Lisez! icon: Search engine
À Paraître
Enfance
Serge Persky (traduit par), Emile Henriot (préface de)
Date de parution : 18/04/2024
Éditeurs :
Archipoche
En savoir plus
9.95 €
Date de parution: 18/04/2024
À Paraître

Enfance

Serge Persky (traduit par), Emile Henriot (préface de)
Date de parution : 18/04/2024
La réédition du deuxième tome de la trilogie romanesque autobiographique d’un des plus grands écrivains russes, indisponible au format poche.
Réédition d’un classique de la littérature russe
 
« Moi, je mourrai bientôt. Tu resteras tout seul et tu devras gagner ton pain toi-même. » C’est sur ces mots de son grand-père,...
Réédition d’un classique de la littérature russe
 
« Moi, je mourrai bientôt. Tu resteras tout seul et tu devras gagner ton pain toi-même. » C’est sur ces mots de son grand-père, en 1880, qu’Alexis est envoyé en apprentissage chez un parent éloigné. Il y apprend des rudiments de dessin, mais sert...
Réédition d’un classique de la littérature russe
 
« Moi, je mourrai bientôt. Tu resteras tout seul et tu devras gagner ton pain toi-même. » C’est sur ces mots de son grand-père, en 1880, qu’Alexis est envoyé en apprentissage chez un parent éloigné. Il y apprend des rudiments de dessin, mais sert avant tout de souffre-douleur à la maisonnée. Un jour de trop grande amertume, il s’enfuit.
Gagner son pain, pour ce gamin de douze ans, ne sera jamais que survivre : commis chez un chausseur, oiseleur dans les forêts de Nijni-Novgorod ou plongeur dans les cuisines d’un bateau qui descend la Volga avec sa cargaison de bagnards. Dans ce monde sans pitié, seule la lecture lui ouvre des horizons, apaise son âme et glisse dans ses mains quelques atouts.
« S’il existe ce je ne sais quoi d’immense, de nostalgique, cette terre promise de l’âme que nous désignons du nom de Russie, alors c’est Gorki qui a su le mieux l’exprimer », a dit Alexandre Blok de ce récit qu’habitent les figures initiatrices du cuisinier Smoury, de la « reine Margot », riche veuve d’officier, du machiniste Iakov ou du peintre d’icônes Jikharev. Il est suivi du texte inédit Ma vie.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9791039204798
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm
Archipoche
En savoir plus
9.95 €
Date de parution: 18/04/2024
EAN : 9791039204798
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • AzizBahri718 15/03/2024
    《Eh bien ,Alexis tu n'es pas une médaille,tu ne peux pas rester toujours pendu à mon coup,va gagner ton pain...》 C'est un véritable chef d'oeuvre lourd de sens et de critiques sociales qu'on pourrait encore adresser aujourd'hui dans certaines sociétés, il montre la cupidité humaine , il fait ce que je pense n'est pas assez montré: personne ne nait cupide ou avare il le devient. C'est un livre qui vous montre combien la vie est dégradante pour l'enfant et l'humain en général. C'est aussi un portrait vivant de la société de l'empire russe . Je conseille à tout bon lecteur affamé à la recherche d'un monument à lire. Un des meilleurs livre que j'ai lû.
  • mylena 16/05/2023
    A plus de quarante ans, déjà célèbre et en exil à Capri (à la fois pour raison de santé et pour échapper à la répression croissante), Maxime Gorki décide d'écrire son autobiographie. le premier tome, consacré à son enfance, paraît en 1913, il commence à la mort (lors d'une épidémie de choléra) de son père et s'achève quand son grand-père le chasse peu après la mort de sa mère, de tuberculose. A aucun moment l'auteur ne mentionne son âge, des moments marquants de son enfance sont mis en lumière sans précision de date, si ce n'est qu'ils sont dans l'ordre chronologique. Au début du récit il a donc dans les trois ans, et à la fin, il n'a guère plus d'une dizaine d'année quand son grand-père lui annonce : «il est inadmissible que tu restes à vivre à mes crochets ; va-t'en plutôt par le monde... »Entre ces deux décès se succèdent des scènes de grande violence, entrecoupées de moments plus lumineux de complicité avec sa grand-mère ou la nature. le style de cette autobiographie est dans une veine réaliste et naturaliste, et comme souvent au 19ème siècle, on n'y parle pas beaucoup aux enfants, on les écoute encore moins, et on les éduque à coup de fouet. Mais j'ai beau chercher dans la littérature de l'époque, de telles enfances se trouvent surtout dans des familles d'alcooliques (le grand-père de Gorki ne boit pas, sa mère non plus) ou lorsqu'un des deux parents a un problème psychologique majeur (et la société réprouve tout en se voilant la face et en ne faisant rien). Ici la violence est admise, banalisée, que ce soit envers les enfants, envers les femmes, envers les subalternes. Ceux qui la réprouvent laissent faire, jusqu'au père d'Alexis (c'est le prénom de naissance de l'auteur) qui refuse de porter plainte contre ses beaux-frères pour tentative de meurtre. La morale est souple aussi en ce qui concerne le vol, considéré comme tel uniquement si on vole pour soi-même (mais on peut voler pour aider ses parents ou son patron). Tout cela semble la norme. Pour Alexis la religion est étonnante : il n'y a guère de points communs entre le Dieu bienveillant que prie sa grand-mère et le Dieu rigide et terrifiant de son grand-père. Ce livre suinte la misère morale, la petitesse mesquine, la bassesse et la bêtise par ignorance. Mais il n'est pas vraiment question de pauvreté, et en tout cas la misère morale est là bien avant. Il ne faut pas s'y tromper, au début du récit le grand-père de Gorki est à la tête d'une petite entreprise qui marche, il est même un petit notable, président de la Corporation des teinturiers de Nijni Novgorod. Tout part à vau-l'eau quand il partage ses biens avec ses incapables de fils, à partir de là c'est une longue dégringolade dont Maxime est le témoin, sans toujours tout comprendre sur le coup. Une chose m'a frappée, sur laquelle l'auteur ne s'appesantit guère : il est orphelin, ses deux cousins sont orphelins de mère (l'une, tuée par son mari, l'autre, morte en couches), son père était orphelin, son grand-père aussi. Cela fait vraiment beaucoup d'orphelins, et une immense carence de modèle parental. Ce qui est remarquable c'est la résilience extraordinaire de Gorki, à travers le modèle de son père transmis par la grand-mère (que l'on retrouve dans le choix de son pseudonyme : le prénom de son père suivi de son pseudonyme) et celui de son grand-père qui lui apprend à lire et qui curieusement n'a pas que des mauvais côtés ! Par contre, que l'auteur est optimiste quand il pense que son livre peut permettre d'extirper tout ce mal de la société russe : à peine plus d'un siècle plus tard, en 2017, la Russie a dépénalisé les violences domestiques (aussi bien envers les femmes qu'envers les enfants) tant qu'il n'y a pas hospitalisation, pour protéger la famille ! Depuis la police ne se déplace même plus et les cas sordides se multiplient. Par contre ce livre est toujours lu par les écoliers, apparemment plus pour valoriser la résilience face à l'adversité que pour ses critiques sociétales ! A plus de quarante ans, déjà célèbre et en exil à Capri (à la fois pour raison de santé et pour échapper à la répression croissante), Maxime Gorki décide d'écrire son autobiographie. le premier tome, consacré à son enfance, paraît en 1913, il commence à la mort (lors d'une épidémie de choléra) de son père et s'achève quand son grand-père le chasse peu après la mort de sa mère, de tuberculose. A aucun moment l'auteur ne mentionne son âge, des moments marquants de son enfance sont mis en lumière sans précision de date, si ce n'est qu'ils sont dans l'ordre chronologique. Au début du récit il a donc dans les trois ans, et à la fin, il n'a guère plus d'une dizaine d'année quand son grand-père lui annonce : «il est inadmissible que tu restes à vivre à mes crochets ; va-t'en plutôt par le monde... »Entre ces deux décès se succèdent des scènes de grande violence, entrecoupées de moments plus lumineux de complicité avec sa grand-mère ou la nature. le style de cette autobiographie est dans une veine réaliste et naturaliste, et comme souvent au 19ème siècle, on n'y parle pas beaucoup aux enfants, on les écoute encore moins, et on les...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Montalivince 03/02/2023
    [masquer]Lire ou relire des classiques, et prendre une claque sur la vie, tel qu’elle était en Russie avant la révolution, comme elle est encore dans de nombreux endroits … et de dire que l’enfance que l’on a eue n’est pas une période heureuse pour tous …[/masquer]
  • Dalilarles 01/10/2022
    Tout simplement un chef d’œuvre ! Ce livre, comme son nom l’indique, rassemble les souvenirs d’enfance de Maxime Gorki. C’est un récit inoubliable, il est gravé dans ma mémoire tant Maxime Gorgi a su retranscrire avec une étonnante puissance d’évocation, imagée et poétique, ce que fut cette période de sa vie. Il jette un regard cru mais néanmoins bienveillant à l’égard de sa famille et de son pays, la Russie, à l’aube de sa naissance soviétique. On pressent une traduction de grande qualité, et certains lecteurs, par ailleurs, se souviendront peut-être, du fameux « Davidoff et Pauliat » de leurs années d’étude, le« Lagarde et Michard » de la littérature russe.
  • Andr 27/09/2022
    Bonjour, un petit mémo. Depuis 2015 sur Babelio, je reste fidèle malgré des petites censures ! Rien à voir avec certains pays qui sont en guerre depuis longtemps ou qui cherche une démocratie. Un grand merci à Bibalice. Amicalement. André. Très bon livre, un enchantement. A recommander, à conseiller !
Inscrivez-vous à la Newsletter Lisez!, la Newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés