Lisez! icon: Search engine

Néron

Perrin
EAN : 9782262068240
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 210 mm
Néron

Date de parution : 06/06/2019
Néron, l’empereur esthète et criminel.
Lucius Domitius Ahenobarbus est né le 15 décembre 37 à Antium et mort le 9 juin 68 à Rome. Plus connu sous le nom de Néron, il est le cinquième et dernier empereur romain de la dynastie julio-claudienne. Prince poète, chanteur et musicien, organisateur de célébrations sportives et artistiques, il cultive un... Lucius Domitius Ahenobarbus est né le 15 décembre 37 à Antium et mort le 9 juin 68 à Rome. Plus connu sous le nom de Néron, il est le cinquième et dernier empereur romain de la dynastie julio-claudienne. Prince poète, chanteur et musicien, organisateur de célébrations sportives et artistiques, il cultive un grand sens esthétique. Cependant sa sensibilité n’efface en rien son autre facette : celle d’un despote cruel, matricide et pyromane.
Durant des siècles, Néron a été l’emblème du crime et de la perversité, si bien qu’il est difficile pour les historiens d’en établir une autre image. Faut-il alors, comme Suétone, s’en tenir à un portrait à charge ? Spécialiste de l’Antiquité romaine, Catherine Salles démêle la vérité de la légende et dresse avec talent, dans cette biographie sans complaisance, le portrait d’un empereur qui, derrière le mythe, demeure aujourd’hui encore largement méconnu.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262068240
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 288
Format : 140 x 210 mm

Ils en parlent

"Catherine Salles, grande spécialiste de la Rome antique, relit les sources avec un esprit critique neuf, non pas pour réhabiliter le personnage, mais pour tenter de le comprendre."
Virginie Girod / Histoire et Civilisations
"Dans cette biographie fluide comme une tragédie, Catherine Salles remet en cause la responsabilité de Néron dans l'incendie de Rome qui fut une évidence pour les historiens anciens."
Laurent Lemire / L'Obs

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Roccaborgia Posté le 7 Novembre 2019
    Très bon livre sur un empereur controversé.
  • Audrey56 Posté le 9 Août 2019
    BIOGRAPHIE —Néron, le tyran. Néron, l’incendiaire, qui fit brûler Rome pour composer un poème. Néron, l’antéchrist. Le moins que nous puissions dire est que l’image du fils d’Agrippine, et fils adoptif de l’empereur Claude, n’est pas très reluisante. Et ça n’est pas le jeu impeccable de Peter Ustinov dans le péplum Quo Vadis, tiré du livre éponyme écrit par Henryk Sienkiewicz, qui arrangera les choses. Mais qu’en est-il réellement#8201;? Catherine Salles — agrégée et docteur d’État, enseignant la langue et la civilisation latine à Paris X — remet, dans cette biographie publiée chez Perrin, Néron à sa place. Celle d’un empereur de son époque, menteur, tueur avec une ligne de vie somme toute assez courte. La première notion à accepter est que « la vie politique à Rome est brutale, Néron n’a fait que suivre l’exemple de ses prédécesseurs, Caligula, Claude, Tibère et Auguste. » Cela n’excuse en rien ses actes mais cela aide à recontextualiser. Lire dans les pages nécro du quotidien de l’époque que Monsieur N avait tué son frère, pour un petit désaccord lié à un héritage, ne surprenait plus les Romains depuis longtemps. Il s’agit par ailleurs de l’histoire même de la naissance de la citée,... BIOGRAPHIE —Néron, le tyran. Néron, l’incendiaire, qui fit brûler Rome pour composer un poème. Néron, l’antéchrist. Le moins que nous puissions dire est que l’image du fils d’Agrippine, et fils adoptif de l’empereur Claude, n’est pas très reluisante. Et ça n’est pas le jeu impeccable de Peter Ustinov dans le péplum Quo Vadis, tiré du livre éponyme écrit par Henryk Sienkiewicz, qui arrangera les choses. Mais qu’en est-il réellement#8201;? Catherine Salles — agrégée et docteur d’État, enseignant la langue et la civilisation latine à Paris X — remet, dans cette biographie publiée chez Perrin, Néron à sa place. Celle d’un empereur de son époque, menteur, tueur avec une ligne de vie somme toute assez courte. La première notion à accepter est que « la vie politique à Rome est brutale, Néron n’a fait que suivre l’exemple de ses prédécesseurs, Caligula, Claude, Tibère et Auguste. » Cela n’excuse en rien ses actes mais cela aide à recontextualiser. Lire dans les pages nécro du quotidien de l’époque que Monsieur N avait tué son frère, pour un petit désaccord lié à un héritage, ne surprenait plus les Romains depuis longtemps. Il s’agit par ailleurs de l’histoire même de la naissance de la citée, alors ma foi … la suite à lire sur : www.actualitte.com
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…