RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            La mort de Belle

            Omnibus
            EAN : 9782258097711
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            La mort de Belle
            Romans durs

            Date de parution : 14/06/2012

            Soupçons mortels - Un soir, dans une bourgade de la banlieue new-yorkaise, alors que sa femme Christine est allée faire un bridge chez des amis, Spencer Ashby reste chez lui. Après avoir corrigé les copies de ses élèves, il s'adonne à son passe-temps favori, la sculpture sur bois.

            Soupçons mortels
            Un soir, dans une bourgade de la banlieue new-yorkaise, alors que sa femme Christine est allée faire un bridge chez des amis, Spencer Ashby reste chez lui. Après avoir corrigé les copies de ses élèves, il s'adonne à son passe-temps favori, la sculpture sur bois. Les Ashby, ménage très...

            Soupçons mortels
            Un soir, dans une bourgade de la banlieue new-yorkaise, alors que sa femme Christine est allée faire un bridge chez des amis, Spencer Ashby reste chez lui. Après avoir corrigé les copies de ses élèves, il s'adonne à son passe-temps favori, la sculpture sur bois. Les Ashby, ménage très uni, hébergent depuis un mois la fille d'une amie de Christine, Belle Sherman. Celle-ci revient avant la fin de la soirée, pendant que Spencer est toujours occupé dans son cagibi. Christine rentre plus tard. Le lendemain matin, à peine arrivé au collège, Spencer est rappelé d'urgence, on a trouvé Belle étranglée dans sa chambre.
            Adapté pour le cinéma en 1960, par Edouard Molinaro avec Jean Desailly (Stéphane Blanchon), Monique Mélinand (Christiane Blanchon), Alexandra Stewart (Belle), Jacques Monod (Beckman), Yves Robert (le barman) ; et pour la télévision en 2009, sous le titre Jusqu’à l’enfer, par Denis Malleval, avec Bruno Solo (Simon Andrieu), Delphine Rollin (Christine Andrieu), Jean-Louis Foulquier (Docteur Paul Jussieux), Jacques Spiesser (Capitaine Vallin).
            Simenon chez Omnibus : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très “noirs” Romans durs

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258097711
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Beffroi Posté le 2 Janvier 2018
              Belle a été assassinée… Il s’agit d’une jeune fille hébergée chez les Ashby, un couple américain. Comme Spencer Ashby, professeur un peu coincé, a passé la soirée seul à la maison, il est le coupable idéal… J’ai aimé le climat très oppressant du livre. La petite communauté américaine, l’institution scolaire qui l’emploie, l’administration judiciaire et même sa femme …semblent douter de son innocence. La neige qui tombe en abondance ajoute une note d’isolement. Comment ne pas craquer quand tout vous accuse ? Un « roman dur » , écrit en 1951, qui montre le génie de Simenon. Créer une atmosphère, troubler le lecteur (on ne lâche pas le livre avant la fin), fouiller dans la psychologie des personnages et aboutir à une chute finale inattendue en 189 pages. Cette histoire vient-t-elle en résonance avec la vie de Simenon qui, après la guerre, a quitté l’Europe pour se réfugier aux USA car il souffrait d’une mauvaise réputation ?
            • Brooklynbythesea Posté le 29 Septembre 2017
              C'est un petit livre bizarre et dense, dont l'histoire se passe aux Etats-Unis, en plein hiver neigeux. Simenon retranscrit à merveille l'ambiance étouffée et étouffante qui règne dans une petite ville bien propre, dès lors qu'une jeune fille est retrouvée morte dans la maison d'un respectable professeur, qui n'a rien vu ni entendu pendant qu'on l'assassinait. Peu à peu, au sein de l'honnête communauté, la suspicion s'éveille à l'égard de cet homme un peu différent. Une fois encore, Simenon pointe du doigt les braves gens qui rejettent ceux qui ne leur ressemblent pas -quitte à ce que le pire advienne. Simenon n'explique pas, il nous laisse imaginer (et c'est très bien comme ça).
            • Cerclenantais Posté le 23 Mai 2017
              Ce roman fait partie des "romans durs" de Simenon, des romans noirs où n'apparaît pas l'inspecteur Maigret. Ils sont d'autant plus forts car ils traitent d'un drame humain, que devra gérer une personne qui ne travaille pas dans la police. Un simple professeur, en l'occurrence... "La mort de belle" prend pour cadre l'Amérique des années 50, où Simenon a vécu. Il rend parfaitement cette atmosphère de village puritain, où l'apparence de respectabilité compte plus que la vérité. Pour faire court, une jeune fille est retrouvée morte dans la maison de Spencer Ashby. Comment celui-ci va-t-il réagir, en proie à la pression des regards de ses voisins, jusqu'à sa propre femme ? Peuvent-ils réussir à faire naître un sentiment de culpabilité chez quelqu'un d'innocent ? Autant le dire tout de suite, l'intérêt de ce livre n'est pas dans l'élucidation d'une énigme mais dans la manière dont le crime reflète la société dans laquelle il est perpétré, dans les conséquences de celui-ci, comme un terrible jeu de dominos... La tension érotique, toujours présente chez Simenon, joue ici à merveille avec l'atmosphère puritaine. En conclusion, j'ai beaucoup aimé.
            • TristanPichard Posté le 9 Février 2017
              Je suis assez Simenon en ce moment et, à chaque nouvelle lecture, sa patte m'impressionne un peu plus. Tout me séduit et me glace : le ton, le style, l'idée, la forme (brève) et les personnages (profonds). Rien ne rachète personne et c'est une vision de l'homme parfaitement désabusée que nous offre l'auteur. La subtilité de la symbolique, la manière dont il lie la frustration sexuelle de son protagoniste avec le sordide de la situation laisse interdit. Comme Conrad dans Au Cœur des Ténèbres, et d'une manière bien différente, ce dont témoigne ce récit c'est de l'horreur, l'horreur, l'horreur. Pas celle de la nature ou de forces qui surpassent l'Homme, mais bien de l'Homme lui même qui n'est jamais aussi abject qu'en mêlant barbarie et médiocrité.
            • Ponna Posté le 5 Avril 2016
              Tous les soupçons pèsent sur Spencer Ashby, professeur américain vivant paisiblement en couple. Belle, une jeune fille qu'ils hébergent, a été étranglée alors qu'elle était seule avec lui. Principal suspect, c'est tout son entourage qui changera à son égard. Quelle attitude adopter? Lutter pour prouver son innocence ou le poids des relations sociales et familiales sera-t-il trop lourd pour réagir? C'est tendu comme d'habitude chez Simenon, la phrase d'après peut faire basculer le récit à tout moment. Grand roman avec une fin très réussie.
            Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
            Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.