En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Dagon

        Hors collection
        EAN : 9782842284657
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : DRM Adobe
        Dagon
        Et autres nouvelles de terreur

        Collection : Le Pré aux clercs
        Date de parution : 16/06/2011

         

        Écrites par Lovecraft entre 1905 et 1937, l'année de sa mort, ces nouvelles nous font plonger au plus profond de nos terreurs, à l'image de Dagon, dieu croupissant dans les abysses marins qui refait surface pour précipiter l'humanité dans l'apocalypse. Elles sont révélatrices du parcours et de l'univers si personnel...

        Écrites par Lovecraft entre 1905 et 1937, l'année de sa mort, ces nouvelles nous font plonger au plus profond de nos terreurs, à l'image de Dagon, dieu croupissant dans les abysses marins qui refait surface pour précipiter l'humanité dans l'apocalypse. Elles sont révélatrices du parcours et de l'univers si personnel de Lovecraft : la recherche du passé et des civilisations disparues, des cultes oubliés, des livres perdus dans la nuit des temps, et la peur, dans son expression la plus absolue. Lovecraft viole les tabous, trangresse les interdits, portant à son maximum la nécrophilie - expression idéale de ses obsessions.
        Les oeuvres réunies ici, remarquables par leur beauté, leur concision et leur onirisme, sont autant de visions cauchemardesques d'une puissance évocatrice inégalée.

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782842284657
        Façonnage normé : EPUB2
        DRM : DRM Adobe
        Hors collection
        12.99 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • RosenDero Posté le 31 Août 2016
          Un évènement fait ressurgir une lande de terre visqueuse et grouillante des profondeurs aquatiques inexplorées. Le narrateur, naufragé à la dérive, va s'y échouer, et cette terre, qui représentera un véritable salut pour son corps sonnera dans le même temps le glas de son esprit… ——— Dagon, voilà un titre de H. P. Lovecraft qui revient régulièrement dans le discours des fans ou spécialistes du genre. Et pour cause, cette nouvelle de quelques pages est un véritable concentré du style et des thématiques du maître de Providence. On y retrouve les thèmes des divinités oubliées, des cités englouties refaisant surface et se montrant au regard des hommes (telle R'lyeh dans L'appel de Cthulhu), d'un narrateur dont on ne peut juger de la santé, de vues suicidaires qui assaillent les témoins d'horreurs cosmiques, de la mort comme délivrance. Toujours suggestif, Lovecraft nous offre, avec Dagon, une perle du genre. ——— L'édition de Dagon chez "J'ai lu" propose plus de 400 pages de nouvelles Lovecraftiennes (datant de 1917 à 1937) qui happent le lecteur (Yog-Sothotheries), le font voyager (cycle du rêve) ou le bouleversent (poésie Lovecraftienne). S'il ne fallait n'en citer qu'une poignée, j'évoquerais plus particulièrement : Herbert West, réanimateur Les chats d'Ulthar La rue Horreur à Red Hook et Dans les murs d'Eryx... Un évènement fait ressurgir une lande de terre visqueuse et grouillante des profondeurs aquatiques inexplorées. Le narrateur, naufragé à la dérive, va s'y échouer, et cette terre, qui représentera un véritable salut pour son corps sonnera dans le même temps le glas de son esprit… ——— Dagon, voilà un titre de H. P. Lovecraft qui revient régulièrement dans le discours des fans ou spécialistes du genre. Et pour cause, cette nouvelle de quelques pages est un véritable concentré du style et des thématiques du maître de Providence. On y retrouve les thèmes des divinités oubliées, des cités englouties refaisant surface et se montrant au regard des hommes (telle R'lyeh dans L'appel de Cthulhu), d'un narrateur dont on ne peut juger de la santé, de vues suicidaires qui assaillent les témoins d'horreurs cosmiques, de la mort comme délivrance. Toujours suggestif, Lovecraft nous offre, avec Dagon, une perle du genre. ——— L'édition de Dagon chez "J'ai lu" propose plus de 400 pages de nouvelles Lovecraftiennes (datant de 1917 à 1937) qui happent le lecteur (Yog-Sothotheries), le font voyager (cycle du rêve) ou le bouleversent (poésie Lovecraftienne). S'il ne fallait n'en citer qu'une poignée, j'évoquerais plus particulièrement : Herbert West, réanimateur Les chats d'Ulthar La rue Horreur à Red Hook et Dans les murs d'Eryx (écrite en collaboration avec K. Sterling) Finalement, même si ce recueil peut dérouter (on est parfois loin des poncifs sur Lovecraft et l'horreur qu'il est censé décrire et transmettre), les nouvelles que l'on y trouve sont dignes d'intérêt pour qui apprécie la plume du maître.
          Lire la suite
          En lire moins
        • lessorcieres Posté le 22 Août 2016
          Le monde de Lovecraft est à la fois étrange, complexe, angoissant. L’auteur a cette facilité à retranscrire une ambiance tellement malsaine. Je pensais pouvoir faire découvrir son univers par ce recueil , et je n’aurais peut être pas dû! Ce recueil rassemble 30 nouvelles écrites entre 1905 et 1937. On y retrouve les thèmes cher à Lovecraft: la folie, l’horreur ( dans ce qu’elle a d’indicible, d’inconnue), et d’ antiques civilisations. Chaque nouvelle est travaillée. On retrouve bien la plume de Lovecraft, fluide, sûre, précise. Il sait tellement faire passer les émotions des personnages, l’inextricabilité des situations! On n’y reste pas insensible. Cependant l’ordre des nouvelles est assez décousu, ce qui nuit à la lecture ( c’est donc le travail sur le recueil que je remet en cause et pas l’écriture de l’auteur). On nous fait passer d’un univers à l’autre. Elles amorcent bien les prémices du monde de Chtulhu, et sa présence dans nos quotidiens… Leur côté décousu peut donc un peu gêner. Il vaut mieux piocher dedans au hasard, au grès de vos envies, ou encore rechercher celles qui vont ensemble… Personnellement, j’ai pioché dedans au grès de mes envies. Le format nouvelle peut aussi montrer ses limites: aussi... Le monde de Lovecraft est à la fois étrange, complexe, angoissant. L’auteur a cette facilité à retranscrire une ambiance tellement malsaine. Je pensais pouvoir faire découvrir son univers par ce recueil , et je n’aurais peut être pas dû! Ce recueil rassemble 30 nouvelles écrites entre 1905 et 1937. On y retrouve les thèmes cher à Lovecraft: la folie, l’horreur ( dans ce qu’elle a d’indicible, d’inconnue), et d’ antiques civilisations. Chaque nouvelle est travaillée. On retrouve bien la plume de Lovecraft, fluide, sûre, précise. Il sait tellement faire passer les émotions des personnages, l’inextricabilité des situations! On n’y reste pas insensible. Cependant l’ordre des nouvelles est assez décousu, ce qui nuit à la lecture ( c’est donc le travail sur le recueil que je remet en cause et pas l’écriture de l’auteur). On nous fait passer d’un univers à l’autre. Elles amorcent bien les prémices du monde de Chtulhu, et sa présence dans nos quotidiens… Leur côté décousu peut donc un peu gêner. Il vaut mieux piocher dedans au hasard, au grès de vos envies, ou encore rechercher celles qui vont ensemble… Personnellement, j’ai pioché dedans au grès de mes envies. Le format nouvelle peut aussi montrer ses limites: aussi efficaces soit la plume de Lovecraft, on aimerait en avoir plus pour certaine, et on peut donc rester sur un goût d’inachevé.
          Lire la suite
          En lire moins
        • WCassiopee Posté le 1 Février 2016
          Dagon est un recueil de nouvelles du grand maître de l'horreur H.P. Lovecraft. Toutes les nouvelles, une trentaine en tout, ne sont pas des récits horrifiques : certaines sont oniriques, d'autres fantastiques et l'une d'entre elles est même du domaine de la SF. Grâce à ce bel éventail de nouvelles, le lecteur découvre un auteur extraordinaire. Ses idées et ses réflexions sont brillantes ! Si en plus, on replace les nouvelles dans leur contexte historique, on peut dire que la plupart sont extraordinaires. Ajoutons à cela le talent d'écriture de H.P. Lovecraft : en seulement quelques pages, il réussit à nous faire rêver ou frissonner. Certaines nouvelles sont même carrément angoissantes. Sur une trentaine d'histoires, il faut le dire, toutes ne sont pas extraordinaires. Certaines ne laissent pas un souvenir impérissable. Néanmoins dans ces cas-là, on peut généralement noter un travail d'écriture particulier. Concernant les nouvelles oniriques, on peut aussi noter un schéma récurrent. Bien que les mondes imaginés peuvent varier, l'idée de base est assez commune. On relève principalement parce que ces nouvelles sont plus ou moins regroupées et cela peut donc devenir un peu lassant. Dans l'ensemble, c'est un bon recueil pour découvrir cet auteur si célèbre. On a même des clins d’œil... Dagon est un recueil de nouvelles du grand maître de l'horreur H.P. Lovecraft. Toutes les nouvelles, une trentaine en tout, ne sont pas des récits horrifiques : certaines sont oniriques, d'autres fantastiques et l'une d'entre elles est même du domaine de la SF. Grâce à ce bel éventail de nouvelles, le lecteur découvre un auteur extraordinaire. Ses idées et ses réflexions sont brillantes ! Si en plus, on replace les nouvelles dans leur contexte historique, on peut dire que la plupart sont extraordinaires. Ajoutons à cela le talent d'écriture de H.P. Lovecraft : en seulement quelques pages, il réussit à nous faire rêver ou frissonner. Certaines nouvelles sont même carrément angoissantes. Sur une trentaine d'histoires, il faut le dire, toutes ne sont pas extraordinaires. Certaines ne laissent pas un souvenir impérissable. Néanmoins dans ces cas-là, on peut généralement noter un travail d'écriture particulier. Concernant les nouvelles oniriques, on peut aussi noter un schéma récurrent. Bien que les mondes imaginés peuvent varier, l'idée de base est assez commune. On relève principalement parce que ces nouvelles sont plus ou moins regroupées et cela peut donc devenir un peu lassant. Dans l'ensemble, c'est un bon recueil pour découvrir cet auteur si célèbre. On a même des clins d’œil au Nécronomicon, ce qui nous donne envie d'en savoir plus et de découvrir l'ensemble de l'univers imaginé par H.P. Lovecraft.
          Lire la suite
          En lire moins
        • DawnG Posté le 10 Janvier 2016
          Je suis très mitigée sur cette lecture. C’était mon premier Lovecraft et j’avoue j’en attendais beaucoup, on m’a tellement vendu l’auteur comme le maître de l’horreur que j’ai été déçue par cet aspect de ma lecture. L’horreur est partout oui mais elle est finalement très peu décrite et j’ai au final trouvé ce recueil de 30 nouvelles assez inégal et long. Je m’attendais à de récits plus horrifiques et j’ai donc été déçue. Ce recueil comporte beaucoup de récits oniriques, à la limite c’est vrai de la folie, et j’avoue que c’est ceux auxquels, même si les histoires sont bien trouvées, j’ai le moins accroché. Aussi c’est sans doute pourquoi j’ai trouvé le recueil trop long. Toutefois, il y a de très beaux « exercices d’écriture », des nouvelles originales dans leur construction, comme La rue, que j’ai trouvé extrêmement bien faite même si je ne partage pas certaines choses / idées de l’auteur. Et une certaine poésie se dégage de ces nouvelles oniriques, sombres et mélancoliques. En ce qui concerne l’écriture, je regrette les nombreux préjugés de certaines nouvelles même si malheureusement ils correspondent à l’époque. Le style peut être parfois un peu plus « compliqué » mais finalement comme ce... Je suis très mitigée sur cette lecture. C’était mon premier Lovecraft et j’avoue j’en attendais beaucoup, on m’a tellement vendu l’auteur comme le maître de l’horreur que j’ai été déçue par cet aspect de ma lecture. L’horreur est partout oui mais elle est finalement très peu décrite et j’ai au final trouvé ce recueil de 30 nouvelles assez inégal et long. Je m’attendais à de récits plus horrifiques et j’ai donc été déçue. Ce recueil comporte beaucoup de récits oniriques, à la limite c’est vrai de la folie, et j’avoue que c’est ceux auxquels, même si les histoires sont bien trouvées, j’ai le moins accroché. Aussi c’est sans doute pourquoi j’ai trouvé le recueil trop long. Toutefois, il y a de très beaux « exercices d’écriture », des nouvelles originales dans leur construction, comme La rue, que j’ai trouvé extrêmement bien faite même si je ne partage pas certaines choses / idées de l’auteur. Et une certaine poésie se dégage de ces nouvelles oniriques, sombres et mélancoliques. En ce qui concerne l’écriture, je regrette les nombreux préjugés de certaines nouvelles même si malheureusement ils correspondent à l’époque. Le style peut être parfois un peu plus « compliqué » mais finalement comme ce sont des nouvelles le recueil n’est pas dur à lire. Je me souviens de 3 ou 4 nouvelles plus longues que j’ai beaucoup aimé, celle où le docteur Herbert West réanime les morts, celle en Égypte où le narrateur est dupé par son guide touristique, ou encore celle, classée SF, où un homme se perd dans un labyrinthe sur Vénus. Le bémol de certaines de ces nouvelles, et qu’elles ont été assemblées à partir de feuilletons écrits pour la presse de l’époque, et elles présentent de ce fait, des répétitions qui rendent le récit plus lourd. C’est flagrant sur celle du Dr West et c’est dommage. J’adhère par contre au principe de la nouvelle où l’on ne sait jamais si le protagoniste est drogué, fou ou complètement transporté dans un monde fantasmé et terrifiant. Il se dégage vraiment quelque chose du style de l’auteur et je comprend pourquoi il a inspiré autant de nos auteurs contemporains. Beaucoup de novellistes, lui rendent hommage et je comprend désormais mieux leurs références. Il y a beaucoup de nouvelles sur le thème de la recherche de l’ailleurs, d’îles au delà des continents, du royaume des rêves, etc. et bien souvent, pour ne pas dire à chaque fois, le protagoniste y trouve des choses encore pires que dans notre monde, et pourtant ce dernier n’est pas exempt de ses créatures mythologiques et de ses abysses terrifiants. Les personnages ne ressortent pas indemnes de leurs expériences voire même n’en ressortent pas du tout… Il n’est pas toujours bon vouloir découvrir ce qui n’est pas visible… Lovecraft sait parfaitement faire passer les émotions, certes assez négatives et malsaines. Il se dégage surtout des sentiments de désespoir, d’angoisse, de malaise et c’est ce qui fait la marque de fabrique de l’auteur. Il sait aussi bien créé des choses mystérieuses, une ambiance pesante, des montres mythiques et surnaturels mais aussi des montres humains. Je regrette toutefois que les nouvelles choisies ne soient pas plus horrifiques, plus détaillées. Sur 30, on doit avoir à peine 5 nouvelles où apparaissent des créatures de cauchemar. Le plus gros problème pour moi c’est donc le déséquilibre des nouvelles. J’ai lu ce livre pour mon club de lecture et les autres membres m’ont assuré que d’autres étaient mieux construits. Il est dommage que ce recueil n’est pas été plus équilibré concernant les périodes de l’auteur et qu’il n’y ait pas un fil conducteur vers le reste de son oeuvre. Parce que si je reste sur ce livre, je n’ai pas vraiment envie d’en découvrir plus et de creuser la bibliographie de l’auteur. Je pense que Dagon n’est pas forcément la meilleure façon de découvrir l’auteur et d’avoir envie de continuer. Toutefois, on ne sait jamais, il se peut qu’un jour je découvre un roman de l’auteur, pourquoi pas, L’Affaire Charles Dexter Ward ou Le mythe de Cthulhu.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Musardise Posté le 18 Septembre 2015
          Si cette nouvelle de Lovecraft porte bien en elle les futurs développements des mythes de Cthulhu, c'est véritablement à l'état de germe. Certes, elle est extrêmement courte : quelques pages seulement. Mais Nyarlathotep l'est presque tout autant, et pourtant soumet le lecteur à un niveau d'angoisse que Dagon a bien de la peine à faire émerger. L'image de la mer à la texture changeante et à l'odeur infecte constitue bien le seul élément vraiment original, mais finalement pas développé. En revanche, une question me taraude franchement depuis ma lecture : l’histoire du cinéma n'aurait-t-elle pas été complètement bouleversée si Lovecraft n'avait pas eu l'idée de décrire un curieux et gigantesque monolithe blanc dans sa nouvelle ???

        Ils en parlent

        Elegy - septembre/octobre 2009
        « Pour ceux qui n’ont jamais tenté l’expérience (ndla, de la lecture de Lovecraft), ce volume est une excellente occasion de découvrir l’univers de Lovecraft. »

        UnificationFrance.com ? 11/10/09
        « Les œuvres réunies ici, remarquables par leur beauté, leur concision et leur onirisme, sont autant de visions cauchemardesques d’une puissance évocatrice inégalée. »

        Scifi Universe
        ? novembre 2009-11-09
        « Quelle intelligente initiative que la réedition de ce recueil de nouvelles écrites par Howard Phillips Lovecraft. […] L’amateur sera comblé. […] Dagon est un recueil de nouvelles indispensables. […] L’édition est sérieuse et révisée. »

        Zeintung - 17/07/09
        «Les nouvelles de Lovecraft sont à découvrir sans faute.»

        PRESSE
        Toute l'actualité des éditions Hors Collection
        Amateur de culture décalée, découvrez chaque mois les parutions insolites des éditions Hors Collection.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com