Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749104287
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 154 x 240 mm

Code 10

Collection : Thriller
Date de parution : 18/08/2005

« Aussi passionnants que perturbants, les romans de Donald Harstad montrent que le mal et la violence sont partout en Amérique – jusque dans les campagnes de L'Iowa. »
MICHAEL CONNELLY

Après Onze Jours, Donald Harstad s'inspire à nouveau de faits réels pour donner à cette seconde aventure de Carl Houseman une...

« Aussi passionnants que perturbants, les romans de Donald Harstad montrent que le mal et la violence sont partout en Amérique – jusque dans les campagnes de L'Iowa. »
MICHAEL CONNELLY

Après Onze Jours, Donald Harstad s'inspire à nouveau de faits réels pour donner à cette seconde aventure de Carl Houseman une authenticité rarement égalée.

Un flic des stups et le dealer qu'il s'apprêtait à arrêter sont tués par des inconnus sur le territoire du Shérif Carl Houseman. Quelques jours plus tard, un autre policier, de la brigade de Carl cette fois, est abattu chez un militant de la droite extrême américaine, lié à de mystérieux groupes paramilitaires.
Des stups au FBI, en passant par les services secrets, la criminelle et les unités légales et scientifiques, tous arrivent sur les lieux. Compétition entre les différents services de police, classification top secret de certaines informations, querelles de personnes : la collaboration s'annonce difficile.

En suivant au jour le jour l'enquête de Carl Houseman, on retrouve dans Code 10 le style unique de Donald Harstad : une écriture sèche, presque documentaire, d'un réalisme étonnant, qui analyse dans leurs moindres détails le fonctionnement et les techniques d'investigation de la police américaine.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749104287
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 154 x 240 mm
Cherche midi

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sharon Posté le 12 Août 2014
    Ami des séries policières bien calibrées, dans lesquels le coupable est toujours arrêté à la fin de l’épisode, bonjour. L’univers de Donald Harstadt est très différent, et pourra en rebuter certains. En effet, son héros Carl Houseman est au prise avec tout ce qui fait la beauté de ce métier : les tracasseries administratives. Les problèmes de juridiction, en veux-tu, en voilà – c’est fou le nombre d’organisation que comportent les États-Unis, et leur capacité à ne surtout pas collaborer entre elles. Il ne compte plus les heures passées à rédiger des rapports, qui se doivent être le plus précis possible. Quand l’officier de police sera amené à témoigner, des années après, il aura oublié maints faits et s’appuiera très souvent sur la relecture de son rapport. De plus, les suspects se montrent très procéduriers. Qui a tiré en premier, pourquoi, qui était dans son bon droit ? Les enquêtes internes paraissent une formalité en France. Aux États-Unis, elles semblent étonnamment banalisées, et les enquêteurs de se retrouver dans la peau de suspect plus souvent qu’à leur tour. Revenons à cette enquête ardue, qui met à mal la santé de Carl Houseman : il suit un régime strict, que les conditions... Ami des séries policières bien calibrées, dans lesquels le coupable est toujours arrêté à la fin de l’épisode, bonjour. L’univers de Donald Harstadt est très différent, et pourra en rebuter certains. En effet, son héros Carl Houseman est au prise avec tout ce qui fait la beauté de ce métier : les tracasseries administratives. Les problèmes de juridiction, en veux-tu, en voilà – c’est fou le nombre d’organisation que comportent les États-Unis, et leur capacité à ne surtout pas collaborer entre elles. Il ne compte plus les heures passées à rédiger des rapports, qui se doivent être le plus précis possible. Quand l’officier de police sera amené à témoigner, des années après, il aura oublié maints faits et s’appuiera très souvent sur la relecture de son rapport. De plus, les suspects se montrent très procéduriers. Qui a tiré en premier, pourquoi, qui était dans son bon droit ? Les enquêtes internes paraissent une formalité en France. Aux États-Unis, elles semblent étonnamment banalisées, et les enquêteurs de se retrouver dans la peau de suspect plus souvent qu’à leur tour. Revenons à cette enquête ardue, qui met à mal la santé de Carl Houseman : il suit un régime strict, que les conditions de l’enquête ne lui permettent pas vraiment de respecter. Deux hommes ont été abattus, un policier et un dealer. Sauf que les causes apparentes de cette fusillade sont bien trop légères pour justifier cette tuerie : un simple champ de cannabis même pas à maturité, bref, pas de quoi fouetter un chat, et encore moins d’armer un fusil. Que s’est-il donc passé ? Ils ne sont pas au bout de leur surprise, dans cet état paisible, rural, où sévit l’antisémitisme le plus virulent. Pour faire court, certaines factions sont prêts à croire que la communauté juive aurait sous sa coupe les journalistes, la police, le gouvernement, etc, etc dans le but d’annexer certains Etats, dont, bien sûr, l’Iowa. Incroyable, pensez-vous ? Si ce n’est qu’ils sont très nombreux à le croire, et à être prêts à tout pour défendre leurs biens – dans le même registre, je pense à Femme qui tombe du ciel de Kirk Mitchell, si ce n’est que l’ennemi, celui qui veut voler les terres des bons américains sont les Indiens. Le fanatisme, la certitude d’être dans son bon droit entraînent des réactions inattendues, incontrôlables, absurdes. Qui a dit que l’Iowa était un état où il ne se passait jamais rien ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • koklikovert Posté le 9 Août 2014
    Humour + humain
  • Cormorobin Posté le 6 Mars 2014
    Deuxième aventure de Carl Houseman, le héros récurrent de Donald Harstad, dans les grandes étendues du Nord Ouest américain. On évolue dans les classiques du roman noir américain, c'est enlevé, plaisant, on ne s'ennuie pas.
  • nina2loin Posté le 15 Mai 2013
    Code 10 débute par les meurtres d'un flic des Stups et d'un dealer aux abords d'un champ de cannabis dans la juridiction de Carl Houseman en Iowa. Les romans de Donald Harstad sont tirés de faits réels et cette histoire qui s'avère complexe quant aux mobiles des crimes va donner du fil à retordre et demander beaucoup d'énergie à notre narrateur, Mr. Houseman, shérif en second du comté de Nation dans ce deuxième volet de la série. L'auteur retrace l'enquête du shérif jour après jour, lequel doit collaborer avec la brigade des Stups, la brigade criminelle et le FBI. Il nous décrit les rivalités qui les opposent, la course pour la première place et les honneurs, leur collaboration obligatoire et les difficultés que cela entraîne. La lecture de ce récit peut paraître laborieuse dans certains passages quant aux aspects techniques bien détaillés des armes et des munitions ainsi que les dégâts occasionnés dans le corps des victimes. Écrit en 1999, on y découvre la présence d'ordinateurs et et leur utilisation à cette époque-là. Ce roman qui ne manque pas d'action est moins passionnant que Onze jours du fait d'une intrigue plus politique. J'ai apprécié les dialogues au franc parler avec cette pointe d'humour particulier... Code 10 débute par les meurtres d'un flic des Stups et d'un dealer aux abords d'un champ de cannabis dans la juridiction de Carl Houseman en Iowa. Les romans de Donald Harstad sont tirés de faits réels et cette histoire qui s'avère complexe quant aux mobiles des crimes va donner du fil à retordre et demander beaucoup d'énergie à notre narrateur, Mr. Houseman, shérif en second du comté de Nation dans ce deuxième volet de la série. L'auteur retrace l'enquête du shérif jour après jour, lequel doit collaborer avec la brigade des Stups, la brigade criminelle et le FBI. Il nous décrit les rivalités qui les opposent, la course pour la première place et les honneurs, leur collaboration obligatoire et les difficultés que cela entraîne. La lecture de ce récit peut paraître laborieuse dans certains passages quant aux aspects techniques bien détaillés des armes et des munitions ainsi que les dégâts occasionnés dans le corps des victimes. Écrit en 1999, on y découvre la présence d'ordinateurs et et leur utilisation à cette époque-là. Ce roman qui ne manque pas d'action est moins passionnant que Onze jours du fait d'une intrigue plus politique. J'ai apprécié les dialogues au franc parler avec cette pointe d'humour particulier à l'auteur, les descriptions faites de l'Iowa dans la chaleur humide, les moustiques et le brouillard. Son intérêt est la découverte du travail d'un shérif-adjoint de comté, proche de la réalité, ici représenté par Carl Houseman, personnage attachant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MissAlfie Posté le 5 Avril 2011
    Si l'intrigue est bien évidemment intéressante, et que Donald Harstad utilise toutes les ficelles qui font qu'on ne veut plus lâcher ce roman dans ses cent dernières pages, ce qui m'a le plus marqué est la précision quasiment chirurgicale avec laquelle l'auteur nous relate les faits. Il est vrai qu'en tant qu'ancien flic, Harstad est forcément marqué par son parcours professionnel qui rend le récit finalement d'autant plus réaliste. Mais en même temps, il arive à introduire chez ses personnages l'humour nécessaire qui leur fait mettre en évidence l'absurdité à la fois de certaines situations mais aussi de la vie.
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !