Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262069186
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 120 x 210 mm

Hiver 1814

Campagne de France,

Date de parution : 26/09/2019
Les premiers Cent-Jours
« Le 26 janvier 1814, à Châlons-sur-Marne, Napoléon prend la tête de l’armée pour repousser les coalisés qui ont passé le Rhin et occupent l’Alsace, la Lorraine et le nord de la Bourgogne. Il a soixante mille soldats, majoritairement jeunes et inexpérimentés, l’ennemi cinq fois plus. Alors que son entourage pense la... « Le 26 janvier 1814, à Châlons-sur-Marne, Napoléon prend la tête de l’armée pour repousser les coalisés qui ont passé le Rhin et occupent l’Alsace, la Lorraine et le nord de la Bourgogne. Il a soixante mille soldats, majoritairement jeunes et inexpérimentés, l’ennemi cinq fois plus. Alors que son entourage pense la défaite inéluctable, Napoléon guette, provoque, exploite les erreurs de ses adversaires et enchaîne une série de victoires qui rendent possible l’incroyable. Le nombre, finalement, l’abandon des maréchaux et la défection de Marmont donneront à l’événement son issue logique. Commencée sous les neiges de janvier en Champagne, achevée dans l’aigre printemps d’avril en Île-de-France, cette dernière campagne est l’histoire d’un homme au sommet de son génie que sa puissance abandonne. Le maître de guerre observe à la lorgnette les rues de Brienne où il a grandi et qu’il va canonner. Le chef d’État continue d’administrer dans le salon d’un château, une chambre d’auberge, un presbytère, au hasard des étapes, un empire en peau de chagrin. Le cavalier sous les intempéries, au milieu de ses maigres troupes, chemine à travers une région dévastée, une population violentée, hanté par le passé et les fantômes d’une grandeur perdue. À la fin, c’est un homme seul qui, retiré dans une pièce du château de Fontainebleau, la “maison des siècles”, appelle la mort en s’empoisonnant. » (Michel Bernard)
 
Un grand récit crépusculaire porté par la plume d’un des meilleurs écrivains actuels.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262069186
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 120 x 210 mm

Ils en parlent

"Michel Bernard est un magnifique historien qui, d'une écriture précise, élégante, sonore, virtuose, sait redonner vie à un personnage dans son époque."
Le Journal du Dimanche

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • rodbur77 Posté le 27 Mars 2020
    C’est bien écrit et cela raconte bien ce moment de l’épopée napoléonienne. Néanmoins on a parfois du mal à s’y retrouver dans les noms des protagonistes.
  • gyselinck_dominique Posté le 28 Décembre 2019
    La campagne de France de Napoléon au jour le jour. De janvier à fin mars 1814, c'est une fantastique partie de stratégie que vont se livrer Prussiens, Russes et Autrichiens d'un côté, et Napoléon de l'autre, comme bien souvent depuis une petite quinzaine d'années. La Grande Armée n'est plus que l'ombre de ce qu'elle a été. Décimée, c'est à 1 contre 4, dans le meilleur des cas, que ces composantes vont affronter les troupes coalisées, quand ce n'est pas à 1 contre 10. Et pourtant, les premiers jours de la campagne réservent de belles surprises aux troupes françaises, engrangeant victoire après victoire, devant à chaque fois un adversaire nettement supérieur en nombre. Mais la répétition des combats et la perte d'officiers de valeur aura bien vite raison... de la motivation de la plupart ses derniers maréchaux et généraux de l'Empereur. Alors que ce dernier élabore des plans de défense, d'attaque, de contre-attaque, la majorité de son état-major lui ne pense qu'à la reddition quand ce n'est pas aller jusqu'à la défection ou la désertion. Un récit jour par jour, heure par heure qui nous fait en partie comprendre le génie tactique de Napoléon, tout en mettant en évidence ses erreurs d'appréciation... La campagne de France de Napoléon au jour le jour. De janvier à fin mars 1814, c'est une fantastique partie de stratégie que vont se livrer Prussiens, Russes et Autrichiens d'un côté, et Napoléon de l'autre, comme bien souvent depuis une petite quinzaine d'années. La Grande Armée n'est plus que l'ombre de ce qu'elle a été. Décimée, c'est à 1 contre 4, dans le meilleur des cas, que ces composantes vont affronter les troupes coalisées, quand ce n'est pas à 1 contre 10. Et pourtant, les premiers jours de la campagne réservent de belles surprises aux troupes françaises, engrangeant victoire après victoire, devant à chaque fois un adversaire nettement supérieur en nombre. Mais la répétition des combats et la perte d'officiers de valeur aura bien vite raison... de la motivation de la plupart ses derniers maréchaux et généraux de l'Empereur. Alors que ce dernier élabore des plans de défense, d'attaque, de contre-attaque, la majorité de son état-major lui ne pense qu'à la reddition quand ce n'est pas aller jusqu'à la défection ou la désertion. Un récit jour par jour, heure par heure qui nous fait en partie comprendre le génie tactique de Napoléon, tout en mettant en évidence ses erreurs d'appréciation de la nature humaine de son entourage familial, politique ou militaire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • migdal Posté le 6 Octobre 2019
    Après des années de fidélité à La Table Ronde, l’auteur de « Pour Genevoix » publie chez Perrin « Hiver 1814 », un récit historique consacré à la Campagne de France, du 26 janvier, à Châlons sur Marne, aux adieux de Fontainebleau le 20 avril. Ouvrage superbe, doté d’une carte où les distances sont étalonnées en Lieues et en Kilomètres, qui permet de suivre les dernières étapes de l’épopée napoléonienne dans une région chère à Michel Bernard pour qui « les paysages sont nos royaumes ». Cette Campagne de France a permis au XIX siècle à Erckmann-Chatrian de nous offrir "Le conscrit de 1813", "L'invasion ou le fou Yegof", "Le Blocus", où les batailles étaient vécues aux cotés des conscrits et des grognards. Avec Michel Bernard, nous combattons et gouvernons aux cotés de l’empereur, de ses maréchaux et de ses généraux. L’héroïsme et la trahison se côtoient, Oudinot, Lefèvre et Caulaincourt d’un coté, Talleyrand et Marmont de l’autre … Erckmann-Chatrian évoquaient l’Alsace, les Vosges et la Lorraine, Michel Bernard lui ne s’éloigne guère du Barrois et chemine dans le froid et la boue du Chemin des Dames à Colombey les Deux Eglises. Et dans ce calvaire Napoléon enchaine les victoires avant d’être vaincu par le nombre... Après des années de fidélité à La Table Ronde, l’auteur de « Pour Genevoix » publie chez Perrin « Hiver 1814 », un récit historique consacré à la Campagne de France, du 26 janvier, à Châlons sur Marne, aux adieux de Fontainebleau le 20 avril. Ouvrage superbe, doté d’une carte où les distances sont étalonnées en Lieues et en Kilomètres, qui permet de suivre les dernières étapes de l’épopée napoléonienne dans une région chère à Michel Bernard pour qui « les paysages sont nos royaumes ». Cette Campagne de France a permis au XIX siècle à Erckmann-Chatrian de nous offrir "Le conscrit de 1813", "L'invasion ou le fou Yegof", "Le Blocus", où les batailles étaient vécues aux cotés des conscrits et des grognards. Avec Michel Bernard, nous combattons et gouvernons aux cotés de l’empereur, de ses maréchaux et de ses généraux. L’héroïsme et la trahison se côtoient, Oudinot, Lefèvre et Caulaincourt d’un coté, Talleyrand et Marmont de l’autre … Erckmann-Chatrian évoquaient l’Alsace, les Vosges et la Lorraine, Michel Bernard lui ne s’éloigne guère du Barrois et chemine dans le froid et la boue du Chemin des Dames à Colombey les Deux Eglises. Et dans ce calvaire Napoléon enchaine les victoires avant d’être vaincu par le nombre et le complot. Ce crépuscule est bouleversant et s’inscrit parfaitement dans le travail de mémoire entrepris par l’écrivain qui a antérieurement évoqué « Les deux remords de Claude Monet », « Les forets de Ravel », Jeanne d’Arc « Le bon coeur », et son ami Bernard Maris, gendre de Maurice Genevoix, assassiné aux cotés des journalistes de Charlie Hebdo en janvier 2015. Coup de foudre, cet "Hiver 1814" est un chef d'oeuvre écrit d'une plume aussi classique qu'élégante, autant dire éternelle. PS : ma critique de "Pour Genevoix"
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…