Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259282741
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

L'indivisible

Date de parution : 11/03/2021
« La République est une et indivisible. » Pourtant, en 1793, à Paris, sous la Terreur, elle n’a jamais été aussi divisée. Dans la tourmente, tout se réinvente : religion, enseignement, émancipation des femmes, fin de l’esclavage, démocratie, économie et industrie…
Au coeur du pouvoir, L’Indivisible nous entraîne dans un Paris dangereux et romantique, sur les traces d’Antoine Longhi, jeune diplomate ambitieux travaillant pour le Comité de salut public, et Diane d’Ükalen, duchesse suédoise traquée par le gouvernement révolutionnaire.
Entre liaisons amoureuses, secrets politiques, complots ourdis par l’Europe entière, des personnages hors-normes...
Au coeur du pouvoir, L’Indivisible nous entraîne dans un Paris dangereux et romantique, sur les traces d’Antoine Longhi, jeune diplomate ambitieux travaillant pour le Comité de salut public, et Diane d’Ükalen, duchesse suédoise traquée par le gouvernement révolutionnaire.
Entre liaisons amoureuses, secrets politiques, complots ourdis par l’Europe entière, des personnages hors-normes et passionnés vont accoucher dans l’urgence d’un nouveau monde : le nôtre.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259282741
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • histfict Posté le 13 Septembre 2021
    Comme j’apprécie beaucoup les fictions consacrées à la Révolution française, j’avais hâte de découvrir L’indivisible de Laurence Malençon. Le point de vue offert sur les évènements dans ce roman est particulièrement intéressant : le héros, Antoine Longhi, est un diplomate au service de Robespierre et de Saint-Just dans les années 1793-1794. Alors que le pays vit au rythme des exécutions de la Terreur, il est chargé de négocier un accord secret avec la Suède et la Pologne afin d’approvisionner l’Armée révolutionnaire en armes. J’ai aimé… • l’ambiance de chaos mais aussi de bouillonnement intellectuel, décrite par l’autrice de manière très convaincante. J’ai trouvé que L’indivisible donnait des années de Terreur une image moins sombre que dans la plupart des autres romans sur la période. Le narrateur évoque par exemple de manière subtile l’évolution des mentalités et le retour en arrière sur la libéralisation des mœurs, par exemple en matière d’homosexualité et de droits des femmes. • la façon nuancée dont le narrateur décrit la personnalité des principales figures de la Révolution, en particulier Barère, Danton, Robespierre et Saint-Just. • la plongée dans les arcanes du pouvoir et les paradoxes de la diplomatie révolutionnaire. J’ai appris beaucoup de choses sur les mouvements révolutionnaires au sein... Comme j’apprécie beaucoup les fictions consacrées à la Révolution française, j’avais hâte de découvrir L’indivisible de Laurence Malençon. Le point de vue offert sur les évènements dans ce roman est particulièrement intéressant : le héros, Antoine Longhi, est un diplomate au service de Robespierre et de Saint-Just dans les années 1793-1794. Alors que le pays vit au rythme des exécutions de la Terreur, il est chargé de négocier un accord secret avec la Suède et la Pologne afin d’approvisionner l’Armée révolutionnaire en armes. J’ai aimé… • l’ambiance de chaos mais aussi de bouillonnement intellectuel, décrite par l’autrice de manière très convaincante. J’ai trouvé que L’indivisible donnait des années de Terreur une image moins sombre que dans la plupart des autres romans sur la période. Le narrateur évoque par exemple de manière subtile l’évolution des mentalités et le retour en arrière sur la libéralisation des mœurs, par exemple en matière d’homosexualité et de droits des femmes. • la façon nuancée dont le narrateur décrit la personnalité des principales figures de la Révolution, en particulier Barère, Danton, Robespierre et Saint-Just. • la plongée dans les arcanes du pouvoir et les paradoxes de la diplomatie révolutionnaire. J’ai appris beaucoup de choses sur les mouvements révolutionnaires au sein des autres pays européens et sur la « guerre des espions » qui se déployait en parallèle de la diplomatie officielle. Ainsi, les Irlandais catholiques s’allièrent avec les révolutionnaires français pour mieux s’opposer à l’Angleterre tout en apportant leur soutien aux prêtres réfractaires. J’ai moins aimé… • la distance que j’ai ressentie vis-à-vis des personnages et le manque de suspense. Malgré un style agréable, je n’ai pas réussi à m’attacher suffisamment aux personnages ou aux enjeux de l’intrigue pour avoir envie d’aller jusqu’au bout de la lecture. Cela m’arrive très rarement mais j’avoue avoir abandonné avant la fin. J’ai mis plus d’un mois à lire la première moitié du roman et je n’avais jamais vraiment hâte de reprendre ma lecture. • les notes de bas de page qui, dans les premiers chapitres, cassent le rythme sans être indispensables.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Litteraflure Posté le 9 Août 2021
    Si la Révolution Française est une période de l’histoire qui suscite votre intérêt, ne passez pas à côté du roman de Laurence Malençon. Vif et documenté, son récit nous téléporte dans un Paris en pleine effervescence. On y refait le monde et parfois, on y meurt pour ses convictions. Antoine Longhi est au service d’un prince suédois qui se fait emprisonner pour avoir fréquenté Fersen. Il promet à l’infortuné de veiller sur sa fille, la jeune Diane. Au centre d’une intrigue d’état, il est amené à fréquenter les plus grandes figures de 1793-1794, de Saint-Just à Robespierre. Dans les pages décrivant leurs entrevues, ils sont admirablement incarnés par l’auteure. C’est d’ailleurs une des qualités premières de ce livre : le réalisme et la finesse avec lesquels le quotidien des citoyens est retranscrit, d’autant plus émouvant qu’il a pour cadre des lieux qui nous sont familiers, le Palais Royal, les Tuileries… La liste des passages mémorables est infinie, s’il fallait jeter mon dévolu sur certains d’entre eux, je citerais : la description des tripots où les députés s’encanaillent et se font espionner, le désarroi des campagnes priées de remplir les greniers de la République, l’ambiance irréelle qui règne à la prison des... Si la Révolution Française est une période de l’histoire qui suscite votre intérêt, ne passez pas à côté du roman de Laurence Malençon. Vif et documenté, son récit nous téléporte dans un Paris en pleine effervescence. On y refait le monde et parfois, on y meurt pour ses convictions. Antoine Longhi est au service d’un prince suédois qui se fait emprisonner pour avoir fréquenté Fersen. Il promet à l’infortuné de veiller sur sa fille, la jeune Diane. Au centre d’une intrigue d’état, il est amené à fréquenter les plus grandes figures de 1793-1794, de Saint-Just à Robespierre. Dans les pages décrivant leurs entrevues, ils sont admirablement incarnés par l’auteure. C’est d’ailleurs une des qualités premières de ce livre : le réalisme et la finesse avec lesquels le quotidien des citoyens est retranscrit, d’autant plus émouvant qu’il a pour cadre des lieux qui nous sont familiers, le Palais Royal, les Tuileries… La liste des passages mémorables est infinie, s’il fallait jeter mon dévolu sur certains d’entre eux, je citerais : la description des tripots où les députés s’encanaillent et se font espionner, le désarroi des campagnes priées de remplir les greniers de la République, l’ambiance irréelle qui règne à la prison des Carmes ou l’invention du télégraphe. Parlons d’invention, de changement. Depuis son enfance (elle en fait l’aveu dans les annexes), Laurence Malençon est une passionnée de la révolution française. Elle souffre (littéralement) de la voir résumée à la folie meurtrière de la terreur, occultant ainsi, selon son expression, « l’époustouflant bilan » des pères de la République. Jugez plutôt : l’accès des femmes à l’héritage, l’abolition de l’esclavage, la décriminalisation des relations homosexuelles, l’école gratuite et laïque, l’unification des systèmes de mesure… Bilan : 🌹🌹
    Lire la suite
    En lire moins
  • talou61 Posté le 11 Juin 2021
    Un coup de coeur que ce roman ! L'auteur, passionnée par la Révolution française comme moi, a une parfaite connaissance historique de cette période et sait effectuer avec justesse et émotion la reconstitution historique de ce Paris de 1793 à 1794. Elle nous entraine sur les pas d'Antoine Longhi, un jeune diplomate qui travaille pour le Comité de salut public et ceux de Diane d'Ukalen, une jeune duchesse suédoise dont Antoine a été le professeur et le protecteur. La construction littéraire est originale sans perturber le lecteur : avec des chapitres se déroulant en 1793 et en 1794 mêlés à ceux datés de 1808 et plus tard ; le récit d'Antoine Longhi est narré à la première personne et celui de Diane à la troisième personne du singulier. Le "parler sans-culotte" est bien présent sans être excessif. Le style est très soigné. La reconstitution du Paris révolutionnaire est vraiment superbe avec la descriptions des rues, des hôtels particuliers, des maisons de jeux, des prisons, les établissements de bains, mais aussi, ce qui est extrêmement rare, du travail des différents cabinets. La vie des campagnes n'est pas oubliée ni celle des batailles