RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Histoire du fascisme

            Perrin
            EAN : 9782262051471
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 154 x 240 mm
            Histoire du fascisme

            Date de parution : 12/04/2018
            Une synthèse novatrice.
            Qu’est-ce que le fascisme ? Fut-il un mouvement réactionnaire, conservateur ou révolutionnaire ? Se situait-il à gauche ou à droite ? Et bien entendu : quelle place occupa Mussolini dans les débats idéologiques et dans le fonctionnement du régime ?
            Le présent ouvrage donne non seulement des réponses à ces questions cruciales, mais porte sur le...
            Qu’est-ce que le fascisme ? Fut-il un mouvement réactionnaire, conservateur ou révolutionnaire ? Se situait-il à gauche ou à droite ? Et bien entendu : quelle place occupa Mussolini dans les débats idéologiques et dans le fonctionnement du régime ?
            Le présent ouvrage donne non seulement des réponses à ces questions cruciales, mais porte sur le fascisme un regard nouveau et inhabituel chez les historiens français. Réaffirmant avec force le caractère totalitaire du régime, il replace l’idéologie qui le fonde dans sa nature révolutionnaire tout en la rattachant à la Révolution française et au socialisme. Si les fascistes cherchèrent à détruire par la violence la modernité libérale de leur temps, ce ne fut pas au nom d’un âge d’or révolu et dans une démarche passéiste, mais avec la volonté farouche de construire une société et un homme nouveaux. Cette ambition imprégnait aussi bien les pensées et les actes du Duce que ceux de ses disciples, y compris dans la radicalisation sanglante de la république de Salò. Pour toutes ces raisons, l’histoire du fascisme, ici racontée de la prise de pouvoir de Mussolini jusqu’à sa mort, est celle d’une révolution avortée.
             
            Frédéric Le Moal, docteur en histoire (Paris IV-Sorbonne), professeur au lycée militaire de Saint-Cyr et à l’Institut Albert le Grand, est l’auteur de plusieurs ouvrages dont, chez Perrin, Victor-Emmanuel III. Un roi face à Mussolini, et Les Divisions du pape. Le Vatican face aux dictatures 1917-1989.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782262051471
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 154 x 240 mm

            Ils en parlent

            « "L'histoire du fascisme" a le mérite de remettre les idées en place. »
            William Bourton / Le soir

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Zippo Posté le 2 Novembre 2018
              Frédéric Le Moal nous propose un ouvrage très complet sur le fascisme, qui avec le communisme, fut une idéologie qui, dans les années vingt, trente et quarante souleva l'enthousiasme de millions de personnes. Le premier mérite de l'auteur est de mettre en relief les origines du fascisme, l'aspect révolutionnaire de cette idéologie et les points communs avec sa rivale, le communisme. Le fascisme prend racine dans le siècle des Lumières et dans la Révolution française, ainsi que dans le socialisme. Et oui, que de points communs entre la Révolution française qui voulait comme la révolution fasciste, régénérer l'homme, créer un homme nouveau...Citations à l'appui, nous découvrons les parallèles existant par exemple entre les discours de Robespierre et ceux de Mussolini. Les points communs avec le communisme sont également évoqués : antiparlementarisme, anticapitalisme et haine du conservatisme. Le second mérite de Frédéric Le Moal réside dans la très précise description des différents courants du Parti National Fasciste italien. En effet, le fascisme italien n'est pas un bloc idéologique monolithique : différents courants politiques se côtoyaient, s'affrontaient. Au moment où Mussolini conforte son pouvoir, il souhaite amener à lui les politiciens qui avaient plus ou moins d'animosité à l'égard du fascisme. Il exige donc du... Frédéric Le Moal nous propose un ouvrage très complet sur le fascisme, qui avec le communisme, fut une idéologie qui, dans les années vingt, trente et quarante souleva l'enthousiasme de millions de personnes. Le premier mérite de l'auteur est de mettre en relief les origines du fascisme, l'aspect révolutionnaire de cette idéologie et les points communs avec sa rivale, le communisme. Le fascisme prend racine dans le siècle des Lumières et dans la Révolution française, ainsi que dans le socialisme. Et oui, que de points communs entre la Révolution française qui voulait comme la révolution fasciste, régénérer l'homme, créer un homme nouveau...Citations à l'appui, nous découvrons les parallèles existant par exemple entre les discours de Robespierre et ceux de Mussolini. Les points communs avec le communisme sont également évoqués : antiparlementarisme, anticapitalisme et haine du conservatisme. Le second mérite de Frédéric Le Moal réside dans la très précise description des différents courants du Parti National Fasciste italien. En effet, le fascisme italien n'est pas un bloc idéologique monolithique : différents courants politiques se côtoyaient, s'affrontaient. Au moment où Mussolini conforte son pouvoir, il souhaite amener à lui les politiciens qui avaient plus ou moins d'animosité à l'égard du fascisme. Il exige donc du parti fasciste l'arrêt des violences de rue et de l'agitation, il veut la normalisation. Il repousse donc les réformes, attendues par les plus extrémistes de ses partisans, à un avenir lointain. L'auteur évoque les fascistes modérés compatibles avec le parlementarisme, les fascistes "sociaux" qui exigent le renversement du capitalisme et les fascistes purs et durs (influencés par l'Allemagne nazie à partir de 1933), comme Farinacci important leader fasciste. Mussolini a donc à combattre, dans son propre parti, ses contradicteurs. L'auteur souligne également que le fascisme italien ne pratique pas une violence systématique à l'égard de ses adversaire politiques. Il fait une comparaison de la violence d'Etat d'Hitler et de Staline avec la répression du régime mussolinien qui se limitait quasiment toujours à un exil forcé à l'étranger ou à une résidence surveillée dans des lieux éloignés et défavorisés de la péninsule italienne. Troisième mérite de cet ouvrage : la description des plus précises du processus de fascisation du peuple italien socialement, politiquement, culturellement et artistiquement. Les rapports de Mussolini avec le roi d'Italie, Victor-Emmanuel III, sont finement analysés. Quatrième mérite : des pages passionnantes sur le déclin de Mussolini, causé principalement par sa folle décision de se lancer dans la Seconde guerre mondiale aux côtés d'Hitler, sur la perte de confiance d'une partie des chefs du fascisme qui déposent Mussolini le 25 juillet 1943 et sur le roi Victor-Emmanuel III qui le fait arrêter. Ensuite c'est la délivrance par un commando SS, son ignominieux gouvernement de la République Sociale Italienne de Salo qui laisse une traînée de sang dans l'histoire de l'Italie. Mussolini ne sera plus que le pantin des nazis, puis c'est la fin et l'exposition de son cadavre à Milan. Un livre passionnant, édifiant et glaçant.
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…