Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266326025
Code sériel : 18678
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm
La Fabrique des pandémies
Serge Morand (préface de)
Date de parution : 06/01/2022
Éditeurs :
Pocket

La Fabrique des pandémies

Serge Morand (préface de)
Date de parution : 06/01/2022
« Voir un lien entre la pollution de l’air, la biodiversité et le covid-19 relève du surréalisme, pas de la science ! », affirmait Luc Ferry en mars 2020. Voilà... « Voir un lien entre la pollution de l’air, la biodiversité et le covid-19 relève du surréalisme, pas de la science ! », affirmait Luc Ferry en mars 2020. Voilà un philosophe bien mal informé. Car, depuis les années 2000, des centaines de scientifiques tirent la sonnette d’alarme : les... « Voir un lien entre la pollution de l’air, la biodiversité et le covid-19 relève du surréalisme, pas de la science ! », affirmait Luc Ferry en mars 2020. Voilà un philosophe bien mal informé. Car, depuis les années 2000, des centaines de scientifiques tirent la sonnette d’alarme : les activités humaines, en précipitant l’effondrement de la biodiversité, ont créé les conditions d’une « épidémie de pandémies ».
Mobilisant de nombreux travaux et des entretiens inédits avec plus de soixante chercheurs du monde entier, Marie-Monique Robin apporte enfin une vision d’ensemble, accessible à tous. Le constat est sans appel : la destruction des écosystèmes par la déforestation, l’urbanisation, l’agriculture industrielle et la globalisation économique menace directement la santé planétaire.
Et si, plutôt que la course vaine aux vaccins ou le confinement chronique de la population, le seul antidote était la préservation de la biodiversité ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266326025
Code sériel : 18678
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Filox 27/05/2022
    La Fabrique de la pandémie, constitue un ouvrage très intéressant, publié avant le film qui sort ces jours-ci, il est le fruit du confinement pour cette anticipation par rapport au film, l’autrice, Marie-Monique Robin est une journaliste d’investigation chevronnée, elle a notamment réalisé le film documentaire «  le monde selon Mosanto » Fondé sur l’interview de plusieurs dizaines de scientifiques, dans une dizaine de pays, c’est un parcours de grande qualité pédagogique, sans langue de bois, avec force détails et à chaque fois le parcours du scientifique interrogé, souvent le point de départ de sa vocation et ses motivations pour approfondir sa recherche sont exposés, très simplement, ce qui nourrit le fil rouge des découvertes et interrogations de Marie-Monique Robin et par ricochet celles du lecteur. Le livre regorge de références, de décryptages d’expériences et nous passons en revue les pathogènes, les maladies associées. La thèse centrale développée magistralement et très simplement ici est que le seul antidote face aux maladies émergentes ( 5 par an, au lieu d’une tous les 15 ans au siècle dernier ) est la préservation de la biodiversité. La course aux vaccins est vaine, et le confinement chronique de la population impossible à tenir dans la durée.... La Fabrique de la pandémie, constitue un ouvrage très intéressant, publié avant le film qui sort ces jours-ci, il est le fruit du confinement pour cette anticipation par rapport au film, l’autrice, Marie-Monique Robin est une journaliste d’investigation chevronnée, elle a notamment réalisé le film documentaire «  le monde selon Mosanto » Fondé sur l’interview de plusieurs dizaines de scientifiques, dans une dizaine de pays, c’est un parcours de grande qualité pédagogique, sans langue de bois, avec force détails et à chaque fois le parcours du scientifique interrogé, souvent le point de départ de sa vocation et ses motivations pour approfondir sa recherche sont exposés, très simplement, ce qui nourrit le fil rouge des découvertes et interrogations de Marie-Monique Robin et par ricochet celles du lecteur. Le livre regorge de références, de décryptages d’expériences et nous passons en revue les pathogènes, les maladies associées. La thèse centrale développée magistralement et très simplement ici est que le seul antidote face aux maladies émergentes ( 5 par an, au lieu d’une tous les 15 ans au siècle dernier ) est la préservation de la biodiversité. La course aux vaccins est vaine, et le confinement chronique de la population impossible à tenir dans la durée. Les trois facteurs principaux qui ouvrent un boulevard aux virus sont : la déforestation, la concentration d’animaux domestiques élevés industriellement et la globalisation entraînant des déplacements pour les êtres et les choses qui sont devenus délirants. Solidement guidée par Serge Morand écologue , auteur de l’Homme, la faune sauvage et la peste (Fayard 2020), le parcours d’investigations s’enrichit et rebondit de page en page. Au delà de la question de la connaissance, j’ai particulièrement noté l’effet dilution, le rapport entre la biodiversité extérieure et la biodiversité intérieure de notre microbiome par ensemencement, l’éducation de notre système immunitaire dès la jeune enfance pour éviter allergies et maladies auto-immunes. Les solutions pour maîtriser les pandémies via le renforcement de la biodiversité sont abordées et fort bien illustrées. En voici quelques aspects que j’ai plus personnellement retenus : - des exemples de reforestation réussie en Thaïlande sur 20 ans par constitution de communs gérés par les utilisateurs - Le déploiement du programme « One Health » qui s’intéresse aux liens entre la santé animale et humaine ainsi que Planetery Heath plus large puisqu’il inclut dérèglement climatique, la production d’aliments, la pêche industrielle et l’aménagement des villes et examine toutes les activités humaines sous le prisme de leur impact sur les écosystèmes et la santé globale. - L’écologie des maladies zooniques progresse, pour cela il a fallut démontrer que la biodiversité est le pilier de la santé des écosystèmes au travers notamment de l’ecotron. Une machine qui a permis de répliquer des écosystèmes dans un milieu contrôlé à l’instar des accélérateurs de particules pour les physiciens, les télescopes spaciaux pour les astronautes, moyens importants et bien mieux médiatisés ! Sur les leçons à tirer de la pandémie de Covid 19, formidable coup de semonce Marie-Monique Robin souligne les dérives de la biosécurité. Revenons sur quelques exemples récents : - 1998 : 2,4 millions de bovins sont abattus en Grande-Bretagne, en 2004 épisode H5N1 en Thaïlande, on abat 60 millions de poulets ( ceux des petits producteurs pas ceux des grands élevages censés être mieux contrôlés !) et il n’y a pas eu de repeuplement par les races locales, cela s’apparente à une dérégulation des écosystèmes et donc on augmente le risque d’émergence de futures pandémies .. - On a dépensé 1,2 milliards de dollars pour identifier et séquencer les 1 700000 virus ( réalisation EcoHealth Alliance) que les oiseaux sont censés héberger et dont la moitié pourrait sauter vers les humains mais sans aucun résultat pratique… - Selon les propos d’un écologie travaillant en Guyane : il est plus facile de de séquencer des virus, qui d’ailleurs mutent en permanence ! Plutôt que de lever des fonds pour préserver des arbres au fin fond d’une forêt tropicale - Propos d’un spécialiste de l’ulcère de Buruli: il y a une tendance actuelle à l’infectiologie exploratoire qui prétend décrire les monstres de demain, alors que c’est nous qui les créons et les sortons du bois ! En conclusion, nous prenons conscience que le temps de la solidarité écologique est venu, l’urgence commande de faire appel et de construire une recherche transdisciplinaire. Il faut entendre (adresse aux politiques) les chercheurs de terrain, et donc, pour ne prendre qu’un aspect, en Asie et en Afrique s’attaquer à la pauvreté, car tant qu’on vit dans la pauvreté on ne peut pas s’occuper de protéger la nature. Et nous y avons tous intérêt : pour diminuer les territoires d’émergence la suppression des poches de misères est la condition nécessaire. Petit rappel : le risque est la combinaison entre le danger, l’exposition, la vulnérabilité, il faut donc considérer ces trois paramètres et ne pas confondre risque et danger. Application pratique : - le danger : vous allez au marigot avec une plaie : vous pouvez être infecté par une microbactérie - L’exposition : vous avez peur de l’eau, la probabilité d’attraper un ulcère de Buruli est presque nulle - Vulnérabilité : individuelle ou collective conséquence de la précarité, de la malnutrition, de l’absence d’accès aux soins, elle est directement liée à la misère La disparition des civilisations à deux raisons principales : la surexploitation des ressources naturelles couplée à une distribution in égalitaire de la richesse produite selon Sofa Motesharrei de l’université du Maryland qui a publié une étude sur ce sujet, nous savons également que depuis 1950, tous les 17 ans nous doublons notre impact sur la planète… Merci donc pour ce travail documentaire passionnant, précis et vivant autour de l’interview de 66 scientifiques, engagés sur leur thèmes de recherche et sur le terrain. Le meilleur contrefeu à la peur, c’est la connaissance, force est de constater que je Science fait peur ! Même à Arte qui n’a pas voulu produire le film sur la fabrique des pandémies et qui doit sa sortie à la persévérance hors norme et à la notoriété de Marie Monique Robin. La piste des raisons d’espérer ne peut se trouver qu’en acceptant de regarder les faits en face pour comprendre et ensuite agir..
    Lire la suite
    En lire moins
  • PColine 16/04/2022
    Durant la pandémie, Marie Monique ROBIN n'a pas été en reste sur ses projets ! Après le Monde selon MONSANTO, la voici en entretiens avec des chercheurs de tous pays pour une enquête sur les pandémies de par le monde. Le GIEC, les chercheurs et Rachel Carson avec son livre ont déjà sonné la sonnette d'alarme depuis fort longtemps. Mais l'argent prime sur tout ce que constitue la planète. Les entreprises individuelles suffiront-elles ? Quand les politiques et les riches auront-ils assez d'argent ? Nous dépendons de la planète et pas l'inverse. Faudra-t-il une guerre, la fin de notre civilisation pour que cela change ?
  • lectricedhiver 12/03/2022
    Marie-Monique Robin a une plume exceptionnelle, j'avais quelques appréhension lorsque j'ai reçu ce livre mais dès les premiers mots je me suis laissée embarquer dans cette enquête fascinante sur les pandémies. On rencontre au fil des pages de nombreuses et nombreux scientifiques qui sont tous d'accord sur une chose. Notre manière de vivre, de consommer ont impacté notre environnement et les écosystèmes de façon la plus négative qui soit. Je ne vais pas vous faire une synthèse ni de morale car honnêtement je ne suis pas là pour ça. Mais si vous avez l'occasion de lire ce livre lisez le. Parce que cet essai est un indispensable. On a tout les faits. Des explications simple. Lorsque l'on lit cet ouvrage on en ressort avec une vision plus grande de notre situation actuelle. On comprend pourquoi et comment aujourd'hui nous en sommes arrivé à ce point. J'ai très peu vu La Fabrique des pandémies sur les réseaux ou en librairie mais j'espère que beaucoup de gens lirons ce livre de Marie-Monique Robin et donnerons à ce récit un plus grand impact.
  • book-hell-eau-dit 02/03/2022
    Ce livre traite des sujets d'actualité que tous le monde devrait s'intéresser : La pandémie, la biodiversité ... L'auteure retranscrit les interview qu'elle a eu pendant la période de confinement mondiale dû au COVID19. Il en ressort très clairement que si nous changeons pas notre comportement vis à vis de la nature nous sommes condamnés à vivre de perpétuel pandémie.
  • Sarrousse 26/02/2022
    J’ai reçu ce livre dans le cadre du Grand Prix des Lecteurs Pocket et c’est une vraie belle surprise. A l’heure du Covid, la science a fait la une de tous les journaux. Mais ce livre est bien différent puisqu’il nous apporte un éclairage écologique sur la crise sanitaire que nous traversons. Le Covid (et de nombreuses autres maladies) sont en fait dues au déclin de la biodiversité. J’avais déjà lu des choses dessus mais rien d’aussi clair (et flippant). Que ça doit être dur d’être scientifique : savoir qu’on va droit dans le mur mais personne ne nous écoute !
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Sélection de la journée de l'environnement !

    À l'occasion de la journée de l'Environnement, nous vous avons préparé une petite sélection. Vous y trouverez des livres sur notre impact sur la planète, comment en prendre soin, les gestes à adopter et bien d'autres sujets encore. Il y en a pour tout le monde : les grands mais, aussi les petits !

    Lire l'article