Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782749168517
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 200 mm
Murnau des ténèbres
Date de parution : 19/08/2021
Éditeurs :
Cherche midi

Murnau des ténèbres

Date de parution : 19/08/2021
À la frontière du rêve et de la réalité, de la vérité et de la fiction
En 1929, Friedrich Murnau, l’un des plus grands cinéastes au monde, abandonne le confort d’Hollywood pour rallier, à bord d’un petit voilier, les Marquises d’abord puis Tahiti et Bora-Bora. C’est... En 1929, Friedrich Murnau, l’un des plus grands cinéastes au monde, abandonne le confort d’Hollywood pour rallier, à bord d’un petit voilier, les Marquises d’abord puis Tahiti et Bora-Bora. C’est là qu’il réalise Tabou, « le plus beau film du plus grand auteur de films », selon Éric Rohmer.

Mais ce chef-d’œuvre incomparable...
En 1929, Friedrich Murnau, l’un des plus grands cinéastes au monde, abandonne le confort d’Hollywood pour rallier, à bord d’un petit voilier, les Marquises d’abord puis Tahiti et Bora-Bora. C’est là qu’il réalise Tabou, « le plus beau film du plus grand auteur de films », selon Éric Rohmer.

Mais ce chef-d’œuvre incomparable est maudit. Son tournage sera marqué par les drames et les catastrophes. Et Murnau, comme basculant dans son propre film, mourra tragiquement une semaine avant la première du long-métrage.

Murnau des ténèbres est le roman vrai de cette expédition fascinante. Dans un style à la beauté envoûtante, Nicolas Chemla conjugue le récit d’aventures, le conte fantastique et la méditation philosophique. À la frontière du rêve et de la réalité, de la vérité et de la fiction, il signe un texte à rebours de toutes les modes et renoue avec le souffle des grands écrivains-voyageurs comme Joseph Conrad, Herman Melville ou Pierre Loti.

Rentrée littéraire 2021
Finaliste Prix Renaudot 2021
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749168517
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 200 mm

Ils en parlent

"Rares sont les lires qui enchantent comme ce Murnau des ténèbres. ce voyage féérique exhale un parfum de nostalgie déchirant et d'exotisme révolu." 
Le Figaro Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Passemoilelivre Posté le 7 Mars 2022
    Nicolas Chemla nous raconte l’épopée du tournage du Film « Tabou » par Fédéric Wilhelm Murnau dans les îles polynésiennes en 1929 et 1930. Déjà connu pour le film « Nosferatu », Murnau embarque avec son équipe technique à bord du Bali pour les îles marquises et Bora bora (dans les îles sous le vent) où il s’installe sur un « motu »(petite île du lagon). Cette aventure, admirablement contée nous fait rencontrer Matisse, Gauguin, et la littérature de Pierre Loti et Herman Melville. Le comportement de l’équipe , faisant fi des traditions locales en s’installant sur un « Marae », lieu sacré et sur un « motu tabu » aura quelques conséquences négatives sur le tournage du film. Excellent roman d’ambiance et de découverte de ces îles et de leurs habitants qui inciterons les lecteurs à regarder le film « Tabou » pour faire un lien très agréable avec les péripéties du tournage.
  • yann-frat Posté le 17 Février 2022
    Où je l’ai acheté ? A l’excellente boutique du non moins excellent musée du jeu de Paume à Paris ( La librairie - Jeu de Paume ) qui présente une très bonne sélection de livres sur le cinéma. Résumé Un auteur part en Polynésie sur les traces du dernier tournage de FW Murnau pour le film « Tabou ». Sur place, il rencontre « « par hasard » » l’assistant du réalisateur sur ce tournage qui lui évoque ses souvenirs. Oui… D’abord pour Murnau, réalisateur mythique certes, mais dont on parle assez peu, dont les films sont encore plus rares, difficilement visibles et donc pour avoir enfin accès aux coulisses du tournage de ce film sublime (l’auteur a pu traduire les mémoires de Murnau, inédit en français à ce jour, moi je n’ai pas cette capacité). Clairement ce livre m’a donné envie de ressortir mes dvd voire de compléter enfin ma collection (en aparté il n’y a toujours pas d’intégrale de Murnau digne de ce nom accessible à ce jour). Ensuite pour les iles du pacifique qu’il décrit comme une terre hantée, où le sublime des paysages côtoie souvent une grande violence. Loin de la simple carte postale, l’auteur rend compte de ce que c’est... Où je l’ai acheté ? A l’excellente boutique du non moins excellent musée du jeu de Paume à Paris ( La librairie - Jeu de Paume ) qui présente une très bonne sélection de livres sur le cinéma. Résumé Un auteur part en Polynésie sur les traces du dernier tournage de FW Murnau pour le film « Tabou ». Sur place, il rencontre « « par hasard » » l’assistant du réalisateur sur ce tournage qui lui évoque ses souvenirs. Oui… D’abord pour Murnau, réalisateur mythique certes, mais dont on parle assez peu, dont les films sont encore plus rares, difficilement visibles et donc pour avoir enfin accès aux coulisses du tournage de ce film sublime (l’auteur a pu traduire les mémoires de Murnau, inédit en français à ce jour, moi je n’ai pas cette capacité). Clairement ce livre m’a donné envie de ressortir mes dvd voire de compléter enfin ma collection (en aparté il n’y a toujours pas d’intégrale de Murnau digne de ce nom accessible à ce jour). Ensuite pour les iles du pacifique qu’il décrit comme une terre hantée, où le sublime des paysages côtoie souvent une grande violence. Loin de la simple carte postale, l’auteur rend compte de ce que c’est de vivre sur un cailloux volcanique, juste quelques mètres au-dessus de la surface en plein océan ; les forces telluriques et spirituelles que cela engendre. Enfin c'est une première rencontre avec un auteur que je ne connaissais pas du tout mais avec lequel je pressens des accointances sur certains sujets, l’envie donc de se pencher plus avant sur sa bibliographie. Non… Même si je me sens proche de l’auteur sur certains sujets, je ne peux pas non plus ne pas voir quelques faiblesses dans le texte d’abord par l’évocation un peu facile du « rêve » et des « hallucinations » tarte à la crème des auteurs qui ne savent pas comment rendre crédible ce qui ne l’est pas du tout, ensuite par certaines formules de phrases, trop travaillées, alambiquées, à l’effet trop facile et qui font un peu « écrivain qui se regarde écrire »… Au final… Un pur bonheur de lecture sur un sujet rare et bien traité.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cvd64 Posté le 6 Février 2022
    Le Murnau de Nicolas Chemla est un roman biographique d'une part importante dans la vie d'un cinéaste allemand des années 20 , sur ce qui lui tient le plus à cœur, le cinéma. Voyage initiatique, onirique , voyage au paradis et en enfer que cette découverte des Iles Marquises qu'ont foulés d'autres avant F. Murnau et qui font référence pour lui en la personne de Pierre Loti, de Paul Gauguin, de Henri Matisse ou encore d'autres venus chercher la lumière et l'authenticité . Les description tant des paysages que des personnages et histoires des îles nous donnent envie de suivre cette expédition (que j'ai eu la chance de parcourir dans les années 70) mais je reste un peu déçue car je pensais en découvrir plus sur la personne de Murnau, le tournage sulfureux de son oeuvre et sur l'ambiance qui régnait à cette époque dans le monde cinématographique.
