Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266309684
Code sériel : 16194
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 640
Format : 108 x 177 mm
J'accuse
Natalie Zimmermann (traduit par)
Date de parution : 07/11/2019
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus

J'accuse

Natalie Zimmermann (traduit par)
Date de parution : 07/11/2019
Par un froid matin de janvier 1895, on dégrade un traître à l'École militaire. Partout, des cris : « À mort le Juif ! » Sur le visage d'Alfred Dreyfus,... Par un froid matin de janvier 1895, on dégrade un traître à l'École militaire. Partout, des cris : « À mort le Juif ! » Sur le visage d'Alfred Dreyfus, accusé d'espionnage et à qui l'honneur vient d'être enlevé, rien ne se lit. Pour chacun ici présent, l'affaire est close.
Mais...
Par un froid matin de janvier 1895, on dégrade un traître à l'École militaire. Partout, des cris : « À mort le Juif ! » Sur le visage d'Alfred Dreyfus, accusé d'espionnage et à qui l'honneur vient d'être enlevé, rien ne se lit. Pour chacun ici présent, l'affaire est close.
Mais pour Georges Picquart, elle ne fait que commencer. Promu à la tête de la section de statistique, celle-là même qui confondit Dreyfus, le colonel met au jour faille sur faille dans le dossier. Sa conviction d'homme d'honneur ? Un innocent croupit sur l'île du Diable. Contre les préjugés, contre l'Armée, contre un pays tout entier, Picquart s'entête dès lors à faire surgir l'indicible vérité...

Le 13 novembre 2019 au cinéma
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266309684
Code sériel : 16194
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 640
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus

Ils en parlent

« S'appuyant sur une sérieuse documentation, le roman de Robert Harris est palpitant, tissé de félonie et de courage, de politique et de forfaitures machiavéliques. » Télérama

« Robert Harris, lancé sur "L'Affaire", en fait un palpitant roman d'espionnage. On a beau connaître la fin, on n'en vibre pas moins pour le combat de [Georges Picquart]. » Le Point
« Robert Harris réussit avec D. un trépidant roman-feuilleton, dont le suspense va au-delà de l'issue judiciaire. Saisissant remarquablement les rancœurs de l'époque et le basculement du siècle, l'auteur décrit surtout l'obstination d'un individu, tenu par sa conscience. » LiRE
« Robert Harris, un maître du suspense au coeur de l'affaire Dreyfus. Un polar haletant et riche en rebondissements. C'est avec enthousiasme que l'on se replonge dans cette affaire vieille de cent vingt ans. » Historia
« Le romancier britannique Robert Harris revient avec brio sur la célèbre affaire. Dans les pas d'un héros oublié : Georges Picquart, le militaire qui a permis d'innocenter le capitaine. » L'Express

 
Télérama

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • marthevelghe 16/05/2022
    On suit les circonstances tordues qui ont amené à l'arrestation au banissement et surtout à la non reconnaissance de l'armée de cette machination. Heureusement un homme va se poser des questions et réanaliser toutes les soi-disant preuves,et ainsi permettre une révision de cette condanation.
  • nanouche 24/08/2021
    D. c'est l'affaire Dreyfus vue par Picquart. Georges Picquart fut en son temps le plus jeune colonel de l'armée française. Au lendemain de la dégradation (1895) et de la déportation de Dreyfus à l'île du Diable, il est nommé à la tête de la section de statistique, en fait les services de contre-espionnage. Comme le haut commandement de l'armée craint que "les Juifs" ne lancent une contre-offensive pour faire libérer Dreyfus, Picquart est chargé de trouver de nouvelles preuves contre le traitre. Convaincu, au départ, de la culpabilité de Dreyfus Picquart va découvrir qu'il est innocent, que le vrai traitre est un dénommé Esterhazy et -ce qui le choque par dessus tout- que le haut commandement militaire connaissait avant le procès en cours martiale l'innocence de Dreyfus. Car Picquart est un homme d'honneur et une fois connue la vérité il ne peut plus la taire même si tout va être tenté pour l'empêcher de parler. Je connaissais déjà grosso-modo le déroulement de l'affaire Dreyfus et ses circonstances mais avec D. Robert Harris la rend particulièrement vivante et me fait prendre conscience de ses aspects les plus scandaleux. Il s'agit d'abord des conditions indignes de détention de Dreyfus à l'île du Diable,... D. c'est l'affaire Dreyfus vue par Picquart. Georges Picquart fut en son temps le plus jeune colonel de l'armée française. Au lendemain de la dégradation (1895) et de la déportation de Dreyfus à l'île du Diable, il est nommé à la tête de la section de statistique, en fait les services de contre-espionnage. Comme le haut commandement de l'armée craint que "les Juifs" ne lancent une contre-offensive pour faire libérer Dreyfus, Picquart est chargé de trouver de nouvelles preuves contre le traitre. Convaincu, au départ, de la culpabilité de Dreyfus Picquart va découvrir qu'il est innocent, que le vrai traitre est un dénommé Esterhazy et -ce qui le choque par dessus tout- que le haut commandement militaire connaissait avant le procès en cours martiale l'innocence de Dreyfus. Car Picquart est un homme d'honneur et une fois connue la vérité il ne peut plus la taire même si tout va être tenté pour l'empêcher de parler. Je connaissais déjà grosso-modo le déroulement de l'affaire Dreyfus et ses circonstances mais avec D. Robert Harris la rend particulièrement vivante et me fait prendre conscience de ses aspects les plus scandaleux. Il s'agit d'abord des conditions indignes de détention de Dreyfus à l'île du Diable, à qui personne n'adressa la parole pendant plus de quatre ans. Ca me donne l'impression que les responsables veulent se venger de leurs erreurs sur ce malheureux. Il s'agit ensuite des manifestations violentes d'antisémitisme qui ont agité la France pendant toute l'affaire. Il s'agit enfin, scandale absolu, du comportement des officiers supérieurs de l'armée française qui ont fait condamner sciemment un innocent et qui, pour cacher leur faute, n'ont pas hésité à faire fabriquer de faux documents et à couvrir le coupable, crapule présentée même comme un modèle de patriotisme. J'espère que l'armée d'aujourd'hui n'est plus commandée par le même genre de vieilles badernes imbues de leur personne. Je découvre aussi le poids et l'influence de l'armée en France à cette époque. Voilà donc un roman qui m'a passionnée et que j'ai eu bien du mal à lâcher une fois prise dans l'action.
    Lire la suite
    En lire moins
  • FannyDestenay 07/04/2021
    J'ai absolument adoré ce livre. C'est le livre qui a inspiré Polanski pour son film J'accuse. Quoi de mieux que de lire le livre original pour ne pas aller le voir au cinéma. Tout au long du livre, le suspens est terrible et l'idée d'imaginer que tout ça est une histoire vraie ... C'est mon livre préféré
  • Nuageuse 09/11/2020
    Un coup de coeur ! J'ai dévoré ce roman, tellement il est prenant. Un style simple qui réussit à nous emmener fin XIXeme. Quand l'armée ne cherche pas à réparer ses erreurs pourrait être le sous-titre de D. D, c'est bien sûr Alfred Dreyfus, condamné à tort d'espionnage en faveur de l'Allemagne. Il a le malheur d'être juif, ce qui fait de lui un coupable idéal. En plus, son écriture ne correspond pas vraiment à celle écrite sur le bordereau, la seule pièce à conviction. D. est raconté par Georges Picquart qui fut l'instructeur de Dreyfus à l'armée. Il est nommé colonel après la dégradation de ce dernier de la section statistiques des Renseignements. Un jour, il tombe sur un papier venant de l'ambassade d'Allemagne qui met en lumière qu'un autre espion français pourrait être à leur solde. C'est tout naturellement que le colonel Picquart décide d'enquêter et se retrouve à ouvrir de nouveau l'affaire Dreyfus. Ses supérieurs tentent de l'en dissuader. Ce qui est intéressant est que le colonel Picquart est avant tout un antisémite avéré. Mais heureusement que sa conscience ne supporte pas qu'un innocent soit envoyé à l'île au Diable et subisse les pires conditions de détention. Ce qui est fou... Un coup de coeur ! J'ai dévoré ce roman, tellement il est prenant. Un style simple qui réussit à nous emmener fin XIXeme. Quand l'armée ne cherche pas à réparer ses erreurs pourrait être le sous-titre de D. D, c'est bien sûr Alfred Dreyfus, condamné à tort d'espionnage en faveur de l'Allemagne. Il a le malheur d'être juif, ce qui fait de lui un coupable idéal. En plus, son écriture ne correspond pas vraiment à celle écrite sur le bordereau, la seule pièce à conviction. D. est raconté par Georges Picquart qui fut l'instructeur de Dreyfus à l'armée. Il est nommé colonel après la dégradation de ce dernier de la section statistiques des Renseignements. Un jour, il tombe sur un papier venant de l'ambassade d'Allemagne qui met en lumière qu'un autre espion français pourrait être à leur solde. C'est tout naturellement que le colonel Picquart décide d'enquêter et se retrouve à ouvrir de nouveau l'affaire Dreyfus. Ses supérieurs tentent de l'en dissuader. Ce qui est intéressant est que le colonel Picquart est avant tout un antisémite avéré. Mais heureusement que sa conscience ne supporte pas qu'un innocent soit envoyé à l'île au Diable et subisse les pires conditions de détention. Ce qui est fou est la réhabilitation tardive de Dreyfus.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sonylesaux 12/08/2020
    Quel antisémitisme ! Pauvre Alfred Dreyfus. Une armée impitoyable qui voulait en découdre avec l'Allemagne suite à l'affront de la défaite de 1870 à Sedan. On en parle toujours, sûrement moins qu'à l'époque mais cela reste un sujet d'actualité.
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.