RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Maigret et son mort

            Omnibus
            EAN : 9782258097384
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Maigret et son mort
            Maigret

            Date de parution : 14/06/2012

            Un témoin gênant - Un matin de février, un inconnu téléphone à Maigret : suivi depuis la veille par des hommes qui se relaient, il est convaincu qu'on en veut à sa vie et demande à être protégé.

            Un témoin gênant
            Un matin de février, un inconnu téléphone à Maigret : suivi depuis la veille par des hommes qui se relaient, il est convaincu qu'on en veut à sa vie et demande à être protégé. Les appels se renouvellent sans que jamais l'inspecteur Janvier, dépêché par Maigret, parvienne...

            Un témoin gênant
            Un matin de février, un inconnu téléphone à Maigret : suivi depuis la veille par des hommes qui se relaient, il est convaincu qu'on en veut à sa vie et demande à être protégé. Les appels se renouvellent sans que jamais l'inspecteur Janvier, dépêché par Maigret, parvienne à rejoindre dans la journée le petit bonhomme au chapeau gris. Les appels cessent soudain et on découvre, la nuit même, place de la Concorde, le corps d'un homme tué d'un coup de couteau, le visage défiguré. Maigret se rend sur les lieux et ne quitte plus le mort – son mort – qu'il accompagne jusqu'à l'Institut médico-légal…
            Adapté pour la télévision anglaise en 1961, sous le titre The Winning Ticket, dans une réalisation de Harold Clayton, avec Rupert Davies (Commissaire Maigret) et pour la télévision française en 1970, par Claude Barma, avec Jean Richard (Commissaire Maigret), Dominique Blanchar (Mme Maigret). Adapté pour la télévision anglaise en 2016, sous le titre Maigret’s Dead Man, par Ashley Jon East, scénario de Stewart Harcourt. Avec Rowan Atkinson dans le rôle du commissaire Maigret.
            Simenon chez Omnibus : les enquêtes du célèbre commissaire Maigret, et les très “noirs” Romans durs

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782258097384
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • mfrance Posté le 13 Septembre 2018
              Je crois bien que c'est mon premier Maigret ! il serait temps... non pas pour l'affaire, même si celle-ci nous entraîne dans un passé, pas si lointain pourtant, où l'on enquêtait de façon traditionnelle, en déployant des moyens humains et non pas tout l'arsenal de la police informatisée d'aujourd'hui. On reconnaît bien hélas ce monde pourri par les mêmes crapules ou presque ! en l'occurrence tchèques et polonais au lieu des actuels roumains et autres kosovars ! On reste toujours en Europe de l'Est .... A chaque époque ses têtes de turcs, ce qui prouve que le monde ne change pas tellement, tout bien considéré ... et que la misère, elle, est toujours là ! - ainsi que la violence - Ce mort de Maigret est à découvrir pour le petit Albert, lapin effaré, se sauvant, affolé, de café en café, appelant vainement Maigret au secours, car il se sait traqué par des tueurs. Et l'on suit sa cavale, la peur au ventre, car on y croit à l'histoire du petit Albert et on voudrait bien que Maigret puisse lui venir en aide ! Et pour l'atmosphère ! l'ambiance d'un Paris de la fin des années quarante, autant dire un monde disparu,... Je crois bien que c'est mon premier Maigret ! il serait temps... non pas pour l'affaire, même si celle-ci nous entraîne dans un passé, pas si lointain pourtant, où l'on enquêtait de façon traditionnelle, en déployant des moyens humains et non pas tout l'arsenal de la police informatisée d'aujourd'hui. On reconnaît bien hélas ce monde pourri par les mêmes crapules ou presque ! en l'occurrence tchèques et polonais au lieu des actuels roumains et autres kosovars ! On reste toujours en Europe de l'Est .... A chaque époque ses têtes de turcs, ce qui prouve que le monde ne change pas tellement, tout bien considéré ... et que la misère, elle, est toujours là ! - ainsi que la violence - Ce mort de Maigret est à découvrir pour le petit Albert, lapin effaré, se sauvant, affolé, de café en café, appelant vainement Maigret au secours, car il se sait traqué par des tueurs. Et l'on suit sa cavale, la peur au ventre, car on y croit à l'histoire du petit Albert et on voudrait bien que Maigret puisse lui venir en aide ! Et pour l'atmosphère ! l'ambiance d'un Paris de la fin des années quarante, autant dire un monde disparu, avec ses chaleureux troquets de quartier, un monde que l'on a pas envie d'enterrer, même s'il est bien mort, un monde au parfum prégnant de soupe aux légumes, de bien-être au coin du feu, de confortables charentaises. Enfin, pour la promenade parisienne dans laquelle Maigret nous entraîne de la Concorde à Bastille, sans oublier la traversée du Marais où l'on retrouve, ébloui, les traces d'une ville en voie de disparition.... Simenon nous restitue tout cela de façon si évidente, si naturelle que l'on plonge irrésistiblement dans ce passé magnifiquement ressuscité. Nostalgie, nostalgie !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Beffroi Posté le 21 Août 2018
              Maigret réagit souvent à l’affectif. Ici, c’est frappant. En effet, un inconnu appelle Maigret au téléphone. Des hommes dangereux le suivent…il est paniqué. Une course poursuite s’engage que Maigret suit par téléphone. Finalement, l’inconnu est retrouvé assassiné sur les trottoirs de Paris. Ne connaissant pas son identité, on finit par l’appeler « le mort du commissaire ». Très peu d’éléments pour permettre au commissaire Maigret de démarrer cette enquête. Il est même obligé d’avoir recours à des méthodes originales : il demande à un collaborateur de tenir une auberge avec son épouse ! Une enquête avec beaucoup d’actions. Peu de temps morts car 2 histoires finissent par s’entremêler. Un bon roman policier…
            • Polars_urbains Posté le 30 Juin 2018
              Une affaire plutôt banale – un homme est retrouvé mort place de la Concorde – qui débouche sur une enquête dans le monde des marginaux et des étrangers (venus d’Europe centrale comme souvent chez Simenon, des Tchèques cette fois-ci). Les tueurs sont des fauves sans pitié pour les fermiers qu’ils attaquent (on retrouvera un thème similaire avec le gang des Polonais) et n’hésitent pas par ailleurs à liquider les témoins gênants. Ils seront mis hors d’état de nuire lors d’un quadrillage près de la rue du Roi-de-Sicile, objet de quelques tensions entre la P.J. et la Sureté nationale. Maigret est son mort n’est pas un très grand roman du point de vue de l’intrigue. Mais il contient quelques grands moments comme le travail menant à l’identification de l’inconnu de la place de la Concorde et le chapitre (le 3) dans lequel Maigret fait part téléphoniquement de ses déductions au juge Cornéliau. Il vaut surtout à mes yeux par la description de l’installation discrète de Maigret et de ses hommes dans le café que tenait la victime pour tenter d’approcher les complices du meurtrier ainsi que par la scène de l’arrestation de la bande. Le quartier ou Simenon situe le quai... Une affaire plutôt banale – un homme est retrouvé mort place de la Concorde – qui débouche sur une enquête dans le monde des marginaux et des étrangers (venus d’Europe centrale comme souvent chez Simenon, des Tchèques cette fois-ci). Les tueurs sont des fauves sans pitié pour les fermiers qu’ils attaquent (on retrouvera un thème similaire avec le gang des Polonais) et n’hésitent pas par ailleurs à liquider les témoins gênants. Ils seront mis hors d’état de nuire lors d’un quadrillage près de la rue du Roi-de-Sicile, objet de quelques tensions entre la P.J. et la Sureté nationale. Maigret est son mort n’est pas un très grand roman du point de vue de l’intrigue. Mais il contient quelques grands moments comme le travail menant à l’identification de l’inconnu de la place de la Concorde et le chapitre (le 3) dans lequel Maigret fait part téléphoniquement de ses déductions au juge Cornéliau. Il vaut surtout à mes yeux par la description de l’installation discrète de Maigret et de ses hommes dans le café que tenait la victime pour tenter d’approcher les complices du meurtrier ainsi que par la scène de l’arrestation de la bande. Le quartier ou Simenon situe le quai de Charenton a perdu de son charme et l’on serait bien en mal d’y trouver le Petit Albert, mais le téléfilm avec Jean Richard rend assez bien l’ambiance. On notera que le roman a été récemment adapté par la télévision britannique avec Rowan Atkinson dans le rôle de Maigret. Pour l’ambiance semble-t-il.
              Lire la suite
              En lire moins
            • dourvach Posté le 25 Janvier 2018
              Nous vous renvoyons aux excellentes critiques de Woland et Sharon : "Maigret et son mort" est - si j'ose dire - un morceau de choix (composé à Tucson, Arizona, en décembre 1947 par un Simenon exilé en "Roi de Sainte-Mémoire") qui vaut son pesant de cacahuètes, comme d'humour macabre ou nostalgique (la guinguette du petit Albert décédé "ré-animée" par un inspecteur en civil et sa jeune femme trop attrayante a son petit côté "La Belle Equipe" de Julien Duvivier, année 1936...). Coméliau est le Juge d'instruction pisse-froid ou "peine-à-jouir" [aurait écrit Cabu] : personnage quotidien hélas tout à fait incontournable pour le brave Jules Maigret grippé, soi-disant "irremplaçable"... et poursuivant bravement ses taches professionnelles dans un état de semi-conscience [comme moi-même ces derniers jours]. Le style est ferme, "racé", pas un poil de gras, comme d'habitude... Et Mme Maigret "materne" son "Jules" : quel bonheur entrevu par le lecteur !
            • Ponna Posté le 19 Novembre 2016
              Maigret est appelé par un certain Albert, effrayé par une menace qui le poursuit. On croisera dans ce volume très enlevé, des hippodromes, des jeunes actrices, un collègue transformé en tenancier de bistrot pour la bonne cause! et un gang de barbares. La fin est tendre, ce qui est rare chez Simenon.
            Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
            Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.