Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749160955
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 600
Format : 140 x 220 mm

Mafioso

Jean SZLAMOWICZ (Traducteur)
Date de parution : 03/10/2019
Jazz, mafia et meurtres en série : le retour du nouveau maître du thriller historique.
New York, 1947 : un mystérieux tueur assassine de sang-froid tous les occupants d’un hôtel de Harlem. On parle d’un meurtre rituel, lié au vaudou. Un suspect est arrêté, condamné.
Une ancienne détective de l’agence Pinkerton, Ida Davis, et le patron d’un club en vogue de Manhattan, Gabriel Leveson, se retrouvent mêlés...
New York, 1947 : un mystérieux tueur assassine de sang-froid tous les occupants d’un hôtel de Harlem. On parle d’un meurtre rituel, lié au vaudou. Un suspect est arrêté, condamné.
Une ancienne détective de l’agence Pinkerton, Ida Davis, et le patron d’un club en vogue de Manhattan, Gabriel Leveson, se retrouvent mêlés à l’enquête. Ils découvrent bientôt avec effroi que l’affaire est liée à une série de meurtres bien plus importante, impliquant le crime organisé et la haute société de la ville.

Après La Nouvelle-Orléans de Carnaval et le Chicago de Mascarade, Ray Celestin nous entraîne dans le New York de l’après-guerre. Au fil d’une intrigue palpitante, inspirée de faits réels, où se croisent Frank Sinatra, Bugsy Siegel et Louis Armstrong, il dresse, sur fond de jazz, un portrait inoubliable de la ville, épicentre du cauchemar américain.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749160955
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 600
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

"Ray Celestin continue imperturbablement son grand oeuvre."

"L'écrivain anglais signe, avec ce troisième volet puisant sur le
tempo be-bop de Charlie Parker, un roman policier historiqueparticulièrement brillant et
spectaculaire"
FIGARO MAGAZINE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • iris29 Posté le 9 Décembre 2019
    Mafioso est le tome 3 d'une quadrilogie policière historique et il vaut mieux commencer par le premier , afin de mieux savourer le(s) voyage(s)... Et donc, après Carnaval qui nous amenait à la Nouvelle Orléans en 1919, après Mascarade qui déposait ses valises à Chicago en 1928, cap sur New York ... On est en 1947, et nos héros récurrents ont un peu vieilli...Ida Davis (l'ancienne détective privée de l'agence Pinkerton ), s'est mise à son compte) et vient prêter main forte à son mentor Michael (désormais à la retraite) , dont le fils a été accusé d'un quadruple meurtre. ils savent bien que Tom, médecin et vétéran de la dernière guerre, n'a rien fait, mais comment le prouver et surtout, comment , alors qu'il ne leur cache des choses, faire accepter son innocence à un jury de blancs... Il y a le feu pour ce dernier, et notre cher duo d'enquêteurs va devoir s'allier avec un mafieux pour sauver Tom , car les mafieux aussi peuvent être des gentils ! Surtout s'ils trahissent (un peu...) leur camp. Qualité d'écriture, immense travail de reconstitution historique , suspens, personnages attachants et musiciens , sont encore une fois au rendez- vous. je ne saurais davantage... Mafioso est le tome 3 d'une quadrilogie policière historique et il vaut mieux commencer par le premier , afin de mieux savourer le(s) voyage(s)... Et donc, après Carnaval qui nous amenait à la Nouvelle Orléans en 1919, après Mascarade qui déposait ses valises à Chicago en 1928, cap sur New York ... On est en 1947, et nos héros récurrents ont un peu vieilli...Ida Davis (l'ancienne détective privée de l'agence Pinkerton ), s'est mise à son compte) et vient prêter main forte à son mentor Michael (désormais à la retraite) , dont le fils a été accusé d'un quadruple meurtre. ils savent bien que Tom, médecin et vétéran de la dernière guerre, n'a rien fait, mais comment le prouver et surtout, comment , alors qu'il ne leur cache des choses, faire accepter son innocence à un jury de blancs... Il y a le feu pour ce dernier, et notre cher duo d'enquêteurs va devoir s'allier avec un mafieux pour sauver Tom , car les mafieux aussi peuvent être des gentils ! Surtout s'ils trahissent (un peu...) leur camp. Qualité d'écriture, immense travail de reconstitution historique , suspens, personnages attachants et musiciens , sont encore une fois au rendez- vous. je ne saurais davantage exprimer tout le bien que je pense de cette série... C'est une ouvre ambitieuse qui ferait un malheur en série télévisée. Commencez impérativement par le premier ,même si chaque épisode traite d'une enquête différente, mais L Histoire avec un grand H . Celle des USA, celle de la musique, de la mafia , celles des différentes populations (Noirs, Italiens, Juifs...) ,tout ça tout ça obéit à une progression , à un ordre qu'il serait dommage de zapper... Le tome 4 se passera à Los Angeles, la ville du cinéma . Vivement la suite ... Challenge Mauvais genres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mathie36 Posté le 26 Novembre 2019
    Lorsque j'ai vu la taille de ces romans, j'ai d'abord eu peur. À 600 pages environ chacun, avec des feuilles proche du papyrus, j'avais peur de ne pas y venir à bout. Surtout que l'on partait sur un thème très précis : la mafia, un sujet qu'il faut savoir apprécier et qui peut mener à beaucoup de choses. Pour ma part, c'était la première fois que je le rencontrais dans mes lectures, je ne savais pas encore en me lançant dans le premier si j'allais aimer ou non... j'ai lu les deux tomes suivant ensuite, cela vous donne une idée de mon avis. J'ai lu le premier, Carnaval, que j'ai beaucoup apprécié, puis le second, Mascarade, que j'ai encore plus aimé. Je me lançais dans ce troisième tome avec une autre peur : et s'il était moins bien ? Serait-ce suffisamment intrigant pour nous tenir en haleine jusqu'au bout de ces 600 pages ? Reste plus qu'a me lancer pour en avoir le cœur net ? Dans chacun de ses romans, Ray Célestin dresse un univers captivant mêlant historique et fiction, il a réussi à rendre tout ceci terriblement captivant et passionnant. Son travail de recherche est bluffant et l'on retrouve à chaque... Lorsque j'ai vu la taille de ces romans, j'ai d'abord eu peur. À 600 pages environ chacun, avec des feuilles proche du papyrus, j'avais peur de ne pas y venir à bout. Surtout que l'on partait sur un thème très précis : la mafia, un sujet qu'il faut savoir apprécier et qui peut mener à beaucoup de choses. Pour ma part, c'était la première fois que je le rencontrais dans mes lectures, je ne savais pas encore en me lançant dans le premier si j'allais aimer ou non... j'ai lu les deux tomes suivant ensuite, cela vous donne une idée de mon avis. J'ai lu le premier, Carnaval, que j'ai beaucoup apprécié, puis le second, Mascarade, que j'ai encore plus aimé. Je me lançais dans ce troisième tome avec une autre peur : et s'il était moins bien ? Serait-ce suffisamment intrigant pour nous tenir en haleine jusqu'au bout de ces 600 pages ? Reste plus qu'a me lancer pour en avoir le cœur net ? Dans chacun de ses romans, Ray Célestin dresse un univers captivant mêlant historique et fiction, il a réussi à rendre tout ceci terriblement captivant et passionnant. Son travail de recherche est bluffant et l'on retrouve à chaque fin des romans une note dans laquelle il va expliquer son cheminement. Nous ne faisons pas seulement lire les romans de Ray Célestin, nous apprenons également énormément. Pour rendre son récit encore plus appréciable, il a glissé à travers ses différentes histoires des petits détails comme l'apparition de personnages (Kubrick par exemple) qui ne sont pas encore connus dans le roman, mais qui créent des liens avec le réel. Un roman très abouti ! Le seul point ennuyeux pour moi fut une construction similaire sur les trois tomes. On a l'impression que l'auteur fonctionne toujours de la même façon : une ville emblématique, une enquête progresse entre plusieurs personnages, nous donnant une vision plus large de l'enquête, le gentil se fait tirer dessus et ... (je vous laisse lire le roman pour savoir s'ils s'en sortent ou pas). Pour autant, on vit chaque enquête en immersion dans ces villes, on s'y croirait, j'ai adoré chacune d'entre elles. Chaque tome est entrecoupé entre de longues périodes et on redécouvre les personnages principaux plusieurs années plus tard, changé par la vie. Cela donne un aspect bien plus réaliste et nous permet d'en apprendre bien plus sur les personnages. J'aime beaucoup l'idée. Enfin, et le plus important, il n'est pas nécessaire d'avoir lu les tomes précédents pour apprécier 'Mafioso'. Certes, c'est mieux pour en apprécier toutes les ficèles, mais ce n'est pas une obligation.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ogrimoire Posté le 25 Novembre 2019
    Pour moi, ce livre, c’est 590 pages de bonheur ! D’abord, parce que l’intrigue est bien ficelée, tout s’enchaîne, les zones d’ombre sont stratégiquement placées… On retrouve la construction chère, visiblement, à Ray Celestin, dans les livres duquel plusieurs personnages se retrouvent en général à « enquêter » en parallèle sur une même affaire, avec des progressions qui font que le lecteur, sans encore tout savoir, en sait souvent un petit peu plus que le personnage qu’il suit – ce qui est très agréable ! -. Mais ce livre est aussi l’occasion de se plonger dans l’histoire de New-York à la sortie du deuxième conflit mondial, alors que l’Amérique s’engage dans une sorte de croisade contre le communisme, avec le travail de la Commission sur les activités anti-américaines (à ne pas confondre avec le maccarthysme, qui débute un peu plus tard). On y découvre – ou peut-être certains le savaient-ils déjà – que c’est l’occasion pour un acteur de série B, un certain Ronald Reagan, de relancer sa carrière… on sait où cela le mènera. La peinture de cette ville de New-York inclut naturellement l’emprise de la mafia sur la ville, au travers de la lutte, au sein même de la famille Luciano,... Pour moi, ce livre, c’est 590 pages de bonheur ! D’abord, parce que l’intrigue est bien ficelée, tout s’enchaîne, les zones d’ombre sont stratégiquement placées… On retrouve la construction chère, visiblement, à Ray Celestin, dans les livres duquel plusieurs personnages se retrouvent en général à « enquêter » en parallèle sur une même affaire, avec des progressions qui font que le lecteur, sans encore tout savoir, en sait souvent un petit peu plus que le personnage qu’il suit – ce qui est très agréable ! -. Mais ce livre est aussi l’occasion de se plonger dans l’histoire de New-York à la sortie du deuxième conflit mondial, alors que l’Amérique s’engage dans une sorte de croisade contre le communisme, avec le travail de la Commission sur les activités anti-américaines (à ne pas confondre avec le maccarthysme, qui débute un peu plus tard). On y découvre – ou peut-être certains le savaient-ils déjà – que c’est l’occasion pour un acteur de série B, un certain Ronald Reagan, de relancer sa carrière… on sait où cela le mènera. La peinture de cette ville de New-York inclut naturellement l’emprise de la mafia sur la ville, au travers de la lutte, au sein même de la famille Luciano, entre Franck Costello et Vito Genovese, alors que d’autres familles cherchent à préserver leurs propres acquis, comme les Mangano, alors dirigés par Albert Anastasia… Et, en plus, on garde également la trame musicale de la série. Louis Armstrong a explosé, mais se trouve désormais à un moment charnière. Les big bands semblent avoir fait leur temps, les nouveaux venus sur la scène du jazz occupent la place. Alors, s’il ne participe pas, ou quasiment, à l’enquête cette fois-ci, c’est avec plaisir que l’on retrouve sous cet angle plus intimiste le jazzman, en proie au doute, alors qu’il est sur le point de retrouver un second souffle… On retrouve évidemment avec un grand plaisir Ida Davis et Michael Talbot. Ils ont pris de l’âge – Michael est en retraite, Ida est à un tournant de sa vie -. Non, vraiment, que du bonheur, je ne sais pas comment dire mieux ! À la fin de la postface, Ray Celestin nous annonce enfin que la série comptera un quatrième et dernier tome, qui se déroulera à Los Angeles en 1967. Mais qu’il n’a pas commencé à l’écrire… L’attente va être longue !
    Lire la suite
    En lire moins
  • PriscillaMushu Posté le 20 Novembre 2019
    [ Livre audio ] Alors ça c'est du polar. J'ai adoré l'époque, l'ambiance et les personnages. Le rythme aussi,qui se met en place doucement...à un tempo qui se déguste, sans précipitation. Assez loin de la majorité des thrillers actuels qui suivent en général une cadence d'enfer ( ce que j'apprécie aussi ceci dit ^^). Avec Mafioso l'intrigue est captivante mais on se laisse le temps. Une plongés dans la période d'après guerre où les clans de mafieux font la loi sur New York. Quelques personnages et faits historiques sont glissés le long du récit et l'enrichisse. On est pas loin du coup de cœur. On l'aurait atteint avec le livre, en audio j'ai eu un peu de mal au tout début à retenir la multitude de personnages que composent ce roman. Une belle fresque en tout cas !
  • profileuse_criminal_lectrice Posté le 9 Novembre 2019
    " Mafioso " de Ray Celestin est un pur bijou par son écriture, par le talent de l'auteur, qui réussit à nous plonger dans le New York d'avant avec ses codes, ses gangsters et bien plus encore. Un roman viscéral riche, où tout est expliqué à la perfection, chaque nouveau chapitre est accompagné soit par l'article d'un journal, d'une citation, par des petites annotations. J'ai dégusté cette histoire parfaitement documentée, parfaitement maîtriser et pas le moins du monde, j'ai pas été largué, tout est net, lisible, compréhensible.J'ai senti tout le travail de recherche de l'auteur , il m'a littéralement bluffé c'est le troisième roman de l'auteur que je lie et encore une fois j'en ressors complètement conquise , par moments je sentais toute l'atmosphère de cette époque avec ses codes , les habille , les styles vestimentaires , et j'avais l'impression d'être complètement immergé dans ce New York d'époque bien différent de celui de maintenant . Mention spéciale pour ce jazz qui chante et rythme à travers chaque page. Je me dois de le souligner, je trouve à chaque fois les couvertures de ses romans magnifiques et elle reflète totalement l'esprit du livre. Ray Celestin mérite vraiment d'être plus connue. " Louis Amrstrong : What... " Mafioso " de Ray Celestin est un pur bijou par son écriture, par le talent de l'auteur, qui réussit à nous plonger dans le New York d'avant avec ses codes, ses gangsters et bien plus encore. Un roman viscéral riche, où tout est expliqué à la perfection, chaque nouveau chapitre est accompagné soit par l'article d'un journal, d'une citation, par des petites annotations. J'ai dégusté cette histoire parfaitement documentée, parfaitement maîtriser et pas le moins du monde, j'ai pas été largué, tout est net, lisible, compréhensible.J'ai senti tout le travail de recherche de l'auteur , il m'a littéralement bluffé c'est le troisième roman de l'auteur que je lie et encore une fois j'en ressors complètement conquise , par moments je sentais toute l'atmosphère de cette époque avec ses codes , les habille , les styles vestimentaires , et j'avais l'impression d'être complètement immergé dans ce New York d'époque bien différent de celui de maintenant . Mention spéciale pour ce jazz qui chante et rythme à travers chaque page. Je me dois de le souligner, je trouve à chaque fois les couvertures de ses romans magnifiques et elle reflète totalement l'esprit du livre. Ray Celestin mérite vraiment d'être plus connue. " Louis Amrstrong : What a wonderful wordJe vois des arbres de vert, des roses rouges aussiI see trees of green, red roses tooJe les vois fleurir pour moi et toiI see them bloom for me and youEt je me dis quel monde merveilleuxAnd I think to myself what a wonderful worldJe vois un ciel bleu et des nuages #8203;#8203;de blancI see skies of blue and clouds of whiteLe jour béni lumineux, la nuit sacrée sombreThe bright blessed day, the dark sacred nightEt je me dis quel monde merveilleuxAnd I think to myself what a wonderful worldLes couleurs de l'arc-en-ciel si jolies dans le cielThe colors of the rainbow so pretty in the skySont également sur les visages des gens qui passentAre also on the faces of people going byJe vois des amis qui se serrent la main en disant comment tu faisI see friends shaking hands saying how do you doIls disent vraiment que je t'aimeThey're really saying I love youJ'entends les bébés pleurer, je les regarde grandirI hear babies crying, I watch them growIls vont apprendre beaucoup plus que je ne saurai jamaisThey'll learn much more than I'll never knowEt je me dis quel monde merveilleuxAnd I think to myself what a wonderful worldOui je me dis quel monde merveilleuxYes I think to myself what a wonderful world "
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    50 romans incontournables à offrir ce Noël

    Des romans primés, des thrillers entêtants, des auteurs stars, des étoiles montantes, des héros inoubliables... Dans notre hotte, il y a des histoires pour tous les goûts et toutes les envies. Découvrez vite notre sélection de 50 romans incontournables à offrir ce Noël.

    Lire l'article