Lisez! icon: Search engine
Cherche midi
EAN : 9782749164281
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm
Nouveauté

Tout ira bien

Caroline NICOLAS (Traducteur)
Collection : Ailleurs
Date de parution : 27/08/2020
Un roman qui va changer votre façon de voir le monde.
1901. Afrique du Sud. Une guerre sans merci oppose l’armée britannique et les premiers colons. Sarah van der Watt et son fils sont emmenés de force dans un camp de détention. La dernière chose que voit Sarah, tandis que les soldats anglais mettent le feu à leur ferme, est sa... 1901. Afrique du Sud. Une guerre sans merci oppose l’armée britannique et les premiers colons. Sarah van der Watt et son fils sont emmenés de force dans un camp de détention. La dernière chose que voit Sarah, tandis que les soldats anglais mettent le feu à leur ferme, est sa précieuse bibliothèque réduite en cendres. À leur arrivée au camp, le commandant se veut rassurant. C’est pour leur sécurité que les habitants ont été regroupés, on leur assure que « tout ira bien ». Dans les faits, c’est la naissance du premier camp de concentration de l’histoire…

2010. Willem, 16 ans, ne veut qu’une chose dans la vie, rester seul avec ses livres et son chien, et demande qu’on lui fiche la paix. Inquiets pour lui, sa mère et son beau-père l’envoient au camp « Aube Nouvelle », où on accueille des garçons pour en faire des hommes. Virils. Ici, lui assure-t-on, « tout ira bien ».

Ce qui lie ces deux drames ? Il faudra se plonger dans ces pages bouleversantes, vibrantes de colère et d’espoir, pour le découvrir.

Tout ira bien, dont le Guardian a loué « la sagesse et l’infinie poésie », célèbre les forces de ténacité et de résilience de l’esprit humain, dans un monde où l’histoire se répète, le plus souvent pour le pire.

« Un premier roman plein de sagesse et de compassion… Poignant ! »
The Guardian

« On tremble pour chacun des protagonistes. Aussi haletant que déchirant ! »
Maggie O’Farrell

Rentrée littéraire 2020 

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782749164281
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 384
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

"Une vérité méconnue, qui a laissé des traces et que Damian Barr nous livre avec justesse et compassion, dans une écriture magnifique. Une histoire déchirante que vous n'êtes pas prêts d'oublier"

 
Catherine Zafonte / Librairie Montbarbon

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ledevorateur Posté le 3 Septembre 2020
    Tout ira bien est le premier roman traduit en français de l'écrivain britannique Damian Barr. Il y mêle deux histoires : celle des camps de concentration britanniques en Afrique du Sud dans lesquels étaient parqués les Boers au début du XXe siècle et celle de Willem, un garçon sensible envoyé dans un camp de rééducation en 2010 pour faire de lui un homme. Deux horribles drames qu'il est important de ne pas oublier. J’ai beaucoup aimé les histoires de Tout ira bien et le parallèle fait entre la deuxième guerre des Boers et l’Afrique du Sud d’aujourd’hui. De ce point du vue, je pense que le roman est très bien construit. J’ai également beaucoup appris en lisant ce roman et il était grand temps parce que j’ignorais tout ou presque des événements racontés dans ce livre. Cependant, je suis un peu resté sur ma fin. Tout d’abord parce que l’écriture ne m’a jamais emporté. Damian Barr est également journaliste, et je trouve que ça se sent dans la façon dont les événements sont racontés. Il manquait pour moi de l’émotion chez chaque personnage. Pas assez de colère, de tristesse. Ensuite et ceci est très personnel : je n’aime pas trop quand des... Tout ira bien est le premier roman traduit en français de l'écrivain britannique Damian Barr. Il y mêle deux histoires : celle des camps de concentration britanniques en Afrique du Sud dans lesquels étaient parqués les Boers au début du XXe siècle et celle de Willem, un garçon sensible envoyé dans un camp de rééducation en 2010 pour faire de lui un homme. Deux horribles drames qu'il est important de ne pas oublier. J’ai beaucoup aimé les histoires de Tout ira bien et le parallèle fait entre la deuxième guerre des Boers et l’Afrique du Sud d’aujourd’hui. De ce point du vue, je pense que le roman est très bien construit. J’ai également beaucoup appris en lisant ce roman et il était grand temps parce que j’ignorais tout ou presque des événements racontés dans ce livre. Cependant, je suis un peu resté sur ma fin. Tout d’abord parce que l’écriture ne m’a jamais emporté. Damian Barr est également journaliste, et je trouve que ça se sent dans la façon dont les événements sont racontés. Il manquait pour moi de l’émotion chez chaque personnage. Pas assez de colère, de tristesse. Ensuite et ceci est très personnel : je n’aime pas trop quand des événements réels (ici l’histoire de Raymond Buys) sont réutilisés dans un roman. Je m’interroge à chaque fois : raconter la véritable histoire de Raymond Buys n’aurait-il pas suffit ? Avant d’écrire Tout ira bien, Damian Barr avait déjà écrit un article dans The Guardian sur son voyage en Afrique du Sud pour couvrir le drame. Après l’avoir lu, j’ai un peu l’impression que le roman n’est en fait qu’une longue réécriture romancée de cet article.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sangpages Posté le 2 Septembre 2020
    De 1901 à aujourd'hui, une immersion totale et intégrale dans cette fabuleuse Afrique du Sud. Le récit d'un pays au travers de différents personnages: de Sarah la fermière déportée dans le camp de Bloemfortein en pleine guerre des Boers à Rayna, sa fille Irma et Willem son petit fils. Des conflits à l'apartheid, du changement à l'insécurité, des dizaines d'années d'histoire tumultueuse d'un pays, brillamment décrites. Je ne peux qu'avouer mon ignorance quant aux conflits qui ont secoué ce pays au début du 20ème siècle. Le récit de Sarah a donc été, pour moi, particulièrement bouleversant. Un récit au travers de son journal, de son carnet bleu sur lequel elle écrit à son mari. Un récit à l'émotionnel puissant qui te raconte des faits historiques non pas sous forme de dates ou de faits mais sous forme d'émotions pures et dures.  C'est clairement la partie que j'ai préférée bien que ce soit un tout. Un véritable choc générationnel qui pourtant se retrouve d'une manière ou d'une autre au fil des pages, au fil des années. Une première génération qui n'avait pas le choix, qui s'est retrouvée parquée dans des camps contrairement à une génération actuelle qui paye pour y mettre ses enfants. Une boucle... De 1901 à aujourd'hui, une immersion totale et intégrale dans cette fabuleuse Afrique du Sud. Le récit d'un pays au travers de différents personnages: de Sarah la fermière déportée dans le camp de Bloemfortein en pleine guerre des Boers à Rayna, sa fille Irma et Willem son petit fils. Des conflits à l'apartheid, du changement à l'insécurité, des dizaines d'années d'histoire tumultueuse d'un pays, brillamment décrites. Je ne peux qu'avouer mon ignorance quant aux conflits qui ont secoué ce pays au début du 20ème siècle. Le récit de Sarah a donc été, pour moi, particulièrement bouleversant. Un récit au travers de son journal, de son carnet bleu sur lequel elle écrit à son mari. Un récit à l'émotionnel puissant qui te raconte des faits historiques non pas sous forme de dates ou de faits mais sous forme d'émotions pures et dures.  C'est clairement la partie que j'ai préférée bien que ce soit un tout. Un véritable choc générationnel qui pourtant se retrouve d'une manière ou d'une autre au fil des pages, au fil des années. Une première génération qui n'avait pas le choix, qui s'est retrouvée parquée dans des camps contrairement à une génération actuelle qui paye pour y mettre ses enfants. Une boucle qui se boucle d'une bien triste façon et qui laisse matière à réflexion qui ne s'applique pas seulement à ce pays-là mais à toute notre société. Une plume magnifique, une construction rudement bien foutue, quelques longueurs mais cela ne tient qu'à moi. C'est à découvrir sans tarder !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lalitote Posté le 21 Août 2020
    Coup de cœur pour ce premier roman incisif qui se déroule en 1901, en Afrique du Sud, pour lequel il a fallu cinq années d’écriture à Damian Barr. Il nous livre un travail excellemment bien documenté sur La guerre des Boers prononcer « bour », le terme de Boer se traduit en néerlandais par fermier. Il met en lumière le rôle du gouvernement britannique dans la création de camps de concentration pour blancs mais pas seulement et du racisme ainsi exacerbé qui marque encore de nos jours l’Afrique du Sud. On va suivre la terrible histoire de Sarah van der Watt et de son fils contrainte de quitter sa ferme, les soldats anglais pratiquant la politique de la terre brûlée, il ne restait que des cendres après leur passage. Cent ans plus tard nous suivrons l’histoire de Willem, 16 ans qui ne correspond pas à l’image que sa mère et son beau-père attendent de lui. Il sera envoyé dans le camp « Aube Nouvelle » afin de faire de lui un homme, un vrai ! L’auteur a choisi une approche en plusieurs parties et non de passer d’un personnage à l’autre, d’un chapitre à l’autre. Il, nous a ainsi... Coup de cœur pour ce premier roman incisif qui se déroule en 1901, en Afrique du Sud, pour lequel il a fallu cinq années d’écriture à Damian Barr. Il nous livre un travail excellemment bien documenté sur La guerre des Boers prononcer « bour », le terme de Boer se traduit en néerlandais par fermier. Il met en lumière le rôle du gouvernement britannique dans la création de camps de concentration pour blancs mais pas seulement et du racisme ainsi exacerbé qui marque encore de nos jours l’Afrique du Sud. On va suivre la terrible histoire de Sarah van der Watt et de son fils contrainte de quitter sa ferme, les soldats anglais pratiquant la politique de la terre brûlée, il ne restait que des cendres après leur passage. Cent ans plus tard nous suivrons l’histoire de Willem, 16 ans qui ne correspond pas à l’image que sa mère et son beau-père attendent de lui. Il sera envoyé dans le camp « Aube Nouvelle » afin de faire de lui un homme, un vrai ! L’auteur a choisi une approche en plusieurs parties et non de passer d’un personnage à l’autre, d’un chapitre à l’autre. Il, nous a ainsi épargné une gymnastique bien souvent fastidieuse. J’ai été captivée par la première partie qui nous présente les débuts de Sarah et de son fils dans le camp. Les suivantes l’étaient toutes autant. Une belle écriture tout en sincérité vient nous cueillir par les sentiments. Le choix des personnages et leurs caractères bien trempés est émouvant, ils font preuve d’une sagesse et d’une clairvoyance face aux épreuves qui les attendent qui m’a bien souvent bouleversée. Relier les deux récits alors qu’ils ne semblent pas y avoir de dénominateur commun est exécuté brillamment. Je me suis sentie très proche de Willem, sont parcours était déchirant et sa personnalité attachante et sensible m’a retourné. Je pense que les personnages vont m’accompagner encore longtemps. Bonne lecture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Yuyine Posté le 9 Août 2020
    Très clairement, si vous prenez le titre au premier degré et que vous espérez un peu de lueur d’espoir, passez votre chemin. Tout ira bien est un roman contant deux histoires vraiment tragiques qui rappellent combien l’humain peut être cruel envers ses semblables pour des différences aussi absurdes qu’une couleur de peau, qu’une origine ou qu’une sexualité différente. Damian Barr nous emmène en trois parties à la rencontre de deux histoires et deux époques. L’une, en 1901 au coeur de « camps de réfugiés » pendant la Seconde guerre des boers qui a vu mourir de très nombreuses femmes et nombreux enfants prisonniers de ces endroits atroces. Et l’autre en 2010 en compagnie d’un jeune garçon sensible que son beau-père veut voir devenir un homme, un vrai (hum…). Ces deux récits, tout aussi passionnants l’un que l’autre, [...] Pour lire la suite de cette critique, rendez-vous sur yuyine.be!
  • LisaGiraudTaylor Posté le 3 Août 2020
    Bouleversant ! Voici ce que je peux en dire.. On suit deux êtres, l'une pendant la 2nd guerre des Boers, l'autre en 2010... deux êtres balancés dans l'horreur humaine, piétinés, rossés, meurtris, mais dont l'un va influencer, sombrement, la vie de l'autre, dans un pays toujours pas guéri de ses blessures. Un premier roman, fort, touchant, simple mais qui fait froid dans le dos. Ne jamais oublier.

les contenus multimédias

Toute l'actualité du cherche midi éditeur
Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !

Lisez maintenant, tout de suite !