Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782823824261
Code sériel : UGE
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Le condamné de Noël

Date de parution : 09/11/2015
Un trépidant mystère de Noël dans les salons de la bonne société anglaise, par la Reine du polar victorien.
Londres, 1868. Alors que la période de Noël commence, Claudine Burroughs ne se sent pas joyeuse à l’idée des bals sans fin, des obligations sociales et des évènements somptueux. Venir en aide aux femmes dans le besoin à la clinique Hester Monk lui a ouvert les yeux sur un autre... Londres, 1868. Alors que la période de Noël commence, Claudine Burroughs ne se sent pas joyeuse à l’idée des bals sans fin, des obligations sociales et des évènements somptueux. Venir en aide aux femmes dans le besoin à la clinique Hester Monk lui a ouvert les yeux sur un autre monde, et le fait que son mari n’approuve pas ce choix la rend malheureuse. Mais les deux univers qu’elle côtoie vont bientôt se rencontrer. Lors d’un gala de Noël, une femme est brutalement battue, et il apparaît rapidement qu’il s’agit d’une prostituée invitée clandestinement par l’un des invités.  Le poète Dai Tregarron, accusé d’être l’agresseur, prétend qu’il ne faisait que protéger cette femme contre la violence de trois riches jeunes hommes. Claudine croit en l’histoire de Dai, mais face au rang social qui joue en sa défaveur, comment peut-elle prouver son innocence sans tout risquer ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823824261
Code sériel : UGE
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MARILOU75 Posté le 23 Août 2020
    j'ai bien aimé ce livre, moins de rappels des précédents romans, intrigue passionnante, me voilà réconciliée avec Anne Perry !
  • SapereAude Posté le 11 Février 2019
    Je vous retrouve pour une très courte chronique puisque c'est un très court roman (mais si xD 186 pages c'est un court roman) ! D'autant que le schéma narratif ne laisse pas de grand suspense, tout comme le résumé. L'enjeu du roman ne tient qu'au dénouement de l'enquête et du procès. Mais quand je dis enquête, je ne parle pas du mystère et de la traque d'un potentiel assassin de génie. C'est là ou le bas blesse en fait ! Le roman pourrait être super, il pourrait faire un bon téléfilm d'hiver ou un bon épisode d'une série comme Hercule Poirot ou Miss Marple (Miss Fisher, Murdock et j'en passe) si le résumé et le début du roman ne vendaient pas la mèche dès le début. Très franchement, à ce stade, je ne vois pas trop quoi vous dire d'autre sur l'histoire sans donner tous les détails. On passe un bon moment même si les rebondissements ne sont pas vertigineux. En matière de personnage, même si j'aime beaucoup le personnage de Claudine Burroughs et en général les personnages féminins forts qui sortent de codes de leur époque et n'ont pas peur de s'affirmer, sauf qu'il y a des limites qu'un personnage peu ou... Je vous retrouve pour une très courte chronique puisque c'est un très court roman (mais si xD 186 pages c'est un court roman) ! D'autant que le schéma narratif ne laisse pas de grand suspense, tout comme le résumé. L'enjeu du roman ne tient qu'au dénouement de l'enquête et du procès. Mais quand je dis enquête, je ne parle pas du mystère et de la traque d'un potentiel assassin de génie. C'est là ou le bas blesse en fait ! Le roman pourrait être super, il pourrait faire un bon téléfilm d'hiver ou un bon épisode d'une série comme Hercule Poirot ou Miss Marple (Miss Fisher, Murdock et j'en passe) si le résumé et le début du roman ne vendaient pas la mèche dès le début. Très franchement, à ce stade, je ne vois pas trop quoi vous dire d'autre sur l'histoire sans donner tous les détails. On passe un bon moment même si les rebondissements ne sont pas vertigineux. En matière de personnage, même si j'aime beaucoup le personnage de Claudine Burroughs et en général les personnages féminins forts qui sortent de codes de leur époque et n'ont pas peur de s'affirmer, sauf qu'il y a des limites qu'un personnage peu ou ne peut pas franchir et dans cette histoire, le personnage les franchis: très franchement, je pense qu'une femme de son rang à l'époque n'aurait pas agit de cette façon. Le point positif est que l'auteur ne montre pas une société bourgeoise irréprochable, elle montre toute son hypocrisie et les vices qui peuvent s'y cacher. Ce que j'ai beaucoup aimé c'est ce contrôle des convenances entre les rumeurs et les non dits. Le style de l'auteur est sympa mais sans plus, ça se lit vite comme je vous le disais et même si l'histoire tient un peu en haleine, il n'y avait rien d'exceptionnel.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Souri7 Posté le 13 Décembre 2018
    🎄 Petite enquête hors-série de la saga William Monk 🎄 A quelques semaines de Noël, Claudine Burroughs et son époux Wallace assistent à une réception chez Mr et Mrs Gifford. Même si ce genre de soirée n'est pas ce qu'apprécie le plus Claudine, elle accepte de se soumettre aux us et coutumes de la bonne société. Alors, lorsqu'une jeune femme - prostituée de surcroit - est trouvée agonisante dans le jardin, Claudine retrouve ses réflexes acquis à la clinique d'Hester et tente de l'aider comme elle peut. Malheureuemsent, la jeune femme décède et le poète Dai Tregarron est accusé d'être les agresseurs par les trois autres jeunes hommes présents lors des faits. Claudine Burroughs doute de la culpabilité de Dai Tregarron et décide de mener son enquête avec l'aide de Squeaky Robinson, comptable de la clinique où elle travaille. Son enquête est très mal perçue par les gens de son milieu qui ne comprennent pas qu'on puisse mettre en doute la parole de trois jeunes hommes de bonne famille. La collection des Petites Histoires de Noël d'Anne Perry n'a aucun intérêt si vous ne connaissez pas l'univers, les personnages de ces différentes sagas. Lu indépendamment, ce livre risque de vous ennuyez... 🎄 Petite enquête hors-série de la saga William Monk 🎄 A quelques semaines de Noël, Claudine Burroughs et son époux Wallace assistent à une réception chez Mr et Mrs Gifford. Même si ce genre de soirée n'est pas ce qu'apprécie le plus Claudine, elle accepte de se soumettre aux us et coutumes de la bonne société. Alors, lorsqu'une jeune femme - prostituée de surcroit - est trouvée agonisante dans le jardin, Claudine retrouve ses réflexes acquis à la clinique d'Hester et tente de l'aider comme elle peut. Malheureuemsent, la jeune femme décède et le poète Dai Tregarron est accusé d'être les agresseurs par les trois autres jeunes hommes présents lors des faits. Claudine Burroughs doute de la culpabilité de Dai Tregarron et décide de mener son enquête avec l'aide de Squeaky Robinson, comptable de la clinique où elle travaille. Son enquête est très mal perçue par les gens de son milieu qui ne comprennent pas qu'on puisse mettre en doute la parole de trois jeunes hommes de bonne famille. La collection des Petites Histoires de Noël d'Anne Perry n'a aucun intérêt si vous ne connaissez pas l'univers, les personnages de ces différentes sagas. Lu indépendamment, ce livre risque de vous ennuyez voire, vous risquez de le trouver sans queue ni tête en raison des nombreuses références à des personnages absents ou des faits passés. 👉 Comme je l'ai d'ailleurs déjà précisé avec d'autres hors-séries de cette collection, ces ouvrages ont surtout pour qualité de présenter les personnages secondaires croisés dans les sagas d'Anne Perry sous un autre éclairage, voire de leur donner la vedette le temps d'une aventure. 🙂 Ici, Claudine Burroughs est mise en avant. Ce personnage récurent de la série Monk est une femme de la bonne société, lassée de son quotidien insipide et de son univers superficiel où toutes les actions sont codifiées par l'étiquette. Son travail ingrat à la clinique d'Hester lui a permis de sortir de son carcan et de se découvrir une personnalité plus dynamique, plus vivante. Elle est souvent en opposition avec Squeaky Robinson, l'ancien proxénète devenu comptable de la clinique qui ne cesse de la rabaisser tout en étant subjugué par son caractère. Dans Le Condamné de Noël, Anne Perry utilise ce personnage vivant entre deux mondes (richesse vs pauvreté) pour nous offrir une description de la société victorienne rigide et codifiée. L'hypocrisie y ait légion, les alliances ont souvent des intérêts financiers ou de pouvoir et l'honneur, souvent mis en avant est détourné à des fins utiles. Des nombreux contes de Noël lu, celui-ci est le plus intéressant de par son contenu. Certes, l'histoire et ses rebondissements sont quelque peu surfaits et irréalistes, mais c'est le roman dont l'intrigue est la plus passionnante, la plus humaine. Le contraste entre les deux sociétés, le conflit rencontré par Claudine entre l'honneur et ce qu'on attend d'elle en fait un moment de lecture vraiment agréable. Et le tout dans l'esprit de noël.😇
    Lire la suite
    En lire moins
  • Khalya Posté le 16 Septembre 2018
    Cette nouvelle prend place dans l’univers de la série William Monk. Bien qu’il y ait une enquête, on s’attache plus à la description des mœurs de la bonne société anglaise et de ses dérives. Claudine s’attire les foudres de son mari en refusant de laisser un homme aux origines modestes payer pour un crime commis par un fils de bonne famille. Si on ne sait pas immédiatement ce qu’il s’est passé, et lequel de ces gosses de riches est coupable, on se doute dès les premières lignes que Dai Tregarron n’est qu’un bouc émissaire. On voit Claudine de battre contre une certaine solidarité de la bonne société mais aussi contre sa condition de femme car, d’un claquement de doigt, son mari peut lui fermer toutes les portes et lui interdire de continuer à se rendre utile à l’hôpital où elle vient en aide aux prostituées, ce qui, pour un homme qui côtoie l’aristocratie et la haute bourgeoisie sans vraiment en faire partie, n’est pas « convenable ». Il aurait sans doute préféré que sa femme s’occupe d’une œuvre de charité mettant moins en avant les réalités de la vie des pauvres. J’ai trouvé cet homme, très donneur de leçon, totalement hypocrite et... Cette nouvelle prend place dans l’univers de la série William Monk. Bien qu’il y ait une enquête, on s’attache plus à la description des mœurs de la bonne société anglaise et de ses dérives. Claudine s’attire les foudres de son mari en refusant de laisser un homme aux origines modestes payer pour un crime commis par un fils de bonne famille. Si on ne sait pas immédiatement ce qu’il s’est passé, et lequel de ces gosses de riches est coupable, on se doute dès les premières lignes que Dai Tregarron n’est qu’un bouc émissaire. On voit Claudine de battre contre une certaine solidarité de la bonne société mais aussi contre sa condition de femme car, d’un claquement de doigt, son mari peut lui fermer toutes les portes et lui interdire de continuer à se rendre utile à l’hôpital où elle vient en aide aux prostituées, ce qui, pour un homme qui côtoie l’aristocratie et la haute bourgeoisie sans vraiment en faire partie, n’est pas « convenable ». Il aurait sans doute préféré que sa femme s’occupe d’une œuvre de charité mettant moins en avant les réalités de la vie des pauvres. J’ai trouvé cet homme, très donneur de leçon, totalement hypocrite et j’ai adoré voir sa femme lui mettre le nez sur ses contradictions. J’ai aussi apprécié que l’auteur n’hésite pas à montrer que si cet homme, bien qu’innocent, n’avait pas eu de son côté une femme de qualité et, grâce à elle, de quelques soutiens dans la bonne société, il aurait été pendu car la police se serait arrêtée à la parole des aristocrates. Elle montre bien à quel point la justice était à deux vitesses (quoi que je ne suis pas sûre que ça ait tellement changé, mais bon). C’est une des nouvelles que j’ai préférée car elle ne prétend pas mettre en place une enquête policière en si peu de page. Ici, il s’agit plus de trouver un moyen de prouver l’innocence d’un homme accusé à tort alors que l’on sait déjà qui est le vrai coupable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MARCUS36 Posté le 4 Janvier 2018
    Que mon ignorance volontaire soit pardonnée des répétitions que je pourrai écrire dans ma critique, mais je préfère ne pas lire auparavant les précédentes appréciations. Dans cette nouvelle histoire de Noël d'Anne PERRY, il est question d'injustice et d'honneur mais aussi d'autres valeurs qui représentent bel et bien l'esprit de cette fête tant attendue par les enfants mais aussi par tous les adultes qui n'ont pas perdu leur âme d'enfant. Dai TREGARRON poursuivi pour un meurtre dont il est accusé, sera défendu par Mrs. Claudine BURROUGHS, femme dont la confiance en elle est éteinte, mais qui croit en la justice, aidée en cela par le charme de ce monsieur. Cependant, ceux qui pourraient être les meurtriers représentent les puissants, les riches et à cette époque là cela faisait souvent la différence. Alors Claudine aura t'elle le courage, la force d'aller au bout de son enquête, à vous de le découvrir. Je sais, Noël est passé mais nous sommes encore dans la dynamique alors profitons en pour prolonger le rêve et l'esprit. Je reconnais bien volontiers que ce n'est pas le meilleur de cette auteure, mais j'aime Noël avec ses valeurs et son folklore alors j'aime ce livre. Comme tous les autres.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !

Lisez maintenant, tout de suite !