Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262081348
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 140 x 210 mm
Nouveauté

Les grandes erreurs de la Seconde Guerre mondiale

COLLECTIF, ,

Date de parution : 01/10/2020
Dans la lignée des Mythes de la Seconde Guerre mondiale, 20 erreurs stratégiques de cette guerre expliquées par une équipe d'historiens et la rédaction de Guerres & Histoire, dirigées par Jean Lopez et Olivier Wieviorka.
  
La Seconde Guerre mondiale a duré près de six années, aussi longues que terribles. Cette durée s’explique, bien entendu, par les formidables moyens que les belligérants déployèrent sur terre, sur mer et dans les cieux : au vu des forces mobilisées, il était vain d’espérer abattre l’ennemi par une campagne... La Seconde Guerre mondiale a duré près de six années, aussi longues que terribles. Cette durée s’explique, bien entendu, par les formidables moyens que les belligérants déployèrent sur terre, sur mer et dans les cieux : au vu des forces mobilisées, il était vain d’espérer abattre l’ennemi par une campagne unique ou une bataille décisive. Mais les erreurs commises expliquent aussi que ce conflit se soit éternisé. Si Hitler ne s’était pas obstiné à gagner la bataille d’Angleterre ou à prendre Stalingrad, si la France, en mai 1940,  n’avait pas imprudemment lancé ses forces en Belgique et en Hollande, si les Anglo-Américains n’avaient pas débarqué en Afrique du Nord…, la face de la guerre en eût été changée et sa durée vraisemblablement raccourcie.
En traquant les erreurs commises par les deux camps, ce livre, toutefois, ne cherche pas à céder aux vertiges de l’uchronie, en imaginant « ce qui se serait passé si ». Son ambition est tout autre : il vise en effet à explorer la rationalité des acteurs. Car les décisions prises par les dirigeants politiques ou les chefs militaires reposaient sur un ensemble de paramètres qu’il importe de décrire, afin de comprendre pourquoi ils menèrent à l’échec. Les stratèges se fondaient sur des informations parfois imparfaites, sur des moyens souvent limités, sur des hypothèses par moment fallacieuses. Autant de facteurs qui conduisirent, plus d’une fois, au désastre. Mais les historiens n’accorderont pas toujours le primat à la raison. De fait, malgré les enjeux colossaux d’une guerre où des millions de vies étaient en jeu, l’orgueil, l’obstination, le carriérisme et l’opportunisme pesèrent aussi lourdement dans la prise de (mauvaises) décisions.
Autant de cas de figures qu’illustreront, de Stalingrad à Market Garden, de la stratégie navale des Japonais à l’insurrection de Varsovie, vingt contributions proposées par les meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale. 

Les erreurs : L'appeasment ; La Japon attaque la Chine ; Hitler choisit l'Italie ; La manoeuvre Dyle Breda ; Le haltbefehl devant Dunkerque ; L'armistice de 1940 ; L'intervention italienne en Grèce ; Barbarossa ; Ne pas capturer Malte ; Dieppe 1942 ; L'abandon de Singapour ; Le débarquement en Afrique du Nord ; Midway ; La politique arabe du Reich ; Monte Cassino ; Stalingrad , Le bombardement stratégique ; L'unconditional surrender ; L'insurrection de Varsovie ; Market Garden
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262081348
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 140 x 210 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Bougnadour Posté le 14 Novembre 2020
    Dans l’erreur monstrueuse que fut la 2ème guerre mondiale s’en cachent bien d’autres, ce livre collectif nous en décortique une vingtaine, certaines magistrales d’autres plus anecdotiques mais qui se traduisirent, quand même, par des milliers de morts. Dans une guerre les erreurs ne sont pas que militaires, elles peuvent être aussi politiques, idéologiques ou égocentriques. Tous les cas sont représentés dans cet ouvrage qui est très abordable et plein d’intérêt mais qui demande d’avoir une connaissance des grands jalons de la 2ème GM car il n’y a pas vraiment de mise en perspective, seulement un respect de la chronologie des évènements. Évidemment il est plus facile de détecter une erreur après les faits qu’avant, dans un tel déchaînement, garder la tête froide et décrypter les intentions de l’ennemi était une gageure et rien ne dit que les options alternatives n’auraient pas débouché sur un désastre. Une constante apparait dans ces mauvais choix, le facteur le plus fréquent est l’orgueil, l’hubris qui pousse l’homme aux plus grandes fautes. On pouvait s'en douter mais c'est confirmé encore une fois.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…