Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782259222600
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Oscar a toujours raison
Date de parution : 03/10/2013
Éditeurs :
Plon

Oscar a toujours raison

Date de parution : 03/10/2013

La redécouverte d’Oscar Wilde, un écrivain lucide, séducteur et insoumis, qui voit la société comme une farce où chacun joue la comédie, et qui s’en amuse. Un esprit inventif et très actuel.

Oscar Wilde aimait les artistes, le monde du théâtre et des salons, les quartiers interlopes, les gentlemen qui mènent une double vie, les miroirs, les poètes, le nonsense et les...

Oscar Wilde aimait les artistes, le monde du théâtre et des salons, les quartiers interlopes, les gentlemen qui mènent une double vie, les miroirs, les poètes, le nonsense et les objets baroques. Cet esprit si libre est une cure de jouvence en ces temps de morosité mondialisée et moralisatrice.

Wilde se...

Oscar Wilde aimait les artistes, le monde du théâtre et des salons, les quartiers interlopes, les gentlemen qui mènent une double vie, les miroirs, les poètes, le nonsense et les objets baroques. Cet esprit si libre est une cure de jouvence en ces temps de morosité mondialisée et moralisatrice.

Wilde se méfiait des doctrinaires et des théoriciens. Il voyait la société comme une farce, où chacun joue la comédie. Il en révèle les déguisements et les feintes, s’ en amuse au lieu de s’ en offusquer. C’ est de cette lucidité stimulante que je veux ici témoigner. Je prends Wilde comme il est, touche-à-tout, dispersé, indiscret. Je le laisse gloser sur tout, comme s’ il était là, parmi nous, toujours titillé et, plus encore, consterné par le spectacle du monde.

X. Darcos

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259222600
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • TristanPichard Posté le 22 Novembre 2013
    Darcos connait son affaire, il sait écrire et transmettre. Son Oscar (on notera le quasi anagramme) a donc toujours raison. Il avait tout prévu de notre époque : la postmodernité, le politiquement correct, la dictature des médias... La première partie de l'ouvrage est donc consacrée au Wilde prophète à grand renfort de citations. Il s'agit surtout pour l'ancien ministre de Sarkozy de montrer que l'auteur irlandais et lui ont les mêmes idées et les mêmes dégoûts. Voici donc Oscar qui fustige les altermondialistes, les écologistes, les amateurs de fêtes de voisinage (sic), la télé-réalité, le traitement de l'information par les journalistes... Darcos nous explique que Wilde n'était pas vraiment socialiste (contrairement à ce qu'il déclarait) et qu'il n'était pas vraiment homo non plus (une lubie venue sur le tard, par provocation, il ne pratiquait pas la sodomie, tout va bien). Bon, comme le dit justement Wilde, le portrait nous en apprend plus sur le peintre que sur son sujet. La seconde moitié de l'essai s'attache à la philosophie qui se dessine à travers les divers œuvres d'Oscar qui n'aimait pas et n'a pas produit d'ouvrage théorique. Cette partie est beaucoup plus instructive, en particulier celle concernant le mensonge et... Darcos connait son affaire, il sait écrire et transmettre. Son Oscar (on notera le quasi anagramme) a donc toujours raison. Il avait tout prévu de notre époque : la postmodernité, le politiquement correct, la dictature des médias... La première partie de l'ouvrage est donc consacrée au Wilde prophète à grand renfort de citations. Il s'agit surtout pour l'ancien ministre de Sarkozy de montrer que l'auteur irlandais et lui ont les mêmes idées et les mêmes dégoûts. Voici donc Oscar qui fustige les altermondialistes, les écologistes, les amateurs de fêtes de voisinage (sic), la télé-réalité, le traitement de l'information par les journalistes... Darcos nous explique que Wilde n'était pas vraiment socialiste (contrairement à ce qu'il déclarait) et qu'il n'était pas vraiment homo non plus (une lubie venue sur le tard, par provocation, il ne pratiquait pas la sodomie, tout va bien). Bon, comme le dit justement Wilde, le portrait nous en apprend plus sur le peintre que sur son sujet. La seconde moitié de l'essai s'attache à la philosophie qui se dessine à travers les divers œuvres d'Oscar qui n'aimait pas et n'a pas produit d'ouvrage théorique. Cette partie est beaucoup plus instructive, en particulier celle concernant le mensonge et la vérité. Quelques beaux passages pourront avantageusement être cités à l'épreuve de philo du bac.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Plon
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…