Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823889383
Code sériel : 1515
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Nouveauté

La poursuite de l'amour

Marcel Schneider (préface de), Daria Olivier (traduit par)
Date de parution : 16/09/2021

Désireuses de conquérir leur destin, deux jeunes aristocrates anglaises aspirent à l’amour comme elles s’éprendraient d’un rêve. Tandis que l’une se précipite vers le mariage avec fougue, la seconde guette patiemment l’élu qui viendra bouleverser sa vie. Dans le trouble de l’avant-guerre débute alors un long apprentissage sinueux et passionné,...

Désireuses de conquérir leur destin, deux jeunes aristocrates anglaises aspirent à l’amour comme elles s’éprendraient d’un rêve. Tandis que l’une se précipite vers le mariage avec fougue, la seconde guette patiemment l’élu qui viendra bouleverser sa vie. Dans le trouble de l’avant-guerre débute alors un long apprentissage sinueux et passionné, à jamais universel.

« Nancy Mitford avait tout : la naissance, l'humour, un salon où le Tout-Paris qui pense et qui danse se ruait, et une plume caustique. » Elle

Préface de Marcel Schneider
Traduit de l'anglais par Daria Olivier

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823889383
Code sériel : 1515
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ils en parlent

« Nancy Mitford avait tout : la naissance, l'humour, un salon où le tout-Paris qui pense et qui danse se ruait, et une plume caustique. »
Elle

« Mettons les choses au point ; Nancy Mitford n'est pas une charmante excentrique, ni ses romans un-parfait-témoignage-du-passé ; c'est une fille pleine de tempérament, le rejeton d'une classe qui savait se défendre et était sûre de sa supériorité. Ce que l'Angleterre a produit de mieux avec Dickens et Kipling, deux écrivains qui sont, comme Nancy Mitford, restés imperméables à ce qu'on leur disait de faire de leur enfance : ils le savaient mieux que personne. »
Le Figaro Magazine

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Amelie70 Posté le 24 Octobre 2021
    Dans les années 30, l'auteur raconte la vie de Fanny et Linda, deux cousines anglaises. Fanny est élevée par sa tante Emily qui se marie à l'aube de ses 40 ans. Linda quant à elle vit à la campagne avec ses frères et sœurs avec son père et sa mère. Lorsqu'elles ont 16 ans, elles assistent à leur premier mariage, celui de Louis à, la sœur de Linda. Elles attendent alors avec impatience leur 18 ans pour aller au bal. A leur premier bal, Linda rencontre Tony. Il est beau et fils de banquier. Ce sera son mari mais un premier amour est il le mariage parfait ? Fanny est la narratrice de l'histoire. Elle raconte en parallèle son histoire. Les deux jeunes filles sont différentes et leur vie le sera d'autant plus. Cette réédition permet de voyager dans l'Angleterre d'entre deux guerres. Cette histoire est inspirée de la vie de l'auteur et de sa famille. C'est une bouffée d'air frais authentique. Les deux jeunes filles n'ont pas les mêmes envies et besoins. Linda ne peut vivre qu'avec un homme et elle veut tout rapidement, elle se marie avec le premier jeune homme qu'elle rencontre. Fanny est plus posée et moins impatiente. Je recommande ce... Dans les années 30, l'auteur raconte la vie de Fanny et Linda, deux cousines anglaises. Fanny est élevée par sa tante Emily qui se marie à l'aube de ses 40 ans. Linda quant à elle vit à la campagne avec ses frères et sœurs avec son père et sa mère. Lorsqu'elles ont 16 ans, elles assistent à leur premier mariage, celui de Louis à, la sœur de Linda. Elles attendent alors avec impatience leur 18 ans pour aller au bal. A leur premier bal, Linda rencontre Tony. Il est beau et fils de banquier. Ce sera son mari mais un premier amour est il le mariage parfait ? Fanny est la narratrice de l'histoire. Elle raconte en parallèle son histoire. Les deux jeunes filles sont différentes et leur vie le sera d'autant plus. Cette réédition permet de voyager dans l'Angleterre d'entre deux guerres. Cette histoire est inspirée de la vie de l'auteur et de sa famille. C'est une bouffée d'air frais authentique. Les deux jeunes filles n'ont pas les mêmes envies et besoins. Linda ne peut vivre qu'avec un homme et elle veut tout rapidement, elle se marie avec le premier jeune homme qu'elle rencontre. Fanny est plus posée et moins impatiente. Je recommande ce voyage anglais
    Lire la suite
    En lire moins
  • Little_stranger Posté le 30 Mai 2021
    Quel plaisir de lire ce roman ! Je ne l'avais jamais lu, même si je connais bien l'histoire des soeurs Mitford avec l'extraordinaire biographie romancée que leur a consacré Annick Le Floc'Hmoan "Ces extravagantes soeur Mitford" et j'ai lu avec beaucoup d'agrément " Nancy Mitford, la dame de la rue Monsieur" par Jean-Noël Liaut, consacré à l'auteur de "la poursuite de l'amour" et de nombreux autres. C'est un roman pétillant, comme le champagne, enlevé comme certaines femmes "enlèvent" tout ce qu'elles portent. On y suit les tribulations amoureuses et décevantes de Linda, fille d'un surprenant gentleman farmer, Lord Matthew Radlett et d'une douce femme, Sadie. Il y a une grande maison, Alconleigh, des frères et soeurs par brouette : Louisa, Matt, Jassy et Bob, qui va rentrer à Eton. Il y a les chasse à courre des enfants, les séances avec le maniement du fouet sur fonds d'air d'opéra ... C'est aussi l'histoire d'amitié indéfectible entre Linda et Fanny, fille de la trotteuse (partie à 19 ans en laissant son bébé à élever par sa soeur célibataire alors, Emily). On ne peut s'empêcher de recouper ce roman avec la vraie vie de la famille Mitford et c'est très drôle. Je ne suis... Quel plaisir de lire ce roman ! Je ne l'avais jamais lu, même si je connais bien l'histoire des soeurs Mitford avec l'extraordinaire biographie romancée que leur a consacré Annick Le Floc'Hmoan "Ces extravagantes soeur Mitford" et j'ai lu avec beaucoup d'agrément " Nancy Mitford, la dame de la rue Monsieur" par Jean-Noël Liaut, consacré à l'auteur de "la poursuite de l'amour" et de nombreux autres. C'est un roman pétillant, comme le champagne, enlevé comme certaines femmes "enlèvent" tout ce qu'elles portent. On y suit les tribulations amoureuses et décevantes de Linda, fille d'un surprenant gentleman farmer, Lord Matthew Radlett et d'une douce femme, Sadie. Il y a une grande maison, Alconleigh, des frères et soeurs par brouette : Louisa, Matt, Jassy et Bob, qui va rentrer à Eton. Il y a les chasse à courre des enfants, les séances avec le maniement du fouet sur fonds d'air d'opéra ... C'est aussi l'histoire d'amitié indéfectible entre Linda et Fanny, fille de la trotteuse (partie à 19 ans en laissant son bébé à élever par sa soeur célibataire alors, Emily). On ne peut s'empêcher de recouper ce roman avec la vraie vie de la famille Mitford et c'est très drôle. Je ne suis pas sûre que j'aurais lu ce roman sans l'excellente adaptation faite par la BBC tout récemment, qui a "twisté" l'histoire originale en y ajoutant une bande originale très actuelle. On a le grand plaisir d'y retrouver dans le rôle de Lord Merlin (l'enchanteur), Andrew Scott, acteur protenéiforme, qui incarna Moriarty dans la série "Sherlock".
    Lire la suite
    En lire moins
  • Rochester Posté le 10 Décembre 2019
    A travers La poursuite de l'amour, Nancy Mitford nous livre une autobiographie romancée. Linda Radlett, fille d'un Lord anglais, est un concentré de soeurs Mitford. Elle est frivole, passionnée, follement romanesque. Sa cousine Fanny nous conte ses aventures sentimentales dans l'entre-deux guerre avec un humour so british. Linda épouse un banquier, puis un communiste, avant de devenir la maîtresse d'un riche français qui deviendra gaulliste quand éclatera la deuxième guerre mondiale. Un beau destin de femme éprise de liberté. Si la plume de Nancy Mitford peut être caustique, elle met aussi beaucoup de tendresse à croquer certains personnages comme oncle Matthew et tante Sadie, Davey, l'oncle hypocondriaque, Lord Merlin, l'esthète, la mère de Fanny dite la « Trotteuse ». On retrouvera tout ce beau monde L'amour dans un climat froid. Suite au prochain épisode …
