Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782266225380
Code sériel : 12364
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

L'Île des esclaves

Bruno Doucey (préface de)
Date de parution : 06/12/2012

Marivaux n’est pas seulement le magicien des ravissements, des confusions et des conspirations amoureuses. Notre siècle, qui a le goût des paraboles sociales, redécouvre ses pièces en un acte, comme cette Colonie subversive où les femmes ont l’idée de prendre le pouvoir…
L’Île des Esclaves est aussi une utopie, entre la...

Marivaux n’est pas seulement le magicien des ravissements, des confusions et des conspirations amoureuses. Notre siècle, qui a le goût des paraboles sociales, redécouvre ses pièces en un acte, comme cette Colonie subversive où les femmes ont l’idée de prendre le pouvoir…
L’Île des Esclaves est aussi une utopie, entre la fable philosophique et la comédie à l’italienne. Sur l’île de « nulle part », deux couples de maîtres et d’esclaves échangent leur condition le temps d’un « cours d’humanité ». Le serviteur se donne trois ans pour corriger le seigneur de sa barbarie et de sa superbe, trois ans pour le rendre humain, sensible et généreux. Venu d’une époque qui ne connaissait pas la lutte des classes, ce conte étonne par son amertume et sa souriante cruauté.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266225380
Code sériel : 12364
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cer45Rt Posté le 18 Septembre 2021
    "L'Ile des esclaves", est une pièce très brève, mais vraiment très réussie ! Elle est à la fois légère et profonde, c'est une pièce intelligente, bien écrite, souvent drôle, au rythme enlevé. Et ça me plaît. Le sujet est simple, et pourtant plutôt original et très bien trouvé ; durant l'Antiquité, à l'époque de la Grèce, des esclaves, arrivent sur une île, avec leurs propriétaires ; les esclaves et les propriétaires, sont alors contraints d'inverser les rôles. Et, à partir de ce sujet simple, le dramaturge, parle de sujets sociaux importants. Et il le fait avec talent ; ses dialogues, m'ont toujours semblé parfaits, les répliques font mouche et il y a un véritable plaisir à les lire. Il n'y a pas eu, un seul instant, dans la pièce, où je me suis ennuyé ; tous les passages, sonnent juste et arrivent au bon moment ; ils peuvent être drôles ou simplement beaux, mais ils sont toujours là où ils doivent être et parfaitement bien faits. L'une des choses, que j'aime vraiment dans cette pièce, est toutes les questions, qu'elle pose (c'est une véritable satire sociale !), sur les rapports de domination et sur leur inversion. J'ai trouvé que "L'Ile... "L'Ile des esclaves", est une pièce très brève, mais vraiment très réussie ! Elle est à la fois légère et profonde, c'est une pièce intelligente, bien écrite, souvent drôle, au rythme enlevé. Et ça me plaît. Le sujet est simple, et pourtant plutôt original et très bien trouvé ; durant l'Antiquité, à l'époque de la Grèce, des esclaves, arrivent sur une île, avec leurs propriétaires ; les esclaves et les propriétaires, sont alors contraints d'inverser les rôles. Et, à partir de ce sujet simple, le dramaturge, parle de sujets sociaux importants. Et il le fait avec talent ; ses dialogues, m'ont toujours semblé parfaits, les répliques font mouche et il y a un véritable plaisir à les lire. Il n'y a pas eu, un seul instant, dans la pièce, où je me suis ennuyé ; tous les passages, sonnent juste et arrivent au bon moment ; ils peuvent être drôles ou simplement beaux, mais ils sont toujours là où ils doivent être et parfaitement bien faits. L'une des choses, que j'aime vraiment dans cette pièce, est toutes les questions, qu'elle pose (c'est une véritable satire sociale !), sur les rapports de domination et sur leur inversion. J'ai trouvé que "L'Ile des esclaves", était une brève comédie, très réussie, très bien écrite et très intelligente.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marilou09 Posté le 1 Juillet 2021
    Dans cette pièce de théâtre, Marivaux inverse les rôles. Les esclaves deviennent les maîtres et les maîtres les esclaves. Si au début, les esclaves sont contents de ce renversement car ils vont avoir la belle vie et vont pouvoir montrer à leurs maîtres combien ils les traitent mal, ils finissent par renoncer à leur vengeance au nom de la bonté: ils ne veulent pas devenir aussi méchants que l'ont été leurs maîtres. Face à ce renoncement, les maîtres prennent conscience de leur mauvais comportement à l'égard de leurs esclaves. Ce récit est très intéressant. Rédigé en plein siècle des Lumières au cours duquel les philosophes commencent à se poser des questions sur l'esclavage, on est témoin ici d'une réflexion plus globale sur la définition de l'humanité, rien de moins. Il en ressort que les humains sont ceux qui font preuve de bonté et d'empathie...
  • Nitocris2021 Posté le 16 Juin 2021
    Une des meilleures pièces de Marivaux qui au delà du jeu de paroles habituel propose une vraie réflexion sur la servitude et la relation entre maître et domestique. Toujours drôle, cette œuvre a cependant aussi un vrai ton de gravité et les personnages ont des traits très humains.
  • Kaky Posté le 5 Juin 2021
    Voilà, je m’en doutais. Je n’ai pas trop aimé. Mais déjà, celui que j’avais lu pour l’école je n’avais pas trop aimé. En fait , je crois que je n’ai pas assez de connaissances sur cette période de l’Histoire pour en apprécier le contenu. Ce n’est pas très grave, au moins il n’est plus dans la bibliothèque 😅
  • Serinnesery Posté le 9 Mai 2021
    Mariveau, le XVIIIe, le siècle des lumières : je resterai définitivement fan ! Avec Voltaire, Montesquieu Rousseau... Cette pièce montre la façon dont les gens devraient être bons. Bons envers les mauvais afin qu'ils se repentent et qu'ils soient pardonnés. Une leçon du comportement du maître envers celui qu'a son esclave lorsque les rôles sont inversés.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !