RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'Ecrivain public

            Cherche midi
            EAN : 9782749156934
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 464
            Format : 140 x 200 mm
            L'Ecrivain public

            Jean-Luc PININGRE (Traducteur)
            Collection : Thriller
            Date de parution : 12/04/2018
            Élu Meilleur roman policier de l’année par le New York Times
            9 février 1942. Dès son arrivée à New York, Woodrow Cain, un jeune flic du sud des États-Unis, est accueilli par les flammes qui s’échappent du paquebot Normandie, en train de sombrer dans l’Hudson. C’est au bord de ce même fleuve que va le mener sa première enquête, après la découverte... 9 février 1942. Dès son arrivée à New York, Woodrow Cain, un jeune flic du sud des États-Unis, est accueilli par les flammes qui s’échappent du paquebot Normandie, en train de sombrer dans l’Hudson. C’est au bord de ce même fleuve que va le mener sa première enquête, après la découverte d’un cadavre sur les docks, tenus par la mafia. Là, il fait la connaissance d’un écrivain public, Danziger, obsédé par les migrants qui arrivent d’une Europe à feu et à sang, ces fantômes au passé déchiré et à l’avenir incertain. Celui-ci va orienter Cain vers Germantown, le quartier allemand, où, dans l’ombre, sévissent les sympathisants nazis. Alors que le pays marche vers la guerre, la ville est en proie à une paranoïa croissante. Et les meurtres continuent…
             
            Au fil d’une intrigue passionnante, Dan Fesperman évoque avec un réalisme rare quelques pages aussi méconnues que fascinantes de l’histoire de New York : l’influence nazie, le sort des immigrés juifs et l’implication de la mafia dans le conflit mondial.

            « Je suis un fan de Fesperman. C’est le Albert Londres du polar. »
            François Forestier
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782749156934
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 464
            Format : 140 x 200 mm
            Cherche midi
            21.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un très bon polar, qui mêle habilement histoire réelle, personnages ayant existé et fiction. Très prenant et diablement intelligent ! »
            Luc / Librairie Bisey - Mulhouse - 68100
            « Dan Fesperman, reporter de guerre et romancier, nous offre une plongée réaliste dans le New York des années 40 alors que la Seconde Guerre mondiale, si elle reste lointaine géographiquement, est de plus en plus présente aux États-Unis. Diaspora juive, groupuscules nazis, mafia, police corrompue et deux personnages principaux qui sortent de l’ordinaire… Un roman très cinématographique bien difficile à lâcher ! »
             