  • stcyr04 Posté le 5 Décembre 2019
    La poursuite de l'amour est un roman avec des éléments autobiographiques. Fanny, la narratrice, habite chez son oncle, ses tantes et ses cousins. Sa mère est une femme au cœur généreux mais capricieux, elle est surnommée par la famille "la trotteuse", bref elle a la jambe légère. Ce petit arrangement semble convenir à tout le monde, on sauve ce qui peut l'être de respectabilité et de mœurs honnêtes sous la férule du chauvin oncle Matthew qui a la tête près du bonnet. Fanny reste sage alors que sa cousine Linda semble marcher dans les pas de sa volage tante, multipliant les relations légitimes ou non, toujours malheureuses. Le roman est assez singulier. On est en présence d'une narration à la première personne pris en charge par Fanny puis on passe à une focalisation externe presque exclusive racontant les déboires sentimentaux de Linda comme si cette dernière aurait tout raconté à posteriori à sa cousine. De même le récit démarre plaisamment avec un humour estampillé anglais pour finir de manière abrupte et dramatiquement sur les deux dernières pages. Ce n'est pas la première fois que je constate cet effet dans la littérature de langue anglaise. Bref le récit manque... La poursuite de l'amour est un roman avec des éléments autobiographiques. Fanny, la narratrice, habite chez son oncle, ses tantes et ses cousins. Sa mère est une femme au cœur généreux mais capricieux, elle est surnommée par la famille "la trotteuse", bref elle a la jambe légère. Ce petit arrangement semble convenir à tout le monde, on sauve ce qui peut l'être de respectabilité et de mœurs honnêtes sous la férule du chauvin oncle Matthew qui a la tête près du bonnet. Fanny reste sage alors que sa cousine Linda semble marcher dans les pas de sa volage tante, multipliant les relations légitimes ou non, toujours malheureuses. Le roman est assez singulier. On est en présence d'une narration à la première personne pris en charge par Fanny puis on passe à une focalisation externe presque exclusive racontant les déboires sentimentaux de Linda comme si cette dernière aurait tout raconté à posteriori à sa cousine. De même le récit démarre plaisamment avec un humour estampillé anglais pour finir de manière abrupte et dramatiquement sur les deux dernières pages. Ce n'est pas la première fois que je constate cet effet dans la littérature de langue anglaise. Bref le récit manque de cohérence, c'est une promesse non tenue.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Michigan32 Posté le 23 Juin 2019
    C'est drôle, subtil et finement observé. On y retrouve le charme de la bourgeoisie anglaise de la première moitié du XXième siècle et comme souvent dans les romans de la littérature classique britannique, on y suit deux jeunes filles à la recherche d'un mari. Ces deux jeunes filles, ce sont Fanny, la narratrice, et Linda sa cousine. Le livre démarre au moment de leur adolescence et se poursuit durant l'âge adulte. On accroche rapidement à l'histoire avec les descriptions ubuesques des membres de la famille, en particulier l'Oncle Matthew. C'est en partie ce qui fait le charme de cette histoire, la manière dont Nancy Mitford prend soin de décrire les personnages secondaires. Et en réalité nous pourrions presque considérer que Fanny, la narratrice, est également à sa manière, un personnage secondaire. Car celle qui est véritablement à la poursuite de l'amour, et qui va s'y reprendre à plusieurs fois, c'est Linda. C'est elle le personnage au cœur de ce roman. Alors, certains pourront la trouver agaçante car elle n'a pas son pareil pour se précipiter dans des histoires d'amour qui paraissent à tout le monde, vouées à l'échec. Elle n'en fait qu'à sa tête et sa tête, elle la jette... C'est drôle, subtil et finement observé. On y retrouve le charme de la bourgeoisie anglaise de la première moitié du XXième siècle et comme souvent dans les romans de la littérature classique britannique, on y suit deux jeunes filles à la recherche d'un mari. Ces deux jeunes filles, ce sont Fanny, la narratrice, et Linda sa cousine. Le livre démarre au moment de leur adolescence et se poursuit durant l'âge adulte. On accroche rapidement à l'histoire avec les descriptions ubuesques des membres de la famille, en particulier l'Oncle Matthew. C'est en partie ce qui fait le charme de cette histoire, la manière dont Nancy Mitford prend soin de décrire les personnages secondaires. Et en réalité nous pourrions presque considérer que Fanny, la narratrice, est également à sa manière, un personnage secondaire. Car celle qui est véritablement à la poursuite de l'amour, et qui va s'y reprendre à plusieurs fois, c'est Linda. C'est elle le personnage au cœur de ce roman. Alors, certains pourront la trouver agaçante car elle n'a pas son pareil pour se précipiter dans des histoires d'amour qui paraissent à tout le monde, vouées à l'échec. Elle n'en fait qu'à sa tête et sa tête, elle la jette la première dans le mariage. Mais malgré son côté frivole et sa vision très romanesque de l'amour, elle est bien courageuse. Elle se marie vite mais reconnaît ses erreurs et n'hésite pas à divorcer à une époque où cela est loin d'être évident pour une femme. Elle n'hésite pas à se confronter à sa famille ni à tout quitter et à se retrouver sans le sou lorsqu'elle est convaincue de sa décision. Bref sous ses airs de jeune femme écervelée, elle a tout d'une héroïne.
    Lire la suite
    En lire moins
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !