Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782862745329
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 155 x 240 mm

Le manuel du goulag

Nicolas WERTH (Préface)
Date de parution : 14/11/1997

Jacques Rossi, décidé à dire le Goulag, a évité, dans son premier ouvrage, la facilité de l'autobiographie, et a choisi la forme du Manuel afin d'évoquer le pourquoi et le comment de cette institution destinée à broyer les hommes. En quelque 1.300 articles, sont traités :

1 - Les organismes administratifs...

Jacques Rossi, décidé à dire le Goulag, a évité, dans son premier ouvrage, la facilité de l'autobiographie, et a choisi la forme du Manuel afin d'évoquer le pourquoi et le comment de cette institution destinée à broyer les hommes. En quelque 1.300 articles, sont traités :

1 - Les organismes administratifs et répressifs ;

2 - Les mesures répressives (arrestations, prétextes d'inculpation, tortures, condamnations) ;

3 - Les lieux d'internement (le transport, les prisons, les camps) ;

4 - La population des camps (politiques et droits communs, les femmes et les nouveau-nés, les enfants et les adolescents, les détenus collaborant avec l'administration, le personnel administratif, les gardiens) ;

5 - La vie quotidienne (les procédures administratives, les règlements généraux, l'habitat, la nourriture, l'habillement, la santé, l'hygiène, le travail, les moeurs, les rapports avec le monde extérieur, les recours, les distractions, l'évasion, la mort) ;

6 - La libération ;

7 - Le langage du Goulag (proverbes, dictons et expressions).


Jacques Rossi a tenu a écrire, en russe, son Manuel du Goulag. Publié dans cette langue à Londres en 1987, il a été depuis réédité à Moscou (1991) et a déjà été traduit en anglais (1989) et en japonais (1996).

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782862745329
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 155 x 240 mm
Cherche midi

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ATOS Posté le 23 Juillet 2014
    La langue fait le mot. Le langage fait le signe. Et le bourreau se charge du reste. La langue ne désigne pas une pensée. Son langage le peut. Et pour cela il choisit les mots. Le langage prend le mot. Le mot dans une langue s'enracine, s’enkyste, s'infecte, l'envenime. La langue ne désigne pas une pensée. Son langage le peut. Et pour cela il choisit les mots. L'objet : la pensée, l'outil : la langue, la main : le langage. La main est attachée à l'esprit. L'esprit porte le langage à exprimer, en une langue, sa pensée. « LTI - Lingua Tertii Imperii » de Victor Klemperer explique parfaitement ce qu'un langage peut contenir, sous entendre, semer, dissimuler, déformer, déshumaniser, expurger, manipuler. Les bourreaux ont un langage. Les bourreaux ont une pensée. Comme le rappelait Hanna Arendt il faut réaliser que ce que nous pensions inimaginable a été pensé. C'est un fait. Un épouvantable fait. Et si les bourreaux ont des mains ils ont également une tête. Le manuel du Goulag de Jacques ROSSI est une encyclopédie du langage du Goulag. A la lecture de cet ouvrage les mots défilent : les mots consignés par un homme qui a connu des années de Goulag, des année de relégation.... La langue fait le mot. Le langage fait le signe. Et le bourreau se charge du reste. La langue ne désigne pas une pensée. Son langage le peut. Et pour cela il choisit les mots. Le langage prend le mot. Le mot dans une langue s'enracine, s’enkyste, s'infecte, l'envenime. La langue ne désigne pas une pensée. Son langage le peut. Et pour cela il choisit les mots. L'objet : la pensée, l'outil : la langue, la main : le langage. La main est attachée à l'esprit. L'esprit porte le langage à exprimer, en une langue, sa pensée. « LTI - Lingua Tertii Imperii » de Victor Klemperer explique parfaitement ce qu'un langage peut contenir, sous entendre, semer, dissimuler, déformer, déshumaniser, expurger, manipuler. Les bourreaux ont un langage. Les bourreaux ont une pensée. Comme le rappelait Hanna Arendt il faut réaliser que ce que nous pensions inimaginable a été pensé. C'est un fait. Un épouvantable fait. Et si les bourreaux ont des mains ils ont également une tête. Le manuel du Goulag de Jacques ROSSI est une encyclopédie du langage du Goulag. A la lecture de cet ouvrage les mots défilent : les mots consignés par un homme qui a connu des années de Goulag, des année de relégation. Un homme qui a tout noté. Dans sa tête. Car les victimes également ont une tête. Et surtout une mémoire. Les mots sont là consignés dans ce livre. En mémoire de. Histoire restante. A la mémoire. Des mots terribles, des mots coupables, des mots que les bourreaux avaient voulu aseptiser, résumer, simplifier, abréger, désarticuler, modeler, d'une efficacité redoutable d'un cynisme épouvantable, des mots comme les rouages d'un monstre mécanique aux mâchoires d'acier. Qu'importe la langue, le langage des bourreaux est toujours le même, le regard des victimes, quelque soit la langue, est toujours le même. Reste la mémoire, cet écho, qui nous rappelle que les mots sont des images, et qu'ils sont toujours au regard de l'histoire, toute la portance du geste. Astrid Shriqui Garain
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !