. Elle nous raconte donc l'histoire des nazis, la Tchécoslovaquie et le Vénézuela. Grâce aux mémoires de son père qu'elle n'a jamais pu se résoudre à lire avant, elle nous met dans la confidences de toutes ces années de souffrance, de cette période si difficile à vivre et de ces douleurs que son père et sa famille ont vécues. Le chemin est long pour l'auteure et pour découvrir toute la vérité sur son histoire et celle de toute sa famille. Mais elle prend le temps de poser des questions, de se renseigner, d'évoquer le passé avec des proches. Elle veut absolument savoir ce qui se cache derrière toute cette histoire si secrète. On suit avec elle l'histoire de ses grands-parents, de son père, on voyage avec elle sur les traces de cette famille bousculée par la vie difficile de l'époque. On sent tellement d'amour dans tout ce qu'elle découvre ! C'est beau au final, même si l'histoire est difficile. Je ne vais pas dire que le récit est mauvais, bien au contraire. Il est pur et rempli d'amour et de sincérité. Mais il ne m'a pas touchée au final. Je l'ai trouvé trop long et sinueux, trop personnel peut-être. Ou bien est-ce mon soucis avec l'Histoire qui a fait que je n'ai pas réussi à me fondre dans cette histoire familiale douloureuse ? Ne vous fiez pas aux apparences, cette histoire vaut la peine d'être lue pour tous ceux qui ont souffert à cette période, pour tous ceux qui n'ont pas pu raconter leur histoire, pour toutes ces personnes qui ne savent pas encore... Un morceau d'histoire, une famille, des familles et des secrets...
    Lire la suite
    En lire moins
  • R-MDominik Posté le 4 Décembre 2021
    Je viens de terminer la lecture de l’excellent livre d’Ariana Neuman « Ombres portées » sous-titré « Souvenirs et vestiges de la guerre de mon père ». Je ne suis que peu passionné par les récits et souvenirs personnels des rescapés de la deuxième guerre mondiale. A part quelques livres immenses, ils ont tendance à se ressembler tous, tant l’horreur était banale car quotidienne pour les civils de cette époque. Surtout lorsque ces civils étaient juifs. En général le récit des atrocités vécues à une fâcheuse tendance à banaliser l’horreur, on a parfois l’horrible impression d’avoir déjà lu ces souvenirs quelque part. Impression dont on a immédiatement honte. Bien sûr, il ne faut jamais s’habituer à l’horreur, jamais être blasé des enseignements de l’histoire. La scène politique et médiatique française nous prouve, s’il en était besoin, l’importance de ne pas oublier. Ici, j’ai dû relire la couverture du livre plusieurs fois pour être certain de lire un « récit » et non un « roman » ! Le récit d’Ariana pourrait se résumer en 2 lignes, c’est l’histoire d’une jeune femme qui part à la recherche de l’histoire de son père – et de sa famille paternelle - dans les années 30 et pendant la guerre, de... Je viens de terminer la lecture de l’excellent livre d’Ariana Neuman « Ombres portées » sous-titré « Souvenirs et vestiges de la guerre de mon père ». Je ne suis que peu passionné par les récits et souvenirs personnels des rescapés de la deuxième guerre mondiale. A part quelques livres immenses, ils ont tendance à se ressembler tous, tant l’horreur était banale car quotidienne pour les civils de cette époque. Surtout lorsque ces civils étaient juifs. En général le récit des atrocités vécues à une fâcheuse tendance à banaliser l’horreur, on a parfois l’horrible impression d’avoir déjà lu ces souvenirs quelque part. Impression dont on a immédiatement honte. Bien sûr, il ne faut jamais s’habituer à l’horreur, jamais être blasé des enseignements de l’histoire. La scène politique et médiatique française nous prouve, s’il en était besoin, l’importance de ne pas oublier. Ici, j’ai dû relire la couverture du livre plusieurs fois pour être certain de lire un « récit » et non un « roman » ! Le récit d’Ariana pourrait se résumer en 2 lignes, c’est l’histoire d’une jeune femme qui part à la recherche de l’histoire de son père – et de sa famille paternelle - dans les années 30 et pendant la guerre, de son père, citoyen vénézuélien d’origine tchèque. Et juif. Le livre s’ouvre avec l’arbre généalogique de la famille de Hans, le père d’Ariana, ou plutôt d’Otto et Ella les parents de Hans et Lotar. La construction du récit le rend totalement passionnant. En effet, il s’agit d’une enquête policière, mâtinée parfois d’espionnage, exactement comme celles des romans policiers. Parfois cela ressemble même à un roman d’Enid Blyton de mon enfance, les fameux « club des cinq » (chers aussi à Ariana). L’enquêtrice part d’un indice anodin, une photo, un bout de papier écrit dans une langue qu’elle ne comprend pas, et elle déroule l’écheveau de son enquête. Nous cheminerons ainsi, tout au long de la lecture, nous retrouverons en fac-similé ces indices, photos, banales si sorties de leur contexte, petits bouts de papier sibyllins, parfois ne comportant qu’un nom, un sigle et un numéro, que le lecteur épinglera au tableau (mental, ici) si cher aux enquêteurs et enquêtrices de séries télévisées. Cela constitue un immense puzzle qui forme une histoire pour peu qu’on sache les relier entre eux. Ce que fait Ariana, qui maintient le suspens d’un bout à l’autre de son récit. Suspens qui n’est pas factice, car on a vraiment la sensation d’enquêter avec elle. Il lui a fallu des années, des décennies peut-être, de recherches pour reconstituer toute l’histoire de la famille Neuman. On oublie même qu’Ariana « imagine » les pensées des acteurs de ce récit, car si les pièces à conviction existent et « racontent » une histoire, les pensées intimes des protagonistes ne sont inscrites nulle part et ils ne sont plus là pour vous les livrer. D’ailleurs ce qui rend ce récit si passionnant, c’est qu’il n’est pas que le récit de l’histoire de la famille Neuman en Tchéquie dans les années 30 et 40, n’est pas seulement l’histoire du père d’Ariana, mais c’est aussi le voyage bouleversant d’Ariana à la recherche de ce père, cet homme qu’elle aimait et admirait. Et qui était si mystérieux quant à son passé. Vraiment un grand … « Récit » !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cathy81 Posté le 16 Novembre 2021
    L'auteur est âgée de 8 ans lorsqu'elle trouve une carte d'identité de son père, jeune, avec un autre nom et prénom. Ne sachant comment faire face à cette découverte, elle l'occulte.Mais, lorsqu'à la mort de son père elle doit faire le tri dans ses papiers, elle retrouve cette pièce d'identité dans une boîte avec d'autres documents. De ces bouts de papier, bribes de souvenirs, l'auteur va les faire traduire et transcrire l'histoire de son père et de sa famille. Ce dernier est né et a vécu à Prague. Échappant à la déportation, il s'installa au Vénézuela où il construit son entreprise et sa vie. L'ouverture de cette boite va entrainer l'auteur à la découverte d'un pays, d'une famille et du parcours de vie de milliers de juifs d'Europe centrale. A la fois travail d'historien et d'enquêteur, l'auteur mêle habilement la grande et la petite Histoire. Son père a eu la vie sauve grâce à un magnifique réseau d'entraide et d'amitié . Comme dans "Les disparus" de Daniel Mendelsohn, ces récits sont précieux car ils rendent hommage à toutes les personnes victimes de la barbarie nazie. L'auteur aborde également avec beaucoup de sensibilité les conséquences de cette tragédie sur les générations qui ont... L'auteur est âgée de 8 ans lorsqu'elle trouve une carte d'identité de son père, jeune, avec un autre nom et prénom. Ne sachant comment faire face à cette découverte, elle l'occulte.Mais, lorsqu'à la mort de son père elle doit faire le tri dans ses papiers, elle retrouve cette pièce d'identité dans une boîte avec d'autres documents. De ces bouts de papier, bribes de souvenirs, l'auteur va les faire traduire et transcrire l'histoire de son père et de sa famille. Ce dernier est né et a vécu à Prague. Échappant à la déportation, il s'installa au Vénézuela où il construit son entreprise et sa vie. L'ouverture de cette boite va entrainer l'auteur à la découverte d'un pays, d'une famille et du parcours de vie de milliers de juifs d'Europe centrale. A la fois travail d'historien et d'enquêteur, l'auteur mêle habilement la grande et la petite Histoire. Son père a eu la vie sauve grâce à un magnifique réseau d'entraide et d'amitié . Comme dans "Les disparus" de Daniel Mendelsohn, ces récits sont précieux car ils rendent hommage à toutes les personnes victimes de la barbarie nazie. L'auteur aborde également avec beaucoup de sensibilité les conséquences de cette tragédie sur les générations qui ont suivies. Chaque être porte en lui l'histoire faites de non-dits et de silence de ses aïeuls. En effet ce pan de l'histoire est difficilement "racontable" par ceux qui l'ont vécu et difficilement "entendable" par les descendants, malgré tout, cette souffrance s'inscrit dans le patrimoine génétique. Bien que j'ai beaucoup lu sur le sujet, chaque histoire me bouleverse, chaque famille détruite me désespère....Le temps d'une lecture, l'écriture redonne vie à son père et à son parcours exceptionnel!
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…