Lisez! icon: Search engine

Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir

10/18
EAN : 9782264071651
Code sériel : 5341
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm
Traversée en eau claire dans une piscine peinte en noir

Romaric VINET-KAMMERER (Traducteur)
Date de parution : 18/10/2018
Cookie Mueller n’aura eu de cesse de consumer sa vie. Elle était une enfant sauvage, une alchimiste, une bombe à retardement. Cette vie incroyable, les délectables anecdotes qu’elle racontait à ses proches, tous ses amis insistaient pour qu’elle les écrive. C’est ce qu’elle a fait. Son livre est une chronique... Cookie Mueller n’aura eu de cesse de consumer sa vie. Elle était une enfant sauvage, une alchimiste, une bombe à retardement. Cette vie incroyable, les délectables anecdotes qu’elle racontait à ses proches, tous ses amis insistaient pour qu’elle les écrive. C’est ce qu’elle a fait. Son livre est une chronique inoubliable des années 60, 70 et 80, depuis son enfance dans les banlieues de Baltimore jusqu’aux très hypes soirées new-yorkaises, en passant par le quartier de Haight-Ashbury période hippie, le tout assaisonné de pas mal de drogue, de sexe et d’alcool.

« Ces histoires sont à la fois hilarantes, effroyables et, surtout, bien trop barrées pour ne pas être vraies ! »
Héléna Villovitch, ELLE

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Romaric Vinet-Kammerer
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264071651
Code sériel : 5341
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • blandine5674 Posté le 2 Octobre 2019
    Quelle femme incroyable que cette icône américaine ! Si vous vous plongez dedans, il faut avant tout se mettre dans le contexte des années 70. Sexe, alcool, dope et rock and roll. La prose est un peu brute de pomme et on aurait voulu qu’elle s’attarde sur ses relations avec Hendrix, Joplin, Morrison, Patti Smith, en autre. Elle nous raconte sa vie de baroudeuse libre tour à tour tragique et drôle. Et surtout ses multiples métiers. A la fin, une lettre bouleversante. Un roman qui ne ressemble à aucun autre. A ne pas rater pour ceux qui aiment la singularité.
  • chadik Posté le 22 Septembre 2019
    Un roman que j'ai eu à l'occasion d'un concours sur la page de la maison d'édition. Je ne connaissais absolument pas Cookie Mueller et assez peu l'univers de la contre culture Américaine, ce livre m'aura permis d'en savoir un peu plus sur cette époque. La vie de Cookie ressemble à un roman, elle a traversé dans de choses et survécu à tant de situations rocambolesques, dangereuses, insensées... Elle a côtoyé des stars, des serial killers, survécu à la pauvreté, les agressions, les overdoses... Destin d'une femme libre et rebelle, elle semble avoir tout vu, tout essayé, tout connu. Ce portrait est aussi celui d'une époque faussement innocente où tout semblait encore possible, cette ambiance surannée ressors de chaque page et nous laisse un gout de cendre. Ce livre regroupe des chapitres qui abordent chacun une anecdote particulière. Le dernier est particulièrement touchant, le destin a rattrapé Cookie et ses amis, dont beaucoup succomberont au sida avant la fin du XXème siècle. Un livre qui se lit très rapidement et vous fera connaitre le destin d'une femme libre et indomptée.
  • Paulinecllg Posté le 13 Septembre 2019
    Une vie de débauche et de fête, racontée avec humour et poésie. Un excellent moment avec Cookie Muller !
  • Kirzy Posté le 13 Juillet 2019
    Cookie Mueller est très peu connue en France alors qu'aux Etats-Unis, c'est une icône marquante de la contre-culture, ayant côtoyé Basquiat, Haring, Nan Goldin, Robert Mapplethorpe, Hendrix, Patti Smith, Blondie, écrivaine, performeuse, critique d'art, actrice fétiche de John Waters. Ce dernier la présentait comme la «  rencontre de Janis Joplin et de Jane Mansfield, une redneck hippie avec une touche de glamour débridé. Elle n'a jamais mené une vie saine, unsafe était son surnom. Elle filait en permanence au bord de la falaise. » Elle a tout essayé, tout vécu entre rails de coke et du LSD, et nous offre là quelque chose qui pourrait ressembler à des mémoires picaresques sous forme de quinze chroniques choisies comme autant de temps forts autobiographiques de 1964 à 1989. Cookie possède un talent de conteuse indéniable à l'humour désarçonnant très très loin du politiquement correct, et ça fait du bien ! Qu'elle raconte comment elle a subi par erreur de électrochocs dans un hôpital psychiatrique, comment elle a failli embarquer avec les filles de la Manson family pendant que Charlie était parti s'acheter des oranges, comment elle a accouché, comment elle a été violée, comment elle a rencontré un serial killer alors qu'elle faisait du gogo... Cookie Mueller est très peu connue en France alors qu'aux Etats-Unis, c'est une icône marquante de la contre-culture, ayant côtoyé Basquiat, Haring, Nan Goldin, Robert Mapplethorpe, Hendrix, Patti Smith, Blondie, écrivaine, performeuse, critique d'art, actrice fétiche de John Waters. Ce dernier la présentait comme la «  rencontre de Janis Joplin et de Jane Mansfield, une redneck hippie avec une touche de glamour débridé. Elle n'a jamais mené une vie saine, unsafe était son surnom. Elle filait en permanence au bord de la falaise. » Elle a tout essayé, tout vécu entre rails de coke et du LSD, et nous offre là quelque chose qui pourrait ressembler à des mémoires picaresques sous forme de quinze chroniques choisies comme autant de temps forts autobiographiques de 1964 à 1989. Cookie possède un talent de conteuse indéniable à l'humour désarçonnant très très loin du politiquement correct, et ça fait du bien ! Qu'elle raconte comment elle a subi par erreur de électrochocs dans un hôpital psychiatrique, comment elle a failli embarquer avec les filles de la Manson family pendant que Charlie était parti s'acheter des oranges, comment elle a accouché, comment elle a été violée, comment elle a rencontré un serial killer alors qu'elle faisait du gogo dancing dans un bar miteux du New Jersey, c'est à chaque fois drôle, bravache et lucide. En filigrane, ce recueil est surtout celui d'une époque révolue, insouciante, subversive, le portrait d'une femme libre qui a vécu comme elle a voulu, en mode supernova trash. Une vraie bouffée de liberté à l'écriture spontanée, enlevée et vivante. Le dernier chapitre est à part, il m'a brisé le coeur après toutes ces aventures truculentes : c'est le chapitre du sida ( Cookie Mueller en est morte en 1989 ) assorti d'une magnifique lettre que son meilleur ami à l'agonie lui a envoyé. Très émouvant mais toujours avec légèreté et sans amertume.
    Lire la suite
    En lire moins
  • RoksiePony Posté le 9 Mai 2019
    Ce livre est un recueil de chroniques autobiographiques, vécues et narrées par l'américaine, Dorothy Karen Mueller alias Cookie Mueller. Elle dévoile ici sa vie tumultueuse, ses souvenirs les plus intimes. Les plus douloureux aussi comme : la mort accidentelle de son frère, son séjour en psychiatrie ou encore le viol qu'elle a subi. Cookie sera l'actrice fétiche de John Waters dès 1969 mais aussi serveuse, gogo-danseuse, critique d'art et écrivaine. C'est une femme forte et indépendante, hippie et junkie, qui deviendra mère sans pour autant changer ses habitudes. Atteinte du sida, elle décédera en novembre 1989 d'une pneumonie à l'âge de 40 ans. Elle est l'icône délurée et trash des années 70/80. Ayant une véritable fascination pour l'époque «sex, drugs and rock'n'roll», j'en attendais beaucoup de ce livre et j'ai plongé dedans tête la première. Certaines de ses chroniques, véritables leçons de vie, m'ont sincèrement émue. J'ai lu les autres à contre-courant, presque en sortant les rames parfois pour arriver plus vite au bout. Malgré cette lecture plutôt mitigée, je me suis évidemment attachée au personnage incroyable qu'elle était. Cette femme qui n'a pas été épargnée par la vie, forte et fragile à la fois. Forte d'avoir continué de vivre malgré toutes... Ce livre est un recueil de chroniques autobiographiques, vécues et narrées par l'américaine, Dorothy Karen Mueller alias Cookie Mueller. Elle dévoile ici sa vie tumultueuse, ses souvenirs les plus intimes. Les plus douloureux aussi comme : la mort accidentelle de son frère, son séjour en psychiatrie ou encore le viol qu'elle a subi. Cookie sera l'actrice fétiche de John Waters dès 1969 mais aussi serveuse, gogo-danseuse, critique d'art et écrivaine. C'est une femme forte et indépendante, hippie et junkie, qui deviendra mère sans pour autant changer ses habitudes. Atteinte du sida, elle décédera en novembre 1989 d'une pneumonie à l'âge de 40 ans. Elle est l'icône délurée et trash des années 70/80. Ayant une véritable fascination pour l'époque «sex, drugs and rock'n'roll», j'en attendais beaucoup de ce livre et j'ai plongé dedans tête la première. Certaines de ses chroniques, véritables leçons de vie, m'ont sincèrement émue. J'ai lu les autres à contre-courant, presque en sortant les rames parfois pour arriver plus vite au bout. Malgré cette lecture plutôt mitigée, je me suis évidemment attachée au personnage incroyable qu'elle était. Cette femme qui n'a pas été épargnée par la vie, forte et fragile à la fois. Forte d'avoir continué de vivre malgré toutes les épreuves qu'elle a endurées. Fragile d'avoir réussi à le faire en ingurgitant des drogues à foison. J'ai donc traversée cette piscine peinte en noir dans une eau en demi-teinte.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…