Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749162546
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 264
Format : 140 x 220 mm

Ce qui nous tue

Anne LE BOT (Traducteur)
Collection : Ailleurs
Date de parution : 06/02/2020
L’Amérique est-elle condamnée à la bêtise, au machisme, à la paranoïa et au mensonge ?
Te rappelles-tu quand tout était simple ?
 
Anna Crawford, professeure d’anglais au lycée de Seldom Falls, Pennsylvanie, est virée pour insubordination. Mauvais timing. Dans la foulée, un étudiant pénètre dans les locaux et se livre à une tuerie de masse : 19 morts, 45 blessés. Un temps suspectée par le FBI, Anna est rapidement innocentée....
Te rappelles-tu quand tout était simple ?
 
Anna Crawford, professeure d’anglais au lycée de Seldom Falls, Pennsylvanie, est virée pour insubordination. Mauvais timing. Dans la foulée, un étudiant pénètre dans les locaux et se livre à une tuerie de masse : 19 morts, 45 blessés. Un temps suspectée par le FBI, Anna est rapidement innocentée. Mais le mal est fait : elle a été montrée du doigt, sa vie, jetée en pâture aux foules, ne sera plus jamais la même.
Autour d’elle, elle voit un monde devenir fou, qui pour seules réponses à ce drame atroce propose davantage de médias et de caméras, toujours plus de hashtags, d’armes, de virilité triomphante et de lois absurdes.
 
L’Amérique est-elle condamnée à la bêtise, au machisme, à la paranoïa et au mensonge ? Avec cet anti-thriller, où l’humour noir se mêle à la colère, Tom McAllister nous offre un plaidoyer au vitriol pour la raison, à une époque où tout le monde semble devenir cinglé, sans que cela ne choque plus personne.
 
« Avec un humour trash, Ce qui nous tue décrit à merveille une pathologie nationale que nous avons nourrie jusqu’à ce qu’elle prenne cette dimension monstrueuse. »
The Washington Post
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749162546
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 264
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

"Des personnages développés et attachants. La remontée psychologique de l’héroine est intéréssante. Le livre est parfois drôle et caustique et parfois triste. On rit, on s’émeut, bref un très bon moment "
Géraldine / Librairie l'Armitiere

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Fabrice_lireetlivres Posté le 8 Août 2021
    Seldom Falls, une petite ville de Pennsylvannie. Une nouvelle tuerie de masse se déroule dans le lycée. La vie d’Anna Crawford, professeur d’anglais bascule ce jour là. Elle n’a pas été blessée. Elle n’a pas vu le carnage. Non. Mais mise à pied quelques jours plus tôt, elle a posté un commentaire négatif sur le lycée. Serait-ce elle l’auteure de ce massacre ? Elle a été innocentée. Mais son nom, son adresse et sa vie ont fait l’objet de tous les journaux et de tous les réseaux. N’était-elle pas un peu coupable quand même ? Ce livre raconte l’hypermédiatisation de ce type d’affai re. La recherche du sensationnel n’a d’égal que le voyeurisme dont fait preuve la population. Pour Anna Crawford, il faudra du temps et affronter maintes épreuves personnels pour à nouveau vivre. Vivre malgré tout.
  • LeaTouchBook Posté le 17 Mai 2021
    Tom McAllister fait preuve d'une grande originalité pour ce livre car il traite d'une thématique omniprésente aux États-Unis mais d'une façon complètement différente par rapport aux autres livres sur le sujet. Ainsi tout commence par une fusillade, tout commence dans la violence et cette violence entraîne la violence, les armes appellent aux armes... Le gros point fort de ce livre repose sur le personnage d'Anna, une narratrice qui analyse avec humour/sarcasme/cynisme les conséquences de cette fusillade et au travers de son point de vue, au travers de cet humour noir et tranchant, au travers de ce regard porté sur toute une ville, l'auteur se permet de faire une critique acerbe et juste de la société américaine. C'est une satire sociale qui touche les points sensibles, qui n'hésite pas à poser les mots et dire les vérités qui dérangent. J'ai vraiment adoré ce livre, c'est le premier roman de l'auteur publié en France et j'espère bien que cela ne sera pas le dernier !
  • alphacephei Posté le 15 Mars 2021
    Ce fut une lecture sarcastique et parfois jubilatoire. L'héroïne, professeur dans le lycée de sa petite ville de Pennsylvanie, est remerciée le jour de la tuerie de masse de ce lycée. (oui, l'usage de l'article défini est choisi). Elle est suspectée mais rapidement innocentée. La ville est sous le choc, on cherche des explications ce qui revient plutôt à chercher des moyens d'éviter d'accuser la liberté du port d'armes et ainsi toucher au 2è amendement. le livre se lit vite et regorge de citations bien senties sur la fascination des armes, les sectes, le devoir de mémoire, e/a. je recommande ! seul bémol : la traduction du titre qui fait perdre un peu de sarcasme. "How to be safe" devient "Ce qui nous tue". Malgré le double sens du titre français, je le trouve moins cinglant.
  • syssylle Posté le 12 Mars 2021
    Alors là, vraiment, voici un roman qui ne donne pas envie de vivre aux États-Unis ! Un livre sur un sujet très très grave: une tuerie dans le lycée d'une petite ville. Une ville dans laquelle il faisait bon vivre, avant.... Puis sont arrivées la morosité, la jalousie, la bêtise et l'horreur ! J'aurais lâché l'affaire si l'écriture de Tom McAllister ne m'avait retenue. Des phrases choc, des réflexions justes, de l'humour bien noir, et une narration décalée, qui ont fait que je suis allée au bout de l'histoire, même si j'y ai trouvé parfois un peu de longueur. Par la bouche de son héroïne, Anna, prof dans ce lycée, complètement libre et insoumise, l'auteur nous raconte les conséquences terribles de cette tuerie. Sans jamais parler ouvertement du pourquoi on en arrive là, comment, dans un pays se disant civilisé, on tue, et on laisse tuer des enfants, par des enfants, Tom McAllister nous offre une vision terrible d'une Amérique où l'on n'est jamais en sécurité, que l'on soit un enfant, une femme, un homme , si l'on fréquente n'importe quel lieu public... Voir si l'on reste chez soi.... Et c'est atroce, inconcevable, de quoi devenir dingue, comme Anna semble le devenir après avoir été accusée,... Alors là, vraiment, voici un roman qui ne donne pas envie de vivre aux États-Unis ! Un livre sur un sujet très très grave: une tuerie dans le lycée d'une petite ville. Une ville dans laquelle il faisait bon vivre, avant.... Puis sont arrivées la morosité, la jalousie, la bêtise et l'horreur ! J'aurais lâché l'affaire si l'écriture de Tom McAllister ne m'avait retenue. Des phrases choc, des réflexions justes, de l'humour bien noir, et une narration décalée, qui ont fait que je suis allée au bout de l'histoire, même si j'y ai trouvé parfois un peu de longueur. Par la bouche de son héroïne, Anna, prof dans ce lycée, complètement libre et insoumise, l'auteur nous raconte les conséquences terribles de cette tuerie. Sans jamais parler ouvertement du pourquoi on en arrive là, comment, dans un pays se disant civilisé, on tue, et on laisse tuer des enfants, par des enfants, Tom McAllister nous offre une vision terrible d'une Amérique où l'on n'est jamais en sécurité, que l'on soit un enfant, une femme, un homme , si l'on fréquente n'importe quel lieu public... Voir si l'on reste chez soi.... Et c'est atroce, inconcevable, de quoi devenir dingue, comme Anna semble le devenir après avoir été accusée, puis innocentée, mais qui garde toujours au fond de son cerveau des images qu'elle n'a même pas vues... Ce livre est un cri et ce cri est celui-ci : Il faut sauver l'Amérique des armes, de sa paranoïa, de sa faculté à retourner les situations....Qui aura le courage? L'ère Trump est-elle révolue?........
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sevlipp Posté le 25 Août 2020
    Ce qui nous tue est moins un roman qu'un plaidoyer. Alors qu'elle est suspendue de son poste de professeur au Lycée de Seldom, celui-ci subit une tuerie. Elle connaissait les victimes et développe un sentiment de culpabilité et d'insécurité tout en rejetant les fondamentaux de la société américaine. Plaidoyer donc contre les armes à feu, la dangerosité des réseaux sociaux, la nocivité des médias, la suprématie de l'homme blanc, le racisme enkysté, etc. La gent masculine n'est pas épargnée, c'est le moins qu'on puisse dire. L’écriture est acerbe et l'ironie maniée avec discernement. Néanmoins, cela tourne un peu en rond et le roman n'échappe pas à de nombreuses redites et longueurs. Dommage car cela nuit au message qui reste percutant.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !