En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        SPQR. Histoire de l'ancienne Rome.

        Perrin
        EAN : 9782262048716
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 450
        Format : 165 x 240 mm
        SPQR. Histoire de l'ancienne Rome.

        Date de parution : 13/10/2016
        Véritable phénomène : LA synthèse qui révise l'histoire de Rome, de sa fondation à sa chute, par une immense historienne anglaise.

        L’ancienne Rome continue de soutenir l’édifice de la culture occidentale, de façonner notre vision du monde et la place que nous y occupons. Mais comment et pourquoi ce qui n’était qu’un village insignifiant dans le centre de l’Italie a-t-il pu devenir une puissance à ce point dominante, exerçant son autorité...

        L’ancienne Rome continue de soutenir l’édifice de la culture occidentale, de façonner notre vision du monde et la place que nous y occupons. Mais comment et pourquoi ce qui n’était qu’un village insignifiant dans le centre de l’Italie a-t-il pu devenir une puissance à ce point dominante, exerçant son autorité sur un vaste territoire déployé à travers trois continents et façonnant nombre de nos concepts fondamentaux sur le pouvoir, la citoyenneté, la guerre, l’empire, le luxe ou la beauté ? Pour y répondre, Mary Beard retrace mille ans d’histoire de l’Urbs, du mythe fondateur de Romulus et Remus à l’édit de l’empereur Caracalla offrant la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l’empire (IIIe siècle).
        Ce faisant, l’auteur conteste les perspectives historiques confortables, refusant l’admiration simpliste ou la condamnation systématique. Elle montre que l’histoire romaine, loin d’être figée dans le marbre, est constamment révisée en fonction de nouvelles connaissances. Rome ne fut pas, par exemple, le petit frère violent de la Grèce, féru d’efficacité militaire, là où son aînée aurait au contraire privilégié la recherche intellectuelle. De célèbres personnages – Cicéron, César, Cléopâtre, Auguste et Néron – prennent ainsi une tout autre couleur, tandis que les acteurs négligés dans les histoires traditionnelles – les femmes, les esclaves et affranchis, les conspirateurs et, globalement, ceux qui ne sont pas du côté des vainqueurs – retrouvent leur place dans l’éblouissante aventure romaine.
        SPQR – Senatus PopulusQue Romanus – est l’abréviation qu’utilisent les Romains pour désigner leur État. À travers ce livre exceptionnel, ponctué par une centaine d’illustrations, le Sénat et le Peuple de Rome reprennent vie.
         

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782262048716
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 450
        Format : 165 x 240 mm
        Perrin
        26.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Torellion Posté le 17 Novembre 2017
          Mary Beard se lance dans l'exercice difficile d'une énième Histoire de Rome, avec son SPQR publié aux éditions Perrin. C'est plutôt réussi. Borné à l'assassinat de Cicéron jusqu'aux bains de Caracalla, ce pavé dans la mare romaine de 545 pages est bien écrit et accessible. L'auteure a pris le parti de désacraliser l'histoire de l'Urbs en remettant les pieds sur terre de tous ces historiens à l'imagination flamboyante. Et oui, nous ne savons encore que peu de choses de l'histoire des empereurs des deux premiers siècles de notre ère, et surtout nous ne connaissons que le point de vue si cher à César, celui des vainqueurs. C'est richement illustré, tant par l'iconographie que par les exemples. C'est fluide, c'est clair et c'est surtout bien amené. On a un peu peur au début, et on se demande où on va mais au fil des pages l'histoire prend sens et c'est un véritable plaisir que de relire les aventures de cette bourgade italienne devenu centre du monde. A lire !
        • Scriba Posté le 10 Juillet 2017
          Livre érudit et très complet sur les dernières découvertes concernant la Rome antique. Ayant énormément d'informations, je l'ai lu en 3 fois en étant à chaque fois happée par la plume de l'auteur. Une interprétation des faits et de l'utilité à se repancher sur cette période des plus salutaires et extrêmement intéressante.
        • Bernardus Posté le 23 Janvier 2017
          Résumer mille ans d’une histoire riche et mouvementée, dans un livre de 450 pages, est un exercice qui a forcément ses limites et empêche de trop disserter. Mais Mary Beard s’en sort parfaitement et nous livre un livre passionnant, destiné aux amateurs d’antiquité comme aux néophytes. Rome a façonné en partie ce que nous sommes aujourd’hui, de manière superficielle, comme dans le nom des mois (Aout, le mois d’Auguste, Juillet de Julius Caesar…) et plus profondément au niveau culturel et politique (nous avons aussi nos sénateurs). Les vestiges romains les plus importants ne sont donc pas forcément dans les bâtiments tels que le Colisée, le Panthéon ou le pont du Gard, mais au fond de nous. Étonnement, l’auteure choisit de commencer son histoire par la conjuration de Catalina matée par Cicéron. Épisode emblématique pour elle de l’histoire et de la violence à Rome. Nous partons ensuite dans la grande aventure romaine, depuis sa fondation, en passant par la royauté, la République, les guerres civiles et la naissance de l’Empire. Dans l’ensemble, le récit est bien mené. Tous les aspects importants de l’histoire romaine sont traités, sans jamais donner l’impression de juste les survoler. L’auteure s’appuie sur les écrits antiques et... Résumer mille ans d’une histoire riche et mouvementée, dans un livre de 450 pages, est un exercice qui a forcément ses limites et empêche de trop disserter. Mais Mary Beard s’en sort parfaitement et nous livre un livre passionnant, destiné aux amateurs d’antiquité comme aux néophytes. Rome a façonné en partie ce que nous sommes aujourd’hui, de manière superficielle, comme dans le nom des mois (Aout, le mois d’Auguste, Juillet de Julius Caesar…) et plus profondément au niveau culturel et politique (nous avons aussi nos sénateurs). Les vestiges romains les plus importants ne sont donc pas forcément dans les bâtiments tels que le Colisée, le Panthéon ou le pont du Gard, mais au fond de nous. Étonnement, l’auteure choisit de commencer son histoire par la conjuration de Catalina matée par Cicéron. Épisode emblématique pour elle de l’histoire et de la violence à Rome. Nous partons ensuite dans la grande aventure romaine, depuis sa fondation, en passant par la royauté, la République, les guerres civiles et la naissance de l’Empire. Dans l’ensemble, le récit est bien mené. Tous les aspects importants de l’histoire romaine sont traités, sans jamais donner l’impression de juste les survoler. L’auteure s’appuie sur les écrits antiques et sur les découvertes archéologiques. Ceux-ci sont judicieusement replacés dans leur contexte et cela nuance leur importance. Par exemple, il faut toujours garder à l’esprit que les écrivains de l’antiquité sont presque tous des sénateurs et que nous voyons donc cette période avec leurs yeux et leurs préjugés. Mais aussi que les plus anciens écrits qui nous soient parvenus remontent seulement à 200 avant J-C. Pour les périodes antérieures, il faut interroger et surtout interpréter l’archéologie, ce qui est parfois ardu. Nous suivons donc l’évolution de cette modeste cité italienne, qui au fil des siècles et des conquêtes, s’agrandit et finit par devenir un véritable empire. Cette expansion s’accompagne de mutations sociologiques et politiques qui ont permis à Rome d’évoluer, de s’adapter et de simplement continuer à exister. L’histoire romaine, c’est surtout des conflits, souvent de grande intensité, qui auraient pu emporter la cité. Au niveau interne, il s’agit de l’opposition constante entre les populares et les optimates, les luttes intenses pour le pouvoir et le choc des ambitions. A l’extérieur, il y eut les guerres de conquêtes qui commencèrent contre les voisins italiens, puis contre les Carthaginois et les Grecs pour se terminer par la domination de l’ensemble du bassin méditerranéen. Le point culminant de ces conflits fut le premier siècle avant J-C. Ce siècle verra se bousculer des figures telles que César, Pompée, Crassus, Cicéron, Marc-Antoine ou Auguste et débouchera sur un pouvoir fort et autocratique : l’Empire. Pour vous, qui est le premier empereur ? Pour Mary Beard, ça ne fait pas de doutes, ce fut Pompée. Cependant, le premier qui réussit à éliminer tous ses rivaux et à imposer son autorité fut l’héritier de César, c’est-à-dire Auguste. Là se situe à mes yeux, la grande césure (cæsura en latin) dans l’histoire romaine. La grande Histoire côtoie aussi d’éclairantes anecdotes sur la vie quotidienne. Pour prendre un exemple amusant, à Rome les riches mangeaient habituellement chez eux et les pauvres à l’extérieur, dans les thermopolia, le fast-food de l’époque. De nos jours, le fast-food existe toujours pour les pauvres, mais ce sont plutôt les riches qui vont manger à l’extérieur, au restaurant. Étrange inversion. Nous nous plongeons également dans le rôle des femmes, du mariage ou le rapport à la mort et à l’argent. Ce livre comporte cependant quelques errements. Imaginer la confrontation des légions romaines avec les phalanges d’Alexandre, c’est intéressant, mais c’est de l’histoire-fiction. Surtout quand on imagine une victoire des légions, ce qui est très discutable. La conclusion du livre est aussi plutôt légère, même si Mary Beard rappelle que Rome ne disparaitra finalement qu’en 1453, avec la chute de Constantinople. Mais cela sera peut-être l’objet d’un autre ouvrage. En bref, ce livre vaut vraiment la peine d’être lu. https://www.facebook.com/romegreceantique/
          Lire la suite
          En lire moins
        • Florel Posté le 20 Novembre 2016
          Je n’aurais jamais pensé qu’il m’aurait fallu à peu près 15 jours pour lire ce livre. J’étais bien partie, j’étais aux anges quand j’ai commencé ce livre qui me replaçait l’histoire romaine dans un ensemble ; en voyageant dans les premiers temps de la royauté avec Romulus, dans la République et en m’arrêtant au 3ème siècle (qui correspond à un certain déclin), j’allais enfin avoir une belle grosse vision de cet empire qui commença bien avant le régime d’Auguste ; et je l’ai eu !!! Mais c’était sans compter sur la lassitude de lire des longs passages sur l’histoire politique romaine qui m’étaient déjà connus, ce qui correspond grosso-modo dans le livre aux frères Gracchus, Marius et Sylla, les 2 triumvirats, la dynastie Julio-Claudienne. Alors je ne dis pas que je connaissais tout, même dans certains de ces passages j’ai découvert des choses très intéressantes sur la politique, mais pour le plus gros c’était déjà du connu, du coup j’avoue que dans ces cas-là j’ai eu du mal à avancer car je n’avais plus trop le plaisir de la découverte. Ce plaisir de la découverte que j’ai eu en lisant la naissance de Rome, les rois oubliés, le conflit entre Cicéron et... Je n’aurais jamais pensé qu’il m’aurait fallu à peu près 15 jours pour lire ce livre. J’étais bien partie, j’étais aux anges quand j’ai commencé ce livre qui me replaçait l’histoire romaine dans un ensemble ; en voyageant dans les premiers temps de la royauté avec Romulus, dans la République et en m’arrêtant au 3ème siècle (qui correspond à un certain déclin), j’allais enfin avoir une belle grosse vision de cet empire qui commença bien avant le régime d’Auguste ; et je l’ai eu !!! Mais c’était sans compter sur la lassitude de lire des longs passages sur l’histoire politique romaine qui m’étaient déjà connus, ce qui correspond grosso-modo dans le livre aux frères Gracchus, Marius et Sylla, les 2 triumvirats, la dynastie Julio-Claudienne. Alors je ne dis pas que je connaissais tout, même dans certains de ces passages j’ai découvert des choses très intéressantes sur la politique, mais pour le plus gros c’était déjà du connu, du coup j’avoue que dans ces cas-là j’ai eu du mal à avancer car je n’avais plus trop le plaisir de la découverte. Ce plaisir de la découverte que j’ai eu en lisant la naissance de Rome, les rois oubliés, le conflit entre Cicéron et Catilina, la vie du petit peuple ou encore en lisant l’approche démystificatrice que Mary Beard a eu sur la fondation de cette ville, de ses institutions, de cet empire. En effet la République Romaine avaient tendance à tout faire remonter au temps de la création ou chose étrange au temps de la royauté détesté, Mary Beard va réguler cette vision en mettant en avant les incohérences des discours et dû au temps. Bref. Comme vous le voyez, l’auteure a eu une approche approfondie mais aussi élargie de l’histoire romaine. On peut dire qu’elle n’a pas eu peur d’écrire ! Et je dis tant mieux ! Car malgré le fait que ce fut une lecture en dent de scie et malgré le fait que je me tape déjà des heures et des heures d’histoire dans le cadre de mes cours, j’ai adoré ce livre qui a donné une vision d’ensemble à mes cours d’histoire romaine - où la citoyenneté, le contact centre-périphérie, etc. est plus qu’abordé -, qui m’a fait découvrir des choses nouvelles et qui m’a même aidé à mieux cerner certaines notions. Mais au-delà de l’approche étudiante que j’ai pu avoir, j’ai aussi apprécié ce livre pour son histoire certes, mais aussi pour son approche et son écriture. Mary Beard a le don d’une conteuse et sait approcher l’histoire sous différents angles (pauvre, riche, femme, esclaves, SPQR...) et surtout sans parti pris. Ici point de débordement pour tel ou tel personnage ou événement, j’ai trouvé que l’auteure gardait un regard neutre sur son histoire romaine et aussi un regard sincère sur l’Empire Romain. Elle ne le diabolise ni le porte aux nues, elle remet juste les choses en ordre. En résumé, c’était une lecture passionnante malgré quelques défauts de passion chez-moi, mais cependant je ne conseille pas ce livre à ceux qui ne connaissent rien à l’histoire romaine, même si l'auteure prend le temps de tout éclairer et d'expliquer par plusieurs exemples, je pense qu’il vaut mieux avoir quelques bonnes connaissances dans le domaine pour ne pas s’endormir devant ce pavé où se perdre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Elvynaa Posté le 13 Novembre 2016
          En voilà un bel ouvrage "illustré" qui pèse ses 545 Pages. Mary Beard nous offre un condensé brillant, pointu de sa vision de la création de la Rome antique. Dès les premières pages, nous pouvons nous renseigner visuellement grâce à des cartes détaillées sur : - L'ancienne Rome et ses voisins - le paysage de la ville de Rome (forum, temples) - L'Italie Romaine - La ville de Rome durant la période impériale Le professeur décide de se concentrer non pas sur la chute de Rome ou sur son déclin mais bien à sa dite naissance selon certains mythes. Son ouvrage début donc donc en 63 avant J.C, en Rome Antique avec "L'heure de Gloire de Cicéron", célèbre dirigeant romain et son combat pour le pouvoir face à Lucius Sergius Catilina, un homme tristement inconnu, ruiné, fomenteur d'un sérieux complot "visant à assassiner les responsables élus de Rome et à renverser l'état des choses". Elle nous décrypte l'anagramme si connu, SPQR "Senatus PopulusQue Romanus", le principe politique d'un pouvoir tenu par le Sénat alors constitué de 600 membres, tous des hommes bien sûr, pour le Peuple romain au Ier siècle av J.C. Elle nous présente l'affrontement des deux opposants politiques en lice pour le pouvoir devant le Sénat... En voilà un bel ouvrage "illustré" qui pèse ses 545 Pages. Mary Beard nous offre un condensé brillant, pointu de sa vision de la création de la Rome antique. Dès les premières pages, nous pouvons nous renseigner visuellement grâce à des cartes détaillées sur : - L'ancienne Rome et ses voisins - le paysage de la ville de Rome (forum, temples) - L'Italie Romaine - La ville de Rome durant la période impériale Le professeur décide de se concentrer non pas sur la chute de Rome ou sur son déclin mais bien à sa dite naissance selon certains mythes. Son ouvrage début donc donc en 63 avant J.C, en Rome Antique avec "L'heure de Gloire de Cicéron", célèbre dirigeant romain et son combat pour le pouvoir face à Lucius Sergius Catilina, un homme tristement inconnu, ruiné, fomenteur d'un sérieux complot "visant à assassiner les responsables élus de Rome et à renverser l'état des choses". Elle nous décrypte l'anagramme si connu, SPQR "Senatus PopulusQue Romanus", le principe politique d'un pouvoir tenu par le Sénat alors constitué de 600 membres, tous des hommes bien sûr, pour le Peuple romain au Ier siècle av J.C. Elle nous présente l'affrontement des deux opposants politiques en lice pour le pouvoir devant le Sénat et la représentation que les artistes en ont fait dans leur imaginaire (cf. peinture du 8 novembre de Macari). L'intérêt de l'auteur dans ce livre est de montrer qu'il est difficile d'avoir une simple et unique vérité dans la mesure où la plupart des archives faisant état de cette époque sont principalement des mémoires, écrits et représentations d'hommes politiques, fortunés, avides de pouvoir et ainsi guère objectifs. La femme n'a pas la parole et n'est pas représenté en dehors de la vision qu'en a l'homme. Elle déplore notamment la disparition des mémoires d'Agrippine, soeur de Caligula qui nous aurait permis de lever un peu le voile sur la place de la femme dans la société. L'auteur nous explique notamment l'importance de la monnaie pour faire état de moments de vie tels que le vote, ou encore pour savoir qui est au pouvoir et à quel époque on se situe. En effet, nous avons créé notre propre unité de mesure à partir de la "naissance du Christ", les romains, eux, faisant référence à la personne en charge du pouvoir "le temps où le responsable de l'émission était Longinus". Il avait également un calendrier sur 8 jours, chaque jours avait sa lettre et son événement rattaché (jour de marché, de procession, de réunion...). Mary Beard revient sur le mythe soi-disant fondateur de Rome à savoir l'abandon de Remus et Romulus, recueillis et allaités par une louve et sur l'importance que ce mythe a dans l'imaginaire européen au point d'oublier qu'il existait déjà des civilisations plus archaïques sur la colline de Rome. En effet, l'auteur revient sur l'exhumation de caveaux funéraires datant d'au moins 500 voire 700 avant J.C sous le sol romain. L'auteur nous explique également la ressemblance importante qui co-existe dans la littérature, l'art, l'architecture et l'imaginaire romain avec la Grèce. Ainsi, elle cite le mythe d'Enée sur fond d"Illiade" d'Homère pour expliquer que l'origine de Rome reste floue même à une époque où la science permet de dater précisément l'âge de certain matériaux grâce au carbone 14 ou aux carottes glaciaires. L'auteur se concentre sur une période moins étudié de la Rome antique à savoir la période monarchique qu'a connue Rome et son évolution politique et architecturale. Elle nous présente donc la dynastie des rois de Rome à commencer par les "Tarquin" (Le Superbe, l'Ancien), ces rois "étrusques". Elle explique de quelles manières ils ont participé notamment par leurs chutes à la libération du peuple, à l'avènement d'une République et donc de leurs droits (au peuple) et également à la construction d'une ville romaine en tant que telle avec son forum, ses temples, ses marchés. Ainsi, si vous appréciez l'imaginaire romain et que vous souhaitez approfondir ou découvrir la vraie histoire de la naissance de Rome et de nourrir votre curiosité visuelle et mentale, cet ouvrage est pour vous ! Ne soyez pas découragés par la masse que représente ce livre, il se lit très facilement ! L'auteur a su se mettre aux niveaux des plus novices en la matière et vulgarise avec brio l'histoire de cette ville, de cet empire en corroborant ses dires avec des citations, des photos et schémas. En soit, un ouvrage complet à mettre dans toutes les mains des passionnés d'histoire.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        Le chef d'oeuvre s'impose, sans que le travail colossal qui l'a produit n'apparaisse.
        L'Histoire
        INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
        Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com