En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Georges ARNAUD

        Biographie de Georges ARNAUD

        Georges ARNAUD
        Georges Arnaud, de son vrai nom Henri Girard (1917- 1987), est écrivain, journaliste d'investigation et militant politique français. En 1941 il est accusé d’avoir assassiné à coup de serpe son père, sa tante et une domestique, dans le château familial d’Escoire, Périgord. Bien qu’il soit acquitté, l’opinion publique reste néanmoins largement convaincue de sa culpabilité. Il dilapide alors l'héritage familial et, pour échapper à ses créanciers, s'embarque en 1947 pour l'Amérique du Sud où il séjourne trois ans. Il revient en France en 1950, toujours sans le sou, mais riche d’une expérience qu’il va exploiter en publiant chez Julliard, sous pseudonyme, son premier roman, Le Salaire de la peur, dont l’adaptation cinématographique par Henri-Georges Clouzot le rendra célèbre. Devenu un auteur à succès, Henri Girard écrira par la suite Le Voyage du mauvais larron (1951) et La Plus Grande Pente (1961). Ces trois titres phares sont regroupés dans un recueil, Romans américains, publié chez Julliard en 2017. Il tire profit de sa notoriété pour mener les combats de son époque, dénoncer les atrocités de la guerre d’Algérie mettre en lumière des causes perdues. Son œuvre est à la mesure d’une vie résolument engagée.

        Philippe Jaenada a retracé la vie de Georges Arnaud et enquêté sur ce triple meurtre d’Escoire dans son roman La Serpe, paru chez Julliard en 2017 et couronné par le prix Femina.

        Romans américains

        Georges ARNAUD

        Après avoir été acquitté d’un triple meurtre à l’issue d’un procès qui passionna les Français dans les années 1940, Henri Girard dilapida l’héritage familial et, pour échapper à ses créanciers, s’embarqua en 1947 pour l’Amérique du Sud. Pendant trois ans, il bourlingua, multiplia les métiers, de chercheur d’or à barman en passant par chauffeur de taxi ou camionneur. Il revint...

        Découvrir le livre
        Découvrir le livre