            Audrey Dubreuil / Librairie Privat

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • karmax211 Posté le 10 Juin 2019
              Premier roman et premier polar de Dan Fesperman qui en appelle d'autres. Une enquête criminelle qui s'inscrit dans un contexte historique, celui de New-York après Pearl Harbor et l'entrée de l'Amérique dans la Seconde Guerre Mondiale, avec ses singularités, ses paradoxes, ses contradictions et ses ambiguïtés. Pour surveiller et protéger le port, les autorités en viennent à collaborer avec la mafia et des groupes d'influence qui entretiennent des liens soit idéologiques, soit financiers, soit consanguins avec le IIIème Reich. Notons au passage que cette fiction n'est que partielle et qu'elle repose sur des faits avérés à propos desquels l'auteur s'explique à la fin de son ouvrage. Le bouquin foisonne de personnages, trop cependant pour ne pas risquer de s'y perdre par moments, et trop parce que si certains d'entre eux sont suffisamment travaillés pour qu'on s'y "attache", d'autres ne sont qu'esquissés, voire bâclés ou inachevés. Ce goût d'inachevé on le ressent surtout dans la relation intime du flic avec son ancienne femme, sa nouvelle petite amie dont on ignore si elle deviendra grande, de sa fille ado de 13 ans et de son beau père, millionnaire interlope et manipulateur. En dépit de ces quelques faiblesses, que personnellement je regrette, le livre offre 500 pages distrayantes et... Premier roman et premier polar de Dan Fesperman qui en appelle d'autres. Une enquête criminelle qui s'inscrit dans un contexte historique, celui de New-York après Pearl Harbor et l'entrée de l'Amérique dans la Seconde Guerre Mondiale, avec ses singularités, ses paradoxes, ses contradictions et ses ambiguïtés. Pour surveiller et protéger le port, les autorités en viennent à collaborer avec la mafia et des groupes d'influence qui entretiennent des liens soit idéologiques, soit financiers, soit consanguins avec le IIIème Reich. Notons au passage que cette fiction n'est que partielle et qu'elle repose sur des faits avérés à propos desquels l'auteur s'explique à la fin de son ouvrage. Le bouquin foisonne de personnages, trop cependant pour ne pas risquer de s'y perdre par moments, et trop parce que si certains d'entre eux sont suffisamment travaillés pour qu'on s'y "attache", d'autres ne sont qu'esquissés, voire bâclés ou inachevés. Ce goût d'inachevé on le ressent surtout dans la relation intime du flic avec son ancienne femme, sa nouvelle petite amie dont on ignore si elle deviendra grande, de sa fille ado de 13 ans et de son beau père, millionnaire interlope et manipulateur. En dépit de ces quelques faiblesses, que personnellement je regrette, le livre offre 500 pages distrayantes et instructives. PS : Élu Meilleur roman policier de l'année par le New York Times.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Cricri08 Posté le 30 Mai 2019
              Woodrow Cain débarque à New York un matin de février 1942. A 34 ans, il devient détective pour la police de New York, au sein du 14ème district. Un déclassement pour lui qui était détective en Caroline du Nord, jusqu’à cette nuit où son collègue fut tué. Sa femme Clovis est partie, sa fille Olivia est restée avec sa sœur le temps qu’il s’installe. Grâce à son beau-père, riche associé dans un cabinet d’avocats, il a un appartement, un boulot et une nounou prévue lorsque sa fille arrivera … Beaucoup d’emprise sur sa vie me direz-vous ? Et son influence ne s’arrête pas là ! Son premier cadavre, un homme retrouvé dans l’Hudson, va l’entraîner dans une intrigue qui dépasse de beaucoup la police de New York. Mafia, syndicats, l’US Navy, le FBI … tous ces groupes se mêlent en cette période de guerre où chaque allemand est considéré comme un espion ou un saboteur potentiel. Quant à l’écrivain public, sa connaissance des histoires personnelles l’aidera beaucoup mais ne vous fiez pas à son apparence lisse, sa propre histoire vaut tout un roman (ou une nouvelle !!!!). Un roman excessivement bien documenté où les personnages sont pratiquement tous inspirés de personnes réelles. Une... Woodrow Cain débarque à New York un matin de février 1942. A 34 ans, il devient détective pour la police de New York, au sein du 14ème district. Un déclassement pour lui qui était détective en Caroline du Nord, jusqu’à cette nuit où son collègue fut tué. Sa femme Clovis est partie, sa fille Olivia est restée avec sa sœur le temps qu’il s’installe. Grâce à son beau-père, riche associé dans un cabinet d’avocats, il a un appartement, un boulot et une nounou prévue lorsque sa fille arrivera … Beaucoup d’emprise sur sa vie me direz-vous ? Et son influence ne s’arrête pas là ! Son premier cadavre, un homme retrouvé dans l’Hudson, va l’entraîner dans une intrigue qui dépasse de beaucoup la police de New York. Mafia, syndicats, l’US Navy, le FBI … tous ces groupes se mêlent en cette période de guerre où chaque allemand est considéré comme un espion ou un saboteur potentiel. Quant à l’écrivain public, sa connaissance des histoires personnelles l’aidera beaucoup mais ne vous fiez pas à son apparence lisse, sa propre histoire vaut tout un roman (ou une nouvelle !!!!). Un roman excessivement bien documenté où les personnages sont pratiquement tous inspirés de personnes réelles. Une fenêtre sur l’histoire tumultueuse de la Grosse Pomme, avec ses immigrés, ses lobbies, ses gangs de nationalités diverses. Exceptionnellement noir comme cette période trouble !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Nat_85 Posté le 27 Mai 2019
              Reporter de guerre et auteur de romans policiers, l’Américain Dan Fesperman a couvert la plupart des conflits en Europe et au Moyen-Orient. Dans son dernier roman « L’écrivain public » publié aux éditions 10-18, dans la collection Grands Détectives en cette année 2019, Dan Fesperman exploite à merveille la noirceur des années 1940-1950, au cœur de New-York. Le style journalistique de l’auteur amène une réelle tension à son œuvre, par des phrases courtes et des dialogues à la répartie percutante. Si le format peut en effrayer certains, rassurez-vous, les quelques 500 pages se lisent de manière effrénée ! Universitaire, il était prédit à un grand avenir, avant que le crack boursier de 1929 ne vienne détruire ses ambitions. Recalé au rang de simple flic, le jeune Woodrow Cain est appelé pour sa première intervention sur les bords de l’Hudson, où l’on vient de repêcher le corps d’un homme. Pour cette enquête, un mystérieux personnage va l’accompagner : un certain Dazinger… p. 13 : « Comme l’indique ma carte de visite, je vends du renseignement, quoique je sois plus connu comme traducteur et écrivain public. Je rédige toutes sortes de correspondances : lettres d’excuses, sollicitations, candidatures, demandes d’aide auprès de la municipalité, de l’Etat de... Reporter de guerre et auteur de romans policiers, l’Américain Dan Fesperman a couvert la plupart des conflits en Europe et au Moyen-Orient. Dans son dernier roman « L’écrivain public » publié aux éditions 10-18, dans la collection Grands Détectives en cette année 2019, Dan Fesperman exploite à merveille la noirceur des années 1940-1950, au cœur de New-York. Le style journalistique de l’auteur amène une réelle tension à son œuvre, par des phrases courtes et des dialogues à la répartie percutante. Si le format peut en effrayer certains, rassurez-vous, les quelques 500 pages se lisent de manière effrénée ! Universitaire, il était prédit à un grand avenir, avant que le crack boursier de 1929 ne vienne détruire ses ambitions. Recalé au rang de simple flic, le jeune Woodrow Cain est appelé pour sa première intervention sur les bords de l’Hudson, où l’on vient de repêcher le corps d’un homme. Pour cette enquête, un mystérieux personnage va l’accompagner : un certain Dazinger… p. 13 : « Comme l’indique ma carte de visite, je vends du renseignement, quoique je sois plus connu comme traducteur et écrivain public. Je rédige toutes sortes de correspondances : lettres d’excuses, sollicitations, candidatures, demandes d’aide auprès de la municipalité, de l’Etat de New York, même de l’Etat fédéral, ainsi que des courriers justificatifs aux banques et créanciers. « Mais de toute évidence Cain n’est pas le bienvenu dans son nouveau district, et on le lui fait savoir, au plus bas comme au plus haut de la hiérarchie, compliquant de plus belle son enquête. L’aide de Dazinger se révèle alors cruciale. p. 73 : « – Je suis venu vous proposer mon aide. C’est à propos de ce cadavre que vous avez trouvé le 6 avril sur les quais, côté Hudson. Votre première journée de service, si je ne me trompe ? » Sous sa couverture d’écrivain public, Dazinger semble bénéficier de relations dignes d’intérêt. Ce dernier va alors lui faire une révélation qui va accélérer le cours de ses investigations : un nouveau cadavre s’ajoute au premier, laissant Cain perplexe. p. 113 : « – Et vous croyez que la mort de ces deux hommes est liée au contenu de ces lettres ? » Dans un contexte très tendu, où la Mafia règne sans pitié, les dénonciations et règlements de compte vont bon train. Il va leur falloir établir une relation de confiance mutuelle, pourtant pas évidente… p. 189 : « – Voyez-vous, à un moment ou à un autre, il faudra me parler franchement de votre vie, si vous voulez garder ma confiance. – Je pourrais avoir les mêmes exigences à votre égard. » Elu meilleur roman policier de l’année par le New York Times, ce roman embarque le lecteur au cœur d’une enquête palpitante dans les années noires d’avant-guerre. Dan Fesperman nous décrit une Amérique ambigüe, où la paranoïa est omniprésente. Plutôt méconnue du grand public, l’auteur relate une période fascinante au cours de laquelle le sort des immigrés juifs est sous l’influence nazie. Je tiens également à souligner le travail de traduction de Jean-Luc Piningre, traducteur – entre autres – des auteurs Richard Ford, Jim Fergus et Richard Russo.
              Lire la suite
              En lire moins
            • MAPATOU Posté le 24 Mai 2019
              Woodrow Cain menait une vie plutôt paisible dans sa petite ville d’Horton dans le sud des Etats-Unis. Marié à une belle new-yorkaise et père d’une petite fille, il s’était engagé dans la police et faisait équipe avec son meilleur ami depuis l’université. L’avenir lui semblait prometteur. Jusqu’au jour où il découvre que sa femme le trompe avec son co-équipier, lequel est tué au cours d’une intervention. Le rôle de Cain dans cette affaire n’est pas très clair : est-ce lui qui a tiré ? Le beau-père de Cain, un avocat associé dans un grand cabinet new-yorkais, obtient que le jeune homme soit muté dans la grosse pomme. C’est ainsi qu’en février 1942, Cain débarque à New York alors même que dans le port le paquebot Le Normandie, réquisitionné à la France pour le transport de troupes, est en feu. Dès son premier jour de travail, Cain est désigné pour enquêter sur la mort d’un Allemand retrouvé sur les docks. Dès les premiers jours de l’enquête, le policier sera contacté par un étrange personnage qui se présente comme étant un écrivain public, au fait de tout ce qui se passe dans le quartier d’Yorkville. Une plongée dans le milieu des Nazis de New-York, de la... Woodrow Cain menait une vie plutôt paisible dans sa petite ville d’Horton dans le sud des Etats-Unis. Marié à une belle new-yorkaise et père d’une petite fille, il s’était engagé dans la police et faisait équipe avec son meilleur ami depuis l’université. L’avenir lui semblait prometteur. Jusqu’au jour où il découvre que sa femme le trompe avec son co-équipier, lequel est tué au cours d’une intervention. Le rôle de Cain dans cette affaire n’est pas très clair : est-ce lui qui a tiré ? Le beau-père de Cain, un avocat associé dans un grand cabinet new-yorkais, obtient que le jeune homme soit muté dans la grosse pomme. C’est ainsi qu’en février 1942, Cain débarque à New York alors même que dans le port le paquebot Le Normandie, réquisitionné à la France pour le transport de troupes, est en feu. Dès son premier jour de travail, Cain est désigné pour enquêter sur la mort d’un Allemand retrouvé sur les docks. Dès les premiers jours de l’enquête, le policier sera contacté par un étrange personnage qui se présente comme étant un écrivain public, au fait de tout ce qui se passe dans le quartier d’Yorkville. Une plongée dans le milieu des Nazis de New-York, de la Mafia, des services de l’OSS (ancêtre de la CIA) nous attend au fil des pages : « A Yorkville, notre Kleindeutschland de l’Upper East Side, il règne un silence lugubre dans les rues depuis la déclaration de guerre. Pourtant, l’été dernier encore, ses résidents remplissaient les salles de cinéma qui projetaient des films de propagande nazie. Ils étaient des milliers à défiler dans 86th Street, le Broadway allemand, en arborant chemises burnes et croix gammées, et à entonner le chant de Horst Wessel. (…) Le type au chapeau mou, qui a promis un avenir si affreux à M. Cain, est peut-être un alarmiste,mais il ne se trompait pas : les ressortissants ennemis sont légion aux Etats-Unis. Les trois quarts des sept millions et demi de personnes qui habitent New York sont des immigrés de première ou de deuxième génération.Lorsqu’on est né dans un pays puis qu’on s’établit dans un second, et que ces deux-là deviennent ennemis mortels, comment affirmer honnêtement que nous jurons fidélité à l’un ou l’autre ? Ces questions là ne cessent de nous hanter. » J’ai beaucoup aimé lire « L’écrivain public » et son contexte historique passionnant : On y découvre : l’implication des gangsters les plus renommés de l’époque dans l’effort de guerre au nom de leur patriotisme, leurs arrangements avec les plus hauts représentants de l’Etat Fédéral la guerre qui a été livrée secrètement aux partisans d’Hitler sur le sol américain, dans le cas présent la ville de New York. Ce qui a pour moi éclairé d’un jour nouveau le roman « Tout ce que je suis » d’Anna Funder que j’avais lu à sa sortie en 2015. Merci aux Editions 10-18 pour cet excellent moment de lecture.
              Lire la suite
              En lire moins
            • VMA38 Posté le 4 Mai 2019
              Tenue en haleine jusqu’à la dernière page

            les contenus multimédias

            Toute l'actualité du cherche midi éditeur
            Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Cherche midi

              12 livres à déguster tout au long de l'été !

              L'été est là, les vacances se préparent, c'est l'occasion de réfléchir aux livres à emmener dans sa valise. Le cherche midi vous a concocté une sélection du tonnerre. Du rire, des larmes, des sueurs froides sont au programme. Parmi ces 12 livres, vous trouverez forcément celui qui vous correspond. Bel été !

              Lire l'article