RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le fou de Bergerac

            Omnibus
            EAN : 9782258095984
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Le fou de Bergerac
            Maigret

            Date de parution : 14/06/2012

            Mme Maigret mène aussi l’enquête…  - Maigret va passer quelques jours en Dordogne, chez son ami Leduc, commissaire à la retraite. Dans l'express de Bordeaux, il est intrigué par le voyageur installé dans la couchette au-dessus de la sienne.

            Mme Maigret mène aussi l’enquête…
            Maigret va passer quelques jours en Dordogne, chez son ami Leduc, commissaire à la retraite. Dans l'express de Bordeaux, il est intrigué par le voyageur installé dans la couchette au-dessus de la sienne. Lors d'un ralentissement, ce dernier saute du train ; le commissaire le...

            Mme Maigret mène aussi l’enquête…
            Maigret va passer quelques jours en Dordogne, chez son ami Leduc, commissaire à la retraite. Dans l'express de Bordeaux, il est intrigué par le voyageur installé dans la couchette au-dessus de la sienne. Lors d'un ralentissement, ce dernier saute du train ; le commissaire le suit et est grièvement blessé par le fuyard qui tire dans sa direction. Hospitalisé à Bergerac puis installé à l’hôtel d’Angleterre, il apprend que plusieurs crimes sadiques viennent d’être commis et qu'il a été la victime de celui qu'on appelle le « fou de Bergerac ». Puisqu’il est immobilisé dans son lit, c’est Mme Maigret qui interroge pour lui les suspects… 
            Adapté pour la télévision en 1979, sous le titre Maigret et le fou de Bergerac, par Yves Allégret, avec Jean Richard (Commissaire Maigret), Annick Tanguy (Mme Maigret), Marthe Villalonga (Mme Beausoleil) ; en 2002, sous le titre Maigret et le fou de Sainte-Clotilde, dans une réalisation de Claude Tonetti, avec Bruno Cremer (Commissaire Maigret), Alexandre Brasseur (Inspecteur Lachenal), Dora Doll (Tativa).
            Simenon chez Omnibus : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très “noirs” Romans durs

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258095984
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Polars_urbains Posté le 30 Avril 2018
              Pour ce très bon roman dans lequel Maigret blessé mène l’enquête depuis sa chambre avec l’aide de Mme Maigret, je me permets de renvoyer les lecteurs à mon blog où je le compare à La Mariée nue de Patrick Marty, autre roman intéressant situé dans la belle mais pas si paisible ville de Bergerac.
            • dido600 Posté le 13 Juin 2016
              Ecrit en 1934 Dans le train de nuit Paris-Bordeaux, Maigret est incommodé à cause d'un passager dissipé et dérèglé Aux abords d'une gare, ce dernier saute du train. Le commissaire Maigret décide de le suivre et reçoit une balle de revolver dans l'épaule. Recueilli par un paysan, il est soigné à l'hôpital de Bergerac, une petite ville de Dordogne encore sous le coup de deux meurtres perpétrés sur des jeunes femmes. Maigret fait la connaissance des notables de la ville: le Dr Rivaud, le procureur Duhourceau, et il décide d'enquêter sur les meurtres, aidé par le commissaire local, et par Mme Maigret, qui l'a rejoint pour le soigner pendant sa convalescence. Aidé par Madame Maigret Il, suit le déroulement des opérations depuis son lit de convalescent, à l’hôpital puis à l’hôtel : il y interroge des témoins, y compulse des documents, échafaudant des hypothèses sur la seule base des bruits qui circulent et des représentations que son imagination lui suggère. Suspens arcanes omniprésents le long du récit et nous tient en haleine jusqu’au dernier chapitre Roman compatible a’ la renommée de George Simenon
            • Nikoz Posté le 29 Juin 2015
              Alors là, celle-là d'intrigue... Mais, bref, l'ambiance province des années 30 est bien peinte, à petites touches...
            • cmpf Posté le 4 Mars 2015
              En général j'aime Simenon. Je l'utilise même comme remède lorsque mon moral est si bas, qu'aucun livre ne me tente. Mais là, je n'ai pas accroché à cette histoire de ménage à trois. La fin m'a semblé arriver comme un cheveu sur la soupe. Pour toutefois être honnête, je dois préciser que c'est le livre que j'ai promené dans mon sac, condamné à me distraire dans différentes salles d'attente, 10 pages ici, 25 là. Ceci explique peut être cela.
            • Woland Posté le 7 Octobre 2014
              Cette fois, c'est un peu par curiosité, un peu par gourmandise que Maigret va se retrouver mêlé à une affaire qu'il élucidera ... du fond de son lit. En effet, tenté par les promesses de truffes et de pêche au saumon d'un ancien collègue, Leduc, qui a pris sa retraite en Dordogne, voilà notre commissaire qui grimpe dans un train de nuit pour le sud de la France. Visiblement, son voisin de couchette - il occupe juste celle du dessus - n'est pas dans son assiette. Maigret ne parviendra jamais à discerner ses traits, signalons-le. Toute la nuit, le malheureux tourne, vire, se retourne, soupire, pleure même. Mais le pire se produit au matin, un petit matin grisâtre où un Maigret encore mal réveillé - et qui a très mal dormi - voit l'inconnu descendre en vitesse de sa couchette et se ruer dans le couloir. Là, il se précipite sur une portière, la débloque et hop ! saute dans le virage, juste au moment où le train ralentit. A croire que l'individu avait prévu ce changement de vitesse qui lui permet de ne pas être broyé ... Ne réfléchissant pas un instant - ou alors réfléchissant comme un... Cette fois, c'est un peu par curiosité, un peu par gourmandise que Maigret va se retrouver mêlé à une affaire qu'il élucidera ... du fond de son lit. En effet, tenté par les promesses de truffes et de pêche au saumon d'un ancien collègue, Leduc, qui a pris sa retraite en Dordogne, voilà notre commissaire qui grimpe dans un train de nuit pour le sud de la France. Visiblement, son voisin de couchette - il occupe juste celle du dessus - n'est pas dans son assiette. Maigret ne parviendra jamais à discerner ses traits, signalons-le. Toute la nuit, le malheureux tourne, vire, se retourne, soupire, pleure même. Mais le pire se produit au matin, un petit matin grisâtre où un Maigret encore mal réveillé - et qui a très mal dormi - voit l'inconnu descendre en vitesse de sa couchette et se ruer dans le couloir. Là, il se précipite sur une portière, la débloque et hop ! saute dans le virage, juste au moment où le train ralentit. A croire que l'individu avait prévu ce changement de vitesse qui lui permet de ne pas être broyé ... Ne réfléchissant pas un instant - ou alors réfléchissant comme un flic - Maigret ne fait ni une, ni deux et saute aussi. Seulement, l'homme qu'il poursuit, se retournant, lui tire dessus et le touche à l'épaule ! ... Je vous passe les quelques moments désagréables où le Parquet du coin, flanqué de la police locale et d'un petit cercle de notables s'en viennent défiler devant un Maigret complètement dans les vapes parce qu'il est sur le point d'avoir une artère recousue par un chirurgien plutôt préoccupé par la blessure. Guillerets et soulagés, ces messieurs sont en effet tous persuadés qu'ils tiennent enfin celui que la presse a surnommé "le fou de Bergerac", un obsédé sexuel qui s'est attaqué à deux ou trois femmes. Le temps que Maigret, sortie d'anesthésie, reprenne ses esprits et demande à ce qu'on téléphone à la P. J. de Paris - il avait sauté bêtement, sans songer à se munir de ses papiers d'identité - et, dans la foulée, à une Mme Maigret qui l'attendait en Alsace, tout rentre dans l'ordre et le commissaire se voit transporté, avec moult formulations de regrets et excuses diverses, au meilleur hôtel de Bergerac, dans une chambre que sa femme entreprend de ranger et de ranger à nouveau car, nous le savons depuis longtemps, elle déteste rester inactive. C'est de cette chambre qui, par un heureux hasard, donne en plein sur la place centrale, et plus précisément de ce lit où l'immobilisent à moitié tantôt son encombrant pansement, tantôt la fièvre, que le commissaire va résoudre l'Affaire du Fou de Bergerac. L'idée de prendre son limier favori, de l'enfermer pour un temps, pour une raison ou pour une autre, dans une chambre ou un appartement quelconque, à charge pour lui d'utiliser les fameuses petites "cellules grises" si prisées du grand Hercule Poirot - qui est belge, soulignons-le, Simenon aurait apprécié - pour résoudre une énigme particulièrement complexe et où les suspects se bousculent au portillon, a toujours beaucoup plu - et plaît toujours autant aujourd'hui - aux auteurs de romans policiers, quelle que soit leur nationalité. Sans doute considèrent-ils la chose comme une espèce d'Himalaya au sein des paris littéraires qu'ils se lancent à eux-mêmes. Et puis, que voulez-vous, ça change un peu l'atmosphère et encore plus les réactions du limier choisi pour cobaye. Cela permet d'étudier des pans entiers de son caractère qui, dans une enquête administrative toute bête, ne se feraient pas remarquer plus que d'habitude. On serait presque tenté de dire que, pour l'auteur, il y a là une légère ambiance de vacances - et d'amusement. Pour l'éditeur par contre, le projet de placer Maigret, partagé entre une fièvre entêtante et l'action de médicaments prescrits à dose de cheval, dans un lit de malade, pour résoudre une énigme qui met en scène un obsédé sexuel, n'est peut-être pas une idée de génie. Mais enfin, quand on tire à autant d'exemplaires que le tandem Simenon-Maigret, on peut se permettre quelques caprices. Pour le lecteur, ma foi, "Le Fou de Bergerac" est plutôt une bonne surprise. Ce n'est certainement pas le meilleur des Maigret mais enfin, ce petit roman sympathique et frais se lit vite et bien. D'autant que l'auteur n'a pas lésiné sur la sauce pour relever telle ou telle situation et animer au maximum ce qui risquait de sombrer dans l'énumération engourdie des cogitations d'un malade. Nous avons déjà évoqué le "piège" auquel Maigret échappe après son arrivée à l'Hôpital de Bergerac mais il faut aussi signaler la façon qu'il a de déléguer certains de ses pouvoirs d'enquêteur à une Mme Maigret résignée mais absolument révoltée par ce qu'elle découvre. Et n'oublions pas la malice avec laquelle il fait enrager le pauvre Leduc en le plaçant, lui aussi, au rang des suspects sous prétexte qu'il a une aventure avec la nièce de sa femme de ménage. Quant au défilé des notables au chevet du commissaire réintégré dans ses titres et fonctions, un défilé mi-ennuyé (la gaffe, tout de même, de l'avoir pris, lui, le commissaire divisionnaire, pour "le Fou de Bergerac" ! ), mi-exaspéré (mais quand va-t-il guérir et surtout, quand tirera-t-il sa révérence ?), cela tient de la jouissance pure, tant pour Maigret que pour le lecteur. Parce que, bien entendu, à force de cogiter entre ses deux oreillers bien rembourrés tout en regardant par la fenêtre les uns et les autres aller et venir sur la place, Maigret, si tenu à l'immobilité qu'il soit, ne peut s'empêcher de mettre ses grosses chaussures là où il ne devrait pas - et dans des endroits et sur des faits qui n'ont aucun, mais alors là aucun rapport avec "le Fou." Bref, Maigret bat joyeusement la lessive de toute la petite ville peureuse et le moins que l'on puisse dire, c'est que les notables ne sont pas à la fête. Un bon petit moment à passer. Si vous n'avez pas d'autre "Maigret" sous la main et si vous n'avez pas envie de vous plonger dans les grandes tragédies simenoniennes, bien sûr. ;o)
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
            Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.