Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266286121
Code sériel : 17245
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 752
Format : 108 x 177 mm

Crime et Châtiment

Victor Derély (Traducteur)
Date de parution : 07/06/2018
LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

Été 1865, Saint-Pétersbourg. Écrasé par la pauvreté, le jeune Raskolnikoff doit abandonner ses études. Arpentant la ville, désorienté, il se croit appelé à un grand avenir et, dédaigneux de la loi morale, fomente le meurtre de sa logeuse, une vieille usurière. Mais en réalisant ce...
LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

Été 1865, Saint-Pétersbourg. Écrasé par la pauvreté, le jeune Raskolnikoff doit abandonner ses études. Arpentant la ville, désorienté, il se croit appelé à un grand avenir et, dédaigneux de la loi morale, fomente le meurtre de sa logeuse, une vieille usurière. Mais en réalisant ce « songe monstrueux », il sombre : les conséquences de son acte le rongent. Jusqu’à ce qu’il finisse par se rendre et accepter la condamnation, seule voie de rédemption pour lui.
Œuvre majeure de la littérature russe, Crime et Châtiment est le roman de la déchéance humaine, Raskolnikoff son témoin incarné. Écrivain de la conscience et du doute, Dostoïevski offre, avec cette plongée troublante dans la psyché d'un criminel, une vibrante réflexion sur la dualité de l’Homme, son mystère, et les possibles lueurs de son salut.

Traduit du russe par Victor Derély

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266286121
Code sériel : 17245
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 752
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lebelier Posté le 5 Octobre 2021
    Ayant lu les deux tomes en un peu plus d'une semaine, je me suis bien attaché à Raskolnikov bien que je sois incapable (du moins je crois) de commettre le moindre meurtre. Et c'est là tout l'art de Dostoievsky : rendre sympathique un personnage a priori détestable par son besoin d'argent et son envie de lucre. On apprécie à ce titre les parallèles que le narrateur établit entre le crime d'un individu coupable et condamnable et celui de dictateurs, des gens de pouvoir, des généraux auxquels il donne la gloire et le pouvoir. Il y est fait à cet égard, de nombreuses références à Napoléon. Finalement, Raskolnikov se reprochera de n'avoir pas été jusqu'au bout , d'avoir commis un crime inutile. La fin (rédemption par l'amour) me paraît beaucoup plus discutable. Seuls, une référence au peuple "nomade", quelques allusions à la Bible et au peuple d'Abraham et son troupeau, donne un peu plus de mystère à cette scène finale. L'ensemble reste malgré tout un grand roman tant sur le plan de la structure (proche du roman policier psychologique) que sur celui des idées. Lebeziatnikov, par exemple, anticipe en tant que personnage, le mythe de l'étudiant militant... Ayant lu les deux tomes en un peu plus d'une semaine, je me suis bien attaché à Raskolnikov bien que je sois incapable (du moins je crois) de commettre le moindre meurtre. Et c'est là tout l'art de Dostoievsky : rendre sympathique un personnage a priori détestable par son besoin d'argent et son envie de lucre. On apprécie à ce titre les parallèles que le narrateur établit entre le crime d'un individu coupable et condamnable et celui de dictateurs, des gens de pouvoir, des généraux auxquels il donne la gloire et le pouvoir. Il y est fait à cet égard, de nombreuses références à Napoléon. Finalement, Raskolnikov se reprochera de n'avoir pas été jusqu'au bout , d'avoir commis un crime inutile. La fin (rédemption par l'amour) me paraît beaucoup plus discutable. Seuls, une référence au peuple "nomade", quelques allusions à la Bible et au peuple d'Abraham et son troupeau, donne un peu plus de mystère à cette scène finale. L'ensemble reste malgré tout un grand roman tant sur le plan de la structure (proche du roman policier psychologique) que sur celui des idées. Lebeziatnikov, par exemple, anticipe en tant que personnage, le mythe de l'étudiant militant communiste. On sent combien la Russie bouillonnait à cette époque! Quoique maintenant, d’une autre façon, ce soit aussi le cas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LanQin Posté le 3 Octobre 2021
    Que se passe-il dans la tête d’un assassin? Raskolnikov est-il vraiment mauvais ou bon malgré tout? Au début, je le trouvais antipathique, sale et puant. Pourtant sa soeur, sa mère et ses amis l’aiment tant qu’on se dit qu’il y a quelque chose de bon en lui. En effet, il est capable du meilleur comme du pire. Alors, qu’est-ce qui le pousse à tuer une vieille usurière et la soeur de cette dernière? Est-ce la société qui laisse des gens vivre dans la misère la plus totale? Un simple moment de folie? Le seul reproche que je puisse faire à ce roman ce sont les noms! Pourquoi ont-ils des noms à coucher dehors et des diminutifs compliqués (pour moi qui me parle pas un mot de russe)? Parfois, je devais retourner en arrière pour savoir qui parlait, ou je pensais que le même personnage était un autre, car désigné par un autre nom.
  • cgayraud Posté le 19 Septembre 2021
    Il s'agit de ma première lecture de Dostoïevski. Celui-ci nous fait voyager au plus profond de l'âme humaine dans le Saint-Pétersbouurg du XIXème siècle. Ces descriptions m'ont rappelées celles de Zola. L'auteur russe décortique avec brio les états d'âme de son protagoniste, Raskolnikov. Une magnifique introspection au coeur de l'âme d'un meurtrier et de son sentiment de culpabilité. Ce qui est très intéressant ici est que l'on a l'impression de lire un roman policier mais Dostoïevski nous place du point de vue du meurtrier. Quelle finesse dans la psychologie de Raskolnikov. Un savoureux moment de lecture. J'ai adoré les deux premières parties et notamment la scène du meurtre et aussi la dernière partie mais j'ai aussi trouvé que certaines parties étaient un peu longues. J'ai été moins séduite par cette lecture que mes acolytes : MarieLywood, Manuela_C, Krissie78 et PiertyM puisqu'il s'agit d'une lecture commune terminée depuis juillet. Une lecture commune riche en échanges. Je suis désolée j'ai été moins présente cet été sur Babelio d'où la publication très tardive de ma critique. Challenge Multi-Défis 2021.
  • Crazynath Posté le 16 Septembre 2021
    Dostoïevski, c’est l’auteur dont je connais le nom depuis ma jeunesse et dont je me suis toujours promis de lire quelques une de ses œuvres sans que je le fasse… Dostoïevski, c’est l’auteur qui a créé Raskolnikov, un nom que je connais depuis ma jeunesse et que j’associais à des représentations fort personnelles…. Et voilà, enfin, après plusieurs décennies passées à me jurer que j’allais me lancer dans la découverte de cet auteur, voilà, c’est fait…. Il a fallu le challenge BBC de Gwen et une lecture commune pour que ce projet fort ancien aboutisse enfin ! Et oui, je n’en reviens pas moi-même ! C’est fait ! J’ai lu Crime et Châtiment ! Je reconnais que je n’ai pas été déçue du voyage….la lecture a été à la hauteur de mes attentes et de mes espérances…. La plongée dans la psychologie de Raskolnikov a été un grand moment, il faut le dire…. L’auteur a su nous emmener très loin dans ce domaine sans que cela devienne étouffant ou contraignant. Suivre le personnages principal dans ses émotions, ses hésitations, sa culpabilité, ses questionnements est un moment littéraire vraiment fort. Ici, impossible de faire une lecture superficielle… J’avoue qu’à ma grande surprise, je me suis prise de... Dostoïevski, c’est l’auteur dont je connais le nom depuis ma jeunesse et dont je me suis toujours promis de lire quelques une de ses œuvres sans que je le fasse… Dostoïevski, c’est l’auteur qui a créé Raskolnikov, un nom que je connais depuis ma jeunesse et que j’associais à des représentations fort personnelles…. Et voilà, enfin, après plusieurs décennies passées à me jurer que j’allais me lancer dans la découverte de cet auteur, voilà, c’est fait…. Il a fallu le challenge BBC de Gwen et une lecture commune pour que ce projet fort ancien aboutisse enfin ! Et oui, je n’en reviens pas moi-même ! C’est fait ! J’ai lu Crime et Châtiment ! Je reconnais que je n’ai pas été déçue du voyage….la lecture a été à la hauteur de mes attentes et de mes espérances…. La plongée dans la psychologie de Raskolnikov a été un grand moment, il faut le dire…. L’auteur a su nous emmener très loin dans ce domaine sans que cela devienne étouffant ou contraignant. Suivre le personnages principal dans ses émotions, ses hésitations, sa culpabilité, ses questionnements est un moment littéraire vraiment fort. Ici, impossible de faire une lecture superficielle… J’avoue qu’à ma grande surprise, je me suis prise de sympathie pour Raskolnikov, même si à la base, il n’avait rien pour me plaire… Evidemment, la faute à l’auteur qui nous emmène très loin dans s psyché… En conclusion, je ressors enchantée de cette lecture, et promis, je n’attendrais plus aussi longtemps avant de lire une autre œuvre de Dostoïevski. Challenge ABC 2021/2022 Challenge BBC Challenge Pavés 2021 Challenge Mauvais Genres 2021 Challenge Multi-Défis 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kaky Posté le 13 Septembre 2021
    J’avais beaucoup d’appréhension pour ce classique de la littérature Russe. Pourtant j’avais beaucoup aimé Anna Karenine, mais j’avais un peu peur pour cet auteur. Je regrette d’avoir eu cette peur. Le roman est très bien écrit. On en apprend beaucoup sur cette époque qui n’était pas des plus facile. On entre assez vite dans le vif du sujet, j’avais un peu peur que ça prenne trop de temps, mais non. Une très belle découverte. Je pense relire cet auteur.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    7 classiques de la littérature pour réfléchir

    Ils sont iconiques, et pour certains lecteurs, sont même indispensables à toute bonne bibliothèque qui se respecte. Et s'ils ne sont plus tout jeunes, les classiques de la littérature sont loin d'être démodés. de Voltaire à Mikhaïl Boulgakov, voici 7 oeuvres qui continuent de nous faire réfléchir et d'élargir notre vision du monde.

    Lire l'article