Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823812657
Code sériel : 3202
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Carton jaune

Gabrielle ROLIN (Traducteur)
Date de parution : 03/04/2014

A onze ans, Nick Hornby pénètre pour la première fois dans Highbury, l’antre du club d’Arsenal, à Londres. Saisi par les clameurs du stade et l’émotion de partager une passion avec son père, divorcé et absent, le petit Nick devient pratiquant de ce culte étrange qu’on nomme football. En grandissant,...

A onze ans, Nick Hornby pénètre pour la première fois dans Highbury, l’antre du club d’Arsenal, à Londres. Saisi par les clameurs du stade et l’émotion de partager une passion avec son père, divorcé et absent, le petit Nick devient pratiquant de ce culte étrange qu’on nomme football. En grandissant, il voit son obsession dévorer peu à peu le reste de sa vie…

« Carton jaune est un modèle d'autobiographie doublé d'un livre fin et drôle. Que demander de plus ? » Alexandre Fillon, Madame Figaro

Trraduit de l'anglais par Gabrielle Rolin

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823812657
Code sériel : 3202
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Meps Posté le 3 Octobre 2020
    Ce livre est l'occasion de rappeler, après ma critique de l'excellent Une histoire populaire du football, que j'aime le foot. De rappeler ou de réavouer car le football n'a pas bonne presse chez les amoureux de littérature... mais heureusement Nick Hornby sait en parler comme personne et nous prouve que littérature et football ne sont pas irréconciliables. Tout d'abord ce livre est intelligent. Hornby s'est fait connaitre pour des romans tels Haute fidélité. Il se raconte ici de façon plus personnelle, dans un mélange d'autobiographie et d'analyse sociologique du phénomène football et supporters. Il est sans concession avec son sport, ses amis supporters et son club, multipliant les analyses acerbes sur les penchants les plus critiqués (violence, argent, manque d'intelligence des joueurs comme des supporters). Mais il est surtout le plus sévère... avec lui-même. Il avoue ses excès, le football comme une addiction, comme un moyen de défense psychologique, un paravent protecteur, le lieu de tous les refuges, le stade comme une deuxième maison. En livrant ses névroses et en s'auto-analysant devant nous, il m'a permis de réfléchir à mon propre rapport à ce sport, forcément différent du sien mais avec des grilles de lecture absolument pertinentes. Ce livre est également surtout... Ce livre est l'occasion de rappeler, après ma critique de l'excellent Une histoire populaire du football, que j'aime le foot. De rappeler ou de réavouer car le football n'a pas bonne presse chez les amoureux de littérature... mais heureusement Nick Hornby sait en parler comme personne et nous prouve que littérature et football ne sont pas irréconciliables. Tout d'abord ce livre est intelligent. Hornby s'est fait connaitre pour des romans tels Haute fidélité. Il se raconte ici de façon plus personnelle, dans un mélange d'autobiographie et d'analyse sociologique du phénomène football et supporters. Il est sans concession avec son sport, ses amis supporters et son club, multipliant les analyses acerbes sur les penchants les plus critiqués (violence, argent, manque d'intelligence des joueurs comme des supporters). Mais il est surtout le plus sévère... avec lui-même. Il avoue ses excès, le football comme une addiction, comme un moyen de défense psychologique, un paravent protecteur, le lieu de tous les refuges, le stade comme une deuxième maison. En livrant ses névroses et en s'auto-analysant devant nous, il m'a permis de réfléchir à mon propre rapport à ce sport, forcément différent du sien mais avec des grilles de lecture absolument pertinentes. Ce livre est également surtout très drôle. Il fait partie de ces rares livres où je n'ai pu m'empêcher de rire (et pas seulement sourire) y compris en public et notamment dans un lieu aussi mortifère actuellement qu'une rame de tramway ! Entouré de masques, j'ai eu de la chance que mon gloussement ne soit pas confondu avec une quinte de toux réprimée, au risque de me voir fusiller de dizaines de regards courroucés... ou angoissés. Un humour évidemment totalement british, une ironie sans en avoir l'air qui est réellement l'humour qui me touche le plus en littérature. Ce livre est en somme totalement passionnant. Prenant le biais de faire tourner chacun des chapitres autour d'un match précis (avec la date spécifiée à chaque fois), l'auteur digresse allègrement, mais toujours en abordant un angle différent autour du sport. Il est exhaustif sur le sujet, ne donne jamais l'impression de se répéter.La question se pose forcément de savoir si un tel ouvrage s'adresse uniquement aux passionnés. L'effort d'accessibilité du traducteur est notable grâce à des notes précisant certains termes (qui ont toutes été inutiles de mon côte). Mais au-delà de la compréhension, c'est bien l'intérêt pour des gens totalement néophytes qui peut être mis en cause. J'ai forcément du mal à être objectif, mais j'ai l'impression que mon plaisir a beaucoup tenu à ma connaissance préalable de la plupart des sujets abordés. J'ai plusieurs fois apprécié l'originalité de certains avis, certains positionnements à contre-courant... mais il me fallait pour cela la connaissance de la doxa dans ce domaine ! Pour finir, le petit bémol qui m'a fait enlever la demi-étoile finale. Cela n'est nullement de la responsabilité de l'auteur... mais le livre s'arrête quasi exactement à la période où j'ai de mon côté commencé, à 12 ans, à m'intéresser au football, à un an près au même âge que l'auteur lui-même. Et donc, même si beaucoup de noms de joueurs ne m'étaient pas totalement inconnus, les références auraient été beaucoup plus fortes avec un livre commençant là où il finissait ! Les tout derniers chapitres m'auront au moins permis de voir évoquer des joueurs que j'avais vu jouer moi-même, me replongeant dans la nostalgie de mes premières années, celle où la naïveté permet encore de considérer ce sport avec des yeux remplis d'étoiles... les mêmes étoiles qui continuent de briller dans ceux de Nick Hornby, même si les oeillères ont elles été enlevées depuis longtemps !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Saturdaynight Posté le 17 Janvier 2020
    Nick Hornby décrit parfaitement l'amour et l'attachement à un club de football, dans toutes ses nuances et ses contradictions. Hommage remarquable à ceux qui, inlassablement, répètent les mêmes gestes et rituels en se rendant au stade chaque week end, pour souffrir, s'ennuyer, transmettre. Le football est la chose la plus sérieuse des choses pas sérieuses et ce livre le fait brillamment ressortir. A lire pour tous ceux qui sont amoureux de leur club, mais aussi ceux qui souhaitent comprendre cette passion si difficile à mettre en mot.
  • jcvetil Posté le 24 Octobre 2018
    Ce livre est une autobiographie d'un fan de football et plus particulièrement d'Arsenal. Pour Nick, la passion du football débute lorsqu'il a onze ans et que son père l'emmène pour la première fois voir un match de football entre Arsenal et Stoke. S'ensuit une idylle entre le club d'Arsenal et lui où le stade d'Highbury deviendra l'endroit de cette passion. Match après match, saison après saison, cette passion sera le centre de la vie de Nick. toute sa vie sera centré autour des matchs d'Arsenal. Ses pensées, sa vie personnelle comme professionnelle est organisée selon le calendrier des matchs de son club préféré. Nick Hornby nous dépeint la vie d'un vrai fan de football et d'un supporter obsédé par le club d'Arsenal. Mais à travers la vie de Nick, l'auteur nous dépeint une cartographie d'une société anglaise en pleine crise économique et politique. Il nous dresse un diagnostic pas très encourageant sur le football anglais. En effet, le problème du chômage se répercute sur se sport. Hooliganisme, stade vétuste et très vieux, causent de plus en plus d'incidents dans les stades, des débordements qui déboucheront sur des morts de supporters. Ce carton jaune est l'autobiographie d'un passionné de football où cette passion sera le fil... Ce livre est une autobiographie d'un fan de football et plus particulièrement d'Arsenal. Pour Nick, la passion du football débute lorsqu'il a onze ans et que son père l'emmène pour la première fois voir un match de football entre Arsenal et Stoke. S'ensuit une idylle entre le club d'Arsenal et lui où le stade d'Highbury deviendra l'endroit de cette passion. Match après match, saison après saison, cette passion sera le centre de la vie de Nick. toute sa vie sera centré autour des matchs d'Arsenal. Ses pensées, sa vie personnelle comme professionnelle est organisée selon le calendrier des matchs de son club préféré. Nick Hornby nous dépeint la vie d'un vrai fan de football et d'un supporter obsédé par le club d'Arsenal. Mais à travers la vie de Nick, l'auteur nous dépeint une cartographie d'une société anglaise en pleine crise économique et politique. Il nous dresse un diagnostic pas très encourageant sur le football anglais. En effet, le problème du chômage se répercute sur se sport. Hooliganisme, stade vétuste et très vieux, causent de plus en plus d'incidents dans les stades, des débordements qui déboucheront sur des morts de supporters. Ce carton jaune est l'autobiographie d'un passionné de football où cette passion sera le fil conducteur de sa vie. A la fois drôle et émouvant, ce roman traîne un peu en longueur. Même moi qui aime beaucoup le foot, je trouve que ce roman ne devrait pas durer plus de 270 pages
    Lire la suite
    En lire moins
  • tagos25 Posté le 30 Juin 2017
    En tant que passionné de foot, et sans avoir vraiment lu un bouquin pertinent sur ce sport, je m'attaque à Fever Pitch (quelle mauvaise traduction du titre) qui était dans ma bucket list depuis des années. Et sans aucun doute le livre a été au dela de mes attentes. Lu en anglais (ce qui à mon avis est indispensable pour ceux qui le peuvent) tant la plume de Hornby est dynamique, nerveuse avec un vocabulaire très ancré dans la culture populaire anglaise. J'ai été totalement plongé dans le récit de Hornby qui va bien au delà du foot est qui parle de réflexions sur la famille, l'amour, le passage de l'enfance à l'age adulte, etc le tout ancré dans le royaume uni de Thatcher, du rock, et bien sur du foot. Je pense que l'on peut aimer ce livre sans etre fan de foot (mais beaucoup moins bien sur). En tant que passionné de foot britannique j'ai adoré les histoires d'Hornby; les matchs de cup sous pluie torrentielle contre Stoke City, les déplacements dans des trains bondés et surtout cette ambiance si caractéristique des "terraces" pré-désastre Hillsboroug. Car oui le foot en Angleterre dans les seventies et eighties, c'est les... En tant que passionné de foot, et sans avoir vraiment lu un bouquin pertinent sur ce sport, je m'attaque à Fever Pitch (quelle mauvaise traduction du titre) qui était dans ma bucket list depuis des années. Et sans aucun doute le livre a été au dela de mes attentes. Lu en anglais (ce qui à mon avis est indispensable pour ceux qui le peuvent) tant la plume de Hornby est dynamique, nerveuse avec un vocabulaire très ancré dans la culture populaire anglaise. J'ai été totalement plongé dans le récit de Hornby qui va bien au delà du foot est qui parle de réflexions sur la famille, l'amour, le passage de l'enfance à l'age adulte, etc le tout ancré dans le royaume uni de Thatcher, du rock, et bien sur du foot. Je pense que l'on peut aimer ce livre sans etre fan de foot (mais beaucoup moins bien sur). En tant que passionné de foot britannique j'ai adoré les histoires d'Hornby; les matchs de cup sous pluie torrentielle contre Stoke City, les déplacements dans des trains bondés et surtout cette ambiance si caractéristique des "terraces" pré-désastre Hillsboroug. Car oui le foot en Angleterre dans les seventies et eighties, c'est les tribunes pleines à craquer, la violence-souvent- et malheuresement les désastres parfois (Heysel/Hillborough). Mais c'est aussi une culture footbalistique sans égal: l'amour de la FA Cup, des fans qui se déplacent à l'extérieur qu'il neige ou sous canicule et l'amour des petites équipes (des stades de division 3 ou division 4 aux stades remplis). Et bien sur le foot était très lié aux évolutions politiques et sociales. Ce football british est devenu maintenant une manne à fric où parfois les supporteurs, les vrais, ne se retrouvent plus (Hornby fait une réflexion intéressante, rédigée récemment, tout du moins dans la plus récente édition en anglais). Tout l'ouvrage est ponctué d'anecdotes sur Arsenal, une équipe souvent de loosers dans la passé, et saupoudré d'un humour noir de Hornby somptueux, plein d'autodérision !
    Lire la suite
    En lire moins
  • lunaprima Posté le 14 Août 2016
    Soyons clair, je ne suis pas une fan de foot et à vrai dire le tuto "écharpe fluo/jogging poché aux genoux/ canette de bière" n'est à priori pas mon style. Alors quand Hornby semblait me promettre de rentrer dans la peau d'un obsédé du ballon rond, j'ai eu des doutes, n'en déplaise à ma fibre toute britannique...et bien j'avais tout faux! A croire que le talent peut tous les miracles, faire passer un chameau dans le chas d'une aiguille ou compatir quand Arsenal s'est encore planté! C'est drôle, émouvant et passionnant, comme une vie de supporter ;)
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !