Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782352876236
Façonnage normé : BROCHE
Format : 111 x 178 mm

Ruth

Collection : Classique
Date de parution : 02/07/2014
Orpheline, la jeune et naïve Ruth est placée dans l’atelier de couture de Mrs Mason. Lors d’un bal, elle rencontre Henry Bellingham, un fils de bonne famille, avec qui elle noue bientôt une belle amitié, se muant en passion amoureuse, à rebours des conventions sociales. Jugée « fille perdue »,... Orpheline, la jeune et naïve Ruth est placée dans l’atelier de couture de Mrs Mason. Lors d’un bal, elle rencontre Henry Bellingham, un fils de bonne famille, avec qui elle noue bientôt une belle amitié, se muant en passion amoureuse, à rebours des conventions sociales. Jugée « fille perdue », Ruth est congédiée. Elle se réfugie au Pays de Galles avec Bellingham qui l’abandonne dès qu'il apprend qu’elle est enceinte.Tentée de se suicider, elle est recueillie par le pasteur Benson et sa sœur Faith, qui l’aiment et la respectent. La faisant passer pour veuve afin de lui éviter la disgrâce, ainsi qu’à son futur enfant, ils parviennent à la faire entrer au service d’un homme d’affaires, Mr Bradshow. Mais le retour de Bellingham menace son secret… Lorsque Mr Bradshow l’apprend, il chasse sans ménagement l’infortunée. Devenue infirmière, Ruth se donnera corps et âme à son nouveau métier. Et la voici enfin aimée, sinon admirée de tous…Avec Ruth, Elizabeth Gaskell trace le portrait émouvant d’une jeune victime de l’hypocrisie victorienne, toujours sûre de son bon droit et de ses préjugés.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782352876236
Façonnage normé : BROCHE
Format : 111 x 178 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • DB18 Posté le 26 Mai 2021
    Un roman d'une auteure du XIX e siècle qui m'était inconnue. Un mélange entre Jane Austen pour les réunions entre amis dans des riches demeures, et Dickens au sujet de la pression sociale, de la misère et des rebondissements dramatiques. On suit le personnage de Ruth le plus long de sa vie, et comment elle va tenter de cacher à ses proches et son fils la honte qu'elle a éprouvé dans sa jeunesse, à cause du manipulateur M. Bellingham. C'est une histoire très prenante. Seul bémol pour moi: c'est un roman particulièrement religieux, ou chaque chapitre a son lot de "Qu'Il me donne la force de continuer" , "Je ferais selon la volonté du Seigneur", "Je ne suis plus digne de rentrer sans une église, aux yeux de Dieu, maintenant que j'ai péché." En général cela ne me dérange pas mais c'était tellement abondant dans ce roman que ça a pu m'irriter un peu...
  • Lapiuta62 Posté le 12 Mars 2021
    19e siècle, Angleterre. Ruth est une jeune orpheline. A l’âge de 16 elle tombe amoureuse d’un jeune gentleman qui la séduit, l’amène au pays de Galles avant de l’abandonner. Très vite Ruth apprend qu’elle est enceinte, suite à cela elle va rencontrer M.Benson et sa sœur qui vont la prendre sous leur aile et l’aider. On va suivre la vie de Ruth dans une période qui considère qu’être enceinte sans être mariée est un déshonneur absolu ; l’auteur nous décrit la vie et les habitudes de cette époque. J’ai beaucoup aimé ce roman car l’histoire est bien menée et surtout comme l’auteur décrit fidèlement la réalité de son temps, cela me permet de voyager et d’être transportée dans une autre époque.
  • Clelie22 Posté le 13 Février 2021
    Ruth, jeune orpheline de 16 ans, est apprentie chez une couturière. Un soir, à un bal où elle est employée à raccommoder les robes maltraitées par la danse, elle est remarquée par le riche, jeune et beau M. Bellingham. Remis en présence de Ruth quelques jours plus tard, il cherche bientôt toutes les occasions de la voir et de passer du temps avec elle. La naïve Ruth ne se rend pas compte de l'inconvenance de la situation jusqu'à ce que sa patronne les surprenne ensemble et la renvoie sans autre forme de procès. Ruth est emmenée à Londres par M. Bellingham qui fait d'elle sa maîtresse. Mais la mère du jeune homme, scandalisée par cette situation, profite d'une maladie qui terrasse M. Bellingham pour le séparer de Ruth. Abandonnée, déshonorée, Ruth trouvera heureusement des âmes charitables pour l'aider mais son péché de jeunesse pourrait la rattraper et la faire mettre au ban de la société. J’ai lu Ruth très peu de temps après un autre texte d’Elizabeth Gaskell : Lisette Leigh. J’ai tout de suite été frappée par les nombreux points communs entre les deux histoires. Il semble que la question des filles-mères, séduites puis abandonnées touchait vivement l’auteure de Nord... Ruth, jeune orpheline de 16 ans, est apprentie chez une couturière. Un soir, à un bal où elle est employée à raccommoder les robes maltraitées par la danse, elle est remarquée par le riche, jeune et beau M. Bellingham. Remis en présence de Ruth quelques jours plus tard, il cherche bientôt toutes les occasions de la voir et de passer du temps avec elle. La naïve Ruth ne se rend pas compte de l'inconvenance de la situation jusqu'à ce que sa patronne les surprenne ensemble et la renvoie sans autre forme de procès. Ruth est emmenée à Londres par M. Bellingham qui fait d'elle sa maîtresse. Mais la mère du jeune homme, scandalisée par cette situation, profite d'une maladie qui terrasse M. Bellingham pour le séparer de Ruth. Abandonnée, déshonorée, Ruth trouvera heureusement des âmes charitables pour l'aider mais son péché de jeunesse pourrait la rattraper et la faire mettre au ban de la société. J’ai lu Ruth très peu de temps après un autre texte d’Elizabeth Gaskell : Lisette Leigh. J’ai tout de suite été frappée par les nombreux points communs entre les deux histoires. Il semble que la question des filles-mères, séduites puis abandonnées touchait vivement l’auteure de Nord et Sud. Surtout, ce qui semble préoccuper le plus Elizabeth Gaskell, c’est l’attitude des “bonnes gens” à l’égard de ces très jeunes femmes, considérées comme perdues, corrompues et à l’influence potentiellement pernicieuse pour la vertu des autres jeunes filles. Elizabeth Gaskell se positionne clairement dans le camp de la compassion et pointe la cruauté des gens qui, sous prétexte de vertu, jettent ces pauvres filles et leurs enfants dans la misère et l’abandon avec toute la déchéance que cela entraîne. Ruth a heureusement plus de chance que la malheureuse Lisette Leigh. La générosité et la bienveillance de M. Benson, un pasteur, vont lui permettre de reprendre pied et de mener une vie vertueuse et honorable jusqu’à ce que son secret soit découvert. Malheureusement, beaucoup de chrétiens semblent avoir oublié que, si elle condamne le péché, la Bible lui oppose non le rejet mais le pardon et la grâce. Le contexte dans lequel se déroule cette histoire et le rôle central qu’y joue un pasteur dissident font que ce roman accorde une grande place à des réflexions d’ordre “religieux”, ce qui pourrait froisser certains lecteurs ou, au moins, leur passer un peu au-dessus de la tête. En ce qui me concerne, c’est ce qui m’a le plus intéressée dans ce roman. Son propos devait sembler très révolutionnaire à son époque. Ces préoccupations peuvent paraître complètement démodées à notre époque où l’on envisage d’autoriser la PMA pour toutes. Cependant, le fond de sa réflexion sur l’attitude que l’on peut avoir envers ceux qui ont “fauté” une fois, parfois malgré eux, et sur les conséquences que notre intransigeance peut avoir reste toujours d’actualité. Si l’intrigue s’avère un peu molle, pas très prenante et captivante, en revanche, la galerie de personnages que nous présente Elizabeth Gaskell est vraiment intéressante par sa richesse, ses nuances... Elle sait très bien décortiquer l’égoïsme de M. Bellingham, l’intransigeance de M. Bradshaw, le tempérament épidermique de Gemima, la fausse dureté de Miss Benson, etc. Elizabeth Gaskell fait preuve d’une acuité digne de Jane Austen, l’acidité en moins. L’inconvénient, c’est qu’au milieu de tous ces personnages si divers, Ruth a un peu de mal à ressortir vraiment. Finalement, ce roman éponyme ne s’intéresse pas tant au personnage féminin principal qu’à l’attitude de tous ceux qui gravitent autour d’elle. En résumé : le fond “philosophique” de l’histoire m’a bien plu mais l’intrigue elle-même manque un peu de souffle, ce qui donne un roman intéressant mais pas inoubliable. Challenge solidaire 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • Saatiya Posté le 13 Janvier 2021
    Après Nord et Sud que j'avais adoré, j'ai eu envie de découvrir une des premières oeuvres de l'autrice. Si le style est toujours très agréable, j'ai cependant un avis assez mitigé de ma lecture. La religion est très, très présente dans ce livre. Habituée des classiques, je m'y attendais, et même, je trouve ça assez normal pour l'époque. J'ai beaucoup aimé les 100 premières pages du roman (environ), mais à partir du moment où notre héroine est abandonnée, l'aspect religieux devient si prégnant, que l'autrice en oublie d'avancer dans son intrigue! Sur quasi 80 pages, on trouve Dieu à toutes les lignes, ou presque.. j'ai vraiment failli abandonner le roman à ce moment là! Le coté 'femme et fille de pasteur" de l'autrice, est un peu trop présent à mon gout ! Je suis heureuse de ne pas l'avoir abandonné pourtant, car l'intérêt revient par la suite, malgré des longueurs. L'ensemble du livre reste tout de même très lent, et l'intrigue (notamment le regard sur notre héroine ) est très marquée par l'époque. Il est primordial d'avoir ca en tête avant de se lancer dans cette lecture, si l'on veut l'apprécier! Au final, une lecture correcte donc, pas un coup de coeur... Après Nord et Sud que j'avais adoré, j'ai eu envie de découvrir une des premières oeuvres de l'autrice. Si le style est toujours très agréable, j'ai cependant un avis assez mitigé de ma lecture. La religion est très, très présente dans ce livre. Habituée des classiques, je m'y attendais, et même, je trouve ça assez normal pour l'époque. J'ai beaucoup aimé les 100 premières pages du roman (environ), mais à partir du moment où notre héroine est abandonnée, l'aspect religieux devient si prégnant, que l'autrice en oublie d'avancer dans son intrigue! Sur quasi 80 pages, on trouve Dieu à toutes les lignes, ou presque.. j'ai vraiment failli abandonner le roman à ce moment là! Le coté 'femme et fille de pasteur" de l'autrice, est un peu trop présent à mon gout ! Je suis heureuse de ne pas l'avoir abandonné pourtant, car l'intérêt revient par la suite, malgré des longueurs. L'ensemble du livre reste tout de même très lent, et l'intrigue (notamment le regard sur notre héroine ) est très marquée par l'époque. Il est primordial d'avoir ca en tête avant de se lancer dans cette lecture, si l'on veut l'apprécier! Au final, une lecture correcte donc, pas un coup de coeur comme pour Nord et Sud, mais j'ai bien envie de lire d'autres livres de l'autrice tout de même .
    Lire la suite
    En lire moins
  • AmyFarrah Posté le 9 Janvier 2021
    Madame Gaskell a mis tout son cœur, mais aussi tout ce qu'elle avait sur le cœur, dans ce beau et tragique roman qui nous raconte l'histoire d'une toute jeune fille manipulée puis abandonnée par un séducteur sans scrupules. Ce que l'autrice a sur le cœur ce sont les vies détruites par une société patriarcale poussée à son paroxysme, mais aussi une société qui pratique allègrement le mépris de classe et le pharisianisme de la manière la plus odieuse. Comme dans tous ses romans, et comme le fait pareillement George Eliot, l'autrice anglaise ne fait pas de revendications mais un constat, un état des lieux de l'époque, et son point de vue est clair : elle désapprouve. En cela elle manifeste la prise de position courageuse d'une authentique chrétienne, ni bigote ni pharisienne, et donc en total désaccord avec la cruauté et l'injustice qui font loi parmi ses contemporains. Ce roman m'a beaucoup touchée, il m'a donné à réfléchir, je l'ai trouvé édifiant, mais également très triste. La fin tragique me semble cependant tout à fait bien imaginée, une happy end aurait minimisé l'impact de ce roman qu'on peut qualifier d'engagé et très courageux pour l'époque. Ce... Madame Gaskell a mis tout son cœur, mais aussi tout ce qu'elle avait sur le cœur, dans ce beau et tragique roman qui nous raconte l'histoire d'une toute jeune fille manipulée puis abandonnée par un séducteur sans scrupules. Ce que l'autrice a sur le cœur ce sont les vies détruites par une société patriarcale poussée à son paroxysme, mais aussi une société qui pratique allègrement le mépris de classe et le pharisianisme de la manière la plus odieuse. Comme dans tous ses romans, et comme le fait pareillement George Eliot, l'autrice anglaise ne fait pas de revendications mais un constat, un état des lieux de l'époque, et son point de vue est clair : elle désapprouve. En cela elle manifeste la prise de position courageuse d'une authentique chrétienne, ni bigote ni pharisienne, et donc en total désaccord avec la cruauté et l'injustice qui font loi parmi ses contemporains. Ce roman m'a beaucoup touchée, il m'a donné à réfléchir, je l'ai trouvé édifiant, mais également très triste. La fin tragique me semble cependant tout à fait bien imaginée, une happy end aurait minimisé l'impact de ce roman qu'on peut qualifier d'engagé et très courageux pour l'époque. Ce que je regrette c'est que les éditeurs aient trouvé bon de réviser la traduction, car le résultat n'est pas des plus heureux, avec des expressions totalement anachroniques comme "je vais m'en tirer" par exemple, des fautes de conjugaison, quelques phrase mal tournées, un "il" à la place d'un "elle" entre autres bévues. Je râle toujours pour ce genre de chose et je n'arrêterai pas de râler, pour la bonne raison que j'attends d'un livre qu'il soit écrit proprement, traduit proprement et imprimé proprement. C'est normal non ? En achetant une miche de pain, si vous découvrez qu'une souris y a fait son nid, vous râlez aussi, n'est-ce pas ? Alors pourquoi ce laisser-aller est-il si fréquent dans les livres ? les éditeurs s'imaginent qu'on ne verra pas les fautes d'orthographe, qu'on ne fera pas attention aux petits détails... Mais si ! "On" voit tout ça, et "on" n'est pas contente. And that's that.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés