RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Trotski

            Perrin
            EAN : 9782262051280
            Code sériel : 611
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 840
            Format : 108 x 177 mm
            Trotski

            Collection : Tempus
            Date de parution : 17/09/2015
            La biographie de référence de Léon Trotski (1879-1940), élu « meilleur livre d’histoire 2011 » par le magazine Lire.
            Révolutionnaire, chef de guerre, mais aussi écrivain brillant, amoureux des femmes, juif en conflit avec ses racines, icône puis bouc émissaire et victime traquée, Léon Trotski a vécu l’une des vies les plus extraordinaires qui soient. Fondateur de l’Armée rouge, opposant à son rival Staline qui le pourchasse, à partir... Révolutionnaire, chef de guerre, mais aussi écrivain brillant, amoureux des femmes, juif en conflit avec ses racines, icône puis bouc émissaire et victime traquée, Léon Trotski a vécu l’une des vies les plus extraordinaires qui soient. Fondateur de l’Armée rouge, opposant à son rival Staline qui le pourchasse, à partir de 1929, en Turquie, en France puis au Mexique, sa vie s’achève dans un apogée de violence, à l’image de son existence tourmentée. Théoricien « pur » d’apparence, célébré de son vivant et jusqu’aux années 2000 comme un archange de la « bonne » révolution, cet homme aussi monstrueux que génial fut habité par l’obsession du pouvoir, sans jamais parvenir à le conserver.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782262051280
            Code sériel : 611
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 840
            Format : 108 x 177 mm
            Perrin
            12.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            " Une biographie riche, cherchant l'homme derrière l'animal politique."
            Raphaëlle Leyris / Le monde des Livres

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Nikoz Posté le 9 Juin 2016
              Un somme sur un montagne d'orgueil et de naïveté... Consternant, mais un excellent.
            • mariech Posté le 25 Avril 2012
              Qui était réellement Trotski , un opportuniste , un idéaliste ? Sans doute un peu des deux . En tout cas , il eut un destin hors du commun et son nom est passé à la postérité . Il doit parfois mentir ou occulter certains faits de son existence , il n'aime pas que l'on sache qu'il vient d'une famille assez aisée et qu'il est Juif . Clin d'oeil du destin , son arrière petit fils retournera en Israël et reviendra aux sources du Hassidisme de la famille de Trotski . Trotski est parfois clairvoyant , c'est lui qui a eu l'idée de fonder le célèbre journal ' La pravda ' qui signifie ' La vérité ' ce qui est assez ironique pour un pays sous l'emprise d'un communisme monstrueux . Toute sa vie , il a gardé des fidèles inconditionnels auprès de lui , mais aussi des traîtres car bizarrement , il ne se méfiait pas toujours , faisait même preuve d'une certaine imprudence , d'une certaine naiveté . Bref , ce fut un homme avec sers qualités et ses failles , la plus importante est qu'il a sous estimé la puissance de Staline et a fait... Qui était réellement Trotski , un opportuniste , un idéaliste ? Sans doute un peu des deux . En tout cas , il eut un destin hors du commun et son nom est passé à la postérité . Il doit parfois mentir ou occulter certains faits de son existence , il n'aime pas que l'on sache qu'il vient d'une famille assez aisée et qu'il est Juif . Clin d'oeil du destin , son arrière petit fils retournera en Israël et reviendra aux sources du Hassidisme de la famille de Trotski . Trotski est parfois clairvoyant , c'est lui qui a eu l'idée de fonder le célèbre journal ' La pravda ' qui signifie ' La vérité ' ce qui est assez ironique pour un pays sous l'emprise d'un communisme monstrueux . Toute sa vie , il a gardé des fidèles inconditionnels auprès de lui , mais aussi des traîtres car bizarrement , il ne se méfiait pas toujours , faisait même preuve d'une certaine imprudence , d'une certaine naiveté . Bref , ce fut un homme avec sers qualités et ses failles , la plus importante est qu'il a sous estimé la puissance de Staline et a fait preuve de légéreté . Il a vécu en exil la plus grande partie de sa vie et s'en est accommodé tant bien que mal , il semble que peu de temps avant son assassinat , il souffrait de problèmes de santé de plus en plus fréquents , qu'il avait perdu son optimisme , qu'il ressassait toujours les mêmes idées . Ce qui m'a frappé c'est le destin cruel de ses enfants qui sont morts de son vivant , Zina la fille de son premier mariage souffrait de schizophrénie et s'est suicidée , Nina sa deuxième fille est morte de tuberculose , Serguëi , le second fils qu'il a eu avec Natalia , a été victime des déportations sous Staline et enfin Léon Sedov , l'aîné des fils qu'il eu avec Natalia a eu une mort suspecte , encore non élucidée à ce jour . Toute sa vie semble osciller entre les extrêmes et a été adoucie par l'amour qui l'a unit jusqu'à sa mort avec Natalia . C'est une lecture intéressante et pas seulement pour les amateurs d'histoire mais aussi pour tous ceux qui s'intéressent au monde qui nous entoure , car chaque avant - après d'une révolution est riche en enseignements Je suis donc contente de cette lecture malgré une écriture qui manque un peu de souffle pour me passionner vraiment .
              Lire la suite
              En lire moins
            • iti1801 Posté le 31 Octobre 2011
              Voilà bien un nom dont on a forcément entendu parler. Et pourtant, sait-on vraiment qui se cache derrière ce pseudonyme ? L’image que l’on garde en tête après en avoir entendu parler au collège et au lycée, colle-t-elle vraiment à la réalité ? Pour ma part, j’ai surtout retenu que c’était le créateur de l’armée rouge (ce qui avait une connotation sanguinaire dans la bouche du prof, quand il nous parlait de l’affrontement entre les Rouges et les Blancs) et qu’il a été évincé par STALINE à la tête de la jeune U.R.S.S. Plus tard, j’ai appris qu’il avait été assassiné au Mexique. Et c’est à peu près tout. Si on prend en compte les groupuscules d’extrême-gauche qui revendiquent son héritage, on peut imaginer que c’était un des penseurs du siècle dernier, mais difficile d’expliquer ce qu’est le trotskisme et la quatrième internationale. Heureusement, l’Opération Masse Critique de Babelio est venu combler mes lacunes avec cette monumentale biographie que l’on doit à Robert SERVICE ! Car enfin, entre 1879 et 1940, il s’en est passé des choses. Non seulement dans la vie de TROTSKI, mais surtout dans le monde ! En effet, cet ouvrage – et c’est une de ses forces... Voilà bien un nom dont on a forcément entendu parler. Et pourtant, sait-on vraiment qui se cache derrière ce pseudonyme ? L’image que l’on garde en tête après en avoir entendu parler au collège et au lycée, colle-t-elle vraiment à la réalité ? Pour ma part, j’ai surtout retenu que c’était le créateur de l’armée rouge (ce qui avait une connotation sanguinaire dans la bouche du prof, quand il nous parlait de l’affrontement entre les Rouges et les Blancs) et qu’il a été évincé par STALINE à la tête de la jeune U.R.S.S. Plus tard, j’ai appris qu’il avait été assassiné au Mexique. Et c’est à peu près tout. Si on prend en compte les groupuscules d’extrême-gauche qui revendiquent son héritage, on peut imaginer que c’était un des penseurs du siècle dernier, mais difficile d’expliquer ce qu’est le trotskisme et la quatrième internationale. Heureusement, l’Opération Masse Critique de Babelio est venu combler mes lacunes avec cette monumentale biographie que l’on doit à Robert SERVICE ! Car enfin, entre 1879 et 1940, il s’en est passé des choses. Non seulement dans la vie de TROTSKI, mais surtout dans le monde ! En effet, cet ouvrage – et c’est une de ses forces – permet de se rendre compte de l’évolution de la Russie entre la fin de l’ère tsariste et le début de la jeune république soviétique. Plus qu’une évolution, une mutation. Que l’on doit à une poignée d’hommes, parmi lesquels TROTSKI. Fils d’un petit propriétaire terrien juif, Leiba BRONSTEIN, de son vrai nom, est issu d’un milieu plutôt favorisé (ce qu’il s’efforcera de passer sous silence dans son autobiographie) et part poursuivre ses études chez des cousins éloignés à Odessa. Brillant étudiant, c’est là qu’il commence à être influencé par un petit groupe révolutionnaire et renonce à devenir ingénieur. Dès lors, sa vie sera entièrement consacrée à la révolution. Quitte à aller en prison ou à s’exiler (dans la Russie même ou en Europe). D’ailleurs, la révolution de février 1917 le prend au dépourvu, et il se dépêche de rentrer des Etats-Unis, lui qui avait déjà été présent lors de la précédente tentative de 1905. La suite, on la connaît… Mais Robert Service ne se contente pas d’évoquer l’Histoire, il s’attache aussi à montrer l’homme qui existait sous le personnage public. Certes, il était naturellement brillant et savait haranguer les foules comme personne, pouvant retourner une situation délicate à son avantage. Certes il avait des facilités d’écriture, et ne pouvait s’empêcher de passer une journée sans griffonner des articles ou des livres plus ou moins politiques. Mais c’était un homme qui souffrait souvent de syncope (on ne sait toujours pas si ce n’était pas plutôt des crises d’épilepsie, car la maladie était mal diagnostiquée à l’époque, et mal vue), qui était souvent arrogant, hautain, et n’a pas hésité à abandonner une première femme et ses deux filles. Par la suite, il a été fidèle à sa seconde compagne (même s’il a eu une brève aventure à la fin de sa vie, au Mexique, avec Frida KAHLO). Mais plus que tout il a essayé d’être fidèle à l’idée qu’il se faisait de la révolution. Idée qui était fortement imprégnée de la Révolution française et de la terreur… Si son objectif était la démocratie, les chemins qu’il entendait emprunter pour y parvenir n’étaient pas les plus justes pour le plus grand nombre… Bref, il est difficile de résumer une telle biographie (près de 500 pages quand même, grand format : un pavé !), mais l’auteur sait la rendre intéressante avec un style vivant, plaisant à lire. Le genre de bouquin qui vous fait apprendre sans s’en rendre compte, et passer agréablement le temps.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Walktapus Posté le 3 Octobre 2011
              Ce livre se veut la première biographie "objective" de Trotski qui bien qu'évincé puis assassiné par son rival Staline, lui survit idéologiquement. A tel point que des trostskistes ont publié de farouches réactions à cet ouvrage, qu'ils perçoivent comme une attaque à leur fond de commerce, "issue d'une volonté consciente de le dénigrer à un moment où le capitalisme traverse une crise". En ce qui me concerne, non partisan, je ne m'étais jusqu'à présent jamais intéressé à Trotski que sous l'angle de son rôle dans la guerre civile russe - peut-être pas celui que ses zélateurs aiment à rappeler - et sur ce seul point où je me sens relativement compétent, je n'y ai pas décelé de volonté particulière de dessiner un portrait à charge ni à décharge. L'impression qui ressort de ce livre est celle d'un homme, avec des défauts, des qualités, du génie, du courage et des lâchetés, de l'aveuglement, des erreurs, aussi bien dans sa vie personnelle que publique, le portrait d'un homme, pas d'une icône politique. Il fait suite à deux ouvrages, sur Lénine et Staline, de l'auteur, historien anglais spécialiste de la révolution russe et des débuts de l'URSS. Son travail repose sur une importante collection... Ce livre se veut la première biographie "objective" de Trotski qui bien qu'évincé puis assassiné par son rival Staline, lui survit idéologiquement. A tel point que des trostskistes ont publié de farouches réactions à cet ouvrage, qu'ils perçoivent comme une attaque à leur fond de commerce, "issue d'une volonté consciente de le dénigrer à un moment où le capitalisme traverse une crise". En ce qui me concerne, non partisan, je ne m'étais jusqu'à présent jamais intéressé à Trotski que sous l'angle de son rôle dans la guerre civile russe - peut-être pas celui que ses zélateurs aiment à rappeler - et sur ce seul point où je me sens relativement compétent, je n'y ai pas décelé de volonté particulière de dessiner un portrait à charge ni à décharge. L'impression qui ressort de ce livre est celle d'un homme, avec des défauts, des qualités, du génie, du courage et des lâchetés, de l'aveuglement, des erreurs, aussi bien dans sa vie personnelle que publique, le portrait d'un homme, pas d'une icône politique. Il fait suite à deux ouvrages, sur Lénine et Staline, de l'auteur, historien anglais spécialiste de la révolution russe et des débuts de l'URSS. Son travail repose sur une importante collection d'archives. Emblématique est l'accès au manuscrit de l'autobiographie de Trotski, qui comporte, biffés de la main de Trotski les éléments qu'il préférait passer sous silence. Car si Trotski n'a pas menti sur sa vie, il a passé sous silence les éléments qui ne concordaient pas avec l'image qu'il voulait donner de lui-même. Le livre fait ses 550 pages sans les notes, pèse très lourd dans le sac (à quand une édition électronique ?), mais se lit très bien, dans un langage digeste et vivant. On suit le parcours de Trotski, de son enfance en Ukraine où il nait dans une famille aisée de colons juifs, jusqu'à sa fin, assassiné avec le fameux pic à glace dans une villa fortifiée de la banlieue de Mexico. Le portrait qu'en dégage l'auteur est celui d'un homme brillant, orateur magnétique, grand écrivain, mais aussi égocentrique, abandonnant par exemple sa femme et leurs deux jeunes enfants pour aller poursuivre sa carrière révolutionnaire en Europe. La guerre civile le révèle comme un homme impitoyable. Le plus étonnant sans doute, est ce portrait d'un homme qui s'estimait au-dessus des querelles de factions et refusa le pouvoir suprême (sous un prétexte fallacieux ?) avant d'être victime des machinations de Staline. En parallèle, on en apprend beaucoup sur le mouvement révolutionnaire européen et russe, la révolution, la guerre civile russe et les années qui ont suivi. Un livre très intéressant donc, mais à réserver quand même aux gens qui ont un intérêt sur le sujet ou la période. Il me reste à remercier Babelio et les éditions Perrin pour avoir pu lire ce livre dans le cadre d'une opération "Masse Critique".
              Lire la suite
              En lire moins
            • alaiseblaise Posté le 1 Octobre 2011
              Livre lu dans le cadre de Masse Critique. On a tout dit, tout écrit, tout lu, tout entendu sur Trotski. Du tout et du n’importe quoi. De quoi aveuglément le vénérer ou mécaniquement le haïr. Trotski est une icône qui trône sur les étagères de l’Histoire avec un grand R comme Révolution. A côté du Che, de Mao ou de Spartacus. Eblouis, certains se prosternent encore devant l’étalage...les genoux rouges de sang... Après tout, Trotski n’est pas un Dieu mais un homme comme tout le monde, comme vous et moi...fait de bien et de mal... Robert Sergent, spécialiste de l’histoire du communisme nous livre ici une somme inédite et passionnante de plus de cinq-cents pages sur un homme hors du commun. Un pavé dans la mare russe qui risque de faire grincer bien des dents chez les croyants-pratiquants du trotskisme. Ce livre est aussi et surtout une histoire de la Russie : son fin de règne tsariste, ses révolutions et ses querelles intestines entre mencheviks et bolcheviks jusqu’à ses dictatures et ses terreurs. Précisons : Trotski est resté honni jusqu’en 1988, l’année où Gorbatchev le réhabilite à titre posthume ! Résumons (est-il possible de résumer une vie si ardente ?). D’origine juive, Leiba Bronstein, né en 1879 en Nouvelle-Russie, au... Livre lu dans le cadre de Masse Critique. On a tout dit, tout écrit, tout lu, tout entendu sur Trotski. Du tout et du n’importe quoi. De quoi aveuglément le vénérer ou mécaniquement le haïr. Trotski est une icône qui trône sur les étagères de l’Histoire avec un grand R comme Révolution. A côté du Che, de Mao ou de Spartacus. Eblouis, certains se prosternent encore devant l’étalage...les genoux rouges de sang... Après tout, Trotski n’est pas un Dieu mais un homme comme tout le monde, comme vous et moi...fait de bien et de mal... Robert Sergent, spécialiste de l’histoire du communisme nous livre ici une somme inédite et passionnante de plus de cinq-cents pages sur un homme hors du commun. Un pavé dans la mare russe qui risque de faire grincer bien des dents chez les croyants-pratiquants du trotskisme. Ce livre est aussi et surtout une histoire de la Russie : son fin de règne tsariste, ses révolutions et ses querelles intestines entre mencheviks et bolcheviks jusqu’à ses dictatures et ses terreurs. Précisons : Trotski est resté honni jusqu’en 1988, l’année où Gorbatchev le réhabilite à titre posthume ! Résumons (est-il possible de résumer une vie si ardente ?). D’origine juive, Leiba Bronstein, né en 1879 en Nouvelle-Russie, au sud de l’Ukraine, choisit à 23 ans le pseudonyme de Trotski. La légende court encore sur l’origine de ce pseudonyme : il aurait acheté un passeport à un habitant d’Irkoutsk nommé Trotski. Jeune étudiant, il se prépare déjà aux joutes oratoires en «potassant» «L’Art d’avoir toujours raison» de Schopenhauer. Il sera plus tard un orateur politique hors pair ! Piotr Garvi le décrit comme suit : «La lueur glaciale de son regard derrière son pince-nez, son timbre de voix, non moins glacial, la froideur de son discours parfaitement correct et tranchant, puisqu’il écrit comme il parle et enfin le soin exagéré qu’il apporte à son apparence extérieure, à sa façon de s’habiller et à ses gestes, tout cela créait un effet aliénant, répulsif même." Prison, déportation et exil vont forger l’esprit combattant de Trotski jusqu’à la révolution de 1917. Il prit une part active dans la révolution, toujours sur le terrain, au contraire d’un Lénine plus discret. Adepte de la révolution permanente, il se retrouve vite isolé, banni par les léninistes et les staliniens. Tout cela finira mal, nous le savons : il sera assassiné en 1940, au Mexique par un agent de Staline. Robert Sergent, enseignant à l’université d’Oxford, nous invite dans l’intimité de Trotski : son enfance et l’école, ses lectures et son talent d’écrivain, sa famille, ses enfants et ses femmes. Ce livre est vraiment exaltant à lire !
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…