Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749168487
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 220 mm
Nouveauté

L'Homme battu

Date de parution : 12/05/2021
Récit intime, féroce et drôle d’une fille de vingt ans, L’Homme battu est l’histoire d’une famille ordinaire.
Une mère autoritaire et manipulatrice, un père faible et effacé…

Justine plonge dans ses souvenirs et tente de trouver sa place dans un monde de faux-semblants, abruti par le prêt-à-penser.

Surprenante, insaisissable, attachante, la jeune femme incarne, sans le revendiquer et peut-être sans le savoir, la figure d’un féminisme éclairé.
EAN : 9782749168487
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • EmmanuelleCarpenter Posté le 6 Juin 2021
    À l’enterrement de son père, Justine gifle violemment sa mère. Cet acte pourrait contenir une partie de ce que sa mère a fait d’elle pendant 20 ans. Se libérer par la violence. C’est souvent ce que Justine a choisi, même si cette violence a plutôt été tournée contre elle-même. Pendant 20 ans, il a fallu être témoin de la cruauté de sa mère envers son père. Et comme cela ne suffisait pas, cette femme a transformé sa fille en complice, la poussant à mépriser “sa lavette de père”. Ce roman est pesant et dérangeant. Comment supporter pendant 20 ans une telle histoire? Pourquoi reste-t-elle avec un mari qu’elle méprise et lui avec une épouse qui l’humilie au quotidien, en vient à le frapper? On en arrive aussi à mépriser cette victime parfaite. N’est-ce pas le but de la perverse manipulatrice? C’est Justine qui raconte, alternant passé et reconstruction présente. Le langage que lui donne Olivia Koudrine, entre gouaille ado et verbe haut, humour cinglant et autodérision, allège l’ambiance du récit, faisant de Justine une gosse sacrément attachante. À l’heure où les violences faites aux femmes sont omniprésentes sur la place publique, centrer son récit sur un homme battu n’est pas anodin. Combien sont-ils? Il est probable... À l’enterrement de son père, Justine gifle violemment sa mère. Cet acte pourrait contenir une partie de ce que sa mère a fait d’elle pendant 20 ans. Se libérer par la violence. C’est souvent ce que Justine a choisi, même si cette violence a plutôt été tournée contre elle-même. Pendant 20 ans, il a fallu être témoin de la cruauté de sa mère envers son père. Et comme cela ne suffisait pas, cette femme a transformé sa fille en complice, la poussant à mépriser “sa lavette de père”. Ce roman est pesant et dérangeant. Comment supporter pendant 20 ans une telle histoire? Pourquoi reste-t-elle avec un mari qu’elle méprise et lui avec une épouse qui l’humilie au quotidien, en vient à le frapper? On en arrive aussi à mépriser cette victime parfaite. N’est-ce pas le but de la perverse manipulatrice? C’est Justine qui raconte, alternant passé et reconstruction présente. Le langage que lui donne Olivia Koudrine, entre gouaille ado et verbe haut, humour cinglant et autodérision, allège l’ambiance du récit, faisant de Justine une gosse sacrément attachante. À l’heure où les violences faites aux femmes sont omniprésentes sur la place publique, centrer son récit sur un homme battu n’est pas anodin. Combien sont-ils? Il est probable qu’ils puissent encore moins en parler que les femmes. En tout cas, mon grand-père n’en aurait jamais parlé. Son calvaire, les coups en moins, a duré 70 ans. Coup de cœur pour ce roman qui sort des clous et que je vous conseille.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cathfd Posté le 5 Juin 2021
    Évidemment le titre interpelle. J'ai lu ce roman aux allures de récit intime presque d'une traite ! Il faut savoir qu'en matière de violences conjugales, on a toujours tendance à présupposer que la femme est la victime. Pourtant les chiffres sont là, 28% des cas enregistrés concernent les hommes. L'originalité de ce roman écrit dans une langue directe, parfois brutale et crue, est de se placer du point de vue de l'enfant dont le père est l'homme battu. Il lui faudra attendre d'être à la veille de la disparition de son père pour réaliser les choses et prendre la mesure de la manipulation dont à n'en pas douter, elle est une seconde victime. Car de mauvaise foi en mensonges, de méchancetés en dénigrements systématiques, la mère avait toujours su rallier sa fille à sa cause. "Mon cerveau d'enfant s'était trop longtemps retranché dans le déni. Il avait fallu l'odeur âcre de la mort pour l'en délivrer " On suit Justine, jeune adulte, qui plonge dans ses souvenirs et tente de démêler le faux du vrai, entre culpabilité et colère. Cela faisait longtemps que son corps avait parlé et que la situation familiale avait généré de la boulimie/anorexie, puis plus tard, l'addiction à l'alcool,... Évidemment le titre interpelle. J'ai lu ce roman aux allures de récit intime presque d'une traite ! Il faut savoir qu'en matière de violences conjugales, on a toujours tendance à présupposer que la femme est la victime. Pourtant les chiffres sont là, 28% des cas enregistrés concernent les hommes. L'originalité de ce roman écrit dans une langue directe, parfois brutale et crue, est de se placer du point de vue de l'enfant dont le père est l'homme battu. Il lui faudra attendre d'être à la veille de la disparition de son père pour réaliser les choses et prendre la mesure de la manipulation dont à n'en pas douter, elle est une seconde victime. Car de mauvaise foi en mensonges, de méchancetés en dénigrements systématiques, la mère avait toujours su rallier sa fille à sa cause. "Mon cerveau d'enfant s'était trop longtemps retranché dans le déni. Il avait fallu l'odeur âcre de la mort pour l'en délivrer " On suit Justine, jeune adulte, qui plonge dans ses souvenirs et tente de démêler le faux du vrai, entre culpabilité et colère. Cela faisait longtemps que son corps avait parlé et que la situation familiale avait généré de la boulimie/anorexie, puis plus tard, l'addiction à l'alcool, au sexe... tout un ensemble de signaux d'alarme qui traduisaient son désarroi. Comment se construire avec un tel vécu au quotidien ? Quel rapport aux hommes peut-on avoir? Justine va tenter de restaurer l'image qu'elle a de ce père qu'elle connaissait si peu si mal, à travers des souvenirs transmis par les rares amis de son père. Car sa mère avait fait le vide autour de lui. C'est féroce, l'écriture est percutante, l'héroïne attachante, et c'est avec un certain soulagement qu'on la voit émerger de la noirceur de cette enfance volée par une mère indigne et se réconcilier avec l'image de son père, se reconstruire elle aussi, figure forte d'un féminisme équilibré, consciente que "dans le pire comme dans le meilleur, femmes et hommes sont égaux." Un roman fort.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cecille Posté le 2 Juin 2021
    " Ces feuilles sont la petite flamme de ce père inconnu." Le livre s'ouvre sur un enterrement, celui du père, Jérôme, qui vient d'être déposé dans son ultime prison, c'est ainsi que voit les choses Justine. Au fil des pages de ce roman, Justine nous confie la vie de celui qu'a été ce père, à ses yeux du moins, car elle ne sait pas ce qui l'attend, une découverte surprenante. C'est l'histoire d'un homme, d'un couple, dans lequel l'un des deux se sent supérieur à l'autre jusqu'à l'anéantir et faire de lui un martyre. " Histoire de famille banale à en pleurer " .... #LHommebattu #NetGalleyFrance
  • JillValentine Posté le 30 Mai 2021
    L’homme battu c’est l’histoire d’une famille où tout semble ordinaire. Et pourtant... Justine, à la mort de son père, décide de sortir du silence. Elle se remémore cette vie chaotique, tiraillée entre une mère manipulatrice et omniprésente, et un père effacé et vaincu... Sa mère incarne la perfidie même. Autoritaire mais aussi violente verbalement que physiquement, elle aura passé une vie à humilier et chosifier ce père que Justine a longtemps délaissé... Parfois drôle, parfois coupable, la jeune fille essaie de se pardonner d’avoir autant fermer les yeux sur cette situation dévastatrice imposée par sa mère. J’ai été très touchée par cette histoire. Les brimades quotidiennes que ce père accepte d’endurer pour être auprès de sa fille sont absolument abjectes. Souvent Justine l’appellera Jérôme plutôt que papa et j’avoue que c’est très déstabilisant de voir les ravages provoqués par une telle enfance. Cette mère castratrice est le diable personnifié. Réputées pour être un sujet tabou, les violences conjugales subies par les hommes représentent pourtant 12% des victimes recensées en France. Olivia Koudrine signe un roman coup de poing. Je vous invite fortement à le lire, il vaut le détour 🙏🏻
  • LeslecturesdeLily Posté le 9 Mai 2021
    #Chronique pour le cherche midi éditeur : L'homme battu d'Olivia Koudrine L'homme battu nous raconte l'histoire de Justine, vingt ans, elle vient d'enterrer son père, un homme qui n'a pas eu une vie facile. Justine a passé son enfance à voir ses parents se déchirer, à entendre sa mère dénigrer son père, à le sous-estimer, à le prendre pour un imbécile, à avoir des actes violents dans les gestes et dans les paroles. Justine a toujours fermé les yeux, toujours mis ses mains sur ses oreilles, ne voulait pas voir, pas entendre, jusqu'au jour du décès de son père où là, elle se rend compte qu'elle est passée à côté de bien des choses à cause de sa mère, de ses manipulations et de sa haine mal placée. Retrouvez l'intégralité de mon avis sur mon blog www.leslecturesdelily.com ou en suivant ce lien http://www.leslecturesdelily.com/.../lhomme-battu-ecrit... Je vous souhaite une bonne lecture et une belle découverte !
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    Cherche midi

    Olivia Koudrine : « Ce qui est passionnant dans l'écriture, c'est de pouvoir changer de rôle »

    Récit à la fois terrible, drôle et intime conté par une jeune femme de vingt ans, L'Homme battu s’intéresse au père de celle-ci, figure effacée sous les railleries et la violence d’une épouse vindicative. Au fil de souvenirs coupables, Justine nous fait vivre son aveuglement face au comportement de sa mère et l’univers de faux-semblant dans lequel elle devient femme. Rencontre avec Olivia Koudrine, auteur de ce roman sans concession.

    Lire l'article