RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'Ecrivain public

            Cherche midi
            EAN : 9782749156934
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 464
            Format : 140 x 200 mm
            L'Ecrivain public

            Jean-Luc PININGRE (Traducteur)
            Collection : Thriller
            Date de parution : 12/04/2018
            Élu Meilleur roman policier de l’année par le New York Times
            9 février 1942. Dès son arrivée à New York, Woodrow Cain, un jeune flic du sud des États-Unis, est accueilli par les flammes qui s’échappent du paquebot Normandie, en train de sombrer dans l’Hudson. C’est au bord de ce même fleuve que va le mener sa première enquête, après la découverte... 9 février 1942. Dès son arrivée à New York, Woodrow Cain, un jeune flic du sud des États-Unis, est accueilli par les flammes qui s’échappent du paquebot Normandie, en train de sombrer dans l’Hudson. C’est au bord de ce même fleuve que va le mener sa première enquête, après la découverte d’un cadavre sur les docks, tenus par la mafia. Là, il fait la connaissance d’un écrivain public, Danziger, obsédé par les migrants qui arrivent d’une Europe à feu et à sang, ces fantômes au passé déchiré et à l’avenir incertain. Celui-ci va orienter Cain vers Germantown, le quartier allemand, où, dans l’ombre, sévissent les sympathisants nazis. Alors que le pays marche vers la guerre, la ville est en proie à une paranoïa croissante. Et les meurtres continuent…
             
            Au fil d’une intrigue passionnante, Dan Fesperman évoque avec un réalisme rare quelques pages aussi méconnues que fascinantes de l’histoire de New York : l’influence nazie, le sort des immigrés juifs et l’implication de la mafia dans le conflit mondial.

            « Je suis un fan de Fesperman. C’est le Albert Londres du polar. »
            François Forestier
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782749156934
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 464
            Format : 140 x 200 mm
            Cherche midi
            21.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un très bon polar, qui mêle habilement histoire réelle, personnages ayant existé et fiction. Très prenant et diablement intelligent ! »
            Luc / Librairie Bisey - Mulhouse - 68100
            « Dan Fesperman, reporter de guerre et romancier, nous offre une plongée réaliste dans le New York des années 40 alors que la Seconde Guerre mondiale, si elle reste lointaine géographiquement, est de plus en plus présente aux États-Unis. Diaspora juive, groupuscules nazis, mafia, police corrompue et deux personnages principaux qui sortent de l’ordinaire… Un roman très cinématographique bien difficile à lâcher ! »
             
            Audrey Dubreuil / Librairie Privat - Toulouse - 31000

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Zephyrine Posté le 8 Mars 2019
              New-York, durant la seconde guerre mondiale...L'inspecteur Cain vient de débarquer à New-York et se retrouve mêler à une enquête complexe. Pour l'aider, un homme étrange, Dantziger, dont le métier est écrivain public... Ce roman est assez original par le cadre historique. La guerre mondiale se déroule à des milliers de kilomètres, mais le mélange de culture et d'origine qu'est New-York est forcément aux premières loges. Ce cadre historique est vraiment fascinant. L'enquête, je l'ai trouvé assez complexe, trop de personnages, trop d'intrigues, j'ai eu quelques difficultés à accrocher...
            • Cigale17 Posté le 24 Février 2019
              La couverture de L'Écrivain public donne à voir un briquet décoré des armoiries du Reich allemand utilisées pendant la Deuxième Guerre mondiale, ce qui nous plonge directement dans l'époque à laquelle se déroule ce foisonnant roman policier. Dan Fesperman entraîne ses lecteurs à New York, alors que, après Pearl Harbour, les États-Unis viennent de déclarer la guerre successivement au Japon puis à l'Italie et à l'Allemagne (décembre 1941). Bloqué dans le port de New York à cause de la guerre, le très luxueux paquebot français le Normandie est détruit par un mystérieux incendie alors que les Américains l'avaient réquisitionné comme transport de troupes. Qui a mis le feu ? les sympathisants nazis ? la mafia qui tient les docks ? un ouvrier maladroit ? Le même jour, le 9 février 1942, Woodrow Cain arrive dans cette ville qu'il ne connaît pas. Il débarque directement de sa campagne (la Caroline du Nord), il a un accent très prononcé et il ne connaît pas les codes en vigueur ici. le voilà promis au bizutage par une équipe de flics pas tous sympathiques, d'autant que le nouveau venu est, paraît-il, pistonné par un grand ponte. Et Cain a bien besoin d'aide… On comprend qu'il... La couverture de L'Écrivain public donne à voir un briquet décoré des armoiries du Reich allemand utilisées pendant la Deuxième Guerre mondiale, ce qui nous plonge directement dans l'époque à laquelle se déroule ce foisonnant roman policier. Dan Fesperman entraîne ses lecteurs à New York, alors que, après Pearl Harbour, les États-Unis viennent de déclarer la guerre successivement au Japon puis à l'Italie et à l'Allemagne (décembre 1941). Bloqué dans le port de New York à cause de la guerre, le très luxueux paquebot français le Normandie est détruit par un mystérieux incendie alors que les Américains l'avaient réquisitionné comme transport de troupes. Qui a mis le feu ? les sympathisants nazis ? la mafia qui tient les docks ? un ouvrier maladroit ? Le même jour, le 9 février 1942, Woodrow Cain arrive dans cette ville qu'il ne connaît pas. Il débarque directement de sa campagne (la Caroline du Nord), il a un accent très prononcé et il ne connaît pas les codes en vigueur ici. le voilà promis au bizutage par une équipe de flics pas tous sympathiques, d'autant que le nouveau venu est, paraît-il, pistonné par un grand ponte. Et Cain a bien besoin d'aide… On comprend qu'il sort d'une sale histoire où semblent mêlés sa femme, son équipier et ? Il y a eu un mort ? des morts ? Bref, une vraie galère. Pour couronner le tout, dès l'arrivée de Cain, son chef, pas du tout bienveillant, lui impose une enquête sur un inconnu assassiné sur les docks. Qu'il se débrouille comme il peut ! Un narrateur à la troisième personne assure presque tout le récit, mais dans le prologue et dans 9 des 43 chapitres, un narrateur à la première personne prendra la parole, Maximilian Danziger, l'écrivain public éponyme du roman. Personnage original, mal fagoté, parfois mal embouché, il exerce ce métier parce qu'il parle plusieurs langues et qu'il est instruit, mais aussi (surtout ?) parce qu'il se montre plein de compassion pour tous ces migrants, souvent illettrés, qui ont besoin de lui pour leur lire les lettres qu'ils reçoivent et écrire celles qu'ils veulent envoyer. En contrepartie, il reçoit un peu d'argent (peu) et conserve dans son bureau des milliers de lettres… et de secrets. Dès 42, il est très bien renseigné sur ces effroyables convois qui circulent en Europe. J'ai adoré la différence subtile de ton et de niveau de langue quand c'est l'écrivain public qui s'exprime ! On comprend au fil de la lecture que Danziger veut dissimuler son passé. Se cache-t-il vraiment ? Que ou qui fuit-il ? On a envie de le connaître mieux dès qu'il prend la parole. « Lorsqu'ils terminent un roman qui associe le réel et l'imaginaire, certains lecteurs se posent inévitablement la question de savoir ce qui est vrai ou pas. Dans le cas de celui-ci, beaucoup de choses le sont, notamment l'alliance contre nature que [le Service du renseignement militaire de la marine américaine] et le procureur Frank Hogan ont conclue avec la Mafia pour protéger le port de New York contre les entreprises de sabotages et les sous-marins ennemis », écrit Dan Fesperman dans sa « Note de l'auteur ». Suivent les noms de plusieurs mafieux plus ou moins célèbres que nous avons rencontrés dans le roman : Lucky Luciano, Meyer Lansky, Albert Anastasia, Socks Lanza, etc., ainsi que des avocats, des hommes d'affaires, des procureurs, etc. Même le personnage de Danziger est inspiré (librement) d'un personnage réel ! J'ai bien aimé ce roman qui m'a entraînée dans une époque trouble que je connais peu. Bien sûr, j'avais entendu parler des sympathies nazies de Charles Linberg et je m'étais un peu renseignée après avoir lu le Complot contre l'Amérique de Philip Roth. Je savais que Ford et GM avaient activement travaillé avec le IIIe Reich, même pendant la guerre, mais je ne connaissais pas les visées patriotiques de la mafia pendant le conflit ! le fond historique est donc passionnant. Aux deux-tiers du roman (ce sera mon bémol), je me suis un peu perdue dans la quantité de personnages cités, mais pas forcément développés. Pour sa part, Cain se révèle extrêmement attachant malgré ses manquements et ses maladresses. C'est aussi le cas de Danziger, que vous préférerez peut-être, comme moi, appeler familièrement Sacha. Dan Fesperman est l'auteur de 11 romans dont 3 seulement sont traduits en français. On peut vraiment se demander pourquoi… Challenge multi-défis 2019 # 73
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bazart Posté le 24 Janvier 2019
              En 1942, une série de meurtres de ressortissants allemands entraîne l'inspecteur Woodrow Cain Cain, assisté d'un écrivain public (celui du titre du livre) au passé tragique, au coeur du quartier new-yorkais de la "Petite Allemagne." Dan Fesperman, reporter de guerre, a couvert la plupart des conflits en Europe et au Moyen-Orient. Pour son premier roman publié en France, aux éditions du Cherche Midi, il se lance dans un projet aussi ambitieux qu'abouti en nous plongeant dans l'histoire tourmentée du New York des années de guerre.. On y découvre ainsi une histoire aussi méconnue que fascinante nous immergeant dans les secrets de cette ville. dans toutes ses dimensions. Le prologue, particulièrement efficace, nous immerge de suite de façon aisée dans le New York des années 40. L'intrigue qui suit sert surtout de prétexte pour dresser un saississant portrait du New-York de 1942, période charnière de l’entrée en guerre des États-Unis. entre l'attaque de Pearl Arbor et l'entrée en guerre des États-Unis. Librement inspiré de faits réels et de personnages ayant existé, l'intrigue de l'écrivain public tisse les liens qui unissaient la mafia et le pouvoir judiciaire pour protéger la ville contre ses potentiels ennemis. Alors que le travail fourni... En 1942, une série de meurtres de ressortissants allemands entraîne l'inspecteur Woodrow Cain Cain, assisté d'un écrivain public (celui du titre du livre) au passé tragique, au coeur du quartier new-yorkais de la "Petite Allemagne." Dan Fesperman, reporter de guerre, a couvert la plupart des conflits en Europe et au Moyen-Orient. Pour son premier roman publié en France, aux éditions du Cherche Midi, il se lance dans un projet aussi ambitieux qu'abouti en nous plongeant dans l'histoire tourmentée du New York des années de guerre.. On y découvre ainsi une histoire aussi méconnue que fascinante nous immergeant dans les secrets de cette ville. dans toutes ses dimensions. Le prologue, particulièrement efficace, nous immerge de suite de façon aisée dans le New York des années 40. L'intrigue qui suit sert surtout de prétexte pour dresser un saississant portrait du New-York de 1942, période charnière de l’entrée en guerre des États-Unis. entre l'attaque de Pearl Arbor et l'entrée en guerre des États-Unis. Librement inspiré de faits réels et de personnages ayant existé, l'intrigue de l'écrivain public tisse les liens qui unissaient la mafia et le pouvoir judiciaire pour protéger la ville contre ses potentiels ennemis. Alors que le travail fourni par l'auteur qui de recherches en recherches apparait proprement épatant, Dan Fesperman nous montre un grand talent de conteur avec un sens de description qui permettent une réelle immersion. Un très grand polar, élu meilleur roman policier de l'année par le New York Times, et plus largement un très grand livre et on notera l'excellente traduction de Jean-Luc Piningre, traducteur plutôt de littérature blanche comme Richard Russo ou Richard Ford...
              Lire la suite
              En lire moins
            • cloceline Posté le 22 Août 2018
              New York City. Février. 1942. Le Normandie, paquebot français proposant des traversées transatlantique est en réparation. Les colonnes du Grand Salon doivent être démontées. L’opération tourne à la catastrophe lorsqu’un chalumeau enflamme un paquet de gilets de sauvetage.. Le Normandie sombre dans l’Hudson… En Europe, la guerre gronde, le front paraît lointain mais les US viennent d’entrer dans le conflit et les autorités américaines craignent que le port de NY ne soit une cible. Bien que la négligence est prouvée, dans ce contexte de suspicion, les rumeurs se propagent : c’est un sabotage !! C’est dans ce contexte sombre et véridique où NY est tiraillée par ses immigrés européens qui la constitue que Dan Fesperman plante son intrigue . Aussi suivons –nous le parcours initiatique de Woodrow Cain, 34 ans, en instance de divorce et père d’une fillette de 10 ans. Sous la coupe de son puissant beau-père, avocat véreux au bras long, Cain débarque de sa Caroline du Nord pour un poste à NY, dans le secteur 14. Malmené par l’équipe, il doit faire ses preuves et lui coller un noyé difficilement identifiable, repêché dans l’Hudson , paraît l’affaire parfaite ! Très vite, l’enquête le dirige vers le quartier allemand de la ville... New York City. Février. 1942. Le Normandie, paquebot français proposant des traversées transatlantique est en réparation. Les colonnes du Grand Salon doivent être démontées. L’opération tourne à la catastrophe lorsqu’un chalumeau enflamme un paquet de gilets de sauvetage.. Le Normandie sombre dans l’Hudson… En Europe, la guerre gronde, le front paraît lointain mais les US viennent d’entrer dans le conflit et les autorités américaines craignent que le port de NY ne soit une cible. Bien que la négligence est prouvée, dans ce contexte de suspicion, les rumeurs se propagent : c’est un sabotage !! C’est dans ce contexte sombre et véridique où NY est tiraillée par ses immigrés européens qui la constitue que Dan Fesperman plante son intrigue . Aussi suivons –nous le parcours initiatique de Woodrow Cain, 34 ans, en instance de divorce et père d’une fillette de 10 ans. Sous la coupe de son puissant beau-père, avocat véreux au bras long, Cain débarque de sa Caroline du Nord pour un poste à NY, dans le secteur 14. Malmené par l’équipe, il doit faire ses preuves et lui coller un noyé difficilement identifiable, repêché dans l’Hudson , paraît l’affaire parfaite ! Très vite, l’enquête le dirige vers le quartier allemand de la ville où des admirateurs d’Hitler s’organisent et collectent des fonds. Éclairé par le mystérieux Danziger ( l’écrivain public qui donne son nom au roman), Cain commence une enquête où police corrompue, Mafia, Pègre et nazi coexistent. Mon avis: Cain est un peu notre « Candide », à travers lui, nous découvrons ces relations dans le NY des années 1940. En effet, Luciano ( un personnage réel, présent dans l’histoire) est vu aujourd’hui comme le père du crime organisé moderne : mafieux mais anti-mussolinien, il s’impliqua dans le port de NY et dans le conflit mondial en apportant son aide et… ses méthodes. (suite sur le blog)
              Lire la suite
              En lire moins
            • Allaroundthecorner Posté le 18 Août 2018
              Le prologue nous propulse au coeur de l'intrigue, sans préambule nous sommes catapultés auprès de Cain, le protagoniste principal si je puis dire. J'ai beaucoup aimé ce prologue parce que justement on n'a pas trente pages de présentation avant d'entrer dans le vif du sujet, on ne tergiverse pas, on y va et c'est le genre de truc qui me plaît, surtout quand je lis un roman policier ! Mais premier bémol, une fois passé ce prologue, l'entrée dans l'histoire a été, disons chaotique pour la simple et bonne raison que je me suis énormément perdue dans les noms des personnages - excepté pour Danziger et Cain évidemment ! Faut dire qu'il y a un sacré paquet de personnages tout au long du livre et je ne sais pas, parfois c'était vraiment difficile de retenir qui était qui. Au-delà de ça, je dois dire que l'auteur possède un grand talent de conteur dans le sens où vraiment, on s'y croit. Ses descriptions permettent une réelle immersion. Enfin, personnellement, j'ai