Lisez! icon: Search engine
Écriture
EAN : 9782359053159
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 14 x 22,5 mm

Abécédaire intime - Désordre

Date de parution : 15/04/2021
Jean-Claude Carrière livre les pièces du puzzle que fut sa vie, dirigée par une curiosité sans limite, ponctuée de rencontres majeures (Buñuel, Brook, Forman…) et de quelques chefs-d’œuvre du cinéma, du Tambour à Cyrano
 
« Ce livre est un jeu : il s’agit de choisir sa vie, exercice difficile au début d’un parcours, mais qui devient plus facile, et plus ludique, quand on approche de la fin. Il est possible de mettre ceci en lumière et de laisser cela dans l’ombre, ou même dans... « Ce livre est un jeu : il s’agit de choisir sa vie, exercice difficile au début d’un parcours, mais qui devient plus facile, et plus ludique, quand on approche de la fin. Il est possible de mettre ceci en lumière et de laisser cela dans l’ombre, ou même dans le noir… Sans parler des tâtonnements de notre mémoire, qui nous accompagnent fidèlement, comme le mensonge. Et puis, ai-je pensé, cela m’évitera d’écrire mes mémoires, ce qui est toujours la barbe. J’aime mieux vivre ma vie que la raconter. »

Écrivain, scénariste, parolier, traducteur, metteur en scène, mais avant tout conteur, Jean-Claude Carrière se raconte dans cet abécédaire intime qui va d’Aragon à Wajda, et de Doisneau à Shakespeare, en passant par l’Inde et par Pigalle.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782359053159
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 14 x 22,5 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • germania Posté le 30 Juillet 2021
    Le mot « Abécédaire » renvoie d’abord à l’enfance .. Il sonne comme une comptine que se réciterait un enfant pour mémoriser une liste d’importance. J’aime les abécédaires. Et d’autant plus quand il s’agit de cet exercice ludique rédigé par un adulte, et quel adulte, puisque l’auteur en l’occurrence est Jean-Claude Carrière. Voilà un homme qui a touché à beaucoup d’arts, cinéma, théâtre, écriture, réflexion philosophique … et qui a rencontré aussi maintes personnes d’exception. Alors, qu’il choisisse cette forme, toute simple et modeste, l’abécédaire, pour évoquer sa part « d’intime » a quelque chose de touchant, comme s’il voulait se mettre dans les mains de tous. Un abécédaire n’est pas un essai, ni une autobiographie ni un « roman vrai » … Ce sont des fragments, sagement rangés par ordre alphabétique. Au lecteur ensuite de choisir l’ordre de sa découverte. Ce sont des textes brefs pour la plupart, sorte d’articles de dictionnaire, mais qui n’énoncent aucune vérité universelle, seulement la vision de l’auteur, son sentiment, les images les plus prégnantes restées ancrées dans sa mémoire. Lire un tel ouvrage est un bonheur, on va d’une lettre à une autre au hasard, ou bien l’on privilégie un thème (le cinéma, la littérature …) et l’on savoure.... Le mot « Abécédaire » renvoie d’abord à l’enfance .. Il sonne comme une comptine que se réciterait un enfant pour mémoriser une liste d’importance. J’aime les abécédaires. Et d’autant plus quand il s’agit de cet exercice ludique rédigé par un adulte, et quel adulte, puisque l’auteur en l’occurrence est Jean-Claude Carrière. Voilà un homme qui a touché à beaucoup d’arts, cinéma, théâtre, écriture, réflexion philosophique … et qui a rencontré aussi maintes personnes d’exception. Alors, qu’il choisisse cette forme, toute simple et modeste, l’abécédaire, pour évoquer sa part « d’intime » a quelque chose de touchant, comme s’il voulait se mettre dans les mains de tous. Un abécédaire n’est pas un essai, ni une autobiographie ni un « roman vrai » … Ce sont des fragments, sagement rangés par ordre alphabétique. Au lecteur ensuite de choisir l’ordre de sa découverte. Ce sont des textes brefs pour la plupart, sorte d’articles de dictionnaire, mais qui n’énoncent aucune vérité universelle, seulement la vision de l’auteur, son sentiment, les images les plus prégnantes restées ancrées dans sa mémoire. Lire un tel ouvrage est un bonheur, on va d’une lettre à une autre au hasard, ou bien l’on privilégie un thème (le cinéma, la littérature …) et l’on savoure. Au final, émerge le portrait éclectique et sensible de JC Carrière, qui sait évoquer sans juger, dont on sent qu’il a su écouter les autres et partager des moments de joie dans la simplicité de ses rapports avec autrui. #8232;Merci à Babelio de m’avoir permis de découvrir cette personnalité très attachante.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AnneMarieLA Posté le 24 Juillet 2021
    J'avais déjà consulté LE DICTIONNAIRE AMOUREUX DU MEXIQUE, celui de l'Inde,j'avais lu,(entre autres) LA CONTOVERSE DE VALLADOLID, écouté plusieurs interviews de Jean-Claude Carrière, vu son nom au générique de nombreux films (et pas des moindres ! ), assisté à une conférence donnée en tant que directeur de la FEMIS et voilà qu'à présent j'ai la chance de découvrir, grâce à Babelio , Masse critique et aux Editions Ecriture , son ABECEDAIRE INTIME ! Il me permet de pénétrer plus en avant la vie publique et personnelle de cet homme d'écriture et de parole, cet esprit libre qui marqué de son empreinte 60 années de la vie culturelle et artistique, qui s'est essayé avec autant de succès à la forme du roman, de l'oeuvre théâtrale, du scénario de films qu'a celle de l'essai philosophique ou de l'entretien avec des hommes de science, qui de 1957 à 2021 a publié environ 70 ouvrages en collaboration, souvent avec d'éminents spécialistes. On devine que l'abécédaire d'une telle « carrière » est riche ! Sa forme alphabétique permet au lecteur de picorer à sa guise dans l'ouvrage, au hasard de ses intérêts. C'est ainsi que j'ai d'abord procédé, mais rapidement, comme pour ne rien rater, j'ai adopté la lecture page après page.... J'avais déjà consulté LE DICTIONNAIRE AMOUREUX DU MEXIQUE, celui de l'Inde,j'avais lu,(entre autres) LA CONTOVERSE DE VALLADOLID, écouté plusieurs interviews de Jean-Claude Carrière, vu son nom au générique de nombreux films (et pas des moindres ! ), assisté à une conférence donnée en tant que directeur de la FEMIS et voilà qu'à présent j'ai la chance de découvrir, grâce à Babelio , Masse critique et aux Editions Ecriture , son ABECEDAIRE INTIME ! Il me permet de pénétrer plus en avant la vie publique et personnelle de cet homme d'écriture et de parole, cet esprit libre qui marqué de son empreinte 60 années de la vie culturelle et artistique, qui s'est essayé avec autant de succès à la forme du roman, de l'oeuvre théâtrale, du scénario de films qu'a celle de l'essai philosophique ou de l'entretien avec des hommes de science, qui de 1957 à 2021 a publié environ 70 ouvrages en collaboration, souvent avec d'éminents spécialistes. On devine que l'abécédaire d'une telle « carrière » est riche ! Sa forme alphabétique permet au lecteur de picorer à sa guise dans l'ouvrage, au hasard de ses intérêts. C'est ainsi que j'ai d'abord procédé, mais rapidement, comme pour ne rien rater, j'ai adopté la lecture page après page. Lecture cependant morcelée, éclatée, bien sûr, grâce à laquelle se dessine progressivement le portrait d'un homme éclectique, doté d'« une incessante curiosité », « d'un appétit de toute chose » et qui avoue : « je n'ai jamais eu de chemin tout tracé devant moi. Je suis là, dans un jardin avec des fruits. Je les savoure. Si j'en trouve d'amers, je les recrache. Et je passe à l'arbre suivant » . Je dois avouer que si j'ai savouré chacune des 87 entrées de l'abécédaire, ce n'est pas tant pour la notoriété des nombreux « maîtres » ou compagnons de route de JC Carrière que par la chaleur, la tendresse et l'émotion avec laquelle il évoque ce compagnonnage. Des anecdotes, des tranches de vie relatées avec élégance, sobriété et pudeur surtout lorsqu'il fait allusion à son enfance et à sa famille. C'est toujours en parlant des autres que l'auteur nous parle le mieux de lui, avec modestie, sans volonté de se mettre en avant. Et quand il fait preuve d'érudition, comme dans l'entrée consacrée aux différentes formes de Bouddhisme, c'est sobrement, sans pédantisme. Il apparaît comme celui qui a eu la chance de collaborer avec de grands noms des arts et lettres et qui, tel un conteur ( n'oublions pas sa grande expérience de scénariste et de dialoguiste) se délecte de nous faire partager le bonheur de ses rencontres et de ses expériences. La couverture du livre offre la photographie d'un homme au regard espiègle qui sourit malicieusement. Il avoue son goût du rire,«  ce besoin, ma sagesse », présenté comme une source de bien-être et qui l'a amené à s'associer aux films de Jacques Tati et de Pierre Etaix. Cet abécédaire, écrit à la fin de sa vie, c'est aussi une réflexion sur la vieillesse, non pas celle d'un vieillard qui délivre une leçon de sagesse, mais juste celle d'un homme, qui en toute sérénité, avant le grand départ ouvre la porte de son royaume intérieur et commente pour nous l'album de photos de toute une vie : celle d'un passeur de culture .
    Lire la suite
    En lire moins
  • fuji Posté le 19 Juillet 2021
    Un grand merci à Masse Critique Babelio et aux éditions André Versaille pour ce précieux livre. A l’évocation de ce nom Jean-Claude Carrière, je vois immédiatement ce visage qui sourit avec les yeux, un vrai sourire pas celui d’un compassé, celui du curieux. Car la curiosité l’a guidé toute sa vie. Cet abécédaire est un jeu pour lui et cela se ressent : « J’aime mieux vivre ma vie que la raconter. Sans parler des tâtonnements de notre mémoire, qui nous accompagnent de notre mémoire, qui nous accompagnent fidèlement, comme le mensonge. » Ce regard sur le monde lui a permis une vie professionnelle protéiforme sa biographie est des plus riches. Ils ne sont pas si nombreux à avoir cet éclectisme et à savoir transmettre. C’est un conteur, qu’il vous parle de l’univers sur un plateau aux côtés d’Hubert Reeves ou culture avec Umberto Eco, le spectateur est tout ouïe. Cet abécédaire je l’ai lu comme un roman, et je sais que sa richesse le fera y revenir en picorant sur les sujets qui m’importent, c’est une démonstration formidable que culture, érudition n’est pas seulement livresque, tous les supports sont de bons supports pour transmettre et partager, mais ici l’essentiel est dans l’art de la rencontre... Un grand merci à Masse Critique Babelio et aux éditions André Versaille pour ce précieux livre. A l’évocation de ce nom Jean-Claude Carrière, je vois immédiatement ce visage qui sourit avec les yeux, un vrai sourire pas celui d’un compassé, celui du curieux. Car la curiosité l’a guidé toute sa vie. Cet abécédaire est un jeu pour lui et cela se ressent : « J’aime mieux vivre ma vie que la raconter. Sans parler des tâtonnements de notre mémoire, qui nous accompagnent de notre mémoire, qui nous accompagnent fidèlement, comme le mensonge. » Ce regard sur le monde lui a permis une vie professionnelle protéiforme sa biographie est des plus riches. Ils ne sont pas si nombreux à avoir cet éclectisme et à savoir transmettre. C’est un conteur, qu’il vous parle de l’univers sur un plateau aux côtés d’Hubert Reeves ou culture avec Umberto Eco, le spectateur est tout ouïe. Cet abécédaire je l’ai lu comme un roman, et je sais que sa richesse le fera y revenir en picorant sur les sujets qui m’importent, c’est une démonstration formidable que culture, érudition n’est pas seulement livresque, tous les supports sont de bons supports pour transmettre et partager, mais ici l’essentiel est dans l’art de la rencontre au sens large qui fait le miel de Jean-Claude Carrière. Cette attention à l’autre, cette bienveillance n’est qu’ouverture d’esprit et enrichissement, chaque lettre de cet abécédaire nous le crie. J’y retrouve l’homme sans masque. Celui qui se souvient de ses origines, cette maison où il est né et qu’il a conservé, un ancrage bienfaiteur. « Toute ma vie, tandis que pour mon travail je courrais sans arrêt le monde, l’un de mes pieds restait enfoncé dans le sol de ce village-là. » Les portraits de ceux qui ont jalonné sa vie sont à la fois forts et drôles de ces anecdotes qui font sourire avec tendresse. Fascinée par ses réflexions sur Balzac, Hugo, Kundera etc. En quelques mots le lecteur voit cet étonnement permanent qui est le sien, ce qui le nourrit. Une ligne et le lecteur a envie de relire « L’insoutenable légèreté de l’être ». Comme lui je suis sûre que les livres bavardent entre eux, la nuit. Ah si le matin venu ils pouvaient me dire… C’est pourquoi j’aime relire, mais combien de livres contemporains supporteront une relecture ? « Une bibliothèque est comme une cave. C’est avant tout un endroit de plaisir. Il est possible, de temps en temps, de s’y réfugier jalousement, presque en cachette, de choisir un volume au passage, comme on saisit une ancienne bouteille, et de se dire : « Tiens, voyons ce que devient cet auteur-là. » Il en est des écrivains comme des vins ; certains vieillissent mieux que d’autres, certains s’éventent, ou s’aigrissent en quelques années, d’autres se révèlent sur le tard et se fortifient. » Un livre dans lequel j’ai fait de belles découvertes sur cet homme et en même temps un sentiment de familiarité si je puis utiliser ce terme pour cet homme magnifique. Rares sont les vrais passeurs de culture, ils ne sont surtout pas pontifiant et leur ego n’est pas boursoufflé. Tout un art que possédait Jean-Claude Carrière. Il savait mettre en pratique ceci : « Un des secrets de l’enseignement est de ne dire à ceux à qui l’on s’adresse que ce qu’ils sont capables, et qu’ils ont envie, de recevoir. » C’est transmettre un savoir avec en plus l’envie pour celui qui reçoit d’aller plus loin avec ses propres moyens. Un livre qui se savoure comme un plat partagé dans une même communion d’esprit. Merci Monsieur d’être cet homme-là. ©Chantal Lafon
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Portrait
    Écriture

    Les éditions Ecriture créent une nouvelle collection, "Abécédaire intime"

    Proposée par André Versaille

    De quoi une vie est-elle faite ? Dans les livres de cette collection, les écrivains égrènent leurs souvenirs. Au fil de leurs flâneries, ils nous racontent leurs rencontres, nous entretiennent de leurs amitiés, nous parlent des livres qu’ils ontaimés, des films qui les ont touchés, des expériences qui les ont marqués, des musiques qui les habitent, des voyages qu’ils ont entrepris, bref, de tout ce quiles a constitués. En se livrant chacun à sa manière, ils nous ouvrent les portes de leur royaume intérieur.

    Les deux premiers titres sont signés de Michel Le Bris, l’écrivain-voyageur récemment disparu et de Jean-Claude Carrière, scénariste et écrivain.

    Lire l'article