RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Infinis

            Robert Laffont
            EAN : 9782221125236
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Infinis

            PIERRE-EMMANUEL DAUZAT (Traducteur)
            Collection : Pavillons
            Date de parution : 08/12/2011

            « Banville est sans conteste l'un des plus grands maîtres vivants de langue anglaise. Infinis est un exemple éblouissant de sa maîtrise, tout comme son humour érudit, audacieux et espiègle… »
            Los Angeles Times

            Adam Godley, un brillant mathématicien - spécialiste de l'infinité des infinis, et de la possibilité d'univers parallèles - repose dans sa chambre, au seuil de la mort. Autour de lui, dans une maison à l'atmosphère oppressante, le veillent sa deuxième épouse, sa fille - une adolescente fragile -, son fils,...

            Adam Godley, un brillant mathématicien - spécialiste de l'infinité des infinis, et de la possibilité d'univers parallèles - repose dans sa chambre, au seuil de la mort. Autour de lui, dans une maison à l'atmosphère oppressante, le veillent sa deuxième épouse, sa fille - une adolescente fragile -, son fils, accompagné de sa femme, Helen, une comédienne à la beauté troublante.
            En un jour, en un lieu, ce monde mortel et imparfait va recevoir la visite invisible des dieux de l'Olympe, des dieux à l'esprit facétieux, qui vont se plaire à prendre la place des humains pour satisfaire leurs désirs illicites. Zeus, follement épris d'Helen, se fera passer le temps d'une nuit pour son mari afin de jouir de ses charmes. Puis en prenant l'apparence de Rody, le fiancé de la fille d'Adam, il poursuivra son œuvre de séduction.
            Hermès, le fils de Zeus, est le narrateur espiègle de cette tragi-comédie ensorcelante, qui évoque le Songe d'une nuit d'été, en illustrant la folie de l'amour et des actes qu'il peut nous pousser à commettre. Hermès se déguisera lui-même en fermier pour conquérir l'une des servantes, sans se soucier des conséquences. Ainsi la présence des dieux va bientôt faire exploser les tensions jusque-là silencieuses, exaspérer les drames, tandis qu'Adam, toujours mourant, revit dans son esprit le souvenir de ses années passées.
            En s'inspirant de l'Amphitryon de Kleist, Banville mêle les genres avec virtuosité, dans une langue iridescente et poétique. Le texte oscille constamment entre gravité et ironie. Le réel et le merveilleux se répondent, donnent une profondeur envoûtante au récit. En mêlant des questions métaphysiques et humaines, Banville ne cesse d'interroger le sens de notre existence, son mystère et sa beauté.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221125236
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Robert Laffont
            14.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Christw Posté le 25 Mars 2012
              Il est des lectures dans lesquelles on s'avance comme dans l'inconnu, car on ne sait rien de l'auteur ni du sujet. Les premières pages retiennent et persuadent, qui ont le goût du risque. On craint le point faible, la faille, la glissade. En vain. Puis surpris, émerveillé, on sort de l'œuvre avec la sensation d'avoir lu un grand auteur, car John Banville est de la meilleure espèce, à l'instar d'un Nabokov dont il a la sagacité et l'humour. Il s'inscrit dans la lignée de grands irlandais: Beckett, Joyce, Swift, Wilde, McCann... Alors que certains écrivains se prennent pour le Dieu de la création, Banville confie plutôt sa narration à Hermès, le dieu bienveillant le plus proche des hommes, fils de Zeus. Les dieux de l'Olympe sont des filous facétieux qui, pour satisfaire des désirs inavouables, intègrent volontiers le corps et l'esprit des mortels en leur jouant des tours qui dévient le cours du récit avec plus ou moins de bonheur. Adam, brillant mathématicien au seuil de la mort, spécialiste de théories à propos d'une infinité d'infinis et d'univers parallèles, survit dans un état végétatif qui ne l'empêche pas de penser, allongé dans cette vieille demeure d'Argen House où se déroule l'essentiel... Il est des lectures dans lesquelles on s'avance comme dans l'inconnu, car on ne sait rien de l'auteur ni du sujet. Les premières pages retiennent et persuadent, qui ont le goût du risque. On craint le point faible, la faille, la glissade. En vain. Puis surpris, émerveillé, on sort de l'œuvre avec la sensation d'avoir lu un grand auteur, car John Banville est de la meilleure espèce, à l'instar d'un Nabokov dont il a la sagacité et l'humour. Il s'inscrit dans la lignée de grands irlandais: Beckett, Joyce, Swift, Wilde, McCann... Alors que certains écrivains se prennent pour le Dieu de la création, Banville confie plutôt sa narration à Hermès, le dieu bienveillant le plus proche des hommes, fils de Zeus. Les dieux de l'Olympe sont des filous facétieux qui, pour satisfaire des désirs inavouables, intègrent volontiers le corps et l'esprit des mortels en leur jouant des tours qui dévient le cours du récit avec plus ou moins de bonheur. Adam, brillant mathématicien au seuil de la mort, spécialiste de théories à propos d'une infinité d'infinis et d'univers parallèles, survit dans un état végétatif qui ne l'empêche pas de penser, allongé dans cette vieille demeure d'Argen House où se déroule l'essentiel des événements. Sa femme, ses enfants, deux domestiques et des visiteurs, personnages magnifiquement croqués par un orfèvre des mots, interagissent pour brosser un tableau grave et ironique, sous le regard amusé, indulgent ou concupiscent des divinités olympiennes. Le style de Banville est celui d'un maître et grâce à la brillante traduction française de Pierre-Emmanuel Dauzat, j'ai envie de risquer ce truisme que l'écriture elle-même est le corps de ce roman. Les portraits sont saisis avec des expressions atypiques savoureuses et nul autre ne décrira aussi bien un chien, un chat ou une poule que le Banville carricaturiste et observateur. J'avoue que j'ai dégusté chaque page de ce livre avec une délectation renforcée par le sevrage d'écritures cossues auquel nous contraignent, à tort ou à raison, bien des littératures aujourd'hui. Au centre du roman, il y a la question du Moi et du Je. Ce n'est pas par hasard que Banville recourt, en la personne du père, à un mathématicien préoccupé des univers multiples: la cohabitation d'êtres différents qui ont chacun leur perspective singulière (il n'hésite pas à faire penser le chien de la maison) en est une manifestation tangible. La question de l'identité est remise en question par l'agissement de forces d'origine céleste dans le comportement des personnages. C'est de cette manière réjouissante que ce roman intelligent questionne le monde et l'individu. On peut s'interroger sur le mélange des genres littéraires qui est pourtant assumé avec cohérence: tout se tient avec élégance et souplesse. Je ne peux me retenir de vous proposer ce passage d'une éclairante simplicité en fin de roman, alors que tous sont rassemblés autour du père moribond: "Il (Hermès) regarde le jardin crépusculaire. Un soleil fauve rampe sur l'herbe, dessinant dans son sillage des ombres pointues. Les arbres frémissent, parlant de nuit. Les oiseaux, les nuages, le ciel pâle et lointain. C'est le monde mortel. Un monde où rien ne se perd, où tout s'explique, mais où le mystère des choses est préservé; un monde où ils peuvent vivre même brièvement, même précairement, au soir défaillant du moi, solitaire et en même temps ensemble, d'une certaine façon, ici, dans cet endroit, si mourant qu'ils puissent être, mais à jamais fixés dans un instant lumineux, interminable." John Banville (lien) est né en 1945, jounaliste et écrivain, il a publié de nombreux romans depuis 1970 dont "La mer" qui a obtenu le Booker prize en 2005, pour lequel il avait été cité avec "Le livre des aveux" en 1989. Il écrit aussi des romans policiers sous le nom de Benjamin Black. Il est un des plus importants auteurs de langue anglaise et certains critiques qualifient sa prose de virtuose. Je ne veux surtout pas les démentir.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Cath36 Posté le 12 Décembre 2011
              Quand les dieux anciens reviennent remplir l'absence laissée par Dieu... Quand Zeus, tout à ses fredaines, revient séduire de jolies mortelles, les trompant en prenant l'apparence du mari trompé. Quand un vieil homme, entre la vie et la mort, nous fait part de ses pensées... Au jeu des faux-semblants et des apparences (trompeuses, bien sûr) John Banville est très fort. Si, derrière la déraison se cachait la raison ? Si derrière le non-sens se cachait le sens, et de notre mortelle condition l'énigme ? Et bien, bon courage pour décrypter. Fort déconcertée et quelque peu agacée j'ai failli fermer ce livre à la page 66 (chiffre presque fatidique). Et puis je me suis laissée prendre au jeu de cette histoire assez délirante, où les caprices divins se jouent de nos destinées comme de la plume au vent. Entre Camus et Saramago, Banville se situe dans cette lignée d'écrivains qui, faisant de l'absurde le secret de la condition humaine, essaie de redonner à la vie l'humour et la légèreté de son apparente déraison. Cela dit, on a l'impression de tourner en rond du début à la fin, tel Sisyphe poussant son rocher. Mais n'est-ce pas le propre (j'allais dire le privilège !!)... Quand les dieux anciens reviennent remplir l'absence laissée par Dieu... Quand Zeus, tout à ses fredaines, revient séduire de jolies mortelles, les trompant en prenant l'apparence du mari trompé. Quand un vieil homme, entre la vie et la mort, nous fait part de ses pensées... Au jeu des faux-semblants et des apparences (trompeuses, bien sûr) John Banville est très fort. Si, derrière la déraison se cachait la raison ? Si derrière le non-sens se cachait le sens, et de notre mortelle condition l'énigme ? Et bien, bon courage pour décrypter. Fort déconcertée et quelque peu agacée j'ai failli fermer ce livre à la page 66 (chiffre presque fatidique). Et puis je me suis laissée prendre au jeu de cette histoire assez délirante, où les caprices divins se jouent de nos destinées comme de la plume au vent. Entre Camus et Saramago, Banville se situe dans cette lignée d'écrivains qui, faisant de l'absurde le secret de la condition humaine, essaie de redonner à la vie l'humour et la légèreté de son apparente déraison. Cela dit, on a l'impression de tourner en rond du début à la fin, tel Sisyphe poussant son rocher. Mais n'est-ce pas le propre (j'allais dire le privilège !!) des dieux que de s'ennuyer ?
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.