Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782352876236
Façonnage normé : BROCHE
Format : 111 x 178 mm
Ruth
Date de parution : 02/07/2014
Éditeurs :
Archipoche

Ruth

Date de parution : 02/07/2014
Orpheline, la jeune et naïve Ruth est placée dans l’atelier de couture de Mrs Mason. Lors d’un bal, elle rencontre Henry Bellingham, un fils de bonne famille, avec qui elle... Orpheline, la jeune et naïve Ruth est placée dans l’atelier de couture de Mrs Mason. Lors d’un bal, elle rencontre Henry Bellingham, un fils de bonne famille, avec qui elle noue bientôt une belle amitié, se muant en passion amoureuse, à rebours des conventions sociales. Jugée « fille perdue »,... Orpheline, la jeune et naïve Ruth est placée dans l’atelier de couture de Mrs Mason. Lors d’un bal, elle rencontre Henry Bellingham, un fils de bonne famille, avec qui elle noue bientôt une belle amitié, se muant en passion amoureuse, à rebours des conventions sociales. Jugée « fille perdue », Ruth est congédiée. Elle se réfugie au Pays de Galles avec Bellingham qui l’abandonne dès qu'il apprend qu’elle est enceinte.Tentée de se suicider, elle est recueillie par le pasteur Benson et sa sœur Faith, qui l’aiment et la respectent. La faisant passer pour veuve afin de lui éviter la disgrâce, ainsi qu’à son futur enfant, ils parviennent à la faire entrer au service d’un homme d’affaires, Mr Bradshow. Mais le retour de Bellingham menace son secret… Lorsque Mr Bradshow l’apprend, il chasse sans ménagement l’infortunée. Devenue infirmière, Ruth se donnera corps et âme à son nouveau métier. Et la voici enfin aimée, sinon admirée de tous…Avec Ruth, Elizabeth Gaskell trace le portrait émouvant d’une jeune victime de l’hypocrisie victorienne, toujours sûre de son bon droit et de ses préjugés.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782352876236
Façonnage normé : BROCHE
Format : 111 x 178 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CamilleRabelle Posté le 14 Mars 2022
    J'aime découvrir les oeuvres moins connues des auteurs et autrices que j'affectionne ! J'avais beaucoup aimé North and South, je me suis jetée sur Ruth. Ici le thème est dans la plus pure ligne féministe. Elle est jeune, elle est belle, elle est pure et elle se laisse ensorcelée par le mâle. Ou plutôt le Mal, si j'en crois la pesante atmosphère religieuse qui écrase tout le roman. Il ne se passe rien mais c'est cela qu'on recherche chez Gaskell, les personnages sont minutieusement travaillés et ils évoluent au gré des pages.La transformation de Ruth est spécialement intéressante. Mais aussi celle de Mr. Bradshaw qui alterne entre admiration, dégoût et humanité pour la jeune fille. Le début est particulièrement accrocheur, la fin est particulièrement ciselée, tout le milieu est trop long, on souhaiterait que ça pleurniche un peu moins. Une belle lecture mais sans plus.
  • ElBaathory Posté le 27 Décembre 2021
    Cela faisait pratiquement un mois que je n’avais pas lu de classique et j’ai eu très envie de retrouver ce genre littéraire accompagné d’une plume que je commence à bien connaître. Il s’agit de celle d’Elizabeth Gaskell qui, majoritairement, a su me séduire à l’aide de ses percutantes œuvres. Je suis plutôt content d’affirmer que Ruth ne déroge pas à la règle et que j’ai apprécié ma lecture grâce à son personnage principal qui se dévoile être une véritable héroïne en devenir. Ainsi, j’ai adoré découvrir et suivre la très lente mais conséquente et édifiante évolution de cette jeune femme que la vie n’épargnera nullement et qui, pourtant, se relèvera à chacune de ses chutes pour devenir une femme forte, fière et des plus indépendante. J’ai vraiment été sensible à toute la bonté et la délicatesse dont cette dernière fait preuve tout au long de sa vie. Malgré sa déchéance, jamais cette dernière ne tombe dans la lamentation et la complainte et malgré quelques nuances de regrets dans ses actions ainsi que de certaines doléances, c’est une héroïne débordante de rédemption et de courage qui nous est dévoilée. Le purgatoire est partie intégrante de sa riche et complexe psychologie et cette... Cela faisait pratiquement un mois que je n’avais pas lu de classique et j’ai eu très envie de retrouver ce genre littéraire accompagné d’une plume que je commence à bien connaître. Il s’agit de celle d’Elizabeth Gaskell qui, majoritairement, a su me séduire à l’aide de ses percutantes œuvres. Je suis plutôt content d’affirmer que Ruth ne déroge pas à la règle et que j’ai apprécié ma lecture grâce à son personnage principal qui se dévoile être une véritable héroïne en devenir. Ainsi, j’ai adoré découvrir et suivre la très lente mais conséquente et édifiante évolution de cette jeune femme que la vie n’épargnera nullement et qui, pourtant, se relèvera à chacune de ses chutes pour devenir une femme forte, fière et des plus indépendante. J’ai vraiment été sensible à toute la bonté et la délicatesse dont cette dernière fait preuve tout au long de sa vie. Malgré sa déchéance, jamais cette dernière ne tombe dans la lamentation et la complainte et malgré quelques nuances de regrets dans ses actions ainsi que de certaines doléances, c’est une héroïne débordante de rédemption et de courage qui nous est dévoilée. Le purgatoire est partie intégrante de sa riche et complexe psychologie et cette dimension force le respect ainsi que l’empathie. Ainsi et au cours de ma lecture, je n’ai cessé de faire preuve de compassion et de considération envers Ruth, cette jeune fille mère, bien souvent montrer du doigt à cause de son statut social bien loin des us et coutumes puritaines et conservatrices de l’époque. En s’attaquant à ce difficile et audacieux sujet, Elizabeth Gaskell dresse une pertinente et juste critique de la société d’antan et quand bien même j’ai adoré retrouver sa prise de position, je dois bien admettre qu’il m’a semblé que le ton incisif et percutant – idéalement représenté dans Nord et Sud – de son style m’a quelque fois manqué. Il faut dire qu’une large partie de son œuvre détient une dimension fortement religieuse et que celle-ci prend parfois le pas sur le reste. Néanmoins et malgré ce léger manque, je dois bien admettre que cette dernière offre un roman poignant, percutant et parfois assez dur à lire. Cette dernière évoque avec toujours autant de finesse et de nuances les forts sujets qui lui tiennent à cœur comme la condition de la femme, les différences des mœurs ainsi que les conséquences que peut porter sur une personne l’hypocrisie sociale de l’époque. Grâce à toute la justesse de sa plume et à l’image de Thomas Hardy qui évoque les mêmes sujets avec son roman Tess d’Uberville, j’ai apprécié que l’auteure ne tombe nullement dans la caricature ou le mélodrame. Le résultat reste fortement pertinent et pourrait encore ce juxtaposer à notre époque ce qui lui confère une dimension assez probante. Cette subtilité, l’auteure l’a doit avant tout grâce à sa méticuleuse fresque sociale qu’Elizabeth Gaskell dépeint avec lucidité et perspicacité. C’est pourquoi, j’ai autant adoré que détesté les nombreux personnages peuplant ce roman social aussi délicieux que pertinent à découvrir. Ainsi et sans être aussi sarcastique et acerbe que Nord et Sud, ce roman social, porté par une héroïne touchante, n’en est pas moins une subtile et juste critique de la société de l’époque en ce qui concerne la place des femmes et plus particulièrement celle des mères célibataires au sein d’un monde puritain et patriarcal dans lequel Ruth parviendra à s’élever avec rédemption.
    Lire la suite
    En lire moins
  • DB18 Posté le 26 Mai 2021
    Un roman d'une auteure du XIX e siècle qui m'était inconnue. Un mélange entre Jane Austen pour les réunions entre amis dans des riches demeures, et Dickens au sujet de la pression sociale, de la misère et des rebondissements dramatiques. On suit le personnage de Ruth le plus long de sa vie, et comment elle va tenter de cacher à ses proches et son fils la honte qu'elle a éprouvé dans sa jeunesse, à cause du manipulateur M. Bellingham. C'est une histoire très prenante. Seul bémol pour moi: c'est un roman particulièrement religieux, ou chaque chapitre a son lot de "Qu'Il me donne la force de continuer" , "Je ferais selon la volonté du Seigneur", "Je ne suis plus digne de rentrer sans une église, aux yeux de Dieu, maintenant que j'ai péché." En général cela ne me dérange pas mais c'était tellement abondant dans ce roman que ça a pu m'irriter un peu...
  • Lapiuta62 Posté le 12 Mars 2021
    19e siècle, Angleterre. Ruth est une jeune orpheline. A l’âge de 16 elle tombe amoureuse d’un jeune gentleman qui la séduit, l’amène au pays de Galles avant de l’abandonner. Très vite Ruth apprend qu’elle est enceinte, suite à cela elle va rencontrer M.Benson et sa sœur qui vont la prendre sous leur aile et l’aider. On va suivre la vie de Ruth dans une période qui considère qu’être enceinte sans être mariée est un déshonneur absolu ; l’auteur nous décrit la vie et les habitudes de cette époque. J’ai beaucoup aimé ce roman car l’histoire est bien menée et surtout comme l’auteur décrit fidèlement la réalité de son temps, cela me permet de voyager et d’être transportée dans une autre époque.
  • Clelie22 Posté le 13 Février 2021
    Ruth, jeune orpheline de 16 ans, est apprentie chez une couturière. Un soir, à un bal où elle est employée à raccommoder les robes maltraitées par la danse, elle est remarquée par le riche, jeune et beau M. Bellingham. Remis en présence de Ruth quelques jours plus tard, il cherche bientôt toutes les occasions de la voir et de passer du temps avec elle. La naïve Ruth ne se rend pas compte de l'inconvenance de la situation jusqu'à ce que sa patronne les surprenne ensemble et la renvoie sans autre forme de procès. Ruth est emmenée à Londres par M. Bellingham qui fait d'elle sa maîtresse. Mais la mère du jeune homme, scandalisée par cette situation, profite d'une maladie qui terrasse M. Bellingham pour le séparer de Ruth. Abandonnée, déshonorée, Ruth trouvera heureusement des âmes charitables pour l'aider mais son péché de jeunesse pourrait la rattraper et la faire mettre au ban de la société. J’ai lu Ruth très peu de temps après un autre texte d’Elizabeth Gaskell : Lisette Leigh. J’ai tout de suite été frappée par les nombreux points communs entre les deux histoires. Il semble que la question des filles-mères, séduites puis abandonnées touchait vivement l’auteure de Nord... Ruth, jeune orpheline de 16 ans, est apprentie chez une couturière. Un soir, à un bal où elle est employée à raccommoder les robes maltraitées par la danse, elle est remarquée par le riche, jeune et beau M. Bellingham. Remis en présence de Ruth quelques jours plus tard, il cherche bientôt toutes les occasions de la voir et de passer du temps avec elle. La naïve Ruth ne se rend pas compte de l'inconvenance de la situation jusqu'à ce que sa patronne les surprenne ensemble et la renvoie sans autre forme de procès. Ruth est emmenée à Londres par M. Bellingham qui fait d'elle sa maîtresse. Mais la mère du jeune homme, scandalisée par cette situation, profite d'une maladie qui terrasse M. Bellingham pour le séparer de Ruth. Abandonnée, déshonorée, Ruth trouvera heureusement des âmes charitables pour l'aider mais son péché de jeunesse pourrait la rattraper et la faire mettre au ban de la société. J’ai lu Ruth très peu de temps après un autre texte d’Elizabeth Gaskell : Lisette Leigh. J’ai tout de suite été frappée par les nombreux points communs entre les deux histoires. Il semble que la question des filles-mères, séduites puis abandonnées touchait vivement l’auteure de Nord et Sud. Surtout, ce qui semble préoccuper le plus Elizabeth Gaskell, c’est l’attitude des “bonnes gens” à l’égard de ces très jeunes femmes, considérées comme perdues, corrompues et à l’influence potentiellement pernicieuse pour la vertu des autres jeunes filles. Elizabeth Gaskell se positionne clairement dans le camp de la compassion et pointe la cruauté des gens qui, sous prétexte de vertu, jettent ces pauvres filles et leurs enfants dans la misère et l’abandon avec toute la déchéance que cela entraîne. Ruth a heureusement plus de chance que la malheureuse Lisette Leigh. La générosité et la bienveillance de M. Benson, un pasteur, vont lui permettre de reprendre pied et de mener une vie vertueuse et honorable jusqu’à ce que son secret soit découvert. Malheureusement, beaucoup de chrétiens semblent avoir oublié que, si elle condamne le péché, la Bible lui oppose non le rejet mais le pardon et la grâce. Le contexte dans lequel se déroule cette histoire et le rôle central qu’y joue un pasteur dissident font que ce roman accorde une grande place à des réflexions d’ordre “religieux”, ce qui pourrait froisser certains lecteurs ou, au moins, leur passer un peu au-dessus de la tête. En ce qui me concerne, c’est ce qui m’a le plus intéressée dans ce roman. Son propos devait sembler très révolutionnaire à son époque. Ces préoccupations peuvent paraître complètement démodées à notre époque où l’on envisage d’autoriser la PMA pour toutes. Cependant, le fond de sa réflexion sur l’attitude que l’on peut avoir envers ceux qui ont “fauté” une fois, parfois malgré eux, et sur les conséquences que notre intransigeance peut avoir reste toujours d’actualité. Si l’intrigue s’avère un peu molle, pas très prenante et captivante, en revanche, la galerie de personnages que nous présente Elizabeth Gaskell est vraiment intéressante par sa richesse, ses nuances... Elle sait très bien décortiquer l’égoïsme de M. Bellingham, l’intransigeance de M. Bradshaw, le tempérament épidermique de Gemima, la fausse dureté de Miss Benson, etc. Elizabeth Gaskell fait preuve d’une acuité digne de Jane Austen, l’acidité en moins. L’inconvénient, c’est qu’au milieu de tous ces personnages si divers, Ruth a un peu de mal à ressortir vraiment. Finalement, ce roman éponyme ne s’intéresse pas tant au personnage féminin principal qu’à l’attitude de tous ceux qui gravitent autour d’elle. En résumé : le fond “philosophique” de l’histoire m’a bien plu mais l’intrigue elle-même manque un peu de souffle, ce qui donne un roman intéressant mais pas inoubliable. Challenge solidaire 2021
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés