Lisez! icon: Search engine
Fleuve éditions
EAN : 9782265118393
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 210 mm

Dark run

Hélène COLLON (Traducteur)
Collection : Outre Fleuve
Date de parution : 16/05/2019
"La rencontre épique entre Les Gardiens de la galaxie et Han Solo." Lloyd Chéry, Le Point Pop

« La sortie space op de l’année. » Andrew Liptak, écrivain et journaliste

Ichabod Drift est le capitaine de la Keiko et dirige une équipe de chasseurs de primes à travers la galaxie. Parmi eux,...
"La rencontre épique entre Les Gardiens de la galaxie et Han Solo." Lloyd Chéry, Le Point Pop

« La sortie space op de l’année. » Andrew Liptak, écrivain et journaliste

Ichabod Drift est le capitaine de la Keiko et dirige une équipe de chasseurs de primes à travers la galaxie. Parmi eux, une tueuse implacable, une pilote téméraire, ou bien encore un sombre guerrier. Tous possèdent un passé mystérieux qui les a amenés à bord de la Keiko. Première règle : on ne pose pas de question.
Et voilà qu’Ichabod lui-même est rattrapé par son passé. Son ancien employeur, une ordure particulièrement puissante dans le monde du crime terrien, l’a kidnappé. Il a besoin de lui et de son équipage pour un transport délicat. Le capitaine n’a d’autre choix que d’accepter.
Mais ce qui devait être une simple livraison ne dissimule rien moins qu’un acte terroriste...

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782265118393
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SChaptal Posté le 6 Novembre 2020
    Voici un livre que j’ai choisi uniquement sur sa couverture, signée par le vétéran de la SF John Harris : un cube perdu dans l’espace, ou peut-être un océan, et un minuscule vaisseau planant au-dessus. Avant même de retourner l’ouvrage pour en lire le résumé, le lecteur ou la lectrice en espère quelques pages d’« évasion ». Il comptera sur Dark Run pour plonger la tête dans les étoiles et s’échapper de la réalité le temps de quelques pages. Et elle ou il aura parfaitement raison. Le résumé continue sur la lancée en promettant une équipe de chasseurs de primes peu à peu rattrapés par le passé mystérieux de certains d’entre eux. Disons-le tout de suite : ni la couverture ni le résumé ne mentent. Si vous souhaitez un space opera qui cherche à vous faire réfléchir sur la condition humaine ou l’évolution de la technologie dans la galaxie, passez de suite votre chemin. Ici, on vous vend de l’action, de la sueur, du sang et de la poudre. Rien de plus, rien de moins, mais le plat est joliment préparé et parfaitement assaisonné. Les saveurs y mêlent le classicisme de toute bonne histoire de pirate avec des touches plus exotiques.... Voici un livre que j’ai choisi uniquement sur sa couverture, signée par le vétéran de la SF John Harris : un cube perdu dans l’espace, ou peut-être un océan, et un minuscule vaisseau planant au-dessus. Avant même de retourner l’ouvrage pour en lire le résumé, le lecteur ou la lectrice en espère quelques pages d’« évasion ». Il comptera sur Dark Run pour plonger la tête dans les étoiles et s’échapper de la réalité le temps de quelques pages. Et elle ou il aura parfaitement raison. Le résumé continue sur la lancée en promettant une équipe de chasseurs de primes peu à peu rattrapés par le passé mystérieux de certains d’entre eux. Disons-le tout de suite : ni la couverture ni le résumé ne mentent. Si vous souhaitez un space opera qui cherche à vous faire réfléchir sur la condition humaine ou l’évolution de la technologie dans la galaxie, passez de suite votre chemin. Ici, on vous vend de l’action, de la sueur, du sang et de la poudre. Rien de plus, rien de moins, mais le plat est joliment préparé et parfaitement assaisonné. Les saveurs y mêlent le classicisme de toute bonne histoire de pirate avec des touches plus exotiques. Vous y retrouverez un capitaine charmeur cachant un sombre passé, une seconde implacable et d’une droiture affolante, une pilote casse-cou, un guerrier effrayant, mais avec un cœur en or, et une novice petite-bourgeoise s’encanaillant dans les bas-fonds. Le tout saupoudré d’une couche cyberpunk intéressante avec des prothèses, des tatouages mouvants et de la bidouille informatique bien menée. Et d’une modernisation bienvenue du genre, avec une galerie de personnages très diversifiée sans surreprésentation du monde anglo-saxon. Certes Dark Run prend son temps pour s’installer et présenter ses personnages. Mais dès la situation mise en place, le rythme s’accélère. L’action court aux quatre coins de la galaxie en passant par l’espace aérien franco-espagnol et notre bonne vieille Terre. Elle alterne entre courses-poursuites motorisées ou non, fusillades et embuscades, actes de piraterie ou escroquerie de haute volée. Certains personnages, dont L’Homme qui rit ou les jumeaux, sont sous-exploités et trop peu mis en valeur. Mike Brooks les garde-t-il en réserve pour les prochains épisodes de la série ? C’est une possibilité et cela expliquerait également la fin abrupte de Dark Run à laquelle il ne manque qu’un « À suivre… » ou un « Dans notre prochain épisode… », tellement l’envie de donner une suite aux aventures de l’équipage du Keiko est palpable chez l’auteur. D’ailleurs, deux autres romans sont déjà sortis en version originale. Le lecteur voudra-t-il les lire ? Personnellement, ce sera oui. À
    Lire la suite
    En lire moins
  • Idiosyncrazy Posté le 20 Mars 2020
    Malgré une belle galerie de personnages bien clichés, on est plongé rapidement dans cette histoire, où les personnages sont des archétypes, mais assez sympa. L'aventure est très agréable à suivre, le roman se lit vite, est plein de rebondissements, parfois attendus, mais aussi originaux. Le petit truc que je n'aime pas trop en général dans les livres, c'est quand les personnages disent deux-trois phrases dans une autre langue, ça a un côté assez crâneur un peu ridicule, qui est ici employé assez régulièrement et bon, c'est un peu justifié, du coup ça passe, mais ça reste un peu lourd. Sinon on a le cliché typique du héros qui est beau gosse et ne regarde les femmes qu'à travers leurs formes, ce qui commence à être assez pénible puisque l'on retrouve ça dans beaucoup trop de livres ! Malgré tout, ce livre reste une bonne lecture, divertissante comme un film d'action : pas spécialement inoubliable, mais à le mérite d'être sympa à lire/voir.
  • pascalamet2102 Posté le 29 Décembre 2019
    La trame et les personnages sont classiques, mais le tout s'enchaîne bien et offre un bon moment de lecture
  • Songedunenuitdete Posté le 16 Octobre 2019
    La science fiction, c’est vraiment un genre de littérature qui à la fois me fascine et à la fois m’horripile ! Pourquoi ? Car quand je commence ma lecture, j’ai souvent peur de ne rien comprendre et cela entraîne une vitesse de lecture assez dysfonctionnelle… Ce n’est qu’une fois passé la moitié du livre que je me dis : « Ho ! Mais ce n’est pas si compliqué ! » Et du coup, j’enclenche la vitesse suivante… Dark Run n’a pas fait exception à la règle ! Nous faisons la rencontre d’Ichabod Drift... La chronique complète en cliquant sur le lien ;)
  • mauriceandre Posté le 10 Septembre 2019
    Salut les Babelionautes j'ai reçu ce livre en SP par les Chroniques de l'Imaginaire et curieusement je pensai en avoir donné mon avis, et ce n'était pas le cas. Donc j'ai ouvert ce roman de Mike Brooks qui m'a semblait ressemblé a beaucoup de S.F parus aux éditions Fleuve Noir Anticipation. Le contexte est classique, un braconnier un peu chasseur de primes, seul maître a bord du Keiko. Son équipage, une tueuse implacable, une pilote téméraire, ou bien encore un sombre guerrier et lui, accepte une mission. Mais il leur manque un membre d'équipage, un technicien et c'est Jenna la jeune hackeuse qui embarque. Chacun de ces personnages a une part d'ombre que l'on découvre au fil des pages, et c'est ce qui les lie au Keiko, Vaisseau spatial ou les questions personnelles n'ont pas court. Ce n'est pas un chef d'oeuvre mais ça se lit bien, grâce a la traduction d'Hélène COLLON, que je remercie et qui a traduit pas mal de l'oeuvre de Philip K. Dick ainsi que d'autres Auteur de S.F.
Outrefleuve, la newsletter de l'imaginaire
Pour ne rien manquer de l'actualité Science-Fiction et Fantasy.