RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Des ombres dans la rue

            Robert Laffont
            EAN : 9782221127995
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Des ombres dans la rue

            JOHAN-FREDERIK HEL GUEDJ (Traducteur)
            Collection : Best-sellers
            Date de parution : 19/04/2012

            Jack l’Éventreur s’est-il invité à Lafferton ?
            En vacances à Taransay, une petite île sauvage à l’ouest de l’Écosse, l’inspecteur Simon Serrailler se remet d’une opération difficile quand il est rappelé en urgence à Lafferton. Deux prostituées ont été retrouvées étranglées, et le temps qu’il revienne, une troisième est portée disparue....

            Jack l’Éventreur s’est-il invité à Lafferton ?
            En vacances à Taransay, une petite île sauvage à l’ouest de l’Écosse, l’inspecteur Simon Serrailler se remet d’une opération difficile quand il est rappelé en urgence à Lafferton. Deux prostituées ont été retrouvées étranglées, et le temps qu’il revienne, une troisième est portée disparue. S’agit-il de l’oeuvre d’un pervers, de meurtres en série ? Ou ces disparitions n’ont-elles rien à voir les unes avec les autres ? Chaque piste mène à une impasse, la police piétine et la population de Lafferton vit dans la peur. Propulsé au coeur de l’enquête, Serrailler se retrouve personnellement impliqué lorsque Cat, sa propre soeur, devient la cible du meurtrier…

            « Un roman policier de Susan Hill est un événement attendu avec impatience par tous les lecteurs qui aiment les intrigues au sein desquelles le frisson et le suspense sont alliés à une tension psychologique et à une écriture d’orfèvre. » P. D. James

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221127995
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont
            9.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • nameless Posté le 2 Avril 2015
              Ces « ombres dans la rue », qui ont donné son titre au roman de Susan Hill, ce sont des jeunes filles ou femmes, autochtones ou immigrées, qui vendent leur corps, pour des motifs rarement dus à un excès de richesse ou de bonheur. Presque toutes rejetées par leurs familles, elles sont souvent mamans célibataires, et même aimantes, vivent dans la terreur que les services sociaux leur retirent leurs marmots. La drogue ou l'alcool les aident à faire passer le reste. Toutes rêvent de mettre de l'argent de côté et de changer de vie au bout de quelques années de trottoir. C'est ce rêve, cette espérance dans une vie meilleure qui les aide à tenir. En attendant : « Elles étaient prêtes à risquer une rencontre avec un tueur, car elles avaient besoin d'argent, généralement pour la drogue, parfois juste d'argent. Elles n'étaient pas stupides, la plupart d'entre elles tâchaient d'être prudentes, elles connaissaient la musique et elles se surveillaient mutuellement, mais elles étaient toujours là, à faire le trottoir, à espérer des clients, à prier pour que ceux avec qui elles partiraient soient « normaux » » (p.236). Susan Hill, par le truchement d'un roman étiqueté « policier », met,... Ces « ombres dans la rue », qui ont donné son titre au roman de Susan Hill, ce sont des jeunes filles ou femmes, autochtones ou immigrées, qui vendent leur corps, pour des motifs rarement dus à un excès de richesse ou de bonheur. Presque toutes rejetées par leurs familles, elles sont souvent mamans célibataires, et même aimantes, vivent dans la terreur que les services sociaux leur retirent leurs marmots. La drogue ou l'alcool les aident à faire passer le reste. Toutes rêvent de mettre de l'argent de côté et de changer de vie au bout de quelques années de trottoir. C'est ce rêve, cette espérance dans une vie meilleure qui les aide à tenir. En attendant : « Elles étaient prêtes à risquer une rencontre avec un tueur, car elles avaient besoin d'argent, généralement pour la drogue, parfois juste d'argent. Elles n'étaient pas stupides, la plupart d'entre elles tâchaient d'être prudentes, elles connaissaient la musique et elles se surveillaient mutuellement, mais elles étaient toujours là, à faire le trottoir, à espérer des clients, à prier pour que ceux avec qui elles partiraient soient « normaux » » (p.236). Susan Hill, par le truchement d'un roman étiqueté « policier », met, durant 400 pages, ces filles de l'obscurité en lumière. Que dis-je ? Elle braque un projecteur sur leurs conditions de vie et de travail. Certes, le lecteur retrouve Simon Serrailler, son héros-flic récurrent ainsi que sa famille : sa sœur Cat, veuve récente avec ses 3 gosses à élever, Judith, la seconde épouse de son père et bien d'autres. Certes, il y a bien une enquête, que l'on ne peut pas qualifier de trépidante, sur les meurtres de prostituées. Mais « Des ombres dans la rue » est surtout un splendide roman social dont les personnages principaux sont des êtres humains réduits au commerce de leur corps. Susan Hill prend son temps, tout le temps qu'elle juge nécessaire, pour bien imprégner le lecteur de la psychologie et de la vie de ses personnages : Simon ne rentre pas de ses vacances sur l'île de Taransay, avant la page 90, il faudra encore quelques dizaines de pages avant que le 1er meurtre soit commis. Au fil des chapitres, Susan Hill nous présente ses personnages secondaires qui prendront, ou pas, de l'importance au cours du récit. La vie de Hayley et Abi, est décrite dans tous ses actes quotidiens, le manque de thé, les repas aléatoires pris le plus souvent grâce à une association, la monnaie qu'il faut stocker pour alimenter le compteur électrique, la crainte de perdre leurs enfants, la peur du froid, des maladies, des agressions, de l'obscurité, la méfiance à l'égard des services sociaux, hôpitaux ou policiers mais aussi de l'Eglise. Un grand et puissant roman, à l'écriture élégante, classique et descriptive, dont il faudrait conseiller la lecture à nos sénateurs, des hommes bien sûr, qui le lundi 30.03.15 ont adopté une loi sur la prostitution, au contenu largement « amoindri » par rapport à celle de 2013. Ils ont en effet renoncé à la pénalisation des clients de prostituées, et rétabli le délit de racolage. Si cette mâle et régressive décision politique est avant tout un moyen dégoûtant de rendre les prostituées coupables et non victimes, elle est aussi une insulte institutionnelle adressée à toutes les femmes.
              Lire la suite
              En lire moins
            • LePamplemousse Posté le 24 Août 2013
              La particularité de ce polar c’est la place qui est donnée aux personnages secondaires. On y suit depuis plusieurs tomes déjà un policier, Simon Serailler, au cours de son enquête sur le meurtre de plusieurs prostituées, mais on suit également le quotidien de sa sœur, jeune veuve, médecin et mère de 3 enfants, et celui de son père, qui vient de se remarier, tout en découvrant la gestion d’une paroisse et de sa chorale. Nous nous attachons très vite aux personnages et nous avons envie de les suivre. Les enquêtes elles-même sont de bonne facture mais j'ai surtout beaucoup aimé retrouver ce policier qui, pour un fois, n'est pas un homme alcoolique au bout du rouleau. Ici, il s'agit d'un homme qui aime les contacts humains et est très proche de sa famille.
            • QuartierLivre Posté le 28 Octobre 2012
              Des ombres dans la rue n'est pas un mauvais polar, ce n'est pas pour autant un grand moment de littérature policière. Il y a dans ce roman beaucoup de clichés, à commencer par le fil rouge de l'histoire (le meurtre de prostituées) et quelques platitudes. Bref, une sensation de "déjà lu".
            • Aproposdelivres Posté le 26 Octobre 2012
              J'étais curieuse de découvrir ce roman policier donc la 4ème de couverture était plus que prometteuse : « Nouvelle enquête haletante du séduisant Simon Serrailler, retrouvailles attendues avec tous les personnages de Lafferton chers au lecteur » Malheureusement, les promesses étaient trop belles et cette lecture m'a déçue... Dans une première partie, l'auteur plante le décor de Lafferton et ses habitants et décrit un à un les (trop ?) nombreux personnages de l'histoire. Le lecteur découvre une atmosphère à la Ken Loach (en moins bien), il lui faut attendre au moins 90 pages avant que le roman policier commence vraiment avec la disparition de la première fille. L'inspecteur Simon Serrailler est assez peu présent, l'intrigue est assez classique, pas vraiment originale. Encore un reproche, cette fois-ci pour l'éditeur avec une quatrième de couverture trop bavarde et dévoilant trop d'éléments de l'intrigue... La lecture de ce livre n'est pas déplaisante en particulier grâce aux différents personnages, des gens ordinaires qui se débattent avec le quotidien et leurs soucis et que l'auteur a su rendre attachants et sympathiques.
            • ptiteComete Posté le 10 Juillet 2012
              Pas mal, divertissant, ce n'est pas de la grande littérature.
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.