Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782749171685
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 220 mm
Le Piège
Marie Kempf (traduit par)
Collection : Thriller
Date de parution : 10/02/2022
Éditeurs :
Cherche midi

Le Piège

Marie Kempf (traduit par)
Collection : Thriller
Date de parution : 10/02/2022
« Un suspense qui explose tous les critères habituels. C’est remarquable ! » Stephen King
Jacob Finch Bonner a connu son heure de gloire comme romancier avant de sombrer dans l’anonymat. Il enseigne désormais l’écriture dans une université du Vermont. Un jour, un de ses... Jacob Finch Bonner a connu son heure de gloire comme romancier avant de sombrer dans l’anonymat. Il enseigne désormais l’écriture dans une université du Vermont. Un jour, un de ses étudiants, Evan, lui dévoile l’intrigue du livre qu’il ambitionne d’écrire. Une intrigue géniale. Le best-seller assuré.
Quelques années plus tard, Jacob...
Jacob Finch Bonner a connu son heure de gloire comme romancier avant de sombrer dans l’anonymat. Il enseigne désormais l’écriture dans une université du Vermont. Un jour, un de ses étudiants, Evan, lui dévoile l’intrigue du livre qu’il ambitionne d’écrire. Une intrigue géniale. Le best-seller assuré.
Quelques années plus tard, Jacob apprend la mort d’Evan, qui n’aura pas eu le temps de concrétiser son projet. Aussi décide-t-il d’utiliser à son profit l’idée fantastique de ce dernier. Et c’est un triomphe. Mais au plus haut de sa gloire, Jacob reçoit un e-mail anonyme, terrifiant : Vous êtes un voleur.
Jacob va alors tout faire pour identifier son interlocuteur avant que quiconque apprenne ce qu’il a fait. Pour cela, il va revenir dans le Vermont, pour enquêter sur la vie et la mort d’Evan. Il ne sait pas encore à quel point le jeu va s’avérer dangereux.
L’intrigue parfaite ? c’est celle de ce roman, véritable piège qui dévore peu à peu son lecteur. Avec ce coup de maître, Jean Hanff Korelitz, à qui l’on doit déjà la série diffusée sur HBO The Undoing, avec Nicole Kidman et Hugh Grant, confirme qu’elle est le nouveau phénomène du thriller psychologique.

« Le meilleur thriller de l’année – et de loin ! » The Washington Post
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749171685
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 416
Format : 140 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ogrimoire Posté le 2 Avril 2022
    Disons-le d’emblée, l’auteure met, d’entrée, la barre très haut. Elle nous annonce en effet une intrigue absolument géniale, avec, en particulier, un twist final qui laisse tous les lecteurs hors d’haleine. Dès lors, naturellement, on attend une intrigue tout aussi remarquable, et un twist spectaculaire. La promesse est-elle tenue ? Bon, accordez-moi de ne pas le révéler immédiatement et de commencer par autre chose… Ce Jacob Finch Bonner, frustré et aigri, est insupportable au possible. Sa détestation absolue et permanente nous permet d’imaginer assez aisément cet homme toisant tout ce qui l’entoure d’un regard hautain. Et, après tout, n’est-ce pas mérité, avec toute sa prétention ? Assez rapidement, quand il apprend que son ancien étudiant est mort et que, visiblement, il n’a pas pu, su ou eu le temps de publier son livre, apparait un autre sujet. Ce sujet est intéressant : que sont exactement ces histoires que les écrivains racontent ? D’où viennent-elles ? À qui appartiennent-elles ? Parce que, effectivement, ce que fait Jacob en écrivant cette histoire, est-ce du vol ? Mais peut-on « voler » une intrigue, une idée – dont on sait qu’elles ne peuvent pas être protégées, dixit l’INPI – ? Peut-on imaginer une idée... Disons-le d’emblée, l’auteure met, d’entrée, la barre très haut. Elle nous annonce en effet une intrigue absolument géniale, avec, en particulier, un twist final qui laisse tous les lecteurs hors d’haleine. Dès lors, naturellement, on attend une intrigue tout aussi remarquable, et un twist spectaculaire. La promesse est-elle tenue ? Bon, accordez-moi de ne pas le révéler immédiatement et de commencer par autre chose… Ce Jacob Finch Bonner, frustré et aigri, est insupportable au possible. Sa détestation absolue et permanente nous permet d’imaginer assez aisément cet homme toisant tout ce qui l’entoure d’un regard hautain. Et, après tout, n’est-ce pas mérité, avec toute sa prétention ? Assez rapidement, quand il apprend que son ancien étudiant est mort et que, visiblement, il n’a pas pu, su ou eu le temps de publier son livre, apparait un autre sujet. Ce sujet est intéressant : que sont exactement ces histoires que les écrivains racontent ? D’où viennent-elles ? À qui appartiennent-elles ? Parce que, effectivement, ce que fait Jacob en écrivant cette histoire, est-ce du vol ? Mais peut-on « voler » une intrigue, une idée – dont on sait qu’elles ne peuvent pas être protégées, dixit l’INPI – ? Peut-on imaginer une idée qui n’apparaîtrait qu’à un seul endroit, dans la tête d’une seule personne, ou bien faut-il plutôt imaginer un moment propice, un terreau, qui permettrait à l’idée d’être « captée », s’offrant au plus habile, au plus rapide ? Mais revenons à la question de fond. Jean Hanff Korelitz parvient-elle à marquer le touch-down, ou la promesse se retourne-t-elle contre elle ? Eh bien, pour tout dire, j’ai deviné vers la page 50 un point essentiel de la trame de l’histoire et à 100 pages de la fin, j’ai deviné ce qu’était le twist final. Naturellement, dit ainsi, on pourrait penser que la réponse est alors « bah, c’est décevant ». Mais, en réalité, pas du tout. Parce que en vérité, ce qui m’a plu dans ce roman, ce n’est pas le suspense. Certes, j’avais envie de savoir comment l’auteure allait conclure son histoire, comment les pièces du puzzle allaient s’assembler. Mais j’ai surtout trouvé particulièrement intéressantes descriptions psychologiques de personnages. Jacob Finch Bonner, qui est, au début du livre, un crétin arrogant, franchement désagréable, finit par révéler une profondeur qui le rend, sinon sympathique, du moins fréquentable. Et l’on se prend à trouver dommage que – mais c’est tellement souvent le cas, dans les familles -, lorsque son monde commence à se fissurer, il ne parvienne pas à partager cela avec la femme dont il a fait la rencontre, et qu’il épouse. Ce que les secrets et les non-dits font à un couple, voilà un autre thème intéressant dans ce livre. J’ai vraiment apprécié ce livre. Et même le fait d’avoir deviné à l’avance plusieurs éléments de l’intrigue ne m’a pas dérangé, parce que, encore une fois, il y a d’autres éléments que le suspense pour donner de l’intérêt à cette histoire ! Et si je n’ai pas eu la surprise, cela n’empêche pas l’intrigue d’être bien fichue. Donc, sans hésitation, Jean Hanff Korelitz se tire avec brio de ces annonces qui auraient pu s’avérer casse-gueule ! Un seul point de critique : dans cette première partie, on retrouve à plusieurs reprises, comme dans la citation qui ouvre cette chronique, avec cette sorte d’insistance un peu lourde sur le côté « il se souviendrait plus tard de ce moment comme de celui où tout à basculé », un procédé que l’on retrouve dans beaucoup de livres et que je trouve de plus en plus maladroit. Les lecteur(e)s sont tout à fait capables de déceler d’eux-mêmes où et quand se fait la bascule, le souligner à gros trait n’est pas forcément indispensable…
    Lire la suite
    En lire moins
  • leslecturesdemoe Posté le 16 Mars 2022
    E F F I C A C E ! #9642;️ Jacob Finch Bonner est un romancier retombé dans l’anonymat après avoir connu un petit succès. Il enseigne l’écriture à l’université, et c’est lors d’une de ses classes qu’il rencontrera Evan, un étudiant assez insupportable. L’auteure nous offre ici une intrigue simple, mais absolument efficace. Le postulat de départ étant qu’Evan dispose de THE intrigue encore jamais exploitée dans un roman, et que celle-ci le rendra riche et célèbre. Il la dévoile, difficilement, à Jake qui en sera très jaloux, mais qui se forcera à autre chose. Quelques années plus tard, pas de signes du roman d’Evan. Et pour cause, Evan est décédé. Jake décide de saisir sa chance, de s’approprier l’intrigue et d’écrire le roman. Et c’est un triomphe absolu ! Ce qu’il attendait tant ! Et tout va bien… jusqu’au jour où il reçoit un mail anonyme : « vous êtes un voleur ». #9642;️ Bon, j’avoue avoir senti le truc venir. Je ne sais pas si c’est parce que je lis beaucoup de thrillers ou si c’était effectivement facile, mais mes doutes se sont rapidement portés sur le coupable. Je me suis posé plein de questions, et à chaque fois, ça renvoyait vers la même personne.... E F F I C A C E ! #9642;️ Jacob Finch Bonner est un romancier retombé dans l’anonymat après avoir connu un petit succès. Il enseigne l’écriture à l’université, et c’est lors d’une de ses classes qu’il rencontrera Evan, un étudiant assez insupportable. L’auteure nous offre ici une intrigue simple, mais absolument efficace. Le postulat de départ étant qu’Evan dispose de THE intrigue encore jamais exploitée dans un roman, et que celle-ci le rendra riche et célèbre. Il la dévoile, difficilement, à Jake qui en sera très jaloux, mais qui se forcera à autre chose. Quelques années plus tard, pas de signes du roman d’Evan. Et pour cause, Evan est décédé. Jake décide de saisir sa chance, de s’approprier l’intrigue et d’écrire le roman. Et c’est un triomphe absolu ! Ce qu’il attendait tant ! Et tout va bien… jusqu’au jour où il reçoit un mail anonyme : « vous êtes un voleur ». #9642;️ Bon, j’avoue avoir senti le truc venir. Je ne sais pas si c’est parce que je lis beaucoup de thrillers ou si c’était effectivement facile, mais mes doutes se sont rapidement portés sur le coupable. Je me suis posé plein de questions, et à chaque fois, ça renvoyait vers la même personne. J’étais plutôt fière de moi pour le coup ! 🤣 J’ai trouvé que le suspense était parfaitement bien travaillé et justement dosé. J’ai tout aimé dans ce roman. Au début, j’étais agacée par cet auteur qui ne faisait que de se plaindre de sa vie, j’entendais « ouin ouin je ne suis pas célèbre » (je vous assure 😅), puis le succès et enfin les menaces. On suit Jake s’enfoncer dans ses recherches pour découvrir l’auteur des messages anonymes, et en parallèle on découvre certains passages du roman qui nous en disent plus sur l’intrigue tant convoitée. Et ça marche ! J’ai passé un excellent moment, il est évident que je vous en recommande la lecture ! 😊
    Lire la suite
    En lire moins
  • Maks Posté le 13 Mars 2022
    Avec un début assez lent, j’ai cru que « Le piège » allait me poser des problèmes de désintérêts pour l’histoire. Mais non, finalement on se prend d’intérêt assez vite pour l’intrigue, ou plutôt pour le problème d’éthique de notre personnage principal et notamment les problèmes psychologiques qui en découlent, car en tant qu’écrivain ayant perdu son succès avec le temps, il va utiliser l’histoire d’un autre (qui est décédé) pour toucher la gloire de « l’auteur à succès » et l’admiration du publique. Malheureusement pour lui, un corbeau connaît la vérité et va le fait chanter et le faire tomber dans la culpabilité et la paranoïa. Le personnage principal est intéressant et comme je le disais plus haut, c’est sa psychologie qui m’a marqué, c’est elle qui fait l’intérêt du livre. Je ne le qualifierai pas vraiment de « thriller » malgré l’histoire de corbeau mais plutôt de « roman psychologique ». Il y a bien une intrigue mais rien n’est vraiment fait pour dissimuler le corbeau dont je me suis douté de l’identité aux alentours de la page 120 et dont la véracité s’est imposée à moi vers la page 280 (sur 400). Après, j’avais deviné l’identité mais pas le twist final. Ce qui est intéressant également c’est le fait... Avec un début assez lent, j’ai cru que « Le piège » allait me poser des problèmes de désintérêts pour l’histoire. Mais non, finalement on se prend d’intérêt assez vite pour l’intrigue, ou plutôt pour le problème d’éthique de notre personnage principal et notamment les problèmes psychologiques qui en découlent, car en tant qu’écrivain ayant perdu son succès avec le temps, il va utiliser l’histoire d’un autre (qui est décédé) pour toucher la gloire de « l’auteur à succès » et l’admiration du publique. Malheureusement pour lui, un corbeau connaît la vérité et va le fait chanter et le faire tomber dans la culpabilité et la paranoïa. Le personnage principal est intéressant et comme je le disais plus haut, c’est sa psychologie qui m’a marqué, c’est elle qui fait l’intérêt du livre. Je ne le qualifierai pas vraiment de « thriller » malgré l’histoire de corbeau mais plutôt de « roman psychologique ». Il y a bien une intrigue mais rien n’est vraiment fait pour dissimuler le corbeau dont je me suis douté de l’identité aux alentours de la page 120 et dont la véracité s’est imposée à moi vers la page 280 (sur 400). Après, j’avais deviné l’identité mais pas le twist final. Ce qui est intéressant également c’est le fait qu’il y a une histoire dans l’histoire, j’ai trouvé cela original et astucieux sans être confus. Pour conclure, malgré mes réticences du début j’ai passé un bon moment de lecture, divertissant et original, avec une plume intéressante mais avec tout de même le regret d’avoir découvert l’identité du maître chanteur assez tôt dans ma lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tomabooks Posté le 21 Février 2022
    Je sais ce que vous êtes en droit de vous dire. Je suis parti avec cette fausse publicité en tête et je savais pertinemment que j’allais ne pas être d’accord avec cette affirmation. On le sait tous, le petit mot d’accroche, souvent donné par un auteur reconnu, est là pour appâter le lecteur. Ici, le paquet a été mis sur la communication puisqu’en plus du mot sur la couverture, on retrouve un court avis de notre bon vieux Stephen King. Que l’on soit clair, je ne fais plus avoir par ce genre de choses. King a peut être un immense talent pour écrire,mais ses goûts sont parfois douteux… Pourtant, j’ai décidé de me lancer dans la lecture de ce roman de Jean Hanff Korelitz avec l’intention de faire abstraction de toute cette publicité. Avec Le piège, je découvre donc une nouvelle plume et je dois dire que celle-ci m’a parfois laissé de côté, notamment dans sa première moitié. Je dois dire que la romancière prend son temps pour mettre en place son intrigue et en profite pour nous présenter son personnage principal, Jacob Finch Bonner. Si l’écriture est tantôt assez lourde et répétitive, il faut bien admettre que l’autrice sait comment... Je sais ce que vous êtes en droit de vous dire. Je suis parti avec cette fausse publicité en tête et je savais pertinemment que j’allais ne pas être d’accord avec cette affirmation. On le sait tous, le petit mot d’accroche, souvent donné par un auteur reconnu, est là pour appâter le lecteur. Ici, le paquet a été mis sur la communication puisqu’en plus du mot sur la couverture, on retrouve un court avis de notre bon vieux Stephen King. Que l’on soit clair, je ne fais plus avoir par ce genre de choses. King a peut être un immense talent pour écrire,mais ses goûts sont parfois douteux… Pourtant, j’ai décidé de me lancer dans la lecture de ce roman de Jean Hanff Korelitz avec l’intention de faire abstraction de toute cette publicité. Avec Le piège, je découvre donc une nouvelle plume et je dois dire que celle-ci m’a parfois laissé de côté, notamment dans sa première moitié. Je dois dire que la romancière prend son temps pour mettre en place son intrigue et en profite pour nous présenter son personnage principal, Jacob Finch Bonner. Si l’écriture est tantôt assez lourde et répétitive, il faut bien admettre que l’autrice sait comment donner du corps à son roman et à ce qu’il se passe autour de ses personnages. Jacob prend vie petit à petit et nous plongeons dans son désarroi et dans une espèce de spleen qu’il traîne depuis que le succès l’a échappé. On découvre un romancier qui ne réussit plus, qui n’écrit plus et qui est obligé d’aider les autres dans ce processus qu’il ne parvient plus à dépasser. Très vite, l’impression d’être face à un personnage pathétique m’a sauté aux yeux. Frustré de son échec, celui-ci va sauter sur une occasion en or pour prendre sa revanche sur la vie. C’est avec une première moitié bien trop longue pour ce qu’elle avait à raconter que Le piège se referme sur nous. Jean Hanff Korelitz déploie son talent au service d’une intrigue, certes assez classique, mais qui fonctionne tout de même. Dès lors, la lecture redevient un véritable plaisir et celle-ci nous fera dire que l’on aurait voulu en avoir plus. La romancière exploite avec précision la thématique du plagiat ou de l’emprunt d’une situation qui n’appartient pas à l’auteur. Ce roman est une plongée dans le monde de l’édition, du poids qui repose sur l’écrivain à succès, sur la difficulté des autres à être publié et sur cette nouvelle génération qui ne s’évertue plus à passer par la case maison d’édition pour sortir leur livre. Jean Hanff Korelitz dépeint un monde foisonnant, complexe et nous fait vivre l’aventure de l’intérieur. Le piège devient alors peu à peu passionnant à suivre et cela va s’accentuer au moment où la romancière décide de pousser son personnage à enquêter pour découvrir la vérité. Quand la réalité rattrape la fiction, c’est pour mieux nous offrir une virée dans l’Amérique profonde et dans les secrets familiaux. Ce roman aura de quoi surprendre les novices du thriller, bien que Korelitz laisse assez d’indices pour deviner la suite des événements. Il n’empêche que Le piège reste un équilibré dans sa résolution et permet ainsi à l’intrigue de se transformer en un roman noir dramatique qui fonctionnera à merveille dans un format sériel. S’il on oublie une première partie qui peine à démarrer, Le piège reste un très bon thriller psychologique qui pourra parfois faire penser aux œuvres de Gillian Flynn. Jean Hanff Korelitz déploie son talent avec minutie pour nous emporter dans une enquête où la fiction se mêle à la réalité. Si le roman n’est pas parfait, on retiendra la montée en puissance de son dernier acte et la résolution de cette histoire qui donne tout son sens au titre du roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • nineentreleslignes Posté le 20 Février 2022
    Le thriller psychologique est un genre vers lequel je ne me dirige pas spontanément. Le piège écrit par l'auteur de la série à succès The Undoing, (pour ceux qui connaissent) se situe dans le milieu littéraire. Jacok Finch Bonner dit Jake a connu le succès avec son premier roman. En attendant de retrouver une inspiration qui le mènera tout droit vers la gloire, il enseigne l'écriture créative dans une université du Vermont. Peu impliqué, peu motivé, il est très vite agacé par un élève Evan Parker, imbu de sa personne et certain de détenir le prochain best-seller, il n'hésite pas à ironiser son professeur. Quand Jake apprend la mort de son ancien élève, sans que celui-ci n'ait de romans à son actif, il décide de reprendre l'intrigue de son ancien élève à son compte. Et comme Evan l'avait prédit, c'est une réussite, une consécration. Jake est demandé partout jusqu'au plateau d'Oprah Winfrey. On le rapproche du King et Spielberg en personne souhaite racheter les droits pour le cinéma. Il devient un des hommes les plus convoités et se marie dans la foulée... Mais dans sa boite mail des messages anonymes tombent. On le traite de voleur, de faussaire. Il semblerait que quelqu'un... Le thriller psychologique est un genre vers lequel je ne me dirige pas spontanément. Le piège écrit par l'auteur de la série à succès The Undoing, (pour ceux qui connaissent) se situe dans le milieu littéraire. Jacok Finch Bonner dit Jake a connu le succès avec son premier roman. En attendant de retrouver une inspiration qui le mènera tout droit vers la gloire, il enseigne l'écriture créative dans une université du Vermont. Peu impliqué, peu motivé, il est très vite agacé par un élève Evan Parker, imbu de sa personne et certain de détenir le prochain best-seller, il n'hésite pas à ironiser son professeur. Quand Jake apprend la mort de son ancien élève, sans que celui-ci n'ait de romans à son actif, il décide de reprendre l'intrigue de son ancien élève à son compte. Et comme Evan l'avait prédit, c'est une réussite, une consécration. Jake est demandé partout jusqu'au plateau d'Oprah Winfrey. On le rapproche du King et Spielberg en personne souhaite racheter les droits pour le cinéma. Il devient un des hommes les plus convoités et se marie dans la foulée... Mais dans sa boite mail des messages anonymes tombent. On le traite de voleur, de faussaire. Il semblerait que quelqu'un connaisse son secret et soit décidé à le révéler au grand jour. Alors l'écrivain va mener une enquête dans la vie sombre et fascinante d'Evan Parker, cet homme sûr de lui qui a vu sa famille décimée en un temps record, son bar décliné et qui avait fini par renouer avec ses anciens démons faits de drogues. Un parcours fait de révélations et de rencontres stupéfiantes. Et si finalement, il tenait là son véritable roman ? Cette enquête quoi qu'improvisée devient une mise en abime particulièrement efficace et ...addictive. Mais.... Mais voilà, j'ai vu les ficelles bouger un peu trop facilement ! C'est là que pour moi le bât blesse. J'aime être manipuler de bout en bout et ne rien voir venir et la fin n'a pas été une surprise. Une lecture qui reste agréable et divertissante notamment pour les dessous et les coulisses du monde de l'édition, ses agents, l'écrivain anxieux et torturé, l'inspiration et la page blanche. Et une réflexion que je vous laisse à méditer : « Personne d'autre que vous ne peut écrire votre histoire » Lu dans le cadre de la Masse critique Babelio et je les en remercie !
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rater aucune actualité du Cherche Midi
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !