En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Changer d'altitude

        Pocket
        EAN : 9782266258951
        Code sériel : 16380
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        Changer d'altitude

        Matthieu RICARD (Préface)
        Date de parution : 01/10/2016
        Comment ne pas rester emprisonnés dans notre zone de confort ? Comment nous libérer des automatismes et des carcans ? Bertrand Piccard, fort de son expérience d’explorateur et de médecin psychiatre, spécialisé en hypnose, présente ici un cheminement novateur et percutant pour permettre à chacun de résoudre ses difficultés et... Comment ne pas rester emprisonnés dans notre zone de confort ? Comment nous libérer des automatismes et des carcans ? Bertrand Piccard, fort de son expérience d’explorateur et de médecin psychiatre, spécialisé en hypnose, présente ici un cheminement novateur et percutant pour permettre à chacun de résoudre ses difficultés et changer d’altitude.
        L’auteur nous apprend à utiliser l’adversité, à savoir changer de point de vue, à avoir confiance en l’inconnu, à établir des modes de relations différents avec soi-même et avec les autres, à stimuler nos performances et à ainsi élargir notre compréhension de l’existence.

        « Dans ces pages fluides, inspirantes, pudiques, pédagogiques et foncièrement optimistes, le médecin aéronaute livre pour la première fois une synthèse de sa philosophie de vie. » Isabelle Falconnier – L’Hebdo (Suisse)
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266258951
        Code sériel : 16380
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • frconstant Posté le 26 Janvier 2017
          « Changer d’altitude » (Ed.: Stock 2014) … c’est par cette métaphore que B. PICCARD nous invite à jeter du lest et changer d’attitude. On connaît l’aventurier, pilote d’aile Delta, de ballon, du Solar impulse. Mais si on le connait aventurier de troisième génération, on le situe moins comme psychiatre, adepte des thérapies brèves, passionné d’(auto-)hypnose en tant que moyen de permettre à chacun de se connecter au sens même de l’existence et de développer les stratégies permettant, non de combattre les souffrances, les ruptures, les heurts, les bourrasques des vents de la vie mais plutôt de les laisser exister profondément pour s’appuyer sur elles et rebondir vers une altitude supérieure de la vie. La mise en mots de son propos, persévérante quête de sens de la vie, apparaît très structurée comme on peut s’en référer dès l’entame du livre dans une mise en perspective des chapitres qui seront abordés. La lisibilité des idées est facilitée par l’usage d’un vocabulaire à la portée de tous et une illustration des concepts et idées tenus puisée dans le vécu de l’auteur, son passé, sa famille, son métier, ses aventures et ses rencontres. La progression – il conviendrait mieux de parler d’élévation, de changement d’altitude... « Changer d’altitude » (Ed.: Stock 2014) … c’est par cette métaphore que B. PICCARD nous invite à jeter du lest et changer d’attitude. On connaît l’aventurier, pilote d’aile Delta, de ballon, du Solar impulse. Mais si on le connait aventurier de troisième génération, on le situe moins comme psychiatre, adepte des thérapies brèves, passionné d’(auto-)hypnose en tant que moyen de permettre à chacun de se connecter au sens même de l’existence et de développer les stratégies permettant, non de combattre les souffrances, les ruptures, les heurts, les bourrasques des vents de la vie mais plutôt de les laisser exister profondément pour s’appuyer sur elles et rebondir vers une altitude supérieure de la vie. La mise en mots de son propos, persévérante quête de sens de la vie, apparaît très structurée comme on peut s’en référer dès l’entame du livre dans une mise en perspective des chapitres qui seront abordés. La lisibilité des idées est facilitée par l’usage d’un vocabulaire à la portée de tous et une illustration des concepts et idées tenus puisée dans le vécu de l’auteur, son passé, sa famille, son métier, ses aventures et ses rencontres. La progression – il conviendrait mieux de parler d’élévation, de changement d’altitude dans les propos – est abordable pour tout qui accepte l’idée de ne pas se bloquer sur l’habitude et la croyance que toute modification vers un mieux est impossible. Tous en même temps et chacun en particulier, les lecteurs sont invités à entrer dans une phase d’échauffement des idées par quelques belles métaphores, quelques puissants exemples de recadrage et une métacommunication qui libère la pensée, mieux l’agir et ouvre la voie à des choix de vie, des pistes à emprunter, des exemples à se réapproprier en vue d’accepter que l’auteur pose plus de questions qu’il n’apporte de certitudes péremptoires. La force de ce livre est très justement dans cette invitation au décloisonnement, à l’interrogation sur la possibilité de suivre des voies contraires aux habitudes, à préférer les valeurs spirituelles aux doctrines, à rejeter une écologie au bénéfice d’une 'écomanité', à savoir une lutte environnementale qui ne vise pas d’abord la protection de la nature au bénéfice des générations suivantes mais plutôt une mise en place, dès maintenant, d’une gestion environnementale qui allie écologie, économie et humanité. Le projet Solar Impulse, initié par l’auteur est ici remis par lui dans son contexte, un combat d’écomanité ! Concept à découvrir, à partager ! Peut-on ressortir indemne de la lecture de ce livre ? Oui, probablement. On peut rester river sur les dégâts immédiats que toute turbulence dans la vie amène. Mais on peut aussi se poser des questions, changer de cadre de référence, modifier son regard et se concentrer sur l’apport nouveau, sur le changement d’altitude que toute crise peut déclencher. Dès qu’on accepte l’idée de se mettre en route dans cette voie, de chercher un sens, une valeur supérieure, une spiritualité capable de faire vibrer et 'd’énergiser la vie'… la lecture de ce livre laissera des traces. Il ne sera plus un objet de bibliothèque attendant que la poussière du temps et des aléas de la vie le recouvre. Il deviendra un compagnon de route avec qui partager nos doutes, nos découvertes, notre foi en la vie, en l’humanité. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé ce livre. Maintes fois annoté lors de ma lecture, il est devenu viatique !
          Lire la suite
          En lire moins
        • CaroleBouchut Posté le 21 Novembre 2016
          Jusqu'à environ la moitié du livre, je m'ennuyais en le lisant. Cet ennui était surtout dû au fait que la lecture de ce texte ne m'entraînait pas suffisamment sur de nouveaux chemins de pensées ; ce cheminement n'était pas assez surprenant et choquant à mon goût. Je préfère lire des mots et des approches qui me bousculent, qui me propulsent dans des directions « réflexives » que je n'ai pas encore eu l'occasion d'explorer plus en détails, voire auxquelles je n'ai pas encore pensé. Malgré ce ressenti tout personnel sur ce texte, ce qui semblait poindre en toile de fond était beau, doux et rude à la fois, mouvant. C'était quelque chose de trop familier pour être réellement confortable pour moi. Ce qui m'a surtout dérangée dans la majorité de ces premières pages est cette impression que l'auteur avait du mal à se détacher de sa métaphore et de son expérience personnelle. C'était à la fois trop familier et trop étranger. Déstabilisant. Justement, ce premier ressenti instable aurait dû me mettre la puce à l'oreille. Déjà, les passages concernant la dissociation m'avaient quelque peu intriguée. En effet, j'ai toujours considéré chez moi ces « états instinctifs » comme pathologiques. Les voir ici abordés sous l'aspect du « bien-être » m'a... Jusqu'à environ la moitié du livre, je m'ennuyais en le lisant. Cet ennui était surtout dû au fait que la lecture de ce texte ne m'entraînait pas suffisamment sur de nouveaux chemins de pensées ; ce cheminement n'était pas assez surprenant et choquant à mon goût. Je préfère lire des mots et des approches qui me bousculent, qui me propulsent dans des directions « réflexives » que je n'ai pas encore eu l'occasion d'explorer plus en détails, voire auxquelles je n'ai pas encore pensé. Malgré ce ressenti tout personnel sur ce texte, ce qui semblait poindre en toile de fond était beau, doux et rude à la fois, mouvant. C'était quelque chose de trop familier pour être réellement confortable pour moi. Ce qui m'a surtout dérangée dans la majorité de ces premières pages est cette impression que l'auteur avait du mal à se détacher de sa métaphore et de son expérience personnelle. C'était à la fois trop familier et trop étranger. Déstabilisant. Justement, ce premier ressenti instable aurait dû me mettre la puce à l'oreille. Déjà, les passages concernant la dissociation m'avaient quelque peu intriguée. En effet, j'ai toujours considéré chez moi ces « états instinctifs » comme pathologiques. Les voir ici abordés sous l'aspect du « bien-être » m'a surprise. Mais peut-être est-ce seulement dû au fait que cet angle de vision est plus confortable pour moi que celui de la folie. À partir du chapitre sur l'hypnose, Monsieur Piccard a tout de même réussi à me titiller les méninges, notamment dans les derniers chapitres, joignant ses mots et ses réflexions à mes propres réflexions sans les dédoubler, mais les abordant sous un angle à peine différent (tout le délice se trouve justement dans cette différence aussi minime soit elle). Nos chemins de pensées se sont ainsi recoupés par endroits, et j'ai eu l'impression que nous faisions, par moment, quelques pas côte à côte. Ce qui est abordé dans les derniers chapitres rejoint plus le souvenir que j'avais gardé d'une conférence qu'il a donné vers chez moi en 2015, dont je vous toucherai quelques mots ci-après. Ce livre reste à mes yeux un concentré de bon sens. Même si j'ai trouvé ce bons sens parfois exprimé trop hautainement, de trop haut à mon goût. Mais ce décalage était peut-être dû, simplement, à ma propre perception du texte, pas à son contenu. Mon ressenti sur livre tout au long de sa lecture tient certainement au fait que mon intention de le lire a pris de nombreux tours et détours avant que mes doigts n'en tournent les pages. Voici ce drôle de cheminement : J'ai offert ce livre en septembre 2015 à mon homme, pour lui donner accès à une toute petite fenêtre sur mon monde intérieur dans lequel je n'avais toujours pas trouvé le moyen de le faire entrer.Je ne l'avais pas lu, et n'avais pas franchement l'intention de le faire. Mais, par contre, je venais juste d'assister à une conférence de Bertrand Piccard à Bourg-en-Bresse. J'avais été séduite par cette mise en mots et surtout en actions de tant de choses auxquelles je rêvais sans savoir comment les dire ou les mettre en œuvre. J'étais consciente d'être plus séduite par le fond de son discours (et par son physique qui ne gâchait en rien le plaisir du moment) que par sa prestance un peu trop écrasante à mon goût. Mais là encore, comme pour mon ressenti pour son livre, je me dois d'émettre quelques réserves personnelles. Toujours est-il qu'au sortir de cette conférence, j'ai été saisie de l'envie aussi soudaine qu'inattendue de « jouer au jeu de la séance de dédicaces » (chose on ne peut plus incompréhensible, parmi tant d'autres, pour moi). Avec l'idée de fond d'offrir ce livre, et le gribouillis, à mon homme. Donc, me voici, bonne première de la file interminable, à lui tendre SON livre, à lui sourire et à lui bredouiller quelques sons inaudibles (n'ayant pas la moindre idée de ce qu'il fallait dire dans ce genre de situation). Puis, je me suis postée dans un coin à l'écart pour observer, jusqu'au bout, ce drôle de jeu pour essayer d'en capter quelques ficelles de compréhension. En rentrant, ou quelques temps plus tard, je ne me souviens plus, j'offre donc ce livre à mon homme, qui s'est ensuite forcé à le lire car le style n'est pas du tout son truc. Puis, il me le passe pensant que je souhaitais le lire à mon tour. Depuis, il redescendait systématiquement d'une place dès qu'il atteignait le haut de ma pile de livres à lire. Manque d'envie. Un peu plus d'un an après, ce livre me revient en tête en voulant me mettre à chercher une idée de cadeau pour mon frère à qui j'aurais souhaité offrir une petite dose de sérénité (non que je pense qu'il en ait besoin, il en est le seul juge, mais seulement parce que c'est quelque chose de rare et précieux qui fait toujours du bien). Je ne l'avais toujours pas lu. Et pourtant, je le lui ai offert pour son anniversaire, juste sur le vague souvenir d'un ressenti agréable au sortir d'une conférence dont il ne me restait quasiment aucun autre souvenir. Poliment, il me dit qu'il essaiera, peut-être, de le lire bien que ce ne soit pas du tout son genre de lecture à lui non plus. Cette justement cette réaction trop polie et courtoise qui m'a ENFIN poussée à l'ouvrir : deux personnes se sont senties obligées de lire un livre que je leur avais offert alors que je ne l'avais pas lu moi-même. Donc, le minimum de respect que je me devais d'avoir était de le lire. Voilà, c'est chose faite. Bien qu'habituellement je n'aime pas les « rediffusions », ce sont justement les chapitres depuis celui sur l'hypnose (ceux qui avaient fait l'objet principal de sa conférence, me semble-t-il me souvenir) qui m'ont le plus bousculée. Non par leur opposition radicale avec ce que je pense (bien au contraire, leur similitude était beaucoup trop flagrante pour me plaire, normalement), mais plutôt par cette approche un peu décalée et surtout pleine d'audace. Ce que j'ai surtout apprécié dans ce livre c'est le mérite qu'a l'auteur d'avoir tenter l'expérience du partage par écrit de ses réflexions et expériences de vie. Cette mise en mots est justement ce qui se fait de plus difficile dans toutes démarches. Comme quoi, entre le début et la fin d'un livre, on peut changer complètement d'avis. Et c'est, peut-être, justement là que ce trouve sa véritable valeur : laissé le lecteur libre d'emprunter d'autres chemins de pensées, de remettre en question et l'auteur et lui-même en tant que lecteur, en tant qu'humain, en tant qu'habitant de la terre. À vous de vous faire votre propre opinion. Elle sera certainement moins brouillonne que celle que je viens d'écrire.
          Lire la suite
          En lire moins
        • veronique55 Posté le 30 Octobre 2015
          Une lecçon de persévérance, de vie qui se lit facilement en suivant les exploits de ce passionné d aviation! pensez à changer vous aussi.
        • dupuisjluc Posté le 5 Octobre 2015
          Je ressors un peu mitigé de cette lecture, certes on y trouve des pistes pour progresser et pour surmonter l'une ou l'autre crise, mais j'ai l'impression que parfois Bertrand Piccard enfonce un peu des portes ouvertes. En tous cas pour moi, je peux bien imaginer, par contre, que suivant les épreuves que l'on peut traverser, ce livre peut être d'une certaine aide. J'ai eu l'impression d'un livre en deux parties, tout d'abord une partie sur comment surmonter les turbulences de la vie, puis une autre avec des réflexions plus philosophiques sur la spiritualité, l'écologie (partie que j'ai plus appréciée). Livre certes bien écrit, mais j'aurai apprécié de la part de l'auteur une petite dose de modestie qui n'aurait certainement pas nuit à l'ensemble...
        • MickaB Posté le 24 Août 2015
          Il y a des livres comme cela qui changent une vie. Celui ci m'a été conseillé à un moment où ma vie changeait d'altitude. Il m'a clairement aidé à passer cette étape. Je le garde toujours dans ma chambre et le feuillette de temps en temps...

        Ils en parlent

        « En 300 pages fluides, inspirantes, pudiques, pédagogiques et foncièrement optimistes, le médecin-aéronaute livre pour la première fois une synthèse de sa philosophie de vie. Mêlant thérapie, exploration, souvenirs de cabinet et d’enfance, conseils en gestion de crise et spiritualité, il permet de découvrir un Bertrand Piccard inédit, sincère et désireux de construire des ponts entre science et spiritualité. » Isabelle Falconnier - L'Hebdo (Suisse)
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.