Lisez! icon: Search engine
Au-Dedans
Nicolas Beaujouan (collection dirigée par), Basile Béguerie (traduit par)
Date de parution : 18/01/2024
Éditeurs :
404 Éditions

Au-Dedans

Nicolas Beaujouan (collection dirigée par), Basile Béguerie (traduit par)
Date de parution : 18/01/2024
Le premier roman graphique de Will McPhail dessinateur du New Yorker est un récit vivifiant et émouvant centré sur la personne de Nick, un jeune homme renfermé qui va lentement s’éveiller au monde.
Nick est un jeune citadin, illustrateur, dont la vie oscille entre ses projets personnels et un travail alimentaire au sein d’une agence de publicité. Il prend la pose dans des... Nick est un jeune citadin, illustrateur, dont la vie oscille entre ses projets personnels et un travail alimentaire au sein d’une agence de publicité. Il prend la pose dans des cafés et des bars à bière artisanale, conscient que quelque chose manque à sa vie, et que ce quelque chose... Nick est un jeune citadin, illustrateur, dont la vie oscille entre ses projets personnels et un travail alimentaire au sein d’une agence de publicité. Il prend la pose dans des cafés et des bars à bière artisanale, conscient que quelque chose manque à sa vie, et que ce quelque chose ce sont les autres et leurs mondes intimes. Bien plus qu’un critique ou un récit autobiographique simpliste de la vie d’un millénial parmi les millénials, cette tranche de la vie de Nick s’attarde sur le fossé qui nous sépare tous les uns des autres. Qu’il s’agisse du barista au coin de sa rue, des membres de sa famille ou de Wren, une oncologue dont le chemin croisera douloureusement le sien, Nick ne peut s’empêcher de penser qu’il existe un monde caché d’interaction humaine hors de sa portée. Nick s’ouvrira finalement aux autres au moment le plus tragique de sa jeune vie.
 
Illustré à la fois en noir et blanc et en couleurs dans le style immédiatement reconnaissable de McPhail, « Au-dedans » est poignant autant que frais et hilarant. Ce dessinateur phare du New Yorker transmute ici le roman graphique avec une compassion déchirante, écho incarné de nos sociétés où flotte le spectre del’isolement.  
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791032408735
Façonnage normé : EFL3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
EAN : 9791032408735
Façonnage normé : EFL3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • EmilieDuml 08/05/2024
    Un coup de cœur. Mon libraire l'avait mise en avant et je me suis laissée tenter par la couverture et le dessin... Incroyable. J'ai adoré. Tout. La poésie. L'histoire. Le coup de crayon. C'est un roman graphique qui vaut le détour ! Je le recommande autour de moi. J'ai passé un super moment avec cette lecture et j'espère que nombreux seront ceux qui auront aussi ce plaisir.
  • jostein 06/05/2024
    Dès les premières phrases de remerciement ( en ouverture de l’album), je perçois la sensibilité à fleur de peau de l’auteur. Et cela se retrouve dans le premier souvenir du narrateur, Nick Moss. Enfant dans ce parc aquatique, il aimait particulièrement rêver seul dans le « saladier final » pour « être soi-même. » et observer les autres. Nick est un homme triste, un observateur nostalgique des gens qui l’entourent. Il souffre de solitude mais il ne parvient jamais à créer un vrai lien avec les autres. Peur d’entrer dans leur intimité ou de dévoiler la sienne. D’ailleurs quand il rencontre Wren, une jeune oncologue dans un bar, il craint l’attachement. Dans le métro, les gens ne se regardent pas. Les cafés ultra sophistiqués, surfant sur la vague consumériste, n’ont plus aucune âme. Nick aimerait avoir une vraie conversation avec sa voisine qui semble avoir de problèmes de couple, ou avec ce plombier qui vient réparer une fuite d’eau. Mais ce ne sont que des conversations d’usage sans aucune profondeur. Même avec sa soeur ou sa mère, Nick ne parvient pas à demander comment ça va réellement, ce qu’elles ressentent au plus profond d’elles-mêmes. Parfois il tente une question ouverte et obtient une bribe de confidences. Alors les illustrations prennent de la hauteur, de la couleur. Pourtant bien vite, le feu d’artifice s’éteint. Avec des illustrations très expressives en noir et blanc, des petits messages aux devantures des bars, l’auteur exprime la superficialité de notre environnement social. Nick, toujours en phase d’introspection est particulièrement touchant. D’autant plus qu’il est confronté aux solitudes, aux difficultés, aux souffrances des autres. Mais chacun semble vivre ses peines de manière très individualistes. Alors que le partage des sentiments profonds pourrait nous aider à gravir des montagnes.Dès les premières phrases de remerciement ( en ouverture de l’album), je perçois la sensibilité à fleur de peau de l’auteur. Et cela se retrouve dans le premier souvenir du narrateur, Nick Moss. Enfant dans ce parc aquatique, il aimait particulièrement rêver seul dans le « saladier final » pour « être soi-même. » et observer les autres. Nick est un homme triste, un observateur nostalgique des gens qui l’entourent. Il souffre de solitude mais il ne parvient jamais à créer un vrai lien avec les autres. Peur d’entrer dans leur intimité ou de dévoiler la sienne. D’ailleurs quand il rencontre Wren, une jeune oncologue dans un bar, il craint l’attachement. Dans le métro, les gens ne se regardent pas. Les cafés ultra sophistiqués, surfant sur la vague consumériste, n’ont plus aucune âme. Nick aimerait avoir une vraie conversation avec sa voisine qui semble avoir de problèmes de couple, ou avec ce plombier qui vient réparer une fuite d’eau. Mais ce ne sont que des conversations d’usage sans aucune profondeur. Même avec sa soeur ou sa mère, Nick ne parvient pas à demander comment ça va réellement, ce qu’elles ressentent au plus profond d’elles-mêmes. Parfois il tente une question ouverte et obtient une...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bdecouverte 30/04/2024
    Nick est un jeune dessinateur qui vit à New-York. C'est quelqu'un qui a du mal à s'ouvrir aux autres car il se demande en permanence ce qu'il doit faire pour qu'une rencontre se passe bien. Il fait les bars, se fait passer pour quelqu'un de triste pour qu'on le plaigne, ce qui n'est pas très convainquant. Il n'arrive pas à réellement parler. Il ne sait pas comment aborder une conversation autre que par des banalités sans intérêt. Jusqu'au jour où il va faire la rencontre d'une oncologue qui va bouleverser sa vie…  Whil Mc Phail propose son premier roman graphique avec cet album. Je comprends que son récit puisse toucher le lecteur mais dans mon cas ça ne m'a pas fait cet effet. Bien que tout le monde puisse s'identifier au personnage de Nick cela m'a donné l'impression que c'était tout à fait banal. C'est une personne comme de milliers d'autres et du coup cela ne m'a pas plus marqué que ça. Néanmoins, j'ai bien aimé la partie graphique. Une majorité de dessins sobres en noir et blanc pour la vie de tout les jours et de très belles pages en couleurs pour les séquences d'émotions. 
  • Luria 26/04/2024
    In Au dedans, en français. In c'est l'histoire d'un garçon qui va dehors. Pour chercher de la vie. Principalement parce que de la vie, lui qui bosse de chez lui, il n'en voit pas tellement. Pas que ça l'embête, il est de nature solitaire. Mais bon... Il se fait seul même dehors ces temps, non ? Monsieur Toussaint L'ouverture l'a initié (je crois). 404 edition s'y est mis aussi. A l'objet beau, léché accompagné de petites phrases de l'éditeur pour nous parler police, grammage, papier. Amour du livre et du travail bien fait. De quoi rentrer déjà dans le bouquin just'en le manipulant. La BD est arrivée enveloppée d'un papier vert, noué d'un fil de lierres. J'aime recevoir mes livres entourés d'attention comme si j'étais un personnage important. Ça débutait donc très (très) bien. Le dessin est très chouette. Fin, sans fioriture mais très expressif. Si j'adhère au thème, notre société de gens tout seuls, même ensemble, égocentrés et un peu névrosés, au départ je suis restée un peu sur le palier. Parce qu'on s'attache plus à l'histoire je pense si on est soi-même un jeune trentenaire citadin ou simplement quelqu'un qui s'efforce de rester branché... Bon en vrai c'est aussi parce que les angoisses, mimiques et expressions du héros sont tout le portrait d'un pote. J'ai cru que c'était une biographie de sa vie de mélancolie et de petites hypocondries . Ça m'a fait bizarre. Et puis j'ai tourné la page 52, j'ai trouvé l'image très bien vue, j'ai laissé l'histoire s'infuser et j'ai apprécié ce voyage intérieur. Les planches et toutes les allégories. Entre ces pages il y a un voyage initiatique. Celui de l'adultitude. Et je suis certaine qu'il parlera énormément à beaucoup comme l'ont fait d'autres romans graphiques qui décrivent certaines étapes de la vie. Et si comme moi, vous voguez sur d'autres ondes (je reste jeune dans ma tête et préfère par exemple Blankets de Craig Thompson), il reste une histoire très intelligemment mise en scène, une envie de retrouver l'auteur, s'il lui plaît, dans d'autres mondes qu'il nous aura dessiné. [Masse Critique] In Au dedans, en français. In c'est l'histoire d'un garçon qui va dehors. Pour chercher de la vie. Principalement parce que de la vie, lui qui bosse de chez lui, il n'en voit pas tellement. Pas que ça l'embête, il est de nature solitaire. Mais bon... Il se fait seul même dehors ces temps, non ? Monsieur Toussaint L'ouverture l'a initié (je crois). 404 edition s'y est mis aussi. A l'objet beau, léché accompagné de petites phrases de l'éditeur pour nous parler police, grammage, papier. Amour du livre et du travail bien fait. De quoi rentrer déjà dans le bouquin just'en le manipulant. La BD est arrivée enveloppée d'un papier vert, noué d'un fil de lierres. J'aime recevoir mes livres entourés d'attention comme si j'étais un personnage important. Ça débutait donc très (très) bien. Le dessin est très chouette. Fin, sans fioriture mais très expressif. Si j'adhère au thème, notre société de gens tout seuls, même ensemble, égocentrés et un peu névrosés, au départ je suis restée un peu sur le palier. Parce qu'on s'attache plus à l'histoire je pense si on est soi-même un jeune trentenaire citadin ou simplement quelqu'un qui s'efforce de rester branché... Bon en vrai c'est aussi parce que les...
    Lire la suite
    En lire moins
  • phylactovore 01/04/2024
    "Au-dedans" nous plonge dans l'univers captivant de Nick, un jeune illustrateur new yorkais en quête d'authenticité dans un monde de faux-semblants. Sa rencontre avec Wren, une docteure en oncologie, va bouleverser son quotidien et l'inviter à explorer les méandres de ses émotions. Will McPhail, connu pour ses illustrations au The New Yorker, nous livre un premier roman graphique d'une profondeur inattendue. Son avatar, Nick, observe avec une curiosité délicate son environnement, nous emportant entre rires et larmes grâce à ses observations subtiles et touchantes. Graphiquement, l'ouvrage est une merveille, avec un trait fin et délicat qui capture toute la finesse des émotions de Nick. Le noir et blanc puis le passage par des parenthèses colorées renforce l'intensité des sentiments exprimés, nous plongeant davantage dans l'intimité du protagoniste. "Au-dedans" est bien plus qu'une simple histoire ; c'est une exploration sincère et touchante des relations humaines. McPhail réussit à nous captiver avec un récit à la fois drôle, poétique et profondément humain. Un immense coup de cœur à découvrir sans tarder, d'autant plus que l'objet livre concocté par 404 Comics est une véritable pépite, offrant un écrin parfait à cette belle œuvre.
Inscrivez-vous vous à la Geeksletter
Restez connectés à nos actualités geek !

Lisez maintenant, tout de suite !