Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749168517
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 200 mm

Murnau des ténèbres

Date de parution : 19/08/2021
À la frontière du rêve et de la réalité, de la vérité et de la fiction
En 1929, Friedrich Murnau, l’un des plus grands cinéastes au monde, abandonne le confort d’Hollywood pour rallier, à bord d’un petit voilier, les Marquises d’abord puis Tahiti et Bora-Bora. C’est là qu’il réalise Tabou, « le plus beau film du plus grand auteur de films », selon Éric Rohmer.

Mais ce chef-d’œuvre incomparable...
En 1929, Friedrich Murnau, l’un des plus grands cinéastes au monde, abandonne le confort d’Hollywood pour rallier, à bord d’un petit voilier, les Marquises d’abord puis Tahiti et Bora-Bora. C’est là qu’il réalise Tabou, « le plus beau film du plus grand auteur de films », selon Éric Rohmer.

Mais ce chef-d’œuvre incomparable est maudit. Son tournage sera marqué par les drames et les catastrophes. Et Murnau, comme basculant dans son propre film, mourra tragiquement une semaine avant la première du long-métrage.

Murnau des ténèbres est le roman vrai de cette expédition fascinante. Dans un style à la beauté envoûtante, Nicolas Chemla conjugue le récit d’aventures, le conte fantastique et la méditation philosophique. À la frontière du rêve et de la réalité, de la vérité et de la fiction, il signe un texte à rebours de toutes les modes et renoue avec le souffle des grands écrivains-voyageurs comme Joseph Conrad, Herman Melville ou Pierre Loti.

Rentrée littéraire 2021
Finaliste Prix Renaudot 2021
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749168517
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 240
Format : 140 x 200 mm

Ils en parlent

"Rares sont les lires qui enchantent comme ce Murnau des ténèbres. ce voyage féérique exhale un parfum de nostalgie déchirant et d'exotisme révolu." 
Le Figaro Magazine

