En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La ruse et la force

        Perrin
        EAN : 9782262037352
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 528
        Format : 154 x 240 mm
        La ruse et la force
        Une autre histoire de la stratégie

        Date de parution : 23/02/2017
        Pour en finir avec le « modèle occidental de la guerre », une nouvelle histoire de la stratégie décrassée des préjugés culturels et ethniques.
        Au VIIIe siècle avant J.C., Homère expose de manière frappante la dualité qui fonde la stratégie. Dans l’Iliade et l’Odyssée, le poète grec met en scène la guerre à travers deux personnages phares. Achille, héros de la force, est un guerrier : son honneur est au-dessus de tout. Ulysse, héros... Au VIIIe siècle avant J.C., Homère expose de manière frappante la dualité qui fonde la stratégie. Dans l’Iliade et l’Odyssée, le poète grec met en scène la guerre à travers deux personnages phares. Achille, héros de la force, est un guerrier : son honneur est au-dessus de tout. Ulysse, héros de la ruse, est un stratège : seule la victoire compte.
        Cette combinaison de la force et de la ruse semble structurer dès l’origine l’histoire de la stratégie en occident. Pourtant, la force a davantage attiré l’attention des historiens. Dans l’ouvrage de Victor Davis Hanson, Le Modèle occidental de la guerre, la ruse n’apparaît jamais comme un élément majeur de la stratégie. Au contraire, elle fait figure de repoussoir. Cet « orientalisme » militaire et stratégique n’est évidemment pas recevable, tout simplement parce qu’il ne reflète pas la réalité historique et se fait l’écho d’un discours idéologique.
        Il s’agit donc d’en finir avec cette lecture afin de comprendre ce que la stratégie, dans le monde occidental, doit à la ruse, en identifiant les moments clés de son histoire, de l’antiquité grec aux mouvements terroristes du XXIe. Se déploie ainsi une histoire longue de la stratégie qui met en scène, pour la première fois et de manière systématique, le dialogue ininterrompu de la ruse et de la force.


         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782262037352
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 528
        Format : 154 x 240 mm
        Perrin
        24.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • PLOOM Posté le 17 Mars 2017
          Chez les grecs il y avait deux divinités qui intervenaient dans le développement d’un conflit guerrier : Kratos , la force et Mètis, la ruse. Jean-Vincent Holeindre nous propose une réflexion passionnante autour de cette combinaison qui structure depuis l’origine l’histoire de la stratégie en occident. Victor Davis Hanson remarque dans son ouvrage de référence “Le Modèle occidental de la guerre” que la ruse n’apparait jamais comme un élément majeur de la stratégie. La force a davantage attiré l’attention des historiens. A ce titre “La ruse et la force” constitue une rupture radicale avec la doxa occidentale dans ce domaine. L’enjeu de l’ouvrage de Jean-Vincent Holeindre est d’en finir avec le “modèle occidental de la guerre” dont la ruse serait exclue au motif qu’elle serait à la fois inefficace et illégitime. L’auteur qui est l’un des meilleurs spécialistes français en matière de stratégie va réfuter méthodiquement la lecture étroitement culturaliste de la stratégie, qui enferme les discours et les faits militaires dans des identités fixes et naturalisées. Il y a une véritable volonté de la part d’Holeindre de montrer ce que la rue, dans la stratégie occidentale, doit... Chez les grecs il y avait deux divinités qui intervenaient dans le développement d’un conflit guerrier : Kratos , la force et Mètis, la ruse. Jean-Vincent Holeindre nous propose une réflexion passionnante autour de cette combinaison qui structure depuis l’origine l’histoire de la stratégie en occident. Victor Davis Hanson remarque dans son ouvrage de référence “Le Modèle occidental de la guerre” que la ruse n’apparait jamais comme un élément majeur de la stratégie. La force a davantage attiré l’attention des historiens. A ce titre “La ruse et la force” constitue une rupture radicale avec la doxa occidentale dans ce domaine. L’enjeu de l’ouvrage de Jean-Vincent Holeindre est d’en finir avec le “modèle occidental de la guerre” dont la ruse serait exclue au motif qu’elle serait à la fois inefficace et illégitime. L’auteur qui est l’un des meilleurs spécialistes français en matière de stratégie va réfuter méthodiquement la lecture étroitement culturaliste de la stratégie, qui enferme les discours et les faits militaires dans des identités fixes et naturalisées. Il y a une véritable volonté de la part d’Holeindre de montrer ce que la rue, dans la stratégie occidentale, doit à la ruse. Il s’agit véritablement d’une histoire sur la longue durée, dialectique et généalogique, des relations entre la ruse et la force. L’historien met en évidence que ces deux approches de la stratégie renvoient à deux traditions militaires qui ont difficulté à cohabiter : les partisans de la ruse, à la suite d’Ulysse, mettent l’accent sur la manoeuvre, l’économie des forces, le mouvement, la surprise, tandis que les partisans de la “force ouverte” après Achille ont la culture du nombre, du choc et de la concentration des moyens. La réflexion d’Holeindre très inspirée par l’ouvrage fondateur “Les ruses de l’intelligence” de Jean-Pierre Vernant et et Marcel Destienne met en évidence les deux visages possibles de la guerre : celui d’Achille et celui d’Ulysse. A l’heure où les groupes terroristes développent des stratégies peu conventionnelles, la reconnaissance mutuelle entre soldats a laissé place à l’évitement, les attaques ciblées de drones répondant aux attentats suicides. On comprend alors que la lecture d’un tel ouvrage devient indispensable. Une autre histoire de la stratégie qui permettra de penser autrement les guerres d’aujourd’hui et de demain. Hugues DE SINGLY (CULTURE-CHRONIQUE.COM)
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        Depuis Homère, puis Machiavel, la pensée occidentale oppose la ruse et la force dès lors qu'il est question de stratégie. Jean-Vincent Holeindre entend réhabiliter la première, pour en finir avec le "modèle occidental de la guerre", la vision développée par l'Américain Victor Davis Hanson.
        guerres et histoire
        Étude rigoureuse et sur le temps long, la démonstration de ce jeune professeur de sciences politiques à l'université de Poitiers s'inscrit dans les "war studies", très en vogue dans l'espace américain mais délaissées en France. Et donc, au-delà de cette légitime ambition de combler un retard scientifique, Jean-Vincent Holeindre ajoute l'originalité en prenant à contre-pied l'essentiel des travaux polémologiques.
        le monde
        Le "polémologue" Jean-Vincent Holeindre ose revenir sur les théoriciens de l'histoire militaire occidentale. 
        Le Figaro
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
        Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.