Lisez! icon: Search engine
L'Archipel
EAN : 9782809828955
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 22 x 28 mm

Renaud - Abécédaire d'enfer !

,

Collection : Beaux-Livres
Date de parution : 24/09/2020
Illustré de photographies rares ou inédites, cet abécédaire, composé par le frère du chanteur Renaud, retrace une vie de chansons.

 
Nul mieux que Thierry Séchan, frère de Renaud, n'a suivi d'aussi près l'itinéraire de l'artiste, depuis la sortie d’Hexagone jusqu’à son dernier album.

« Voici donc un drôle d'abécédaire, un livre ouvert, à lire tout droit ou à consulter de travers, sur un artiste fermé que je lis à livre ouvert. Pas...
Nul mieux que Thierry Séchan, frère de Renaud, n'a suivi d'aussi près l'itinéraire de l'artiste, depuis la sortie d’Hexagone jusqu’à son dernier album.

« Voici donc un drôle d'abécédaire, un livre ouvert, à lire tout droit ou à consulter de travers, sur un artiste fermé que je lis à livre ouvert. Pas un roman, pas une fiche de police, mais un vagabondage entre les mots de Renaud, entre ses mots de toujours et ses maux d'aujourd'hui, dans les jardins de l'enfance, les forêts ombragées de l'adolescence, les plaines et les peines d'une vie éclairée par un soleil au zénith. »

Cet album illustré inclut nombre de photographies inédites, dont beaucoup appartiennent à la famille du chanteur.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782809828955
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 160
Format : 22 x 28 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sylvicha Posté le 23 Janvier 2021
    Un beau livre sur Renaud qui vaut essentiellement pour ces magnifiques photos du chanteur. J’ai été particulièrement agacée par les textes moralisateurs parfois, méchants souvent… J’aime beaucoup Renaud et j’ai eu du mal à supporter les critiques et petites phrases assassines qui parsèment cet ouvrage. Je n’en dirai pas plus à ce sujet (mais je n’en pense pas moins !). Le format abécédaire est original et permet de « picorer » selon son humeur. Bref, vous l’aurez compris, je suis assez mitigée sur ce livre. Je le feuillèterai souvent car encore une fois les photos sont très belles et nous replongent avec bonheur dans l’ambiance des années où Renaud nous faisait chanter et observer le monde avec un esprit rebelle !! Je remercie l’Archipel et Babelio pour la découverte de ce livre.
  • Floyd2408 Posté le 10 Janvier 2021
    Renaud berce une mélancolie d’une jeunesse perdue dans un passé que je n’oublie pas, celle de ces cassettes que l’on écoute avec des potes dans une chambre, résonne cette musique dont l’écho ne s’efface toujours pas, cette chanson Près des auto-tamponneuses, « Et c'est encore un militaire qui gagne un filet garni avec un bazooka » aura toujours cette saveur particulière et indélébile de ces années 80, celle de mon adolescence, Renaud fera toujours partie de moi. Lorsque Babelio dans sa masse critique, apporte dans la hotte du père Noël, Renaud : abécédaire d’enfer ! , je n’ai pas le choix de cocher la case pour le recevoir et attendre la réponse, et comme le miracle de Noël reste magique dans les yeux des enfants, j’ai eu cette chance d’être choisit pour le lire et donner une critique. Ce n’est pas le premier livre, mais dernier que son frère ainé de trois ans Thierry Séchan, consacra à son frère Renaud, décédant au cours de l’année 2019, Renaud lui erre comme un fantôme, son Hexagone le pleure, Manu ne comprends plus ces mots, Mistral gagnant restera un hymne immuable à ce génie de la chanson française, mais aussi En cloque, poésie... Renaud berce une mélancolie d’une jeunesse perdue dans un passé que je n’oublie pas, celle de ces cassettes que l’on écoute avec des potes dans une chambre, résonne cette musique dont l’écho ne s’efface toujours pas, cette chanson Près des auto-tamponneuses, « Et c'est encore un militaire qui gagne un filet garni avec un bazooka » aura toujours cette saveur particulière et indélébile de ces années 80, celle de mon adolescence, Renaud fera toujours partie de moi. Lorsque Babelio dans sa masse critique, apporte dans la hotte du père Noël, Renaud : abécédaire d’enfer ! , je n’ai pas le choix de cocher la case pour le recevoir et attendre la réponse, et comme le miracle de Noël reste magique dans les yeux des enfants, j’ai eu cette chance d’être choisit pour le lire et donner une critique. Ce n’est pas le premier livre, mais dernier que son frère ainé de trois ans Thierry Séchan, consacra à son frère Renaud, décédant au cours de l’année 2019, Renaud lui erre comme un fantôme, son Hexagone le pleure, Manu ne comprends plus ces mots, Mistral gagnant restera un hymne immuable à ce génie de la chanson française, mais aussi En cloque, poésie émouvante, Morgan de toi d’une douceur à fleur de peau et cette Miss Maggie regrettant la verve de Renaud devenu Mr renard. Allons pénétrons cette Biographie morcelée par son frère ainé et Stéphane Loisy dans cet Abécédaire d’enfer, cette plongée en apnée dans la vie tumultueuse de Renaud dans ce hasard de l’alphabet, offrant aux lecteurs des moments de vie, à travers un mot, sous la langue assez acerbe et juste de son grand frère, aidé de Stéphane Loisy. Cette édition 2020 est une réédition de celle de 2003, actualisée par des notes inédites, des photos personnelles, avec une musicalité de ce cher regretté Thierry Séchan, ce frère ainé qui depuis Amoureux de Paname son premier album en 1975 et Renaud les mômes et les enfants d’abord en 2019 suit ces 40 années de carrière et nous offre 26 lettres, celles de l’alphabet pour redécouvrir son Frère dans loterie de galerie de portraits de ce chanteur à la parole éternelle dans ces chansons. Le livre débute par une citation de M. Cioran de L’inconvénient d’être né, sorti en 1973 « L’unique confession sincère est celle que nous faisons-indirectement-en parlant des autres. » Ce murmure d’outre-tombe de Thierry Séchan s’invite à nous dans cet abécédaire renaldien ou dictionnaire comme le dit Stéphane Loisy dans son avant-propos. Il y a 93 mots pour compartimenter la vie de notre artiste Parisien, tous ces mots ont une petite histoire et de ce puzzle nous allons traverser la vie de Renaud avec un kaléidoscope de photos intimes surprenantes. La vie en soi de Renaud n’a pas de nouveauté dans ce livre, c’est la façon dont Thierry Séchan la morcèle, d’une écriture ciselée et acerbe avec cette culture qui le caractérise, dont personnellement que je ne connaissais pas. Dans la première édition la citation d’Amélie Nothomb « La mort n’est pas la cession de l’amour » fut une finalité du livre de l’édition précédente sous la plume de Thierry Séchan, comme dans cette édition 2020, cet écho en devient un hymne à la mémoire de notre écrivain et de son frére aimé. L’humour glaçant inonde ce livre comme cette petite pépite sur le mot Admirateur et ce passage qui me fait sourire encore, « Sans admirateurs, l’artiste ne serait rien. Ou Gérard Lenorman », dans Chance, il égratigne encore une nouvelle fois Amélie Nothomb, avec cet adjectif « horrible » et de la supériorité de Françoise Sagan ! L’entartré est d’une sublimité d’ironie face à ce BHL arrogant, entartré dans sa culture de dandy bobo bohème clivante et méchante pour une postérité illusoire et désolante, avec cette chanson de Renaud de douze quatrains de huit pieds. Poète dans l’âme Renaud erre dans cette modernité, fragile avec ce Pastis son vieil compagnon, mais plutôt Ricard et les fameux « 102 » de Gainsbourg, comme le dit son grand frère , Renaud s’est servi de l’alcool pendant dix ans comme antidépresseur, et il n’a jamais bu chez lui, toujours à l’extérieur, c’est un alcoolique « d’occasion » pas « constitutif », les fantômes qui bercent Renaud se sont ces amis déjà vite partis comme Gainsbourg, Coluche, il sait qu’ils se comptent sur les doigts d’une main et que les noms vont et viennent sur les doigts de l’amitié, ces mots Thierry Séchan le sait aussi pour les avoir écrit dans cet Abécédaire, hors Renaud lui aussi avait écrit son propre abécédaire qu’il a nommé Dictionnaire énervant, programme rédigé lors de son troisième passage au Zénith de paris en 1988, avec cette anecdote sur la lettre H, oubliant HLM, pour le roman de Jean Giono L’Homme qui plantait des arbres, le plus joli des livres que Renaud aura lu. Mais ce qui m’a le plus touché dans ce livre, c’est la famille Séchan, cette tribu d’artiste, la ville de Paris et son Titi Renaud puis San-Antonio et son auteur Frédéric Dard, avec cette tendresse pour le « super champion », « Le poète le plus poétisant de cette époque d’archimerde… », livre d’un San-A, Bacchanale chez la mère Tatzï, Ils vont se rencontrer puis Frédéric Dard fera le préface du recueil de chanson illustré de Renaud, Mistral gagnant, chansons et dessins. Renaud a fait aussi une chronique dans Charlie Hebdo de septembre 1992 à novembre 1993, et aussi de janvier 1195 à juillet 1996, nommé le « very meilleur » elles seront regroupées dans deux ouvrages distincts, Renaud bille en tête et Envoyé spécial chez moi, et son frère résume bien sa plume par cette phrase « Il fait bien son boulot de chroniqueur énervant, il énerve, mais aussi il s’énerve. » Renaud est un Xénophile, comme moi, ce mot peut prêter à confusion, je ne le connaissais pas, et ce terme est une caresse délicieuse de la gentillesse de Renaud, la curiosité des autres, et son amour du prochain, dans des temps comme le nôtre où tout est disserté, la moindre parole est passée à la moulinette des médias pour l’essorer de son sens premier et lui donner une polémique absurde, Renaud reste toujours debout, Sa tournée Phénix tour de 2016, Renaud sera dans l’éternel , ces chansons sont des larmes de poésies, des sourires de tendresses, des cris de révoltes, de l’amour en perfusion, de la colère maladroite, Renaud sera la stèle d’une poésie moderne, un écho d’une Société qu’il chantera, amoureux des mots, fils spirituel de Georges Brassens, le chanteur laissera sa vie le prendre , son amour de toujours Dominique hante ces chansons, sa fille Lolita sera la déesse d’une prénom d’enfant d’une génération, tout Renaud illumine son HLM, et même s’il est Fatigué, si son Manu déconne, et les souvenirs des Mistral gagnant le berce d’une mélancolie à fleur de peau, En cloque sommeille la vie qu’une femme donnera et je peux continuer ainsi, je n’oublie un été où une jeune femme, dans un Karaoké estivale fredonne en ch’timi, un air de Tomate , celle de Renaud, une chanson que je ne connaissais pas, drôle et amusante, nous pouvons dire que Renaud aime les êtres humains, sauf peut-être Margaret Thatcher. Renaud n’est qu’amour et révolte entre un verre de Pastis…. Merci Renaud, les français t’aiment, sauf peut-être …lire l’anecdote de San Antonio.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Plume_de_laine Posté le 27 Décembre 2020
    "𝑆𝑖 𝑑𝑒𝑚𝑎𝑖𝑛 𝑙𝑎 𝑓𝑎𝑢𝑐#8462;𝑒𝑢𝑠𝑒 𝑣𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑚𝑒 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑𝑟𝑒 𝑙𝑎 𝑚𝑎𝑖𝑛, 𝑃𝑜𝑢𝑟𝑣𝑢 𝑞𝑢'𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑚𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑠𝑒 𝑎𝑢 𝑏𝑖𝑠𝑡𝑟𝑜𝑡 𝑑𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑝𝑎𝑖𝑛𝑠." J'avais lu, il y a quelques mois, "Renaud ; boucan d'enfer" de Thierry Séchan. Place à la ré édition. Alors comme lors de ma première lecture d'une des premières éditions, mes impressions restent quasiment les mêmes. C'est relativement bien écrit, seulement, même si on en apprend un peu sur Renaud, sa vie, sa carrière, ça reste insuffisant pour moi. Bien entendu, ce n'était pas une biographie, mais j'aurai aimé en savoir un peu plus. Cependant, je dois avouer que dans cette ré édition, les photos qui sont dans cet ouvrage sont très sympas et ajoutent vraiment un petit plus à ce livre. Cela le rend un peu plus authentique, ou du moins, plus profond, car ça illustre certaines parties de sa vie, de son existence. J'ai beaucoup aimée cet ouvrage accompagné de toutes ces photographies. J'ai même préféré cet ouvrage au livre basique. Les photographies y sont pour beaucoup. Des photographies qui donnent plus de vie à cet ouvrage. Une belle ré édition à offrir à tous les fan de Renaud ou à s'offrir soi-même. Cet ouvrage ne peut que plaire de par son contenu textuel comme... "𝑆𝑖 𝑑𝑒𝑚𝑎𝑖𝑛 𝑙𝑎 𝑓𝑎𝑢𝑐#8462;𝑒𝑢𝑠𝑒 𝑣𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑚𝑒 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑𝑟𝑒 𝑙𝑎 𝑚𝑎𝑖𝑛, 𝑃𝑜𝑢𝑟𝑣𝑢 𝑞𝑢'𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑚𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑠𝑒 𝑎𝑢 𝑏𝑖𝑠𝑡𝑟𝑜𝑡 𝑑𝑒𝑠 𝑐𝑜𝑝𝑎𝑖𝑛𝑠." J'avais lu, il y a quelques mois, "Renaud ; boucan d'enfer" de Thierry Séchan. Place à la ré édition. Alors comme lors de ma première lecture d'une des premières éditions, mes impressions restent quasiment les mêmes. C'est relativement bien écrit, seulement, même si on en apprend un peu sur Renaud, sa vie, sa carrière, ça reste insuffisant pour moi. Bien entendu, ce n'était pas une biographie, mais j'aurai aimé en savoir un peu plus. Cependant, je dois avouer que dans cette ré édition, les photos qui sont dans cet ouvrage sont très sympas et ajoutent vraiment un petit plus à ce livre. Cela le rend un peu plus authentique, ou du moins, plus profond, car ça illustre certaines parties de sa vie, de son existence. J'ai beaucoup aimée cet ouvrage accompagné de toutes ces photographies. J'ai même préféré cet ouvrage au livre basique. Les photographies y sont pour beaucoup. Des photographies qui donnent plus de vie à cet ouvrage. Une belle ré édition à offrir à tous les fan de Renaud ou à s'offrir soi-même. Cet ouvrage ne peut que plaire de par son contenu textuel comme son contenu photographique. Une jolie idée cadeau. Et vous, plutôt à offrir ou à s'offrir ? Aimeriez-vous en apprendre plus sur ce chanteur ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bazart Posté le 3 Octobre 2020
    Zoom sur l' 'abécédaire d'enfer de Renaud, co-écrit par Stéphane Loisy et Thierry Séchan. Voila un drôle d’abécédaire recoupant plus de quarante années de succès, brassés en vingt-six lettres. Pas un roman, pas une fiche de police, mais un vagabondage entre les mots de Renaud, entre ses mots de toujours et ses maux d’aujourd’hui, dans les jardins de l’enfance, les forêts ombragées de l’adolescence, les plaines et les peines d’une vie éclairée par un soleil au zénith. » T. S. Cet album riche de quarante entrées thématiques inclut quelque cent cinquante photographies rares ou inédites, dont beaucoup appartiennent à la famille du chanteur. Il paraît à l’occasion de « Renaud, putain d’expo », la grande rétrospective qu’organise la Cité de la musique, du 16 octobre 2020 au 2 mai 2021. Dans un siècle, ses chansons seront encore fredonnées, gravées sur disques et dans notre mémoire. Nul mieux que Thierry Séchan, frère de Renaud, n’a suivi d'aussi près l'itinéraire de l'artiste, depuis la sortie d'Hexagone jusqu'à Les mômes et les enfants d’abord, son dernier album. Il paraît à l’occasion de « Renaud, putain d’expo », la grande rétrospective qu’organise la Cité de la musique, du 16 octobre 2020 au 2 mai... Zoom sur l' 'abécédaire d'enfer de Renaud, co-écrit par Stéphane Loisy et Thierry Séchan. Voila un drôle d’abécédaire recoupant plus de quarante années de succès, brassés en vingt-six lettres. Pas un roman, pas une fiche de police, mais un vagabondage entre les mots de Renaud, entre ses mots de toujours et ses maux d’aujourd’hui, dans les jardins de l’enfance, les forêts ombragées de l’adolescence, les plaines et les peines d’une vie éclairée par un soleil au zénith. » T. S. Cet album riche de quarante entrées thématiques inclut quelque cent cinquante photographies rares ou inédites, dont beaucoup appartiennent à la famille du chanteur. Il paraît à l’occasion de « Renaud, putain d’expo », la grande rétrospective qu’organise la Cité de la musique, du 16 octobre 2020 au 2 mai 2021. Dans un siècle, ses chansons seront encore fredonnées, gravées sur disques et dans notre mémoire. Nul mieux que Thierry Séchan, frère de Renaud, n’a suivi d'aussi près l'itinéraire de l'artiste, depuis la sortie d'Hexagone jusqu'à Les mômes et les enfants d’abord, son dernier album. Il paraît à l’occasion de « Renaud, putain d’expo », la grande rétrospective qu’organise la Cité de la musique, du 16 octobre 2020 au 2 mai 2021.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés