En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Une Mère

        Cherche midi
        EAN : 9782749153018
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 220 mm
        Une Mère

        Vanessa CAPIEU (Traducteur)
        Collection : Ailleurs
        Date de parution : 16/03/2017
        Le roman qui a enflammé l’Espagne.
        Barcelone, 31 décembre. Amalia et son fils Fernando s’affairent en attendant leurs invités. En ce dîner de la Saint-Sylvestre, Amalia, 65 ans, va enfin réunir ceux qu’elle aime. Ses deux filles, Silvia et Emma ; Olga, la compagne d’Emma, et l’oncle Eduardo, tous seront là cette année. Un septième couvert... Barcelone, 31 décembre. Amalia et son fils Fernando s’affairent en attendant leurs invités. En ce dîner de la Saint-Sylvestre, Amalia, 65 ans, va enfin réunir ceux qu’elle aime. Ses deux filles, Silvia et Emma ; Olga, la compagne d’Emma, et l’oncle Eduardo, tous seront là cette année. Un septième couvert est dressé, celui des absents.

        Chacun semble arriver avec beaucoup à dire, ou, au contraire, tout à cacher. Parviendront-ils à passer un dîner sans remous ?
        Entre excitation, tendresse et frictions, rien ne se passera comme prévu.

        Alejandro Palomas brosse avec humour le portrait d’une famille dont les travers font inévitablement écho à nos propres expériences, et celui d’une mère loufoque, optimiste, et infiniment attachante. Une mère profondément humaine, à qui il reste encore quelques leçons à transmettre à ses grands enfants : au cours de cette longue nuit, secrets, mensonges, non-dits et autres révélations familiales vont éclater.

        Prenez place à table. Vous allez être servi !
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782749153018
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 140 x 220 mm
        Cherche midi
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Gaoulette Posté le 15 Janvier 2018
          Un hommage avec plein d'humour et de tendresse pour notre chère maman.... Venez faire la connaissance de la famille plutôt déjantée d'Amelia, ses 3 enfants et son frère cadet lors d'un repas de famille. Vous êtes fan de l'humour Pedro Almodovar, ce roman est fait pour vous. Une mère est une roman en apparence humoristique mais qui fera fondre votre petit cœur. L'auteur nous fait rire sans en oublier les émotions fortes. A travers ce repas de famille pour accueillir la nouvelle année, Alejandro Palomas rend hommage aux mamans tout simplement. Amelia peut sembler caricatural voire pousser à l'extrême dans ses joutes verbales mais on ne peut que l'aimer. Je défie quiconque de ne pas tomber sous son charme. L'auteur véhicule un message très fort qui touchera toute maman. Un roman simple, efficace et punchy. Une famille drôle et attachante. Des très beaux moments de tendresse. Un roman qui donne envie de faire un gros calin à sa maman chérie. Mention spéciale pour Ingrid que j'aurais aimé voir débarquer au repas de famille. Un joli coup de cœur.
        • luocine Posté le 5 Janvier 2018
          Votre réveillon 2017 est terminé ? Venez partager celui de la famille d’Amalia à Barcelone ! Quel bon moment de lecture ! Si vous voulez un dépaysement total, un voyage au delà des Pyrénées, dans une famille où les non-dits font tenir l’ensemble. Invitez-vous à la table d’Amalia pour ce réveillon mémorable. Vous ferez la connaissance de son fils, Fernando, le narrateur qui doit avoir beaucoup points communs avec l’auteur. De sa fille Sylvia, celle qui essaie de réparer toutes les impasses dans lesquelles sa mère fonce tête baissée en n’écoutant que son grand cœur. Elle évitera par exemple que le père du clan des roumains dont elle héberge une jeune ne lui vole tous ses biens. Vous connaîtrez Emma qui vit avec Olga. Cette dernière vous fera pouffer de rire plus d’une fois, dépourvue totalement du moindre sens de l’humour, elle prend tout et raconte tout au premier degré, dans cette famille où le moindre propos cache un océan de secrets enfouis, ses regards ahuris et ses discours simplistes font beaucoup pour le rire à la lecture de ce roman, celui, par exemple, que vous aurez quand Amalia veut aider son frère Eduardo « à sortir du placard ». Comme... Votre réveillon 2017 est terminé ? Venez partager celui de la famille d’Amalia à Barcelone ! Quel bon moment de lecture ! Si vous voulez un dépaysement total, un voyage au delà des Pyrénées, dans une famille où les non-dits font tenir l’ensemble. Invitez-vous à la table d’Amalia pour ce réveillon mémorable. Vous ferez la connaissance de son fils, Fernando, le narrateur qui doit avoir beaucoup points communs avec l’auteur. De sa fille Sylvia, celle qui essaie de réparer toutes les impasses dans lesquelles sa mère fonce tête baissée en n’écoutant que son grand cœur. Elle évitera par exemple que le père du clan des roumains dont elle héberge une jeune ne lui vole tous ses biens. Vous connaîtrez Emma qui vit avec Olga. Cette dernière vous fera pouffer de rire plus d’une fois, dépourvue totalement du moindre sens de l’humour, elle prend tout et raconte tout au premier degré, dans cette famille où le moindre propos cache un océan de secrets enfouis, ses regards ahuris et ses discours simplistes font beaucoup pour le rire à la lecture de ce roman, celui, par exemple, que vous aurez quand Amalia veut aider son frère Eduardo « à sortir du placard ». Comme Olga vous serez peut-être étonné que les propos commencent par « l’inconfort » des bancs du jardin public en bas de l’immeuble. Enfin, il reste Ingrid, l’amie qui n’est pas là mais qui est si importante pour Amalia. Il faut dire qu’elle a des idées de génie cette Ingrid : remplacer la dinde du nouvel an par des feuilletés aux épinards, aller grâce à une ONG à Cuba (je vous laisse imaginer la contrepartie de ce voyage très peu cher)… et elle pourra vous faire « un reiki » qui remettra vos chakras dans le bon sens. Le réveillon permettra à chacun de dévoiler une partie de son âme, la plus secrète, et peut être de repartir pour un an. Vous, le temps de la lecture, dans un livre un peu foutraque, à l’image du cerveau d’Amalia vous serez passé du rire à l’émotion proche des larmes. et surtout vous découvrirez « Une mère » ! Malgré son cerveau un peu dérangé, elle sera là pour chacun de ses trois enfants au moment où ils ont besoin d’elle. L’Espagne vous sera plus proche et tout en voyant les différences vous pourrez sans aucune difficulté vous dire que « l’humaine condition » est assez semblable et ne connaît pas les frontières.
          Lire la suite
          En lire moins
        • itzamna Posté le 27 Décembre 2017
          Comment ne pas succomber à une telle couverture, si pimpante, pétillante, lumineuse, espagnole ! En plus quand elle est assortie d'une référence à Almodovar, pourquoi résister ? Cette bouche ambiguë relève effectivement du registre d'Almodovar qui traite avec talent du thème de l'identité sexuelle. C'est aussi, en partie, le sujet de ce roman. Comme toujours, quand les couvertures me font de l'œil, je fonce. Sauf que là, même si l'histoire est séduisante, l'insertion en couverture évoquant "une comédie familiale déjantée et touchante, digne d'Almodovar !" m'a semblé un peu usurpée... De ce fait, j'en attendait sûrement plus, ou du moins autre chose, et j'ai été déçue. Dommage de vouloir "sur-vendre" ainsi un livre qui avait beaucoup de qualités. Pour l'éditeur original, Siruela, il n'était pas question d'Almodovar, de comédie déjantée, d'excitation, de mère loufoque... L'humour n'était pas absent, mais l'éditeur espagnol mettait plutôt en avant l'histoire d'une mère attachante, bienveillante, d'une mère qui relie, d'une famille unie malgré les distances et les non-dits. Il présentait un portrait d'une femme courageuse et attachante, des membres de la famille qui en dépendent et de son énergie propre à faire face à la vie et à leurs histoires particulières. Que d'écart entre ces deux... Comment ne pas succomber à une telle couverture, si pimpante, pétillante, lumineuse, espagnole ! En plus quand elle est assortie d'une référence à Almodovar, pourquoi résister ? Cette bouche ambiguë relève effectivement du registre d'Almodovar qui traite avec talent du thème de l'identité sexuelle. C'est aussi, en partie, le sujet de ce roman. Comme toujours, quand les couvertures me font de l'œil, je fonce. Sauf que là, même si l'histoire est séduisante, l'insertion en couverture évoquant "une comédie familiale déjantée et touchante, digne d'Almodovar !" m'a semblé un peu usurpée... De ce fait, j'en attendait sûrement plus, ou du moins autre chose, et j'ai été déçue. Dommage de vouloir "sur-vendre" ainsi un livre qui avait beaucoup de qualités. Pour l'éditeur original, Siruela, il n'était pas question d'Almodovar, de comédie déjantée, d'excitation, de mère loufoque... L'humour n'était pas absent, mais l'éditeur espagnol mettait plutôt en avant l'histoire d'une mère attachante, bienveillante, d'une mère qui relie, d'une famille unie malgré les distances et les non-dits. Il présentait un portrait d'une femme courageuse et attachante, des membres de la famille qui en dépendent et de son énergie propre à faire face à la vie et à leurs histoires particulières. Que d'écart entre ces deux présentations ! Sauf que le texte et le récit, eux, sont les mêmes... J'en veux à l'éditeur de ne pas avoir été honnête dans la présentation du livre. J'attendais tellement autre chose que j'en ai été déçue. L'histoire, pourtant, était belle. Les personnages sont vrais, touchants, exaspérants parfois, tendres toujours. Touchés et blessés par la vie, ils savent revenir à l'essentiel, à cette famille qui les soutient malgré tout. Loin d'être "loufoque", la mère est fragile, touchante par tant de naïveté et de perspicacité à la fois. Son comportement pour accepter la vie telle qu'elle se présente à elle, pour faire œuvre de résilience, la met en marge et peut prêter à sourire. Mais il est aussi attendrissant. C'est une part d'humanité que nous donne à voir Alejandro Palomas, à travers sa diversité, ses forces et ses faiblesses. J'attendais de la folie, de l'énergie, j'ai trouvé une succession de caractères plein d'émotions, un récit sans excès, malgré les nombreuses révélations qui se succèdent autour de cette tablée familiale. J'aurais aimé en savoir plus sur le narrateur, Fernando, très perspicace dans sa connaissance des petites faiblesses de toutes ces femmes qui l'entourent, mais si discret pour ce qui le concerne. J'aurais également aimé entendre plus la mère, non pas dans son expression perçue de l'extérieur, mais à travers son histoire, ses sentiments et ses ressentis. Ne vous fiez donc pas à ce qu'en dit la couverture et vous pourrez alors savourer cette soirée en compagnie d'une famille à la fois unie et minée par les secrets.
          Lire la suite
          En lire moins
        • ingridfasquelle Posté le 26 Décembre 2017
          D'abord traducteur des ouvrages de Gertrude Stein, Katherine Mansfield, Willa Cather ou encore Jack London, Alejandro Palomas devient ensuite journaliste et scénariste #8210; il a été finaliste de nombreux prix littéraires en Espagne. Énorme succès dans ce pays, traduit dans une dizaine de langues, Une mère est son premier roman publié en France, dans lequel il brosse avec humour et tendresse le portrait d’une famille dont les travers font inévitablement écho à nos propres expériences. Amalia, dans le rôle de la mère loufoque, optimiste et infiniment attachante est une mère profondément humaine, qui va profiter du réveillon de la nouvelle année pour transmettre quelques leçons de vie à ses grands enfants. Au cours de ce long dîner de la St Sylvestre arrosé de champagne et de Coca Light, entre excitations, tendresse et frictions, rien ne va se passer comme prévu. Des mensonges, des non-dits et autres révélations familiales vont éclater et permettre à chacun des convives de faire peau neuve et de mieux se « reconnecter » à une cellule familiale aimante et bienveillante. Une mère est comédie familiale touchante et déjantée qui agit comme une bouffée d’air frais. Une lecture attendrissante qui réconciliera tous ceux qui sont allergiques aux grands repas... D'abord traducteur des ouvrages de Gertrude Stein, Katherine Mansfield, Willa Cather ou encore Jack London, Alejandro Palomas devient ensuite journaliste et scénariste #8210; il a été finaliste de nombreux prix littéraires en Espagne. Énorme succès dans ce pays, traduit dans une dizaine de langues, Une mère est son premier roman publié en France, dans lequel il brosse avec humour et tendresse le portrait d’une famille dont les travers font inévitablement écho à nos propres expériences. Amalia, dans le rôle de la mère loufoque, optimiste et infiniment attachante est une mère profondément humaine, qui va profiter du réveillon de la nouvelle année pour transmettre quelques leçons de vie à ses grands enfants. Au cours de ce long dîner de la St Sylvestre arrosé de champagne et de Coca Light, entre excitations, tendresse et frictions, rien ne va se passer comme prévu. Des mensonges, des non-dits et autres révélations familiales vont éclater et permettre à chacun des convives de faire peau neuve et de mieux se « reconnecter » à une cellule familiale aimante et bienveillante. Une mère est comédie familiale touchante et déjantée qui agit comme une bouffée d’air frais. Une lecture attendrissante qui réconciliera tous ceux qui sont allergiques aux grands repas de famille !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Dixie39 Posté le 18 Décembre 2017
          Si l'idée de vous retrouver bientôt attablé avec toute votre famille pour les fêtes de fin d'année, vous stresse, vous désespère, vous file le bourdon, Une mère est fait pour vous ! Ce livre va vous réconcilier avec ces longs repas où chacun des convives n'attend qu'une seule chose : la fin de la soirée pour retourner chez soi… Fer appréhende ce moment ; il se doute qu'il en est de même pour ses deux soeurs, Silvia et Emma, surtout depuis que leur mère, Amalia, a divorcé de leur escroc de père. Depuis, cette femme de plus de soixante ans, s'est métamorphosée. Comme une môme, elle croque la vie à pleines dents, profite de cette toute nouvelle liberté en y laissant pas mal de plumes. Elle se fourvoie en amitiés, tombe dans les pires arnaques, mais rien n'y fait : elle garde le sourire et continue à tendre la main au premier venu… au grand dam de ses enfants. « Elle a dit cela d'une voix de vieille femme qui ne sait pas se défendre des attaques de ceux qu'elle aime parce qu'elle a toujours préféré souffrir que faire du mal. » Ce repas de nouvel an va être l'occasion pour tous de... Si l'idée de vous retrouver bientôt attablé avec toute votre famille pour les fêtes de fin d'année, vous stresse, vous désespère, vous file le bourdon, Une mère est fait pour vous ! Ce livre va vous réconcilier avec ces longs repas où chacun des convives n'attend qu'une seule chose : la fin de la soirée pour retourner chez soi… Fer appréhende ce moment ; il se doute qu'il en est de même pour ses deux soeurs, Silvia et Emma, surtout depuis que leur mère, Amalia, a divorcé de leur escroc de père. Depuis, cette femme de plus de soixante ans, s'est métamorphosée. Comme une môme, elle croque la vie à pleines dents, profite de cette toute nouvelle liberté en y laissant pas mal de plumes. Elle se fourvoie en amitiés, tombe dans les pires arnaques, mais rien n'y fait : elle garde le sourire et continue à tendre la main au premier venu… au grand dam de ses enfants. « Elle a dit cela d'une voix de vieille femme qui ne sait pas se défendre des attaques de ceux qu'elle aime parce qu'elle a toujours préféré souffrir que faire du mal. » Ce repas de nouvel an va être l'occasion pour tous de poser le masque et parler vrai, enfin, des autres, de soi et de ses sentiments… Il commence doucement ce livre, petit à petit Alejandro Palomas nous ouvre la porte sur ses personnages. Les uns après les autres, par la voix de son narrateur, Fernando, des morceaux de vie de chacun nous sont présentés. L'intérêt s'aiguise et va croissant jusqu'à ne plus pouvoir le lâcher. Certaines scènes sont bourrées d'humour, d'autres sont vraiment émouvantes et la réelle stupéfaction vient d'Amalia, comme une apothéose au tombé du rideau. Cette mère tellement fantasque, qu'on la trouve bien souvent inconsistante, s'avère être une louve redoutable prête à tout pour ses enfants. « Mais moi je suis là, (...). Et nous allons nous balancer ensemble tout le temps qu'il faudra. Et si je dois couler pour que tu restes à flot, je coulerai. Et si je dois t'arracher des eaux pour que tu vives, je le ferai, quoi qu'il en coûte. Parce que je n'ai rien de mieux à faire dans la vie, ma fille chérie. » Je souhaite à tout le monde un tel témoignage d'amour.
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        "Il serait dommage de passer à côte de ce roman tendre et touchant, dont
        on a l'impression d'avoir dé|à rencontré tous les personnages. A un réveillon familial, tiens !"
        Elle
        Toute l'actualité du cherche midi éditeur
        Découvrez, explorez, apprenez, riez, lisez !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.