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • diesirem Posté le 29 Octobre 2021
    Ce roman est l'occasion de découvrir la vie extra-ordinaire d'un grand cinéaste du muet que je ne connaissais pas. : MURNAU Né en Allemagne en 1888, puis continuellement se déplaçant vers l'Ouest, vers la californie où il réalisera son chef d'oeuvre " AURORE" puis vers le soleil couchant pour réaliser à 40 ans un autre chef d'oeuvre " TABOU" aux îles Marquises chez les Maoris, à l'Ouest de l'Ouest. Il était un cinéaste maître de la lumière et des ombres, obsession qu'il partageait avec Matisse qu'il rencontra à Bora Bora pendant le tournage de Tabou, rencontre dont le récit est l'un des plus beaux moments du roman. NICOLAS CHEMLA, nous donne à lire ici une oeuvre d'une très belle écriture, fascinante parfois même, au service d'un artiste tout aussi fascinant, à l'esprit de liberté sans limite. Je ne trouve pas les mots pour évoquer l'incroyable style de l'auteur. Un bémol sur la construction du roman, raconté par un narrateur tombé de sa tour de verre moderne, réfugié à Tahiti, qui croise un survivant du tournage du film Tabou et qui lui en racontera l'histoire. Leur rencontre qui s'étire en pointillés tout au long du roman n'a aucun intérêt et alourdit le récit.
  • Toile_livresque Posté le 9 Octobre 2021
    D'abord, je remercie chaleureusement les éditions du cherche midi et Babelio de m'avoir envoyé ce petit bijou dans ma boite aux lettres. Cette lecture s'inscrit dans le cadre de l'opération masse critique de Babelio. J'ai donc sélectionné ce livre, bien que je n'avais jamais lu un roman de cette maison d'édition, n'avait jamais entendu parler de cette collection, ne connaissait absolument pas Friedrich Murnau, ni l'auteur Nicolas Chemla et ne m'intéresse que très peu au cinéma. Mais alors pourquoi l'avoir choisi ? Le résumé tout simplement ! A sa lecture, il nous promet un "récit d'aventures, [un] conte fantastique et [une] méditation philosophique. À la frontière du rêve et de la réalité, de la vérité et de la fiction", rien que ça. Mais ce n'est pas tout, on nous promet une plume "à la beauté envoûtante". Je me suis tout simplement dit si le résumé nous conte la vérité, il ne peut être que fantastique. Est-ce le cas ? L'histoire se situe dans un contexte particulier, le tournage du dernier film de Murnau dans les années 1930 touché alors par une malédiction sur les îles idylliques des marquises, de Tahiti et Bora Bora. Mythes ou réalité ? Impossible de le... D'abord, je remercie chaleureusement les éditions du cherche midi et Babelio de m'avoir envoyé ce petit bijou dans ma boite aux lettres. Cette lecture s'inscrit dans le cadre de l'opération masse critique de Babelio. J'ai donc sélectionné ce livre, bien que je n'avais jamais lu un roman de cette maison d'édition, n'avait jamais entendu parler de cette collection, ne connaissait absolument pas Friedrich Murnau, ni l'auteur Nicolas Chemla et ne m'intéresse que très peu au cinéma. Mais alors pourquoi l'avoir choisi ? Le résumé tout simplement ! A sa lecture, il nous promet un "récit d'aventures, [un] conte fantastique et [une] méditation philosophique. À la frontière du rêve et de la réalité, de la vérité et de la fiction", rien que ça. Mais ce n'est pas tout, on nous promet une plume "à la beauté envoûtante". Je me suis tout simplement dit si le résumé nous conte la vérité, il ne peut être que fantastique. Est-ce le cas ? L'histoire se situe dans un contexte particulier, le tournage du dernier film de Murnau dans les années 1930 touché alors par une malédiction sur les îles idylliques des marquises, de Tahiti et Bora Bora. Mythes ou réalité ? Impossible de le savoir. L'auteur entretien tout du long de ce roman le côté fantastique que procurent les paysages merveilleux des îles au sud du pacifique et la réalité du tournage du film tabou. Tout du long, on ne sait pas si les faits décrits sont vrais, si les pensées ont été pensées, si les actes ont été commis. Le lecteur est perdu dans ce réel imaginaire. Le film a réellement été tourné et les drames véritablement vécus, mais le reste est-il fiction ou réalité ? Autre le côté fantasmagorique, ce livre pousse le lecteur dans une réflexion extrêmement profonde. Il met le doigt sur de simples évidences. La société moderne est critiquée. L’auteur nous ramène à l'essentiel avec les descriptions de paysages fantastiques et la description des coutumes locales que l'on sent très bien étudiés. Un retour à la nature et au tout. Ce livre a pour thème le cinéma oui, mais pas le cinéma avec les plateaux les acteurs, les actions, les coupés, ... mais le cinéma en tant que Art. Le 7ème art selon Murnau. Avec cette lecture, on plonge dans l'œuvre décrite comme une peinture mouvante. Il est question de couleur, de lumière, de celle qui crée le mouvement, de l'ombre en tant que lumière et du vide qui remplit l'espace. Mais aussi de l'art de capturer les images, le mouvement, la beauté, la vie, la musique, les moments de communion et toujours l'ombre, la lumière, la matière et le vide. En plongeant dans ce livre, on plonge dans une toile d'un artiste-peintre. On vit sa construction jusqu'au dernier coup de pinceau. On comprend avec Murnau des ténèbres toute la dimension artistique du cinéma que je ne verrai décidément plus jamais pareil. Pour finir, l'auteur a couché sur le papier des phrases magnifiques. Il utilise un langage soutenu non pas pour la forme, mais pour le style pour mieux accompagner et transmettre la dimension artistique. Les paysages sont embellis, les ombres d'autant plus effrayantes ou lumineuses par les mots. Alors si vous voulez la réponse à la question : est-ce que le résumé est vrai ? La réponse est oui.
    Lire la suite
    En lire moins
  • KrisPy Posté le 5 Octobre 2021
    J’ai adoré me plonger dans l’histoire envoutante de Nicolas Chemla, qui, avec son Murnau des Ténèbres, m’a emporté loin, très loin au sud de l’Océan Pacifique, sur Tahiti et ses iles ensorceleuses. Pourtant, l’histoire contée n’est ni idyllique ni paradisiaque, mais elle est intense et palpitante : le tournage du dernier film de Friedrich Wilhelm Murnau, Tabou, en 1931. Le grand Murnau, celui de Nosferatu et de Metropolis, en avait assez du ronron des studios hollywoodiens et des producteurs aux dents longues, et il avait décidé de tourner son prochain film hors des sentiers battus, il voulait filmer « la lumière », la vraie, celle des iles sauvages et sensuelles de Polynésie, là où, avant lui, avait été Gauguin pour la trouver, cette lumière, et cette vie, nonchalante et magnifique, côtoyant et accueillant la mort comme la vie, avec une égale disposition. De là aussi, venait cette beauté et cette candeur à nulle autre pareille, celle des habitants de ces iles, et leur passé chargé de symboles, avait pour Murnau un attrait irrésistible : tout était en place pour créer son chef-d’œuvre, il ne restait qu’à tourner. Enfin presque… L’auteur, Nicolas Chemla, se rend donc à Tahiti sur les traces de... J’ai adoré me plonger dans l’histoire envoutante de Nicolas Chemla, qui, avec son Murnau des Ténèbres, m’a emporté loin, très loin au sud de l’Océan Pacifique, sur Tahiti et ses iles ensorceleuses. Pourtant, l’histoire contée n’est ni idyllique ni paradisiaque, mais elle est intense et palpitante : le tournage du dernier film de Friedrich Wilhelm Murnau, Tabou, en 1931. Le grand Murnau, celui de Nosferatu et de Metropolis, en avait assez du ronron des studios hollywoodiens et des producteurs aux dents longues, et il avait décidé de tourner son prochain film hors des sentiers battus, il voulait filmer « la lumière », la vraie, celle des iles sauvages et sensuelles de Polynésie, là où, avant lui, avait été Gauguin pour la trouver, cette lumière, et cette vie, nonchalante et magnifique, côtoyant et accueillant la mort comme la vie, avec une égale disposition. De là aussi, venait cette beauté et cette candeur à nulle autre pareille, celle des habitants de ces iles, et leur passé chargé de symboles, avait pour Murnau un attrait irrésistible : tout était en place pour créer son chef-d’œuvre, il ne restait qu’à tourner. Enfin presque… L’auteur, Nicolas Chemla, se rend donc à Tahiti sur les traces de Murnau, et nous confie ce récit au travers d’un homme étrange, « le gardien », personnage sans âge qui accueille Chemla au seuil de l’ancienne cabane de Murnau. Ce gardien va raconter ce qu’il a vécu aux côtés du maitre, durant ces mois de tournage étrange, où, tour à tour, la malédiction et l’enchantement mèneront la danse. C’est hypnotique, c’est diablement intéressant, c’est dépaysant, et on apprend des tas de choses sur Murnau. C’était intense cette lecture. J’ai adoré. Merci beaucoup aux éditions Cobra du Cherche Midi, et à Babelio pour leur envoi, ils m’ont donné envie de lire d’autres livres de Nicolas Chemla.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cathy_lit Posté le 2 Octobre 2021
    Bonsoir, Une histoire vraie, une plongée dans le cinéma des années 20, avec un livre « Murnau des Ténèbres » de Nicolas Chemla aux Editions Le Cherche Midi que je remercie. J’ai découvert une histoire fantastique à tous les sens du terme, fantastique parce que vraie, fantastique parce que teintée d’irréalité, fantastique parce que prenante. Je me suis plongée dans cette partie de vie de ce réalisateur , qui m’était complètement inconnu, et j’ai voyagé avec lui et avec l’auteur. Une très belle découverte. Quatrième de couverture : En 1929, Friedrich Murnau, l'un des plus grands cinéastes au monde, abandonne le confort d'Hollywood pour rallier, à bord d'un petit voilier, les Marquises d'abord puis Tahiti et Bora-Bora. C'est là qu'il réalise Tabou, " le plus beau film du plus grand auteur de films ", selon Éric Rohmer. Mais ce chef-d'œuvre incomparable est maudit. Son tournage sera marqué par les drames et les catastrophes. Et Murnau, comme basculant dans son propre film, mourra tragiquement une semaine avant la première du long-métrage. Murnau des ténèbres est le roman vrai de cette expédition fascinante. Dans un style à la beauté envoûtante, Nicolas Chemla conjugue le récit d'aventures, le conte fantastique et la méditation philosophique. À la... Bonsoir, Une histoire vraie, une plongée dans le cinéma des années 20, avec un livre « Murnau des Ténèbres » de Nicolas Chemla aux Editions Le Cherche Midi que je remercie. J’ai découvert une histoire fantastique à tous les sens du terme, fantastique parce que vraie, fantastique parce que teintée d’irréalité, fantastique parce que prenante. Je me suis plongée dans cette partie de vie de ce réalisateur , qui m’était complètement inconnu, et j’ai voyagé avec lui et avec l’auteur. Une très belle découverte. Quatrième de couverture : En 1929, Friedrich Murnau, l'un des plus grands cinéastes au monde, abandonne le confort d'Hollywood pour rallier, à bord d'un petit voilier, les Marquises d'abord puis Tahiti et Bora-Bora. C'est là qu'il réalise Tabou, " le plus beau film du plus grand auteur de films ", selon Éric Rohmer. Mais ce chef-d'œuvre incomparable est maudit. Son tournage sera marqué par les drames et les catastrophes. Et Murnau, comme basculant dans son propre film, mourra tragiquement une semaine avant la première du long-métrage. Murnau des ténèbres est le roman vrai de cette expédition fascinante. Dans un style à la beauté envoûtante, Nicolas Chemla conjugue le récit d'aventures, le conte fantastique et la méditation philosophique. À la frontière du rêve et de la réalité, de la vérité et de la fiction, il signe un texte à rebours de toutes les modes et renoue avec le souffle des grands écrivains-voyageurs comme Joseph Conrad, Herman Melville ou Pierre Loti.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LivresseDeLire Posté le 27 Septembre 2021
    Je remercie les éditions Le Cherche Midi et Babelio pour l'envoi de ce livre dans le cadre de la Masse Critique de septembre 2021. Nicolas Chemla signe ici un superbe hommage au cinéma muet expressionniste du début du XXème siècle, mais aussi à l’art en général (la littérature, avec des références à Loti, Stevenson… ; la peinture, notamment Gauguin mais pas que…), à la folie créatrice et l’inspiration des artistes. Le tout dans un style très cinématographique qui fait apparaître sous nos yeux ébahis de lecteur les images du film comme si nous étions devant notre petit écran. Je tiens particulièrement à souligner le travail éditorial des éditions Le Cherche Midi, vraiment très recherché et en accord avec le thème du roman, chaque partie du récit, découpé en 4, étant figurée comme le compte à rebours qui s’affichait au début des films en noir et blanc : »3 », « 2 », « 1 », « 0 ». Pour en revenir au roman, celui-ci fait aussi la part belle aux iles Marquises où se déroule l’essentiel de l’histoire, à ses paysages paradisiaques, magnifiquement décrits, avec beaucoup de poésie, à la culture maorie, ses croyances et ses légendes, et à l’artisanat local. J’ai... Je remercie les éditions Le Cherche Midi et Babelio pour l'envoi de ce livre dans le cadre de la Masse Critique de septembre 2021. Nicolas Chemla signe ici un superbe hommage au cinéma muet expressionniste du début du XXème siècle, mais aussi à l’art en général (la littérature, avec des références à Loti, Stevenson… ; la peinture, notamment Gauguin mais pas que…), à la folie créatrice et l’inspiration des artistes. Le tout dans un style très cinématographique qui fait apparaître sous nos yeux ébahis de lecteur les images du film comme si nous étions devant notre petit écran. Je tiens particulièrement à souligner le travail éditorial des éditions Le Cherche Midi, vraiment très recherché et en accord avec le thème du roman, chaque partie du récit, découpé en 4, étant figurée comme le compte à rebours qui s’affichait au début des films en noir et blanc : »3 », « 2 », « 1 », « 0 ». Pour en revenir au roman, celui-ci fait aussi la part belle aux iles Marquises où se déroule l’essentiel de l’histoire, à ses paysages paradisiaques, magnifiquement décrits, avec beaucoup de poésie, à la culture maorie, ses croyances et ses légendes, et à l’artisanat local. J’ai aussi aimé les nombreuses réflexions égrenées au fil du récit selon laquelle le réel progrès ne serait peut-être pas à chercher dans la modernité, le confort et l’opulence des sociétés occidentales mais plutôt dans le respect des traditions et de la nature : « Ce feu que l’Occident a volé à ses dieux, et qui l’a mené en droite ligne aux canons, à la folie des locomotives et des lumières aveuglantes de la ville, les Polynésiens l’ont reçu de la terre, et ils l’ont chéri, et ils n’en ont pas tiré la mort ni la destruction, ni la domination ou l’exploitation ». Malgré cela, je n’ai pas complètement été emportée par ce roman comme j’aurais aimé l’être. Docu-fiction, conte fantastique et philosophique, récit onirique ? Nicolas Chemla navigue entre les genres et flirte avec les frontières de la réalité et de la fiction, et je me suis souvent demandée si ce que je lisais était réel, rêvé ou fantasmé. A commencer par les personnages eux-mêmes, qui m’ont semblé inconsistants, vaporeux, presque sans existence réelle, m’empêchant de m’attacher à eux, et je dirais même plus, de m’intéresser à eux et à leur sort. Si bien qu’à un moment donné du récit, je me suis aperçue que la suite des aventures de cette équipe de tournage m’importait peu, voire pas du tout. Malgré toute la beauté de l’écriture, ce n’est pas un roman qui me marquera longtemps encore après l’avoir refermé.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    le cherche midi éditeur

    Nicolas Chemla : « Je travaille la disparition de la frontière entre celui qui écrit et celui qui lit »

    Après le succès de son premier roman, Monsieur Amérique (Séguier, 2019), Nicolas Chemla revient avec un récit fascinant autour de l’un des plus grands cinéastes au monde. En 1929, Friedrich Murnau abandonne le faste et les excès d’Hollywood pour rallier, à bord d’un petit voilier, les Marquises. Murnau des ténèbres conte cette expédition, aussi éblouissante que terrible. Pareil à un songe éveillé, le livre conjugue récit d’aventures, conte fantastique et méditation philosophique. Rencontre avec l'auteur, en lice pour le Prix Renaudot. 

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Rentrée littéraire 2021 : les 38 livres français à ne pas manquer

    Les livres aussi font leur rentrée ! Célébrer le plaisir de la lecture et laissez-vous tenter par la sélection de livres français de nos éditeurs. Une invitation à la réflexion, au voyage et à la découverte. Bonne lecture !

    Lire l'article