En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Max GALLO

        Biographie de Max GALLO

        Max GALLO
        Crédit photo:
        ©© Jean-Luc Luyssen / GAMMA Contact pour les droits : edition@gamma-rapho.com +33 (0)1 73 00 70 74 N° d'image : Gamma-Rapho_ga740837_0

        Agrégé d’histoire, docteur ès lettres, longtemps enseignant, Max Gallo a toujours mené de front une oeuvre d’historien, d’essayiste et de romancier, s’attachant à restituer les grands moments de l’Histoire et l’esprit d’une époque. Il est aussi l’auteur de biographies abondamment documentées sur de grands personnages (Napoléon, de Gaulle, César, Victor Hugo, Louis XIV, Jésus, François Ier, Machiavel et Savonarole, Richelieu, Charlemagne, Henri IV). Avec 1940, de l’abîme à l’espérance (2010), il a initié une grande histoire de la Deuxième Guerre mondiale, achevée en 2012 avec 1944-1945, le triomphe de la liberté. Il est également l’auteur d’une histoire de la Première Guerre mondiale, composée de 1914, le destin du monde (2013) et de 1918, la terrible victoire (2013), et d’une histoire de la révolution russe avec 1917 : une passion russe (2017). Tous ces ouvrages ont paru chez XO. Chez le même éditeur, Max Gallo a également publié ses mémoires, L’oubli est la ruse du diable (2012).
        Max Gallo a été élu le 31 mai 2007 à l’Académie française, au fauteuil du philosophe Jean-François Revel. Il s’est éteint le 18 juillet 2017, à l’âge de 85 ans.

        Nouveauté

        Henri IV

        Max GALLO
        Ce roi que l’on voulait abattre…

        Il est le roi de France et de Navarre qui a voulu dépasser les clivages et faire vivre ensemble catholiques et protestants. Il en est mort.
        Le vendredi 14 mai 1610, Jean-François Ravaillac, catholique exalté, poignarde le souverain dans son carrosse, rue de la Ferronnerie. Il voulait en finir avec « cet hérétique paillard, parjure et...
        Découvrir le livre
        Nouveauté
        Découvrir le livre