senti que l'auteur s'était documenté sur le sujet, sur l'architecture de l'époque, le style vestimentaire, etc. si bien qu'en plus d'être un roman policier, c'est un roman historique qui nous est... Le prologue nous propulse au coeur de l'intrigue, sans préambule nous sommes catapultés auprès de Cain, le protagoniste principal si je puis dire. J'ai beaucoup aimé ce prologue parce que justement on n'a pas trente pages de présentation avant d'entrer dans le vif du sujet, on ne tergiverse pas, on y va et c'est le genre de truc qui me plaît, surtout quand je lis un roman policier ! Mais premier bémol, une fois passé ce prologue, l'entrée dans l'histoire a été, disons chaotique pour la simple et bonne raison que je me suis énormément perdue dans les noms des personnages - excepté pour Danziger et Cain évidemment ! Faut dire qu'il y a un sacré paquet de personnages tout au long du livre et je ne sais pas, parfois c'était vraiment difficile de retenir qui était qui. Au-delà de ça, je dois dire que l'auteur possède un grand talent de conteur dans le sens où vraiment, on s'y croit. Ses descriptions permettent une réelle immersion. Enfin, personnellement, j'ai senti que l'auteur s'était documenté sur le sujet, sur l'architecture de l'époque, le style vestimentaire, etc. si bien qu'en plus d'être un roman policier, c'est un roman historique qui nous est livré et ce, par bien des aspects - j'y reviendrai plus loin. C'est vraiment pour moi un gros point fort de ce roman : le réalisme. Pourtant d'ordinaire j'ai du mal avec les descriptions, je trouve que c'est parfois (souvent...) trop long et ça peut plomber un bouquin qui aurait pu être vachement bien. Là, les descriptions sont tout ce qu'il y a de plus utiles car en plus de nous faire ressentir une atmosphère par moment suffocante, elle nous envoie directement à cette époque et c'est génial ! L'autre gros point fort, c'est forcément Danziger, qu'est-ce que je me suis attachée à ce vieux monsieur ! C'est d'abord son métier que je trouve passionnant et également modeste. Danziger, c'est le monsieur sympatoche qui te file un coup de main en toute circonstance et surtout, c'est celui qui porte de la considération à ta vie, tes proches, ton passé, à l'être humain en dépit de sa langue. Là encore j'ai un petit bémol, enfin non, un assez gros bémol : j'ai tellement aimé son personnage que je l'ai trouvé trop peu présent. On a quelques chapitres de son point de vue, mais trop peu : 9 chapitres sur 43, et la plupart du temps ces dits chapitres sont très courts. Et puis c'est aussi son passé qui m'a énormément plu, son arrivée à New-York, son passage par Ellis Island, c'est un tout qui fait que ce personnage est de loin mon préféré du livre. Je trouve donc que c'est juste que ce soit lui qui est en quelque sorte mis en avant dès le début et ce, par le biais du titre de l'oeuvre. Et puis évidemment il y a l'enquête en elle-même. Les corps trouvés en quelque sorte à la chaîne donc là, bah oui, je suis preneuse. J'ai été entraînée dans l'enquête, j'ai trouvé que tout s'enchaînait parfaitement bien, tout était fluide sans être facilement comment dire, trouvable ? Pas une seule seconde je me suis attendue à cette conclusion, je partais toujours dans des directions qui n'étaient pas les bonnes. Jusqu'au bout je ne savais pas à quoi m'attendre et c'est bien entendu le troisième gros point fort de ce livre. J'ai passé un très bon moment et surtout je n'avais pas envie de le poser avant de savoir. Alors oui, même s'il est vrai que je me suis à certains moments sentie perdue à cause de tous les personnages, de leurs noms qui finissaient par me paraître tout à fait étranger ou à l'inverse trop familier, j'ai passé un très bon moment à suivre cette enquête, à découvrir une ville morcelée, une ville à feu et à sang qui vit au rythme de l'effort de guerre et dans la peur que le pays soit de nouveau attaqué. Mon avis en intégralité :
              Lire la suite
              En lire moins

            les contenus multimédias

            Toute l'actualité du cherche midi éditeur
            Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Cherche midi

              12 livres à déguster tout au long de l'été !

              L'été est là, les vacances se préparent, c'est l'occasion de réfléchir aux livres à emmener dans sa valise. Le cherche midi vous a concocté une sélection du tonnerre. Du rire, des larmes, des sueurs froides sont au programme. Parmi ces 12 livres, vous trouverez forcément celui qui vous correspond. Bel été !

              Lire l'article