Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749165059
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 220 mm

Ibysse

Collection : Romans
Date de parution : 04/02/2021
« Juste une mise au point… »
Flo approche de la quarantaine. Un beau jour, sa compagne, fatiguée de passer après son travail, son ex-femme et ses enfants, le met à la porte. Pris de court, il se réfugie à l’hôtel. Là, en regardant le plafond de cette chambre interchangeable, il va essayer de comprendre ce qui... Flo approche de la quarantaine. Un beau jour, sa compagne, fatiguée de passer après son travail, son ex-femme et ses enfants, le met à la porte. Pris de court, il se réfugie à l’hôtel. Là, en regardant le plafond de cette chambre interchangeable, il va essayer de comprendre ce qui lui arrive. Tenter aussi de recoller les morceaux d’une vie qui vient d’exploser en plein vol.
Entre autodérision et autoflagellation, Ibysse est le récit au masculin de cette odyssée intérieure à l’issue incertaine.
Et si l’amour était au bout du tunnel ? Mais lequel ?…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749165059
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LauraLesmotsdesautres Posté le 11 Mai 2021
    En voilà un roman auquel on ne s’attend pas du tout, qui nous surprend dès la première page, qui se révèle petit à petit. Ibysse, abysse, ibis ... Nous suivons l’errance de Flo, de Florian Gazan, l’auteur, celle d’un homme mis à la porte par sa compagne de l’époque, au trente sixième dessous, auscultant la chambre d’un hôtel de gare, miteux comme sa vie amoureuse ... Puisque oui Flo ne fait pas dans la dentelle quand il parle de lui, quand il écrit sa tristesse, sa non confiance en lui-même, quand il écrit son corps, trop maigre, trop fin, trop honteux. Flo n’a pas peur du ridicule, de se lamenter, de faire entrer le lecteur dans la psychologie d’un homme abandonné qui ne pense qu’à elle, Elodie, les peut-être d’un renouveau, d’une nouvelle page à écrire, effaçons tout et recommençons ... Il écrit sur l’attente, sur ses neurones qui carburent à 15000 pour savoir quoi dire, quoi faire, la rendre jalouse ? Lui écrire ? Accepter un déjeuner ? Paraître triste ? Ou au contraire détaché ? Refaire sa vie ? Oui mais si elle décide finalement de revenir ... Les raisons de la séparation importent peu. Le cœur du roman... En voilà un roman auquel on ne s’attend pas du tout, qui nous surprend dès la première page, qui se révèle petit à petit. Ibysse, abysse, ibis ... Nous suivons l’errance de Flo, de Florian Gazan, l’auteur, celle d’un homme mis à la porte par sa compagne de l’époque, au trente sixième dessous, auscultant la chambre d’un hôtel de gare, miteux comme sa vie amoureuse ... Puisque oui Flo ne fait pas dans la dentelle quand il parle de lui, quand il écrit sa tristesse, sa non confiance en lui-même, quand il écrit son corps, trop maigre, trop fin, trop honteux. Flo n’a pas peur du ridicule, de se lamenter, de faire entrer le lecteur dans la psychologie d’un homme abandonné qui ne pense qu’à elle, Elodie, les peut-être d’un renouveau, d’une nouvelle page à écrire, effaçons tout et recommençons ... Il écrit sur l’attente, sur ses neurones qui carburent à 15000 pour savoir quoi dire, quoi faire, la rendre jalouse ? Lui écrire ? Accepter un déjeuner ? Paraître triste ? Ou au contraire détaché ? Refaire sa vie ? Oui mais si elle décide finalement de revenir ... Les raisons de la séparation importent peu. Le cœur du roman c’est Flo, les jours qui passent, sa psychologie, son parcours d’homme quitté à commencer par la reappropriation d’un autre cocon, d’un lieu à soi, la réappropriation de son être, de sa capacité à séduire et à plaire de nouveau ... Ce roman autobiographique n’est pas triste. Flo ne lave pas son linge sale en public. Bien au contraire, il a fait de cette épreuve un texte drôle, mordant, jouant à merveille avec les mots, les lettres, les expressions sans oublier sa part d’émotions Il faut lire ce livre ! Il est riche, riche de tout ce qu’un homme ne dit pas dans ce genre de situation par pudeur, honte et fierté. La qualité de l’écriture est dingue, j’ai eu envie de noter une multitude de phrases. Florian Gazan a l’art du bon mot, celui qui tombe juste et c’est sans aucun doute l’une des forces de ce roman
    Lire la suite
    En lire moins
  • Leugimpimentel Posté le 12 Avril 2021
    On le connait des grosses têtes, de son amour pour le sport, le foot, ses piges à l’Équipe. On est pas complètement surpris de ce portrait tant on imagine toujours le masque teinté de pudeur qu'enfile tous les fans de calembours... Toutes personnes un brin peu sûre d'elle s'identifie à Florian... Toutes, les failles, les erreurs que font naître la fragilité, l'inconfort d'une personnalité introvertie, brillante et drôle. Si la première partie (2/3 du bouquin) finit un peu par lasser en mode caliméro, la reconstruction est plus haletante. Le livre au style simple, fluide se lit d'une traite... On regrette parfois le recours un peu trop systématique au jeu de mots... mais comme elle très présente chez Flo... on lui pardonne facilement car à la radio, il nous fait beaucoup rire. On aimerait s'en faire un ami ! Flo si tu me lis :)
  • Killing79 Posté le 12 Avril 2021
    J’ai toujours aimé Florian Gazan dans ses différents rôles. Que ce soit à la radio ou à la télé, j’aime beaucoup ses interventions qui sont à la fois drôles et intelligentes. J’étais impatient de voir si ses aptitudes pouvaient servir un livre de fiction. Le narrateur de « Ibysse » est une sorte de double. Il nous raconte ses déboires suite à une rupture amoureuse. Derrière cette histoire de couple, à la manière d’un Michel Houellebecq (sur le fond), il nous raconte en fait le parcours d’un homme ordinaire, confronté aux petits malheurs du quotidien. Mais contrairement à l’écrivain dépressif, Florian Gazan laisse entrer un peu de lumière dans le dernier quart de son roman. On retrouve dans ses tribulations, l’esprit taquin dont l’auteur ne se départit jamais. Dans l’échange verbal, il aime avoir le dernier mot. Il enchaîne donc les jeux de mots et les répliques badines pour tourner en dérision toutes les situations. Mais mis en présence de la dure réalité, ses petites touches ont plutôt tendance à aggraver son cas. L’humour comme mode de défense trouve ses limites lorsqu’il est question de sentiments. Connaissant l’animateur, je m’attendais à un texte beaucoup plus corrosif et qui tendrait vers la farce. L’auteur... J’ai toujours aimé Florian Gazan dans ses différents rôles. Que ce soit à la radio ou à la télé, j’aime beaucoup ses interventions qui sont à la fois drôles et intelligentes. J’étais impatient de voir si ses aptitudes pouvaient servir un livre de fiction. Le narrateur de « Ibysse » est une sorte de double. Il nous raconte ses déboires suite à une rupture amoureuse. Derrière cette histoire de couple, à la manière d’un Michel Houellebecq (sur le fond), il nous raconte en fait le parcours d’un homme ordinaire, confronté aux petits malheurs du quotidien. Mais contrairement à l’écrivain dépressif, Florian Gazan laisse entrer un peu de lumière dans le dernier quart de son roman. On retrouve dans ses tribulations, l’esprit taquin dont l’auteur ne se départit jamais. Dans l’échange verbal, il aime avoir le dernier mot. Il enchaîne donc les jeux de mots et les répliques badines pour tourner en dérision toutes les situations. Mais mis en présence de la dure réalité, ses petites touches ont plutôt tendance à aggraver son cas. L’humour comme mode de défense trouve ses limites lorsqu’il est question de sentiments. Connaissant l’animateur, je m’attendais à un texte beaucoup plus corrosif et qui tendrait vers la farce. L’auteur a plutôt voulu briser la carapace afin de nous montrer la face cachée d’un personnage public, qui rencontre les mêmes tracas que le commun des mortels. Cette aventure est surtout et avant tout un roman d’amour. « Un être vous manque et tout est dépeuplé » pourrait parfaitement le résumer. Florian Gazan laisse sa pudeur de côté pour se livrer totalement et sans barrière. Il dévoile une nouvelle corde à son arc avec ce premier roman intime et touchant, flirtant toujours entre émotions et humour. Maintenant que je suis convaincu par son talent d’écriture, j’ai hâte de voir ce qu’il nous réserve pour la suite.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kittiwake Posté le 1 Avril 2021
    Florian, Flo, un brillant jeune homme, belle situation, ne comprend pas ce qui lui tombe sur la tête lorsque sa compagne depuis trois ans lui annonce qu’il doit trouver un hébergement, le temps de faire le point sur leur union. Pourtant, après un premier échec, avec pour résultat une garde alternée et des vacances partagées, Elodie, elle aussi ex d’un premier compagnon, n’avait pas laissé entrevoir les signes d’une lassitude. Ou alors, Flo n’a pas voulu les voir, installé dans un quotidien où peu à peu on ne sent plus la nécessité d’être prévenant et de veiller au bien-être de l’autre, dans une certitude de l’éternité des sentiments. Suit une douloureuse période, de solitude et d’incertitude; C’est avec beaucoup d’humour et d’autodérision, s’appuyant sur des jeux de mots qu’un esprit vif peut-être dopé par le chagrin laisse courir tout au long du récit de son passage dans un tunnel. Verra-t-il la lumière au bout ? Lecture plaisante et divertissante.
  • zebres16 Posté le 15 Mars 2021
    Les ruptures sentimentales ne sont pas que féminines....la célèbre phrase, prenons du recul, je ne te mérite pas...et valable pour tout le monde. Florian Gazan nous "invite" donc dans sa lente reconstruction après une rupture, certainement provoquée en partie par lui aussi... C'est sans filtre, on souffre pour lui et avec lui Mais par chance, la lumière n'est pas tout à fait éteinte....mais il faudra retenir la leçon !!
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    le cherche midi éditeur

    Florian Gazan : « J'ai essayé de ne pas m'épargner, ni de gommer des aspects pas forcément reluisants »

    Porté par son inaltérable sens de l’humour, le premier roman de Florian Gazan se plonge sans peur dans l’intimité – pénétrée de doutes et de réflexions – de son auteur. Récit au masculin d’une séparation douloureuse, Ibysse oscille entre autodérision et autodestruction, et offre au célèbre animateur français une première incursion en littérature. Rencontre.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Saint-Valentin, 34 livres pour parler d'amour

    Un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout... Nombreux sont les auteurs qui ont voulu retranscrire l'ivresse amoureuse sur papier. Parfois avec des mots, parfois avec des dessins, mais toujours avec passion. Une sélection pour (re)découvrir l’amour sous toutes ses formes.

    Lire l'article