En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Charles VII

        Perrin
        EAN : 9782262039752
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 560
        Format : 154 x 240 mm
        Charles VII
        Une vie, une politique

        Date de parution : 20/04/2017
        Charles VII. Une vie, une politique
        Durant la majeure partie du XVe siècle, en Occident, les royaumes et les peuples, les princes et les aristocraties subirent de violentes turbulences. La France, en particulier, en fut à ce point de connaître un moment deux rois concurrents. Que Charles de Valois, devenu Charles VII, l’ait emporté pour finir... Durant la majeure partie du XVe siècle, en Occident, les royaumes et les peuples, les princes et les aristocraties subirent de violentes turbulences. La France, en particulier, en fut à ce point de connaître un moment deux rois concurrents. Que Charles de Valois, devenu Charles VII, l’ait emporté pour finir n’était pas écrit d’avance. Il eut à répondre à au moins trois défis : se faire obéir, construire sa légitimité, l’emporter militairement. Dieu, Jeanne d’Arc, le beau Dunois et Jacques Cœur contribuèrent sans doute à les relever. Mais Charles, l’un des premiers rois dont il est possible de connaître et d’apprécier la personnalité, n’était pas le prince falot parfois décrit et décrié, se laissant porter par le hasard et par son entourage. Taiseux, obstiné, passablement instruit, il sut mener la nef royale sur une mer démontée. En près de quarante années de règne (1422-1461), il s’adapta aux circonstances, tira parti des conflits entre les princes, s’appuya sur ses « bonnes villes » et aussi sur la papauté, créa des institutions administratives et militaires efficaces. Innovation appelée à une longue postérité, l’apparition publique d’une favorite royale, sous les traits avenants d’Agnès Sorel. Avec Charles VII émerge aussi une forme de sentiment « national ». La biographie conçue par Philippe Contamine est résolument politique, au sens que revêt ce mot précisément à cette époque. Sont ici mis en lumière les pratiques du pouvoir, les mécanismes de son fonctionnement, sa conception et ses représentations.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782262039752
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 560
        Format : 154 x 240 mm
        Perrin
        26.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Sarindar Posté le 10 Juin 2017
          Comment recevons-nous ce livre de Philippe Contamine, qui a enfin livré à ses lecteurs une biographie, celle d'un roi, Charles VII, dont il nous dit qu'il fut tenté de dresser le portrait aussitôt publiée, en 1972, la thèse consacrée à l'armée des rois de France aux XIVème et XVème siècles - une thèse qui fait depuis la réputation de ce grand historien médiéviste ? Hormis quelques points détail, sur lesquels nous divergeons - et sur lesquels nous reviendrons un peu plus loin -, il est frappant de constater que nous partageons sur des questions essentielles, le même point de vue, mieux que nous nous confortons l'un l'autre quant à la manière d'apprécier l’œuvre politique de Charles VII. Mais avant de faire cette comparaison, il importe de présenter l'ouvrage de Philippe Contamine : Charles VII. Une vie, une politique, paru chez Perrin. C'est d'abord, nous l'avons laissé entrevoir, un événement de trouver maintenant dans la bibliographie de ce spécialiste de la guerre au Moyen Age, une biographie. Il y est enfin venu, oserons-nous dire, rompant avec cette idée que les historiens sérieux, les chartistes ou les universitaires - et il fait partie de cette dernière catégorie -, ne peuvent se commettre... Comment recevons-nous ce livre de Philippe Contamine, qui a enfin livré à ses lecteurs une biographie, celle d'un roi, Charles VII, dont il nous dit qu'il fut tenté de dresser le portrait aussitôt publiée, en 1972, la thèse consacrée à l'armée des rois de France aux XIVème et XVème siècles - une thèse qui fait depuis la réputation de ce grand historien médiéviste ? Hormis quelques points détail, sur lesquels nous divergeons - et sur lesquels nous reviendrons un peu plus loin -, il est frappant de constater que nous partageons sur des questions essentielles, le même point de vue, mieux que nous nous confortons l'un l'autre quant à la manière d'apprécier l’œuvre politique de Charles VII. Mais avant de faire cette comparaison, il importe de présenter l'ouvrage de Philippe Contamine : Charles VII. Une vie, une politique, paru chez Perrin. C'est d'abord, nous l'avons laissé entrevoir, un événement de trouver maintenant dans la bibliographie de ce spécialiste de la guerre au Moyen Age, une biographie. Il y est enfin venu, oserons-nous dire, rompant avec cette idée que les historiens sérieux, les chartistes ou les universitaires - et il fait partie de cette dernière catégorie -, ne peuvent se commettre en faisant de l'histoire d'un homme l'objet d'un livre. Mais, après tout, Georges Duby avait déjà ouvert la voie en nous laissant un ouvrage sur Guillaume le Maréchal, et, nous dira-t-on, c'était dans la logique et le prolongement de ses travaux sur le rôle et la place de la caste chevaleresque dans la société médiévale. Finalement, Philippe Contamine fait de même, lui qui a travaillé sur les rapports du pouvoir militaire et du pouvoir monarchique à la fin du Moyen Age, il en vient, par glissement naturel, à s'intéresser à un roi sous l'autorité duquel le royaume de France a connu une double réforme militaire et fiscale, la création d'une armée permanente et d'un impôt permanent, qui ont permis à ses armées de reprendre à l'ennemi, qui est alors le royaume d'Angleterre, l'ensemble des territoires pris ou confisqués en France par ce dernier, en lui infligeant une série de défaites qui devaient effacer les lourds revers essuyés par nos troupes entre 1346 et 1415. Membre de l'Institut (élu à l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres) et professeur émérite à Paris-IV Sorbonne, Philippe Contamine signe ainsi un ouvrage qui se veut à la fois un travail de fond sur l'action politique de ce roi et une étude bien individualisée sur l'homme, utilisant ainsi une grille d'analyse connue sur les "deux corps du roi", définie par Ernst Kantorowicz. S'appuyant, entre autres, sur des sources essentielles, comme l'Histoire de Charles VII de Thomas Basin, le Journal d'un Bourgeois de Paris, le Jouvencel de Jean de Bueil ou des écrits et traités de Jean Juvénal des Ursins, se référant à quelques grands biographes de Charles VII comme Georges Minois (mais ignorant curieusement Philippe Bully), Philippe Contamine divise et ordonne son travail en treize chapitres (L'enfance d'un prince, Rebelle et déshérité, L'espoir déçu, Le temps de Georges de la Trémoïlle [I et II], Le traité d'Arras, Les fondements fragiles d'une laborieuse reprise en main, Les trois temps de la reconquête finale, Après la victoire, Trois procès [Jacques Cœur, révision de la condamnation de Jeanne d'Arc, le duc d'Alençon - on aurait pu ajouter un quatrième procès, celui de Gilles de Rais], L'Italie et la Croisade... la Bourgogne et le Dauphin... l'Angleterre et le début de la guerre des Deux Roses, Charles VII le "Bien servi" et le métier de roi, Charles VII, le royaume et les Français), puis l'auteur conclue en traitant de la question des portraits du roi qui nous ont été livrés au travers des images et des textes laissés par les contemporains, pour finir par s'interroger s'il y eut plusieurs politique ou une seule ligne de conduite au long de ce règne qui n'avait pas été court et qui avait permis la reconstruction et la consolidation du royaume, militairement, politiquement, économiquement et religieusement (sur ce dernier point, seule la Réforme protestante, intervenue au XVIème siècle bouleversera la donne). S'il est vrai que nous pouvons observer avec Philippe Contamine que bien avant l'arrivée de Jeanne, Charles s'était "mis au travail", comme un vrai roi, même s'il s'entourait mal alors et s'il avait parfois des doutes sur ce qu'il entreprenait pour conjurer le sort, alors même que l'assassinat du duc de Bourgogne Jean Sans Peur (en 1419) et le traité de Troyes (signé en 1420) semblaient le disqualifier pour la couronne aux yeux de ses parents (Charles VI le Fou et Isabeau de Bavière), il faut quand même observer qu'il fut longtemps comme "handicapé" et qu'il ne fit sa mue que lors du sacre de juillet 1429 en la cathédrale de Reims et par la suite, comme j'ai pu l'établir dans mon livre intitulé : Jeanne d'Arc, une mission inachevée (2015). Philippe Contamine le reconnaît implicitement en faisant le constat que, sans le sacre de 1429, il n'y aurait pas eu le traité d'Arras, en 1435. Et nous voici, justement, qui arrivons au chapitre VI du livre de Philippe Contamine, consacré à ce fameux traité d'Arras. J'ai dit dans mon travail sur Jeanne combien l'idée constante de Charles VII de se réconcilier avec Philippe le Bon, duc de Bourgogne, pour laver le meurtre de Jean Sans Peur en 1419 et réunir toutes les forces françaises pour chasser les Anglais de Paris, puis de la Normandie et enfin de l'Aquitaine, a été l'obsession permanente de ce grand monarque et a conduit nos armées à la victoire. Ici, nous nous rejoignons totalement, et Philippe Contamine peut mieux le dire que moi pour l'après 1435, puisqu'il a pu décrire tout ce qu'a fait Charles VII jusqu'à sa mort en 1461en faveur de ce relèvement, qui fut au moins aussi - sinon plus - important que la Libération en 1944, après quatre années d'occupation allemande. Songeons qu'avec le traité de Troyes de 1420, la couronne aurait pu échapper à la famille des Valois pour échouer sur la tête du Lancastre Henry V, puis de son fils Henry VI, c'est-à-dire entre des mains anglaises. Les destinées de la France en auraient été changées. En Philippe Contamine, qui a écrit pour nous des ouvrages historiques majeurs et qui va, je l'espère, continuer de le faire, je reconnais un maître - mon maître. En matière de biographie, son Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire, coécrit avec Olivier Bouzy et Xavier Hélary, n'était qu'une mise en train. Avec ce Charles VII. Une vie, une politique, nous tenons l'ouvrage qui manquait dans la production de Philippe Contamine. François Sarindar, auteur de : Jeanne d'Arc, une mission inachevée (2015)
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        Une nouvelel biographie de ce souverain décrié et méprisé met en lumière son projet politique et son intime conviction en sa destinée, contre vents et marées. Grâce à sa merveilleuse connaissance des textes du temps, Philippe Contamine offre ainsi une biographie toute en nuances, et jamais ennuyeuse, d'un souverain finalement méconnu.
        historia
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
        Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.