Lisez! icon: Search engine
Kurokawa
EAN : 9782368521410
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 128 x 182 mm

Les Misérables - tome 01

,

Nesrine MEZOUANE (Traducteur)
Collection : Les Misérables
Date de parution : 12/03/2015
Une fabuleuse interprétation graphique du grand classique Les Misérables de Victor Hugo !
Jean Valjean soutient depuis toujours sa soeur et ses 7 enfants. Il essaie de gagner de l’argent et de les nourrir comme il peut en élaguant des arbres. Mais l’hiver arrivé, il n’a plus de travail. Après avoir vendu le pistolet de son défunt père, il ne peut même plus... Jean Valjean soutient depuis toujours sa soeur et ses 7 enfants. Il essaie de gagner de l’argent et de les nourrir comme il peut en élaguant des arbres. Mais l’hiver arrivé, il n’a plus de travail. Après avoir vendu le pistolet de son défunt père, il ne peut même plus braconner et se trouve obligé de voler du pain pour les empêcher de mourir de faim.
Malheureusement, il se fait arrêter. Sorti de prison après 19 ans d’incarcération, c’est un homme changé, un rebut de la société qui n’a plus foi en rien. Après s’être fait rejeter de toutes les auberges et tous les villages sur son passage, il trouve refuge chez l’évêque Bienvenu, un homme d’église au cœur bon, qui ne vit que pour aider son prochain… Commence alors pour Jean Valjean, l’ancien forçat, une nouvelle vie.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782368521410
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 128 x 182 mm

Ils en parlent

L'adaptation manga reprend tres fidèlement l'histoire du roman, maîs offre un support original et des illustrations remarquables. Idéale pour les curieux, les passionnés de I'oeuvre...
José Loncke / Croire et Vivre

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Erik_ Posté le 30 Août 2020
    Je ne sais pas si c'est le thème que j'aime bien car cela me tient particulièrement à coeur. Force est de constater que j'ai beaucoup apprécié ce manga qui est une libre adaptation du fameux roman de Victor Hugo à savoir Les Misérables. Tout d'abord, les dessins sont réellement de toute beauté. Un effort particulier a été réalisé au niveau des couvertures qui sont magnifiques. L'édition est également très soignée. Que dire de plus sur la forme ? C'est très bien et c'est même splendide. Pour ce qui est du fond, nous avons le peuple qui dans sa grande majorité souffre de la faim et de la misère parce qu'il est de basse naissance. Il suffit de naître dans la bonne famille pour vivre dans l'aisance et s'amuser. les pauvres sont de plus en plus démunis pendant que les riches accumulent plus de richesse que nécessaire. Il est vrai que cette situation qui prévalait dans la France de la fin du XVII ème siècle n'a pas fondamentalement changé. Il est vrai que la pauvreté a prit un autre visage. Tant que l'ignorance et la misère séviront sur Terre, cette histoire resplendira et continuera à nous questionner. Qu'est ce que la liberté ? Qu'est... Je ne sais pas si c'est le thème que j'aime bien car cela me tient particulièrement à coeur. Force est de constater que j'ai beaucoup apprécié ce manga qui est une libre adaptation du fameux roman de Victor Hugo à savoir Les Misérables. Tout d'abord, les dessins sont réellement de toute beauté. Un effort particulier a été réalisé au niveau des couvertures qui sont magnifiques. L'édition est également très soignée. Que dire de plus sur la forme ? C'est très bien et c'est même splendide. Pour ce qui est du fond, nous avons le peuple qui dans sa grande majorité souffre de la faim et de la misère parce qu'il est de basse naissance. Il suffit de naître dans la bonne famille pour vivre dans l'aisance et s'amuser. les pauvres sont de plus en plus démunis pendant que les riches accumulent plus de richesse que nécessaire. Il est vrai que cette situation qui prévalait dans la France de la fin du XVII ème siècle n'a pas fondamentalement changé. Il est vrai que la pauvreté a prit un autre visage. Tant que l'ignorance et la misère séviront sur Terre, cette histoire resplendira et continuera à nous questionner. Qu'est ce que la liberté ? Qu'est ce que la Justice ? A travers l'histoire de Jean Valjean, on pourra avoir des réponses mais pas forcément celles qu'on attendait. Une lecture à recommander surtout pour la jeunesse qui n'a pas forcément envie de se taper l'oeuvre littéraire originale.
    Lire la suite
    En lire moins
  • louji Posté le 20 Juin 2020
    (Critique de la série) Bon, je vais essayer de pas faire trop long, car je pourrais parler de cette adaptation des Misérables sur des lignes et des lignes (déjà qu'en temps normal, je fais long… :v). Mais pour commencer, je vais simplement dire : LISEZ-LES. Que vous soyez fan de Hugo ou pas, fan de classique ou pas, fan de l'Histoire ou pas… Juste pour la qualité du manga en lui-même, pour son graphisme particulier et la narration bien maîtrisée. Je savais pas trop à quoi m'attendre en achetant le 1er tome, mais l'auteur (T. Arai) m'avait déjà marquée par son style dans Arago (le manga en lui-même n'était pas extraordinaire en revanche) et, comme je n'avais jamais lu Les Misérables en entier, je me suis laissée tenter. Et quelle agréable surprise… j'ai redécouvert le texte, les intentions de V. Hugo… Pour moi cette adaptation va au-delà du roman (pas forcément en meilleur, mais en prises de libertés), car T. Arai a lui aussi mis sa patte à l'histoire et c'est pas seulement graphique . Je pense notamment à l'anthropomorphisme des personnages comme Jean Valjean en lion… il me semble (dites-moi si j'ai tort!) que cet aspect-là n'est pas présent dans le... (Critique de la série) Bon, je vais essayer de pas faire trop long, car je pourrais parler de cette adaptation des Misérables sur des lignes et des lignes (déjà qu'en temps normal, je fais long… :v). Mais pour commencer, je vais simplement dire : LISEZ-LES. Que vous soyez fan de Hugo ou pas, fan de classique ou pas, fan de l'Histoire ou pas… Juste pour la qualité du manga en lui-même, pour son graphisme particulier et la narration bien maîtrisée. Je savais pas trop à quoi m'attendre en achetant le 1er tome, mais l'auteur (T. Arai) m'avait déjà marquée par son style dans Arago (le manga en lui-même n'était pas extraordinaire en revanche) et, comme je n'avais jamais lu Les Misérables en entier, je me suis laissée tenter. Et quelle agréable surprise… j'ai redécouvert le texte, les intentions de V. Hugo… Pour moi cette adaptation va au-delà du roman (pas forcément en meilleur, mais en prises de libertés), car T. Arai a lui aussi mis sa patte à l'histoire et c'est pas seulement graphique . Je pense notamment à l'anthropomorphisme des personnages comme Jean Valjean en lion… il me semble (dites-moi si j'ai tort!) que cet aspect-là n'est pas présent dans le roman et, pour le coup, ce choix apporte une réelle plus-value à l'histoire et à la mise en scène des personnages… Il y a des scènes vraiment marquantes, frappantes, qui sont représentées à l'aide d'animaux. Pour les personnages, donc, on a affaire à l'évolution des différentes figures marquantes de Misérables : Fantine, Jean Valjean, les Thénardier, Cosette… Leurs motivations, ambitions… sont bien présentés et expliqués, si bien qu'on comprend plutôt bien pourquoi tel personnage agit ainsi. C'est vraiment sympa de les suivre à travers les années et les différentes villes… Sans parler de toutes les dénonciations de la société de l'époque, du témoignage des différentes classes sociales et de leurs misères, de leurs problèmes, de leurs revendications. Côté scénario, on suit la trame des Misérables de Hugo, avec les différentes parties, on assiste à des passages violents, cruels, sombres, ou des instants plus calmes, contemplatifs, de réflexion… On ne s'ennuie pas à la lecture, tant les destins des différentes personnages peuvent sombrer d'un moment à l'autre. Puis pour le dessin… Vraiment, j'ai trouvé que Arai avait fait du très bon boulot sur cette adaptation, plus que pour Arago. Son style particulier apporte en modernité au roman classique, mais n'enlève pas de crédibilité à l'oeuvre pour autant. C'est un bon mélange, ou l'on tombe pas dans l'idée d'un style classique, effet vieillot, pour une adaptation de roman classique. Pour moi, l'adaptation ne m'aurait pas aussi plu si le style graphique n'avait pas été aussi attrayant. Pour conclure, j'ai adoré cette série et j'essaie de la vendre le plus possible autant aux amateurs de mangas qu'aux amateurs de V. Hugo !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LucilleCBS Posté le 5 Mai 2019
    Une adaptation du roman de Victor Hugo plutôt sympathique qui permettra aux plus jeunes (et moins jeunes!) de se plonger dans ce classique de la littérature.
  • Franz Posté le 28 Février 2019
    La bête humaine L’œuvre de Victor Hugo mêlant étroitement le génie à la bêtise selon Baudelaire fait encore partie du patrimoine culturel français. Les Misérables (1862) a été traduit au Japon au début du vingtième siècle. La création hugolienne se décline en multiples adaptations cinématographiques, télévisuelles, musicales, etc. et ne semble pas en souffrir. Au contraire, elle acquiert un nouveau souffle, une autre dimension, redevient accessible. Le mangaka Takahiro Arai s’attaque au monstre protéiforme, à l’œuvre ramifiée du grand homme français et le résultat ne déçoit pas. Quelques libertés sont prises dans la chronologie, l’auteur nippon préférant débuter la saga en se recentrant sur Jean Valjean et non sur l’évêque Myriel. Le récit y gagne en clarté et entre tout de suite dans le vif du sujet. Jean Valjean écope de dix-neuf années d’emprisonnement pour avoir volé une miche de pain afin de nourrir les enfants de sa belle-sœur. La justice est intraitable envers les pauvres. Le forçat doué d’une force herculéenne est un être brisé par la machine pénitentiaire. Enfin libéré, il est marqué du sceau de l’infamie car ses papiers rappellent son incarcération. Chassé, affamé, acculé, Valjean atterrit chez Myriel, un homme d’église ouvert à la souffrance et à... La bête humaine L’œuvre de Victor Hugo mêlant étroitement le génie à la bêtise selon Baudelaire fait encore partie du patrimoine culturel français. Les Misérables (1862) a été traduit au Japon au début du vingtième siècle. La création hugolienne se décline en multiples adaptations cinématographiques, télévisuelles, musicales, etc. et ne semble pas en souffrir. Au contraire, elle acquiert un nouveau souffle, une autre dimension, redevient accessible. Le mangaka Takahiro Arai s’attaque au monstre protéiforme, à l’œuvre ramifiée du grand homme français et le résultat ne déçoit pas. Quelques libertés sont prises dans la chronologie, l’auteur nippon préférant débuter la saga en se recentrant sur Jean Valjean et non sur l’évêque Myriel. Le récit y gagne en clarté et entre tout de suite dans le vif du sujet. Jean Valjean écope de dix-neuf années d’emprisonnement pour avoir volé une miche de pain afin de nourrir les enfants de sa belle-sœur. La justice est intraitable envers les pauvres. Le forçat doué d’une force herculéenne est un être brisé par la machine pénitentiaire. Enfin libéré, il est marqué du sceau de l’infamie car ses papiers rappellent son incarcération. Chassé, affamé, acculé, Valjean atterrit chez Myriel, un homme d’église ouvert à la souffrance et à l’injustice. Profitant de l’hospitalité inespérée, Valjean s’enfuit au matin en volant son bienfaiteur. Pris la main au collet par la maréchaussée, Valjean est ramené face à Monseigneur Myriel et à cet instant, l’impensable se produit. L’histoire décolle littéralement. Valjean est touché par la grâce. Pour ce premier bonheur, d’autres suivront car l’œuvre en contient plusieurs, le manga se justifie totalement. Il réactive une histoire universelle bien qu’ancrée dans le XIXe siècle français, entre le carnage de Waterloo (1815) et le Paris insurrectionnel (1832). Plusieurs volumes ont déjà paru au Japon correspondant à plus d’un millier de pages dessinées. Vivement que la déferlante arrive en France afin que le lecteur puisse être à nouveau remué par des personnages emblématiques puissants !
    Lire la suite
    En lire moins
  • UneVieDesLivres Posté le 1 Octobre 2018
    Je n’ai jamais lu le classique de Victor Hugo, même si j’en ai envie. Il faut dire qu’il est assez long et que je mettrais certainement beaucoup de temps à le lire. Alors quand j’ai vu à la bibliothèque qu’il existait en version manga, je n’ai pas hésité une seule seconde ; je voulais avoir un premier contact avec l’oeuvre. Et je suis bien heureuse de mon choix ! Le premier tome raconte l’histoire de Jean Valjean. Celui-ci vit avec sa sœur et ses neveux et nièces. C’est lui qui les fait vivre, mais, malheureusement, il perd son travail. Il prend alors une grave décision : voler du pain pour pouvoir nourrir sa famille. S’ensuivent de révoltantes péripéties, mettant l’accent sur le bien, le mal et leurs conséquences, ainsi que sur la justice. J’ai aimé ce personnage torturé, ainsi que Mgr Myriel et sa sœur, criants de vérité sur les préjugés et la tolérance.
Kurokawa, la newsletter qui a du punch !
Toute l'actualité 100% manga de vos collections et séries préférées.