  • Annedesertin Posté le 10 Janvier 2022
    L'auteur vient s'installer au fin fond de la presqu’île de Tahiti avec l'idée de partir sur les traces de Murnau et de l'épopée du tournage de son film "Tabou". Mais le narrateur est plutôt un très viel homme, compagnon d'aventure de Murnau qui lui retrace cette histoire étonnante du film maudit ! Et au delà, c'est aussi pour lui l'occasion de nous déployer une histoire d'amour du Fenua; ses paysages et sa nature, ses habitants, leurs traditions, leurs savoirs faires, leurs croyances...Ceci avec respect et humanité. Si vous aimez l'histoire du cinéma et des films du patrimoine, si vous connaissez et aimez le Fenua; Ou si vous voulez le découvrir, la lecture de "Murnau des ténèbres" devrait vous ravir.
  • Litteraflure Posté le 24 Décembre 2021
    Nicolas Chemla nous emmène dans les mers du sud. Il a pris pour guide le réalisateur de Nosferatu, Friedrich Murnau. On pourrait s’étonner d’un tel choix, on a tort car : « plus la lumière est intense, plus l’ombre est profonde ». D’ailleurs, « le cinéma est le langage des ombres ». À l’exemple de pierre Loti (et sa Rarahu « Ces splendeurs et cette tristesse ont été créées pour d’autres imaginations que les nôtres »), d’Herman Melville (Taïpi), de Matisse, de Gauguin ou, plus près de nous, de Jacques Brel (Ils parlent de la mort / Comme tu parles d'un fruit / Ils regardent la mer / Comme tu regardes un puits), Murnau recherche une lumière plus intense, une terre encore plus vierge. « Murnau rêvait toujours d’’un ailleurs, dans sa mélancolie » Murnau est étranger à cet Hollywood balbutiant : « une bande de forains vulgaires qui avaient fait fortune sur la côte Est avec des machines à sous diffusant des images plus ou moins cochonnes ». Murnau a le projet d’un film intime et ultime, Tabou, dans lequel il raconte comment la civilisation occidentale a tué l’innocence (p70, p82, p95, p110, p151) en inventant la pudeur, la culpabilité et la... Nicolas Chemla nous emmène dans les mers du sud. Il a pris pour guide le réalisateur de Nosferatu, Friedrich Murnau. On pourrait s’étonner d’un tel choix, on a tort car : « plus la lumière est intense, plus l’ombre est profonde ». D’ailleurs, « le cinéma est le langage des ombres ». À l’exemple de pierre Loti (et sa Rarahu « Ces splendeurs et cette tristesse ont été créées pour d’autres imaginations que les nôtres »), d’Herman Melville (Taïpi), de Matisse, de Gauguin ou, plus près de nous, de Jacques Brel (Ils parlent de la mort / Comme tu parles d'un fruit / Ils regardent la mer / Comme tu regardes un puits), Murnau recherche une lumière plus intense, une terre encore plus vierge. « Murnau rêvait toujours d’’un ailleurs, dans sa mélancolie » Murnau est étranger à cet Hollywood balbutiant : « une bande de forains vulgaires qui avaient fait fortune sur la côte Est avec des machines à sous diffusant des images plus ou moins cochonnes ». Murnau a le projet d’un film intime et ultime, Tabou, dans lequel il raconte comment la civilisation occidentale a tué l’innocence (p70, p82, p95, p110, p151) en inventant la pudeur, la culpabilité et la nécessité. La civilisation occidentale et son mauvais génie, la science : « Vaincre la mort, recréer la vie, abolir le temps : toutes les promesses de la modernité étaient les promesses de Satan ». D’ailleurs, Lucifer signifie « porteur lumière » en latin. Le livre de Nicolas Chemla est envoûtant, érudit, intelligent, à la mesure de cette grande figure du cinéma mondial dont le seul tort a été de croire que son art était plus sacré que la nature des îles qu’il admirait. La légende veut qu’il ait payé de sa vie son impudence. Bilan : 🌹🌹
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rater aucune actualité du Cherche Midi
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    le cherche midi éditeur

    Nicolas Chemla : « Je travaille la disparition de la frontière entre celui qui écrit et celui qui lit »

    Après le succès de son premier roman, Monsieur Amérique (Séguier, 2019), Nicolas Chemla revient avec un récit fascinant autour de l’un des plus grands cinéastes au monde. En 1929, Friedrich Murnau abandonne le faste et les excès d’Hollywood pour rallier, à bord d’un petit voilier, les Marquises. Murnau des ténèbres conte cette expédition, aussi éblouissante que terrible. Pareil à un songe éveillé, le livre conjugue récit d’aventures, conte fantastique et méditation philosophique. Rencontre avec l'auteur, en lice pour le Prix Renaudot. 

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire 2021 : les 38 livres français à ne pas manquer

    Les livres aussi font leur rentrée ! Célébrer le plaisir de la lecture et laissez-vous tenter par la sélection de livres français de nos éditeurs. Une invitation à la réflexion, au voyage et à la découverte. Bonne lecture !

    Lire l'article