Lisez! icon: Search engine
Robert Oppenheimer - Triomphe et tragédie d'un génie - Prix Pulitzer 2006
Peggy Sastre (traduit par)
Date de parution : 15/06/2023
Éditeurs :
le cherche midi

Robert Oppenheimer - Triomphe et tragédie d'un génie - Prix Pulitzer 2006

,

Peggy Sastre (traduit par)
Date de parution : 15/06/2023
La biographie événement qui a inspiré le film Oppenheimer de Christopher Nolan
Le génie est parfois une malédiction. Robert Oppenheimer fut l’un des plus grands physiciens de son temps. Peu d’hommes pouvaient rivaliser avec son intelligence exceptionnelle et sa fantastique intuition scientifique.... Le génie est parfois une malédiction. Robert Oppenheimer fut l’un des plus grands physiciens de son temps. Peu d’hommes pouvaient rivaliser avec son intelligence exceptionnelle et sa fantastique intuition scientifique. Ce talent hors norme l’a mené vers l’invention ultime, capable d’éradiquer la planète : la bombe atomique. Que penser d’un don... Le génie est parfois une malédiction. Robert Oppenheimer fut l’un des plus grands physiciens de son temps. Peu d’hommes pouvaient rivaliser avec son intelligence exceptionnelle et sa fantastique intuition scientifique. Ce talent hors norme l’a mené vers l’invention ultime, capable d’éradiquer la planète : la bombe atomique. Que penser d’un don qui conduit à la destruction universelle ? D’une soif de connaissance dont l’aboutissement est l’extinction de la vie elle-même ? Aucun homme n’a été confronté si directement à un tel dilemme.

Avec cette biographie, sacrée par le prix Pulitzer, Kai Bird et Martin J. Sherwin sondent la vie du père de la bombe atomique. Ils en explorent toutes les facettes, intimes et professionnelles, pour décrire un destin unique qui, à lui seul, résume toute l’histoire du xxe siècle : la folie de la guerre et la paranoïa du maccarthysme, la soif inextinguible de progrès et la course vers l’abîme.

Ce livre n’est en rien un ouvrage de spécialiste. Il s’adresse à tous et mêle la précision historique à la finesse psychologique, la qualité de l’enquête au rythme d’un grand roman.

« Le portrait captivant de l’une des figures les plus essentielles et paradoxales de notre histoire contemporaine. » — Christopher Nolan
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749176260
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 912
Format : 154 x 220 mm
EAN : 9782749176260
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 912
Format : 154 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • EmmaHG 17/01/2024
    Suite au film que j'ai vu 2 fois, il fallait que je lise le livre. Passionnant. Très détaillé et documenté. Le film est somme toute très fidèle au livre. J'espérais avoir plus d'information sur les impressions personnelles de F. Oppenheimer, mais rien de tel. Le livre permet de bien comprendre toute la chasse aux sorcières du Mac Carthysme dont a été victime le père de la bombe atomique. Pavé qui se lit d'une traite.
  • MilleetunepagesLM 06/01/2024
    Le commentaire de Lynda : Quand j’ai reçu ce livre, j’étais contente de satisfaire ma curiosité à propos du phénomène littéraire et cinématographique que beaucoup de personnes commentaient, je me disais que je pourrais me faire ma propre opinion sur ceci, et c’est ce que j’ai fait. Tout d’abord, je dois dire, que c’est un livre qui est très long à lire, de plus cette biographie nous parle d’un physicien très connu et qui aurait accompli de grandes choses. Mais la science n’est pas mon point fort et encore moins la physique. Ce fut long, mais j’y suis arrivé, le sujet m’intéressait alors j’ai pris mon courage et j’ai continué, en ne voulant pas abandonner. Le plus fort de sa carrière de physicien se serait passé pendant la deuxième guerre mondiale, à ce moment, il aurait travaillé sur la bombe atomique. Mais par chance, il n’y avait pas que le côté scientifique dans ce livre, on parle aussi de l’homme, de qui il était, de sa vie, de ses amours, ce qui lui a donné un côté humain que j’ai apprécié grandement. Oppenheimer était au courant de la politique, mais ne s’en souciait pas vraiment, par contre il était dans la mire du FBI, bien sûr que l’on se devait de contrôler ce style de génie. Une fois la bombe atomique mise au point, malheureusement, lui et les compères scientifiques avec qui il a travaillé, n’ont jamais eu leur mot à dire dans tout ça. On comprend très bien l’injustice dont Oppenheimer a été la victime. J’ai décidé de visionner le film, j’étais presque à la fin de mon livre. Je peux dire que le film ne rend pas parfaitement justice au livre, alors je suis bien contente d’avoir persévérée et lu ce livre jusqu’à la fin. Est-ce que je vous le recommande, tout dépend de vos goûts, moi c’est la curiosité qui m’a poussé et qui m'a d onné l’énergie pour le lire, à vous de voir parce que ce livre n’est pas seulement l’histoire d’Oppenheimer, c’est celui de l’humanité, de la science, de la politique, de la guerre et des grands pouvoirs de ce monde. Au bout du compte, j'ai apprécié d'une certaine façon, cette lecture!Le commentaire de Lynda : Quand j’ai reçu ce livre, j’étais contente de satisfaire ma curiosité à propos du phénomène littéraire et cinématographique que beaucoup de personnes commentaient, je me disais que je pourrais me faire ma propre opinion sur ceci, et c’est ce que j’ai fait. Tout d’abord, je dois dire, que c’est un livre qui est très long à lire, de plus cette biographie nous parle d’un physicien très connu et qui aurait accompli de grandes choses. Mais la science n’est pas mon point fort et encore moins la physique. Ce fut long, mais j’y suis arrivé, le sujet m’intéressait alors j’ai pris mon courage et j’ai continué, en ne voulant pas abandonner. Le plus fort de sa carrière de physicien se serait passé pendant la deuxième guerre mondiale, à ce moment, il aurait travaillé sur la bombe atomique. Mais par chance, il n’y avait pas que le côté scientifique dans ce livre, on parle aussi de l’homme, de qui il était, de sa vie, de ses amours, ce qui lui a donné un côté humain que j’ai apprécié grandement. Oppenheimer était au courant de la politique, mais ne s’en souciait pas vraiment, par contre il était dans la mire du FBI, bien sûr...
    Lire la suite
    En lire moins
  • RosaSol 05/01/2024
    Quelle lecture pour commencer 2024 ! Oppenheimer a vraiment eu une vie incroyable, et cette biographie en donne un aperçu encore plus saisissant que le film. J’avais été frustrée par certains aspects du film, qui oubliait l’enfance et la période post-« hearing » d’Oppenheimer et oubliait un peu tout le réseau de scientifiques sans qui la bombe n’aurait pas été inventée, mais ce livre n’a aucun de ces deux défauts. Cette trajectoire biographique donne tellement à réfléchir, autant sur le plan de son histoire individuelle que sur le plan philosophique/métaphysique. J’ai été fascinée par plein d’éléments de la trajectoire individuelle d’Oppenheimer. Comment ses ascendants ont préparé le terrain de ce qu’il est devenu (notamment en lui donnant accès à une éducation pédagogiquement très novatrice pour l’époque j’imagine), et comment sa destinée ne lui a pas permis de reproduire cela avec ses propres enfants (j’ai été particulièrement touchée par l’histoire de sa fille Toni, sur qui j’aimerais bien en savoir plus, l’histoire de son fils a l’air aussi intéressante). Comment il a réussi à apprivoiser ses démons intérieurs et tendances dépressives tout au long de sa vie (même si j’aurais bien aimé en savoir plus sur sa vie intérieure post Los Alamos, mais les sources manquent sans doute). Son histoire d’amour avec Jean Tatlock, sa relation aux psy, sa capacité à jouer le rôle du leader alors même qu’il semble avoir une personnalité plutôt introvertie, etc. Et sur le plan plus philosophique/métaphysique, cette biographie et son lien avec la bombe illustre à merveille le lien science/politique et donne énormément à réfléchir (voir l’extrait d’un entretien p. 735), tous ces questionnements sont encore tellement d’actualité… J’ai aussi beaucoup apprécié l’intérêt transversal d’Oppenheimer pour la Science (« dure ») et les humanités et sa conviction d’une nécessité de croiser les deux domaines (j’ai d’ailleurs découvert lors de cette lecture le terme ‘polymathe’). Et puis j’ai beaucoup aimé l’importance donnée aux réseaux scientifiques, on voit bien la science « in the making ». Quelle lecture pour commencer 2024 ! Oppenheimer a vraiment eu une vie incroyable, et cette biographie en donne un aperçu encore plus saisissant que le film. J’avais été frustrée par certains aspects du film, qui oubliait l’enfance et la période post-« hearing » d’Oppenheimer et oubliait un peu tout le réseau de scientifiques sans qui la bombe n’aurait pas été inventée, mais ce livre n’a aucun de ces deux défauts. Cette trajectoire biographique donne tellement à réfléchir, autant sur le plan de son histoire individuelle que sur le plan philosophique/métaphysique. J’ai été fascinée par plein d’éléments de la trajectoire individuelle d’Oppenheimer. Comment ses ascendants ont préparé le terrain de ce qu’il est devenu (notamment en lui donnant accès à une éducation pédagogiquement très novatrice pour l’époque j’imagine), et comment sa destinée ne lui a pas permis de reproduire cela avec ses propres enfants (j’ai été particulièrement touchée par l’histoire de sa fille Toni, sur qui j’aimerais bien en savoir plus, l’histoire de son fils a l’air aussi intéressante). Comment il a réussi à apprivoiser ses démons intérieurs et tendances dépressives tout au long de sa vie (même si j’aurais bien aimé en savoir plus sur sa vie intérieure post Los...
    Lire la suite
    En lire moins
  • germ1tor 18/10/2023
    Oppenheimer est un enfant surdoué qui excelle dans toutes les matières. Issu d’un milieu juif très aisé , il se révèle introverti voire asocial. Il ne trouve sa voie que tardivement: la physique théorique, plus précisément la physique quantique qui est en plein essor dans l’entre-deux guerres, avec une ruche de physiciens éminents, brillants tous un jour ou l’autre Prix Nobel ou équivalent. C’est dans ce vivier qu’Oppenheimer va s’épanouir et s’affirmer l’un des meilleurs voire le meilleur d’entre eux. C’est un humaniste très à gauche et ne s’en cache pas en soutenant financièrement par exemple les républicains espagnols à la fin des années 30. Ainsi « naît » le père de la bombe atomique. Il se voit confier la direction scientifique et technique du projet Manhattan, un projet scientifique qui devient un projet d’ingénierie d’ampleur, où Oppie passe du rôle du génie scientifique au manager conciliateur promouvant les échanges d’idées, les contradictions et le participatif. Un incroyable challenge à plus d’un titre. Il s’agit d’abord de diriger une équipe pluridisciplinaire et multi-culturelle avec des scientifiques et ingénieurs, tous brillants et ultra compétents, mais tous ingérables de par leur ego surdimensionné. Un challenge de planning. Etre prêt au plus tôt pour devancer les nazis. Un challenge politique où les exigences du pouvoir contraignent les choix de recrutement et placent sur l’équipe un étau de confidentialité au nom de la sécurité nationale. Les conflits de toutes sortes nous sont dévoilés… conflit d’intérêt, cas de conscience sont nombreux et intéressants pour appréhender les tenants de la nature humaine dans cette aventure hors du commun. A Los Alamos, Oppie traite et résout les problèmes de toutes sortes, avec brio il survole les embûches. Mais l’éthique le rattrape une fois le projet en phase d’exécution finale. Le paroxysme est atteint avec les modalités d’utilisation de la bombe. Comment s’en servir? Comme arme de destruction massive? Comme arme de dissuasion? Comme arme diplomatique? Comme un capital mondial à sanctuariser? La décision de Truman tombe sans discussion: utiliser le « gadget » avant le 15 Août 1945 pour couper l’herbe sous le pied des Russes. J’apprends grâce à cette bibliographie: a) la reddition annoncée des Japonais dès Juin, ceux-ci cherchant à négocier la paix; b) l’accord Truman-Staline pour une déclaration de guerre russe contre le Japon avant le 15 Août Malgré (ou à cause de) ces deux faits, Truman choisit la bombe pour s’assurer que le Japon ne se rende qu’à la seule Amérique et surtout pour asseoir une suprématie américaine post guerre incontestable. Au delà du succès du premier essai Trinity, Oppenheimer et nombre de ses collègues éprouvent un sentiment de culpabilité énorme, une responsabilité historique. Comme il l’avait deviné dès 1945, il a ouvert la course à l’armement avec l’URSS et la prolifération devient inévitable. A cause de son opposition ouverte à la Super bombe, la bombe H, il va devoir faire face au lobby de l’Air Force, des industriels et financiers républicains et enfin, en plein maccarthysme, à une véritable chasse aux sorcières visant à le démolir. Sa réhabilitation ne sera que trop pâle et trop tardive. Je trouve les problèmes métaphysiques soulevés parfaitement résumés dans la formule de Rabelais: « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » C’est une remarquable autobiographie qui nous transporte dans les années de la toute puissance américaine avec tous ses travers, capable du pire comme du meilleur.Oppenheimer est un enfant surdoué qui excelle dans toutes les matières. Issu d’un milieu juif très aisé , il se révèle introverti voire asocial. Il ne trouve sa voie que tardivement: la physique théorique, plus précisément la physique quantique qui est en plein essor dans l’entre-deux guerres, avec une ruche de physiciens éminents, brillants tous un jour ou l’autre Prix Nobel ou équivalent. C’est dans ce vivier qu’Oppenheimer va s’épanouir et s’affirmer l’un des meilleurs voire le meilleur d’entre eux. C’est un humaniste très à gauche et ne s’en cache pas en soutenant financièrement par exemple les républicains espagnols à la fin des années 30. Ainsi « naît » le père de la bombe atomique. Il se voit confier la direction scientifique et technique du projet Manhattan, un projet scientifique qui devient un projet d’ingénierie d’ampleur, où Oppie passe du rôle du génie scientifique au manager conciliateur promouvant les échanges d’idées, les contradictions et le participatif. Un incroyable challenge à plus d’un titre. Il s’agit d’abord de diriger une équipe pluridisciplinaire et multi-culturelle avec des scientifiques et ingénieurs, tous brillants et ultra compétents, mais tous ingérables de par leur ego surdimensionné. Un challenge de planning. Etre prêt au plus tôt pour devancer les nazis. Un challenge politique où...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tankafer 21/08/2023
    Pour une fois, j'ai vu le film de Nolan d'abord. Soufflé de ne pas avoir vu passer 3 h de projection. C'est avec curiosité que j'ai eu envie de lire l'ouvrage à la source de l'histoire d'Oppenheimer. Dense, truffé de témoignages, de matériaux épistolaires, archives déclassifiées etc...idem avec le livre de 700 pages, on ne voit pas le temps passer. C'est comme lorsqu'on lève le pied de l'accélérateur sans jamais freiner. On flotte dans le génie, dans la réflexion à haute voix, gratinée de poésie, de référence à Shakespeare, le délire quantique déformant, on plonge dans le vertige de la nation qui dévore ses enfants comme l'ogre soviétique. 1 partout, surtout à l'infini. Cet ouvrage est bluffant.
Inscrivez-vous à la newsletter pour ne rater aucune actualité du Cherche Midi
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !