Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266145176
Code sériel : 10918
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

La Dernière leçon

Marie de HENNEZEL (Traducteur, Introduction)
Date de parution : 07/10/2004

Chacun a connu dans sa jeunesse quelqu’un qui a su comprendre ses aspirations et ses inquiétudes, l’a aidé à trouver sa voie, à devenir un adulte. Pour Mitch Albom, cet homme fut Morrie Schwartz, son professeur d’université.
Après l’avoir perdu de vue, Mitch apprend que Morrie est atteint d’une maladie mortelle et...

Chacun a connu dans sa jeunesse quelqu’un qui a su comprendre ses aspirations et ses inquiétudes, l’a aidé à trouver sa voie, à devenir un adulte. Pour Mitch Albom, cet homme fut Morrie Schwartz, son professeur d’université.
Après l’avoir perdu de vue, Mitch apprend que Morrie est atteint d’une maladie mortelle et qu’il a décidé de transformer sa mort en une dernière leçon de philosophie. Mitch lui rendra visite pendant de longs mois, pour chercher avec lui la réponse à cette question qui nous hante tous : comment vivre ?

Introduction de Marie de Hennezel
Postface de l'auteur

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266145176
Code sériel : 10918
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Bouleversant (...). » Psychologie

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Hauchama Posté le 2 Février 2020
    Ce livre m’a été conseillé car j’ai moi aussi perdu mon « professeur », mon grand-père, et le deuil est une étape vraiment compliquée. Je me suis tellement retrouvée dans ce livre que j’en ai été émue aux larmes plusieurs fois. Et puis, les messages délivrés sont beaux, même si je ne sais pas si un jour j’aurai le courage de suivre les conseils du coach. Je le conseille aux personnes qui ont perdu quelqu’un de très cher ou qui sont sur le point de le perdre. Et aux autres aussi finalement. Enfin, cette couverture ne rend franchement pas hommage au livre!
  • moodytryme Posté le 22 Décembre 2019
    " - That's what we're all looking for. A certain peace with the idea of dying. If we know, in the end, that we can ultimately have that peace with dying, then we can finally do the really hard thing. - Which is ? - Make peace with living. [...] - It's natural to die, he said again. The fact that we make such a big hullabaloo over it is all because we don't see ourselves as part of nature. We think because we're humans we're something above nature. [...] - We're not. Everything that gets born, dies. He looked at me. - Do you accept that ? - Yes. - All right. He whispered. - Now here's the payoff. Here is how we are different from these wonderful plants and animals. As long as we can love each other, and remember the feeling of love we had, we can die without ever really going away. All the love you created is still there. All the memories are still there. You live on - in the hearts of everyone you have touched and nurtured while you were here. [...] - Death ends a life, not a relationship." Tuesdays with Morrie, Mitch Albom, chapter 13 "We talk about the Perfect Day", pages 173-174.
  • JCLDLGR Posté le 30 Août 2019
    Ce morceau d'autobiographie est une leçon de vie par un vieux professeur atteint de la maladie de Charcot... Mais il ne m'a pas touché comme le titre le promettait, parce qu'il est tres lié au contexte nord-américain et surtout le message est brouillé par des partis pris de narration qui en limitent l'impact. Le choix d'aborder le sujet en mode témoignage, de l'exterieur, sous forme de conversation, ne permet pas de véritablement vivre l'histoire. Le choix d'alterner des flashbacks sur l'époque étudiante de l'auteur perturbe un peu plus ma capacité à véritablement rentrer dans la peau de Morrie. De plus l'auteur passe beaucoup de temps sur son propre cas sans qu'on sache trop ce qu'il en retire, et relativement moins sur ce que ressent le vieil homme. On partage difficilement, sauf en de rares passages, la découverte d'une fin de vie qui pourrait être magnifique, l'émotion est assez pauvrement décrite et souvent reduite à : j'ai eu envie de le prendre dans mes bras. Enfin le témoignage est parsemé de petites leçons du genre un peu trop basique comme : si tu acceptes l'idée que tu peux mourir à tout instant, alors tu seras peut-être moins ambitieux... Malgré tout on pioche ça et... Ce morceau d'autobiographie est une leçon de vie par un vieux professeur atteint de la maladie de Charcot... Mais il ne m'a pas touché comme le titre le promettait, parce qu'il est tres lié au contexte nord-américain et surtout le message est brouillé par des partis pris de narration qui en limitent l'impact. Le choix d'aborder le sujet en mode témoignage, de l'exterieur, sous forme de conversation, ne permet pas de véritablement vivre l'histoire. Le choix d'alterner des flashbacks sur l'époque étudiante de l'auteur perturbe un peu plus ma capacité à véritablement rentrer dans la peau de Morrie. De plus l'auteur passe beaucoup de temps sur son propre cas sans qu'on sache trop ce qu'il en retire, et relativement moins sur ce que ressent le vieil homme. On partage difficilement, sauf en de rares passages, la découverte d'une fin de vie qui pourrait être magnifique, l'émotion est assez pauvrement décrite et souvent reduite à : j'ai eu envie de le prendre dans mes bras. Enfin le témoignage est parsemé de petites leçons du genre un peu trop basique comme : si tu acceptes l'idée que tu peux mourir à tout instant, alors tu seras peut-être moins ambitieux... Malgré tout on pioche ça et là des moments magiques notamment lors du passage de la télévision pour les 3 interviews du vieux Morrie Schwartz.
    Lire la suite
    En lire moins
  • letichat28 Posté le 20 Décembre 2016
    Un plaisir de redécouvrir la plume de l'auteur dans ce message qu'il nous livre face à la maladie et à la mort de son professeur. C'est émouvant, enrichissant et nous donne à réfléchir sur notre vie actuelle.
  • Coventgarden Posté le 6 Juillet 2016
    Il vaut mieux être en forme moralement pour profiter de ce genre de livre. Ce n'est pas un livre triste mais suivant le parcours de chacun, se retrouver à veiller une personne dans le couloir de la mort n'est pas forcément aisé. C'est l'histoire d'un homme qui retrouve un enseignant qui l'a marqué durant ses études. Mitch va l'accompagner dans son départ qui en sera un également pour lui car rien ne sera plus comme avant tant ce malade clairvoyant lui ouvrira de nouveaux chemins.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.