comme celle de Fleurus (1uin 1794). Un subtil mélange d'espionnage, de politique et d'amour ponctue ce... Un coup de coeur que ce roman ! L'auteur, passionnée par la Révolution française comme moi, a une parfaite connaissance historique de cette période et sait effectuer avec justesse et émotion la reconstitution historique de ce Paris de 1793 à 1794. Elle nous entraine sur les pas d'Antoine Longhi, un jeune diplomate qui travaille pour le Comité de salut public et ceux de Diane d'Ukalen, une jeune duchesse suédoise dont Antoine a été le professeur et le protecteur. La construction littéraire est originale sans perturber le lecteur : avec des chapitres se déroulant en 1793 et en 1794 mêlés à ceux datés de 1808 et plus tard ; le récit d'Antoine Longhi est narré à la première personne et celui de Diane à la troisième personne du singulier. Le "parler sans-culotte" est bien présent sans être excessif. Le style est très soigné. La reconstitution du Paris révolutionnaire est vraiment superbe avec la descriptions des rues, des hôtels particuliers, des maisons de jeux, des prisons, les établissements de bains, mais aussi, ce qui est extrêmement rare, du travail des différents cabinets. La vie des campagnes n'est pas oubliée ni celle des batailles comme celle de Fleurus (1uin 1794). Un subtil mélange d'espionnage, de politique et d'amour ponctue ce livre. J'ai apprécié les personnages, Antoine et Diane : tout en nuances, ils reflètent bien les personnages du XVIIIe siècle. L'homosexualité d'Antoine Longhi, le personnage principal est rare dans les romans se déroulant à cette époque pour être remarquée. Très peu d'incohérences historiques (normal car il a fait l'objet de relectures par Jean-Clément Martin...) hormis la mention de Peletier Fargeau (conventionnel) au printemps 1793 (alors qu'il a été assassiné le 20 janvier 1793), le terme "terreur" qui n'apparait qu'après l'exécution des Robespierristes. La mort de Marat est juste citée alors qu'elle a provoqué un véritable schisme dans les rues et la politique. Par contre, je n'ai pas compris le titre, qui même s'il est très beau ne reflète pas le roman ! L'histoire d'amour que vit Diane est bien amenée et remplie de mystères et que j'ai décryptée assez rapidement… J'ai beaucoup apprécié le bilan politique, social et scientifique répertorié à la fin de l'ouvrage : on oublie souvent le travail effectué par tous "nos pères de la République" ; l'organisation politique sous la Ière République est bien étayée même si elle comporte des imprécisions sur les deux Comités exécutifs qui ne sont que l'émanation de l'Assemblée et non un pouvoir exécutif . Un premier roman très réussi que je conseille à tous les passionnés d'histoire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Audrey56 Posté le 19 Mai 2021
    ROMAN FRANCOPHONE - Le roman historique est une forme de roman qui m’inquiète toujours un peu. Sera-t-il fidèle à l’Histoire ou complètement farfelu ? Sera-t-il captivant comme se doit de l’être une bonne fiction ou instructif mais fastidieux comme certains essais ? Écrire un bon roman historique c’est comme faire de la pâtisserie, c’est un savant mélange : il faut que la fiction s’intègre à la réalité au point où le lectorat s’interroge, « si ça se trouve c’est vraiment comme cela que ça s’est passé ? Après tout l’Histoire est pleine de zones d’ombre alors si l’auteure avait vu juste ? » Et Laurence Malençon qui a publié chez Plon le 11 mars dernier L’Indivisible réussit cette prouesse avec brio. La suite sur : www.actualitte.com
  • MarcDemain Posté le 18 Avril 2021
    J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. L'auteure a l'art de nous rendre attachant ses personnages, et je ne parle pas du colonel polonais, Mirecki je crois, personnage secondaire mais qui est un petit bonheur littéraire à lui rout seul. L'ensemble des personnages qu'ils soient historiques ou fictifs ont une vraie identité. Ils nous font entrer dans l'Histoire et dans cette histoire foisonnante et parfois glaçante comme l'était l'époque. La fin est particulièrement réussie et nous fait regretter de quitter ce livre de pourtant 500 pages.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Focus
    Plon

    3 bonnes raisons de lire "L'Indivisible" de Laurence Malençon

    Dans L’Indivisible publié aux éditions Plon, Laurence Malençon nous fait vivre une période charnière de l’histoire de France, celle de la Terreur. Elle signe un premier roman d’une grande vitalité, qui nous offre un nouveau regard sur cette époque, avec des personnages réels et inventés dont la destinée politique n’a d’égale que la portée romanesque.

    Lire l'article