Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749132198
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 140 x 220 mm

Barby Blue

Collection : Thriller
Date de parution : 03/10/2013

L'art de tuer ou le mystère de la femme en bleu

Un homme est découvert émasculé dans un restaurant où l’on est servi par des aveugles dans une obscurité totale.
Crime sadique ? Vengeance ? Barby, une jeune mère de famille, se retrouve subitement face aux démons de son enfance et aux actes terrifiants qu’ils ont engendrés.
Aujourd’hui, il faut qu’elle sache.
Désormais, c’est...

Un homme est découvert émasculé dans un restaurant où l’on est servi par des aveugles dans une obscurité totale.
Crime sadique ? Vengeance ? Barby, une jeune mère de famille, se retrouve subitement face aux démons de son enfance et aux actes terrifiants qu’ils ont engendrés.
Aujourd’hui, il faut qu’elle sache.
Désormais, c’est elle, l’ancienne danseuse du Crazy Horse Saloon, qui mènera ce bal funèbre. Dans ce fameux cabaret parisien, on l’avait surnommée Barby Blue…


Un roman peuplé de créatures aussi émouvantes que cruelles dans une atmosphère inquiétante et glamour à souhait.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749132198
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 300
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

"Une réussite que ce premier roman noir au charme vénéneux."
Le Nouvel Obs

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Poljack Posté le 17 Avril 2017
    Mon avis : Je l’avoue sans honte, c’est le précédent métier de l’auteure qui m’a poussé à la curiosité envers cet ouvrage. Non pas que j’ai pensé y trouver des scènes bien croustillantes, mais je me suis dit qu’une ancienne danseuse du Crazy Horse avait une expérience de vie particulière, et que cela devait se refléter dans ses écrits. Et dans ce livre sans doute plus qu’ailleurs, puisque son héroïne est une… ancienne danseuse du Crazy Horse ! Mais en dehors du rôle un peu fantasmatique de la danseuse, Olivia Koudrine est d’abord une artiste, avec cette sensibilité un peu particulière qu’ont les artistes. Vous le savez, si le domaine artistique est aussi celui de la beauté, il plonge souvent ses racines dans les ténèbres les plus profondes, je veux parler des noirceurs de l’âme humaine. Et c’est bien dans le polar que cela transparaît le plus. Olivia Koudrine ne fait pas exception à la règle et trempe sa plume dans le sang noir de l’enfance maltraitée, trahie, marquée à jamais. Ça pourrait être glauque, mais l’écriture de cette romancière a quelque chose de solaire qui permet au lecteur de la suivre, même dans les recoins les plus sombres. L’histoire, mêlant habilement flash-back et... Mon avis : Je l’avoue sans honte, c’est le précédent métier de l’auteure qui m’a poussé à la curiosité envers cet ouvrage. Non pas que j’ai pensé y trouver des scènes bien croustillantes, mais je me suis dit qu’une ancienne danseuse du Crazy Horse avait une expérience de vie particulière, et que cela devait se refléter dans ses écrits. Et dans ce livre sans doute plus qu’ailleurs, puisque son héroïne est une… ancienne danseuse du Crazy Horse ! Mais en dehors du rôle un peu fantasmatique de la danseuse, Olivia Koudrine est d’abord une artiste, avec cette sensibilité un peu particulière qu’ont les artistes. Vous le savez, si le domaine artistique est aussi celui de la beauté, il plonge souvent ses racines dans les ténèbres les plus profondes, je veux parler des noirceurs de l’âme humaine. Et c’est bien dans le polar que cela transparaît le plus. Olivia Koudrine ne fait pas exception à la règle et trempe sa plume dans le sang noir de l’enfance maltraitée, trahie, marquée à jamais. Ça pourrait être glauque, mais l’écriture de cette romancière a quelque chose de solaire qui permet au lecteur de la suivre, même dans les recoins les plus sombres. L’histoire, mêlant habilement flash-back et présent, maintient le suspense jusqu’au bout en ne dévoilant jamais plus d’une infime partie, comme une effeuilleuse jouant avec les nerfs de ses spectateurs. Mais plus on avance dans ce récit, plus les choses paraissent compliquées, les liens entre les divers protagonistes gagnant en complexité. Les dernières pièces du puzzle ne trouvent leur place qu’à la toute fin, finissant de dessiner un schéma bien tortueux, à tel point que je me suis demandé d’où sortait l’une de ces pièces… Mais il ne s’agit là que d’un ressenti personnel, et si je n’ai pas aimé ce final, l’ensemble de ce roman est très agréable à lire grâce à la jolie plume d’Olivia Koudrine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ChristineJuillet1307 Posté le 13 Juin 2015
    L’histoire commence donc avec Barby. Elle est en vacances avec son mari et ses enfants quand son cher et tendre lui annonce qu’il n’ira plus dans le restaurant à l’aveugle où elle l’a emmené, vu qu’un homme vient d’y être émasculé. L’ancienne danseuse du Crazy Horse prend le journal et soudain, tout remonte à la surface… Ce sont des pans entiers de son passé qu’elle a voulu dissimuler et en voyant que l’assassin portait (comme elle à l’époque) une robe bleue, son sang se glace. Entre le passé trouble et le présent qui se décompose, le lecteur apprend à mieux connaître Barby. À mon sens, elle est d’abord très simple car vêtue d’un statut de victime qui la suit et la poursuit. Elle apparaît d’abord passive dans un jeu où les règles du jeu lui sont inconnues. Elle semble manipulée, en plus des voyages dans son passé qu’elle ne peut éviter. Les paillettes du Crazy Horse ne sont pas un décor physique mais des ambiances, des bruits, des parfums qui reviennent régulièrement, la folie, l’amour, la haine, la douleur… Les injections de souvenirs trop douloureux et les overdoses de culpabilité rythment le début du livre. Et en avançant dans le livre,... L’histoire commence donc avec Barby. Elle est en vacances avec son mari et ses enfants quand son cher et tendre lui annonce qu’il n’ira plus dans le restaurant à l’aveugle où elle l’a emmené, vu qu’un homme vient d’y être émasculé. L’ancienne danseuse du Crazy Horse prend le journal et soudain, tout remonte à la surface… Ce sont des pans entiers de son passé qu’elle a voulu dissimuler et en voyant que l’assassin portait (comme elle à l’époque) une robe bleue, son sang se glace. Entre le passé trouble et le présent qui se décompose, le lecteur apprend à mieux connaître Barby. À mon sens, elle est d’abord très simple car vêtue d’un statut de victime qui la suit et la poursuit. Elle apparaît d’abord passive dans un jeu où les règles du jeu lui sont inconnues. Elle semble manipulée, en plus des voyages dans son passé qu’elle ne peut éviter. Les paillettes du Crazy Horse ne sont pas un décor physique mais des ambiances, des bruits, des parfums qui reviennent régulièrement, la folie, l’amour, la haine, la douleur… Les injections de souvenirs trop douloureux et les overdoses de culpabilité rythment le début du livre. Et en avançant dans le livre, on veut en apprendre plus. Dès qu’on jette un oeil sur un flash-back introduit subtilement, on attend de connaître la suite, pour que le puzzle puisse être entièrement dévoilé ! Via ses investigations, Barby quitte un peu son rôle de victime et elle reprend son histoire en main en quelque sorte. On la sent fragile mais sa détermination la pousse à aller au-delà de ses faiblesses ou de ses peurs. On comprend mieux dans quels rituels elle s’était elle-même enfermé et ce qui la poussait à s’habiller en bleu par exemple. D’autres personnages très complets s’ajoutent à cette histoire prenante, comme les anciennes danseuses. J’ai eu un coup de coeur pour un personnage très secondaire à savoir le fils de l’une d’entre elle qui héberge temporairement Barby. Il est très vivant, et finalement ses quelques apparitions donnent comme des petites bribes d’oxygène, comme pour permettre au lecteur de souffler avant de recommencer sa course. Et Marilyn bien entendu ! Cette danseuse asiatique décrite comme à moitié folle, mythomane, passionnée qui se présente un peu comme « le jugement dernier ». Elle est incroyablement forte mais donne des frissons dans le dos. Et de rebondissement en rebondissement, les vérités apparaissent enfin. En fin de compte, sur les derniers chapitres, ce n’est plus vraiment le crime du présent qui a importé pour moi. Mais ce sont les crimes passés. Ces morts et ces secrets qui ont eu toutes ces répercutions. J’ai vraiment été prise dans le récit que j’ai lu en une soirée. Le texte coule tout seul et ce roman est tout à fait prenant ! À découvrir
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jupiter999 Posté le 2 Novembre 2013
    Voilà une bonne surprise je peux vous l'affirmer, pour un premier polar, Olivia Koudrine nous offre un livre très équilibré qu'on ne peut lâcher des mains avant la dernière page. L'histoire, une femme, la quarantaine, mariée, deux enfants, va enquêter sur un meurtre car elle comprend vite qu'on veut l'impliquer d'une manière ou d'une autre, elle retourne sur les traces de son passé de danseuse au crazy horse. Pour avoir lu un article ou deux dans le VSD ou le Parisien, je m'attendais à encore plus de danse et d'histoires dans le cabaret, ce qui n'est pas le cas, cela ne constitue qu'une part de l'intrigue. Les personnages sont bien construits et complets et certaines réflexions très touchantes. L'auteur laisse la place pour une suite et je verrais bien une adaptation cinématographique car la façon de décrire les flashbacks est très visuelle et originale.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !