Lisez! icon: Search engine
Kurokawa
EAN : 9782368522066
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 176
Format : 128 x 182 mm

Anus Beauté - tome 01

Satoko FUJIMOTO (Traducteur)
Collection : Anus Beauté
Série : Anus Beauté
Date de parution : 14/04/2016
Debout, c’est l’Enfer ! Assis, c’est la misère ! Et pour marcher t’es obligé d’appeler ta mère ! Tel est le calvaire de l’humain frappé par ce fléau baptisé hémorroïdes. Comment les éviter ? Comment les soigner ? Lisez Anus Beauté !
Mitsuki Yakushiji, 16 ans, a tout pour être heureux. Sauf qu’il traîne avec lui un lourd fardeau : il souffre d’hémorroïdes. Personne n’est au courant, bien sûr, jusqu’à ce qu’une de ses camarades de classe le démasque. Frappée du même mal que lui, Shiori Miura connaît tout de cette maladie et elle... Mitsuki Yakushiji, 16 ans, a tout pour être heureux. Sauf qu’il traîne avec lui un lourd fardeau : il souffre d’hémorroïdes. Personne n’est au courant, bien sûr, jusqu’à ce qu’une de ses camarades de classe le démasque. Frappée du même mal que lui, Shiori Miura connaît tout de cette maladie et elle est bien décidée à aider Yakushiji à la combattre, même contre son gré…


L’humour au service de la connaissance !

Marina Carrère d’Encausse (Le Magazine de la santé, Allô docteurs – France 5, Télé Star), qui signe la préface du manga, souligne l’aspect unique d’Anus Beauté qui parvient à mêler humour et véritable connaissance médicale.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782368522066
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 176
Format : 128 x 182 mm
Kurokawa

Ils en parlent

"Ça vaut le coup de lire "Anus beauté", le manga qui décomplexe les hémorroïdes"
Elodie Drouard & Jérôme Comin / France TV

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • pepytoh Posté le 26 Juin 2017
    Il n'y a que les japonais pour parler de ce genre de sujets ... L'histoire est sympa, c'est drôle, l'humour est omniprésent mais mine de rien, j'en ai appris un paquet sur cette maladie ! En conclusion, c'est un manga frais à lire aux toilettes bien sûr !
  • Shan_Ze Posté le 4 Novembre 2016
    Quand j’ai vu les critiques de Foxfire et Yanndallex, j’ai tout de suite voulu lire cette histoire de cul… euh, d’hémorroïdes. Oui, un manga qui parle de ça, c’est étrange… j’étais curieuse de voir de quelle façon le sujet serait traité. J’ai éprouvé un certain malaise dans les premières pages, le vieux réflexe prout-caca-beurk, mais quelques scènes m’ont déridée. Les explications de l’auteur sur certaines phases du développement de l'hemorroide sont intéressantes cependant, on évite d’y regarder de trop près. Par contre, les conseils sont toujours bons à prendre et se recoupent avec ceux du charme discret de l’intestin de Giulia Enders que je lis en pointillés en ce moment. Je ne sais pas si l’auteur exagère sur l’inconfort de ces petits maux mais ça a l’air sacrément désagréable dans la vie de tous les jours… Côté relation : entre amie et conseillère ardente et passionnée, Shiori est assez particulière mais j’aime bien le personnage. A voir si la relation entre le jeune garçon et Komatsu va évoluer dans le second tome. Un manga original qui traite d’un sujet tu, avec beaucoup d’humour… et qui peut peut-être vous aider à vous décoincer. (La traduction du titre est plus soft que l’original…... Quand j’ai vu les critiques de Foxfire et Yanndallex, j’ai tout de suite voulu lire cette histoire de cul… euh, d’hémorroïdes. Oui, un manga qui parle de ça, c’est étrange… j’étais curieuse de voir de quelle façon le sujet serait traité. J’ai éprouvé un certain malaise dans les premières pages, le vieux réflexe prout-caca-beurk, mais quelques scènes m’ont déridée. Les explications de l’auteur sur certaines phases du développement de l'hemorroide sont intéressantes cependant, on évite d’y regarder de trop près. Par contre, les conseils sont toujours bons à prendre et se recoupent avec ceux du charme discret de l’intestin de Giulia Enders que je lis en pointillés en ce moment. Je ne sais pas si l’auteur exagère sur l’inconfort de ces petits maux mais ça a l’air sacrément désagréable dans la vie de tous les jours… Côté relation : entre amie et conseillère ardente et passionnée, Shiori est assez particulière mais j’aime bien le personnage. A voir si la relation entre le jeune garçon et Komatsu va évoluer dans le second tome. Un manga original qui traite d’un sujet tu, avec beaucoup d’humour… et qui peut peut-être vous aider à vous décoincer. (La traduction du titre est plus soft que l’original… => Kiss my ass)
    Lire la suite
    En lire moins
  • yanndallex Posté le 4 Juillet 2016
    Ce manga est plutôt cul…..loté et particulièrement original. Et Kurokawa s’est amusé à en changer le titre de manière très comique et presque antinomique « Anus Beauté »… avez-vous déjà vu un anus beau ? Le titre original « Kiss my ass » est quant à lui plus évocateur de « sexe », ou à l’inverse provocateur afin de dire dans un langage moins argotique : « cours toujours »… Et oui, donc ce manga parle bien de postérieur… et d’un sujet souvent tabou dont un bon nombre d’individus souffre… les hémorroïdes !! L’auteur Takeshi Ohmi réussi un tour de fesse…oups, de force, en développant tout une histoire autour de ce mal répandu… d’ailleurs, il n’hésite pas à le comparer à un petit démon… Le dessin, le style, les effets, les trames : Le dessin en style semi-réaliste parfois caricaturé est très agréable, avec un trait fin et délicat, relativement fluide. L’auteur focalise évidemment sur le côté sexy des personnages, avec de belles rondeurs ou des poses affriolantes, mais toutes ont aussi ce petit truc en plus rigolo impliqué par le thème. Les fesses reviennent régulièrement dans les dessins par des gros plans, des perspectives délicates, des plongées…hum…pleines d’humour etc… Bref les mises en scène sont bien réalisées... Ce manga est plutôt cul…..loté et particulièrement original. Et Kurokawa s’est amusé à en changer le titre de manière très comique et presque antinomique « Anus Beauté »… avez-vous déjà vu un anus beau ? Le titre original « Kiss my ass » est quant à lui plus évocateur de « sexe », ou à l’inverse provocateur afin de dire dans un langage moins argotique : « cours toujours »… Et oui, donc ce manga parle bien de postérieur… et d’un sujet souvent tabou dont un bon nombre d’individus souffre… les hémorroïdes !! L’auteur Takeshi Ohmi réussi un tour de fesse…oups, de force, en développant tout une histoire autour de ce mal répandu… d’ailleurs, il n’hésite pas à le comparer à un petit démon… Le dessin, le style, les effets, les trames : Le dessin en style semi-réaliste parfois caricaturé est très agréable, avec un trait fin et délicat, relativement fluide. L’auteur focalise évidemment sur le côté sexy des personnages, avec de belles rondeurs ou des poses affriolantes, mais toutes ont aussi ce petit truc en plus rigolo impliqué par le thème. Les fesses reviennent régulièrement dans les dessins par des gros plans, des perspectives délicates, des plongées…hum…pleines d’humour etc… Bref les mises en scène sont bien réalisées et partent souvent dans le comique de situation, le loufoque. Les débordements des dessins de cases à autres sont très fréquents et originaux, parfois même s’étalent sur la page complète, mais ils donnent une rythme soutenu et ils renforcent l’humour des mises en situation rocambolesques. Les effets sont typiques en style manga avec des caricatures exagérées par moment, et tout un tas d’artifices graphiques comme une « sur-silhouette » en pointillé pour donner un effet de tremblement, des bulles entourées de pics pour exprimer la douleur, ou quelques onomatopées posées çà et là… Les trames sont, quant à elles, majoritairement Girly pour accentuer l’aspect sexy d’amours scolaires, mais elles sont aussi utilisées pour réalisées les beaux dégradés pour les cheveux, ou bien pour maîtriser les ombres et lumières. En résumé, le dessin est beau et délicat, plutôt classique manga tendance Shojo mais surtout très amusant. Le scénario, le découpage : Bien que l’idée de faire un manga sur la base du fléau des hémorroïdes soit originale, le scénario de ce tome 1 reste des plus classiques. Une histoire de romance plus ou moins compliquée avec évidemment 3 acteurs principaux formant ainsi l’indispensable triangle amoureux… Bref, à moins d’être féru de manga à l’eau de rose, cela pourrait être carrément rébarbatif… Mais heureusement Takeshi Ohmi ne s’attardent pas sur l’histoire. Celle-ci lui sert essentiellement de prétexte pour nous développer avant tout un véritable documentaire sur les hémorroïdes : qu’est-ce que ce mal ? Comment apparaît-il ? Que doit-on faire pour le prévenir, ou si nous en sommes déjà atteint, comment devons-nous faire pour le faire disparaître ? Quelles sont les complications possibles etc... C’est donc là tout le génie exprimé de l’auteur. Celui-ci s’emploie à agrémenter donc le livre d’explications, de schémas, de conseils etc… qui ne sont pas du tout inintéressant, et même bien au contraire très instructifs et limite passionnants ! L’humour est aussi omniprésent, et les situations deviennent vite cocasses et hilarantes. La rigolade permet aussi, bien évidemment, de mieux faire passer le message mais surtout, dans notre cas, de maintenir le lecteur dans sa soif d’apprentissage sur un sujet tabou paraissant communément ennuyeux… Le découpage est, quant à lui, bien cadencé et rythmé, variant de deux à cinq cases en moyenne par pages, et usant de tailles et de formes de vignettes régulièrement différentes. Les débordements ou empiètements de cases sont aussi fréquent et donnent une dynamique particulièrement intéressante à l’histoire. Les dialogues sont sympathiques et fort judicieusement traduit par l’éditeur. Pour faire simple, ce manga dont le sujet principal se situe en dessous de la ceinture, est loin d’être grossier. Il ne manque pas d’ingéniosité, d’humour et de romance malgré une trame de scénario paraissant banale. Il est fort bien documenté et particulièrement instructif, sauf peut-être pour les médecins… C’est donc une bonne lecture que je conseille à tous les curieux(ses) !
    Lire la suite
    En lire moins
  • BiblioEve Posté le 26 Mai 2016
    Voici un manga des plus surprenant ou comment aborder le problème des hémorroïdes avec humour. Notre jeune héros est au lycée et il souffre d'hémorroïdes, heureusement pour lui il va faire la connaissance de Shiori, une camarade de classe qui souffre du même mal mais qui sait quoi faire pour lutter contre. Elle se met alors en tête de le coacher afin qu'il parvienne à terminer l'année scolaire avant d'aller se faire opérer. Manga médical qui nous renseigne sur ce mal par trop méconnu. Intéressant.
  • Foxfire Posté le 23 Mai 2016
    Yakushiji a 16 ans. Il est au lycée. Il est secrètement amoureux de la jolie Komatsu. Un lycéen comme les autres... sauf qu'il souffre d'hémorroïdes (je viens de perdre la moitié des lecteurs de cette critique en quelques lignes). Yakushiji rencontre alors Shiori, une jeune fille qui rêve de devenir proctologue et va l'aider à vaincre sa maladie. Quand je suis tombée par hasard sur un article parlant de ce manga, j'ai tout de suite été intriguée par l'originalité du propos (vous avez le droit de me trouver bizarre). "Anus beauté" (au passage, on félicitera l'éditeur français pour avoir imaginé ce titre, du genre à donner honte au moment du passage en caisse, le titre original étant "sidekick-ass") traite de ce problème médical délicat de façon très documentée. Explications théoriques, schémas, vous saurez tout de cette maladie. Et ce, sous tous les angles, même les plus tabous. On entendra donc parler de fistule, de fissure anale, de l'étron idéal... (ah ! je crois que je viens de perdre encore quelques lecteurs). Malgré cet aspect documentaire, Takeshi Ohmi n'oublie pas de raconter une histoire. L'auteur détourne de façon amusante les codes du shojo romantique. "Anus beauté" ne restera pas dans les annales. Ce n'est... Yakushiji a 16 ans. Il est au lycée. Il est secrètement amoureux de la jolie Komatsu. Un lycéen comme les autres... sauf qu'il souffre d'hémorroïdes (je viens de perdre la moitié des lecteurs de cette critique en quelques lignes). Yakushiji rencontre alors Shiori, une jeune fille qui rêve de devenir proctologue et va l'aider à vaincre sa maladie. Quand je suis tombée par hasard sur un article parlant de ce manga, j'ai tout de suite été intriguée par l'originalité du propos (vous avez le droit de me trouver bizarre). "Anus beauté" (au passage, on félicitera l'éditeur français pour avoir imaginé ce titre, du genre à donner honte au moment du passage en caisse, le titre original étant "sidekick-ass") traite de ce problème médical délicat de façon très documentée. Explications théoriques, schémas, vous saurez tout de cette maladie. Et ce, sous tous les angles, même les plus tabous. On entendra donc parler de fistule, de fissure anale, de l'étron idéal... (ah ! je crois que je viens de perdre encore quelques lecteurs). Malgré cet aspect documentaire, Takeshi Ohmi n'oublie pas de raconter une histoire. L'auteur détourne de façon amusante les codes du shojo romantique. "Anus beauté" ne restera pas dans les annales. Ce n'est pas un chef-d’œuvre, faut pas pousser. Mais ce manga permet de passer un bon moment décalé. Takeshi Ohmi n'est pas un péteux, il ne se prend pas au sérieux, et propose un récit bien torché. Le retournement de situation final, s'il ne laisse pas le lecteur sur le cul, surprend malgré tout. J'espère que cette petite critique, pas trop merdique, incitera quelques uns à se bouger les fesses pour se procurer ce petit manga qui constitue une parfaite lecture de cabinets, pourquoi pas en écoutant du Roger Waters. Il y a eu quelqu'un d'assez fou pour l'écrire, il y a eu des gens assez fous pour le publier, il y a eu des gens assez fous pour le traduire. Il devrait bien y avoir quelques fous pour le lire. Challenge Petits plaisirs 2016 - 24
    Lire la suite
    En lire moins
Kurokawa, la newsletter qui a du punch !
Toute l'actualité 100% manga de vos collections et séries préférées.